mtlcounter-info

Août 282015
 

La nuit dernière, une voiture de patrouille enflammée a été peinte par quelques ami.es sur le boulevard principal du quartier d’Hochelaga, inspiré.es par la lutte à Saint-Louis et Ferguson contre la police. Solidarité avec les rebel.les qui apprennent dans la rue comment combattre ensemble la police. Bien que l’application de la paix sociale soit actuellement plus réussie à Montréal, vos actes et vos mots font écho à notre contexte de poursuite des hostilités envers la suprématie blanche, l’État et le capital.

bruletoute

Août 132015
 

11863457_1628026197478175_6916336577571476028_n

Tout au long de l’événement LES VOIX INSOUMISES, les artistes locaux et internationaux réaliseront des oeuvres dans les rues de Tiohtià:ke. Des collaborations entre les artistes seront ouvertes au public.

—–

SOUTENIR LES VOIX INSOUMISES

Voici quelques façons dont vous pouvez soutenir Les voix insoumises :

CONTRIBUTION MONÉTAIRE : Nous sommes toujours la recherche de financement pour soutenir Les voix insoumises (afin de couvrir les frais de transports des participants ainsi que les matériaux d’art). Visitez notre campagne de financement gofundme afin de faire un don: www.gofundme.com/uncededvoices; vous pouvez aussi nous écrire un courriel afin de faire un don d’argent : decolonizingstreetart@gmail.com

PROMOTION :
SVP, partagez notre événement facebook : www.facebook.com/events/970129306351884
Voici le lien de notre site internet : www.decolonizingstreetart.com
Afin de nous aider avec la promotion de l’événement, distribuez nos tracts et nos affiches; écrivez-nous pour vous en procurer : decolonizingstreetart@gmail.com

DONNEZ VOTRE MATÉRIEL : SVP, considérez à nous donner vos matériaux d’art que vous n’utilisez pas. Nous avons besoin entre autres de : peintures, cannettes de peintures, pinceaux et échafauds. Afin de faire un don écrivez-nous : decolonizingstreetart@gmail.com

ESPACES DE MURS : Nous sommes toujours à la recherche d’espaces de murs pour faire des murales et des wheatpastes. Écrivez-nous si vous avez des idées/ si vous pouvez nous aider : decolonizingstreetart@gmail.com
—–

À PROPOS LES VOIX INSOUMISES

Le but de Decolonizing Street Art se développe en deux aspects soit : soit développer des liens et une communauté d’artistes de rue autochtones ainsi que de promouvoir une résistance anticoloniale à travers diverses actions d’art de rue.

Depuis 2014, Decolonizing Street Art organise une convergence annuelle d’artistes de rue à Montréal. La seconde convergence aura lieu du 14 au 23 août 2015, avec pour titre « Les voix insoumises » (“Unceded Voices” en anglais).

Pendant « Les voix insoumises » les artistes de l’Île de la Tortue (et ailleurs) feront de l’art de rue à Montréal. « Les voix insoumises » inclut aussi des discussions et des ateliers sur le thème des luttes anticoloniales.

Cette année (2015) tous les participant.es de Decolonizing Street Art sont autochtones et/ou personnes racisées. À long terme, Decolonizing Street Art veut créer des liens de solidarité ainsi que de bâtir une communauté avec des personnes s’identifiant comme femmes autochtones et artistes de rue.

Les principes de Decolonizing Street Art inclut la résistance au colonialisme, au capitalisme et tout autres formes d’oppression, incluant, mais pas seulement, la lutte au racisme, au patriarcat, à l’hétérosexisme, au capacitisme et à la transphobie. Nous organisons cet événement sur des bases de solidarité, d’entraide et de support entre les artistes de rues et les activistes qui aident à l’organisation.

Decolonizing Street Art est une initiative de base, sans but lucratif. Nous refusons les subventions gouvernementales et tout autre aide corporative. Notre budget (moins de 4000$ par année) provient d’une campagne de financement ainsi que le support de groupes locaux et individuels.

Decolonizing Street Art met de l’avant un art de rue autonome (qui se distingue de l’art public) et qui n’est pas financé par le gouvernement ou par des groupes corporatifs, ou qui représente leurs intérêts.

Decolonizing Street Art est organisée principalement par Camille Larivée, une artiste de rue Innue, queer et féministe qui habite à Montréal, avec le support des militant.es et d’organismes locaux. L’idée originale du projet a été développée par Camille et l’artiste Tom GreyEyes (Navajo ) en novembre 2013.
—–

RECONNAISSANCE

Decolonizing Street Art reconnait que nous sommes sur le territoire traditionnel du peuple Kanien’kehá:ka. Celui-ci est le gardien de la Porte Est de la confédération Haudenosaunee. L’île nommée «Montréal» est connue sous le nom Tiotia:ke dans la langue des Kanien’kehá:ka, et a été un lieu historique de rencontre pour les autres nations autochtones, incluant les peuples algonquins. Decolonizing StreetArt ne croit pas qu’il soit suffisant de simplement reconnaître les gardiens de cette terre. Nous encourageons l’ensemble des participants et participantes ainsi que toute les personnes qui supportent le projet à activement résister au colonialisme ainsi qu’au néo-colonialisme sous toutes ses formes, dans la diversité que peut revêtir cette résistance.

Juil 182015
 

Traduit par Anti-dev et rediffusé de Its Going Down et Submedia

Ce 15 Juillet 2015, des officiers de la Gendarmedie Royale Kanadienne (GRC) ont tenté d’entrer sur le territoire Unist’ot’en. Les Unist’ot’en ont établi un camp qui est sur le chemin de plusieurs pipelines de pétrole et de gaz. Les supporteur-euses du camp ont bloqué l’entrée à la GRC. Le jour suivant, la GRC a menacé d’arrêter les supporteur-euses à un autre camp, mais ceuxelles-ci ont répondu en érigeant une barrière. Les Unist’ot’en ont fait appel à du soutien physique de la part d’allié-es. Pour plus d’infos sur comment aider, visitez le site du camp Unist’ot’en.

Appel des Unist’ot’en:

18 Juillet 2015

Cher-ères ami-es et supporteur-euses,

Merci à toutes les personnes qui ont répondu à notre mise à jour sur le Camp d’action et Chevron PTP. Ça devient clair que la situaton par ici va dans le sens d’un point d’escalade.

Aujourd’hui à 13h, un hélicoptère a volé bas au-dessus de la ligne de la falaise et a traversé la rivière à quelques kilomètres au Sud du pont. Elle a suivi un trajet qui correspond au corridor du pipeline Pacific Trails Pipeline projeté, puis a tourné vers le nord, volant en direction de la rivière Houston. Ils ont volé suffisamment bas pour prendre des photos de l’activité sur le pont et dans notre camp.

Nos supporteur-euses qui tiennent un poste de garde sur Chilsom Road on aussi été visité-es et menacé-es par la police.
Similaire à leur visite sur le pont il y a deux jours, les officiers ont affirmé qu’ils pourraient les arrêter pour bloquer une «voie publique».

Il est clair que vu la temporalité de ces récentes actions de la police qu’ils travaillent en tandem avec les compagnies de pipelines. Le chef du détachement de la GRC de Houston a clairement indiqué à Freda qu’ils ont l’intention «d’assurer que les équipes de travail puissent faire leur travail en sécurité». Nous avons mis au clair avec la police et l’industrie que nous ne bloquons pas la route. Nous établissont des postes de garde à nos frontières sur nos terres Unist’ot’en non-cédées. Les gens et compagnies qui obtiennent notre consentement sont permis-es d’entrer.

Plusieurs d’entre vous ont visité notre yintah (territoire) et ont fait l’expérience personelle de notre infrastructure d’eau, notre saumon, nos fruits sauvages et notre médecine. Nous sommes déterminé-es à protéger cette terre pour les générations futures, et au cours de ce processus d’amener notre contribution à démanteler l’infrastructure d’extraction de gaz fossiles qui menace toutes formes de vies sur cette planète.
À ce moment-ci nous aimerions demander à nos supporteur-euses les choses suivantes:

1) Si vous avez été à notre camp auparavant et/ou si vous vous sentez comfortables à vous mettre sur la ligne de front pour résister avec nous, vous pouvez vous inscrire ici: http://www.jotform.ca/unistoten/actioncamp
At this time we would like to ask our supporters for the following things:

2) Si vous n’êtes pas dans la capacité d’assister en personne mais voudrie envoyer du soutient financier pour nous aider avec l’équipement et les frais d’opérations, les dons peuvent être envoyés soit par transfert email à
fhuson@gmail.com

Ou bien en contribuant à la levée de fond du Centre de guérison ici:
https://fundrazr.com/campaigns/axsMd/ab/24dGu0

Des chèques peuvent être envoyés à
“Tse Wedi Elth”
620 CN Station Rd
Smithers, BC, Canada
V0J 2N1

3) Vous pouvez aussi organiser des actions de solidarité là ou vous êtes, soit contre Chevron directement ou bien contre un/plusieurs de ses investisseurs.

Sne Kal Yah!
Unist’ot’en Camp

Juin 242015
 

0620_prison_riotleur media – 21/6/2015

Le président du syndicat qui représente les employés du centre correctionnel, Chris Jackel, a dit, sur Twitter, que 45 détenus avaient été impliqués dans l’émeute. Il fait lui-même partie de l’équipe tactique qui est intervenue.

Chris Jackel raconte que des détenus ont endommagé des portes, arraché des téléphones des murs et tenté de casser une porte entre deux sections de la prison de Penetanguishene. Selon lui, ils ont aussi recouvert le sol de savon, de shampoing et de déchets et ont rempli des chaussettes de matières lourdes pour en faire des armes avant que les gardiens utilisent un gaz poivré pour les contenir.

« (Ils) faisaient des dégâts dans les deux ailes, ils essayaient juste de casser le plus de choses possible », dit-il, ajoutant qu’il a fallu six heures aux gardiens pour reprendre le contrôle de la situation.

 

Juin 242015
 

8e744a64-b13b-45a5-9466-a8ae3d2d66fc_ORIGINAL

Vandalisé à cause du nom de son établissement
Leur media – 11/6/2015

Un restaurant montréalais nommé «La Mâle Bouffe» serait la cible de féministes radicales qui ont fracassé une des vitrines et placardé le quartier Hochelaga d’affiches dénonçant l’arrivée de l’établissement.

C’est le 2 juin dernier, à 10 jours de l’ouverture de son restaurant rue Ontario, que le propriétaire a constaté qu’on avait balancé une grande pierre dans la fenêtre de l’établissement, brisant la vitre.

Affichage

Les vandales avaient également placardé des dizaines d’affiches un peu partout dans le quartier sur lesquelles on voyait le logo du restaurant, un homme moustachu avec des tatouages, modifié en femme anarchiste.

Autour du dessin, on pouvait lire: «Quand gentrification et sexisme font ménage. Contre un quartier clean, cher et machiste et contre l’escalade de violence envers les femmes. Réapproprions-nous nos quartiers et reprenons le contrôle de nos rues».

Ainsi, si le phénomène continue, les nouveaux entrepreneurs auront peur de s’installer dans Hochelaga, croit le trentenaire.

Le vandalisme dans Hochelaga est devenu un véritable fléau alors que plusieurs commerçants de la rue Ontario sont régulièrement la cible de vandales opposés à l’embourgeoisement.

«Cette année, on nous a volé des pots de fleurs sur la terrasse, mais ce n’est que le début de la saison. L’an dernier, des vandales ont lancé une brique par la fenêtre et une autre fois, ils ont peint un symbole anarchiste sur la façade extérieure», dénonce une superviseure du restaurant Le Valois, qui a préféré taire son nom.

Des dizaines

Depuis deux ans, plus d’une dizaine d’actes de vandalisme envers des commerçants ont été répertoriés dans ce secteur du quartier Hochelaga.

Par exemple, les vitrines du bistro Bagatelle et In Vivo ainsi que Le Chasseur, maintenant nommé Blind Pig, ont toutes été défoncées à coup de briques.

Il y a un peu moins de deux ans, la devanture du magasin William J. Walter a même été recouverte de peinture jaune à la suite d’une manifestation anti-capitaliste.

«Quelqu’un a mis de la peinture dans un boyau d’arrosage et a aspergé toute la façade du magasin, c’était vraiment embêtant. Ils ont aussi pété un carreau de fenêtre», raconte le gérant du magasin, Benjamin Fallourd.

Juin 132015
 

Briser le Dominion

De l’Appel de l’Est

Le 15 juin prochain deux évènements se croiseront et par là, révèleront la nature du Dominion (du Kanada) et de ses projets pétroliers. D’un côté, une consultation bidon aura lieu à Québec pour gagner la population à la destruction des mondes et de l’autre, dans les jours entourant le 15, le flux de la ligne 9 sera inversé malgré toutes les oppositions, les doutes des scientifiques et le refus des peuples habitant les terres. Une consultation pour justifier et de l’autre, l’incarnation du grand serpent destructeur.

Les États coloniaux kanadiens et kébécois s’engagent dans ce qui leur est commun : la fortification de leur puissance coloniale, celle d’un Dominion s’incarnant dans l’extraction infinie des ressources.

« He shall have dominion also from sea to sea, and from the river unto the ends of the earth » (Psaumes 72:8)

Voilà l’énoncé de domination devant servir de guide aux politiques de l’économie du pétrole : tout est égal devant elles, tout est juste dans la destruction des mondes puisque tout y est réduit en potentiel financier et énergétique.

Mais les résistances sont vivantes et l’Appel de l’Est souffle sur les cœurs de ceux et celles s’opposant aux ambitions destructrices.

En ce 15 Juin, déclenchons les hostilités, lançons l’Appel par des actions de sensibilisation et de perturbation.

carte

Juin 132015
 

mauvaise14

La Mauvaise Herbe vol.14

Pour imprimer: français | 8.5×14″ | PDF
Printemps 2015

Sommaire des articles: Brèves sur l’écocide en cours et les nuisances industrielles / Réaction Sauvage / La radicalisation / Eric McDavid a été libéré! / Quelques actions de la dernière année / L’austérité et la guerre sociale / L’essentialisme et le problème des politiques d’identités / Revue des films coloniaux de marde de l’année.