Semaine d’action climatique : prendre place !

 Commentaires fermés sur Semaine d’action climatique : prendre place !
Oct 262019
 

De Les temps fous

Les militant-es d’Extinction Rebellion ont entrepris des actions de perturbation et de blocage un peu partout en Occident dans le cadre de la semaine d’action « La rébellion d’octobre ». À Montréal, le groupe a fait la une des journaux, en arrivant à faire fermer le pont Jacques-Cartier durant plusieurs heures en matinée et en bloquant le boulevard René-Lévesque en fin de journée. De l’aveu des manifestant-es, c’était l’objectif visé par leurs actions : faire un coup d’éclat, donner de la visibilité à la cause environnementale et obtenir une tribune pour parler de l’urgence climatique.

« Un moindre mal pour avoir une tribune »

L’attention médiatique est toutefois une arme à double tranchant, et on a pu le constater dans les jours qui ont suivi ces actions de blocage : on a bien peu parlé d’écologie, et beaucoup plus du dérangement causé par les actions de perturbation. Sur toutes les tribunes, on a vu les militant-es de XR se confondre en excuses et essuyer — parfois bien maladroitement — une pluie d’insultes venant d’animateurs-trices, de chroniqueurs-ses, de citoyen-es ou de politicien-es. 

Bloquer un pont qui relie une métropole et sa banlieue à l’heure de pointe, c’est pourtant bien plus qu’un stunt médiatique. Si cette action a pu convaincre qui que ce soit de la nécessité de prendre acte face l’urgence climatique, ce n’est certainement pas en lisant le Journal de Montréal ou en écoutant Dutrizac crier des bêtises que c’est arrivé. On doit arriver à détourner le regard des médias pour comprendre ce qui est mis en jeu par de telles actions de blocage. C’est un grain de sable dans l’engrenage, qui arrive à stopper la machine capitaliste pendant un moment. C’est ça qui dérange tant, c’est l’interruption de ce monde effréné qui nous entraîne tous et toutes avec lui dans le désastre écologique. Un monde organisé autour du travail et de la voiture — autour des marchandises et de leur circulation — qu’on arrive à interrompre si facilement dès qu’une de ses courroies de transmission se coince. Suffit de quelques crinqué-es avec du matériel d’escalade. 

Au-delà de l’attention médiatique qu’on amène à la cause environnementale, on doit arriver à assumer les blocages pour ce qu’ils sont : une critique de l’organisation spatiale et temporelle de notre société et une attaque envers les infrastructures sur lesquelles repose la destruction organisée de la planète. On ne devrait pas s’excuser de remettre en question le fait que des centaines de milliers de personnes prennent leurs voitures, matin et soir, cinq jours semaine, pour faire plusieurs dizaines de kilomètres vers le boulot. Au contraire, assumons la critique portée par ce type d’action et incarnons les changements qu’on souhaite voir arriver. C’est ainsi qu’on arrive à « convaincre » les gens de se rallier à notre cause : en démontrant que c’est possible de mettre ce monde qui nous tue en déroute, possible de s’organiser et d’agir pour construire d’autres façons de faire et de vivre.

De Hong-Kong à Santiago: Bloquer la métropole planétaire

La puissance contenue dans l’interruption des infrastructures de circulation de main-d’oeuvre et de marchandises n’est pas unique au territoire montréalais. De par le monde, ceux et celles qui résistent à l’ordre existant s’emparent des autoroutes, ronds-points, métros, gares, ports et aéroports afin de briser la mécanique de la métropole et de réinventer leur rapport au territoire urbain. À cet égard, les blocages par des milliers de manifestant-es des aéroports internationaux de Hong-Kong et Barcelone, ou le saccage de plus de 40 stations de métro dans la capitale du Chili, ont mis en lumière la puissance que peut dégager l’interruption des flux de main-d’oeuvre et marchandises à l’échelle de la métropole planétaire. Un militant de Hong Kong défendait, à ce titre, l’importance du blocage des flux pour la suite du mouvement en affirmant que « l’insubordination continue dans le métro, dans les zones commerciales très fréquentées, dans des endroits comme l’aéroport […] peut avoir des effets perceptibles sur l’économie, le flux de touristes, l’investissement étranger, et ce genre de choses ». À la suite de ces actions d’envergure, le discours public porté par les militant-es de Hong-Kong et Barcelone était empreint d’une détermination qui permettait de transmettre le courage dont les forces vives du mouvement ont besoin pour donner suite à la lutte. 

Le territoire du soi-disant Québec est entrelacé entre la métropole et son extension extractiviste qui colonise toujours davantage et poursuit l’entreprise de destruction écologique en cours. Prendre place dans le théâtre de la fin du monde, c’est aussi quitter notre rôle de spectateur métropolitain pour s’imposer sur la scène des espaces mortifères de l’industrie extractiviste. Il s’agit non seulement de bloquer les flux des marchandises vers la métropole, mais aussi d’occuper avec détermination et sans concessions les territoires balafrés par les minières, pétrolières et autres industries extracitviste.

« Quand nous aurons appris à aimer le monde, à aimer la vie plutôt que l’argent »

Dans une lettre ouverte aux militant-es d’Extinction Rebellion, un camarade français de la ZAD écrivait il y a quelques mois que « peut être l’une des meilleures manières d’être rebelle aujourd’hui implique de tomber amoureux-se de quelque part, de s’y attacher si profondément que l’on est prêt-e à tout pour défendre la vie qui s’y trouve ». Derrière la question environnementale, c’est le rapport au territoire qu’on entretient, qui se doit d’être radicalement transformé. Mais que reste-t-il à défendre dans les rues quadrillées des métropoles nord-américaines ? Comment les 500 000 manifestant-es qui déambulent entre les gratte-ciel du centre-ville financier, le port commercial qui borde le fleuve sur des kilomètres et les tours à condos des anciens quartiers ouvriers, peuvent aspirer à prendre racine dans des espaces aussi inhospitaliers à toute forme de vie à même de rompre avec l’ordre des choses ? Comment penser la lutte dans le contexte colonial qui se réactualise sans cesse, et arriver à l’inscrire dans des territoires volés, aseptisés et disputés ? C’est là tout le défi qui se pose aux écologistes montréalais-es : arriver à bloquer et habiter la métropole dans un même mouvement.

Prendre place sur le territoire métropolitain ne consiste ainsi pas uniquement en un blocage, une interruption des activités de celle-ci, mais aussi en une subversion des manières que l’on a d’habiter chaque place, chaque ruelle, chaque parcelle, afin de s’y inscrire dans toute notre vitalité. On doit se réapproprier les rues, les parcs, les bâtiments, en changer l’usage et les faire nôtres : transformer une autoroute en festival, une place publique en lieu de vie, un centre commercial en jardin ! Refusons de jouer le « mort » dans un énième die-in et d’habiter le territoire tel des « images » ternes et sans volonté. Au contraire, nous voulons habiter pleinement avec toute la puissance de notre mouvement les brèches que l’on fracturera dans la métropole. Lorsque les forces de la mort tenteront de nous réduire au silence, nous défendrons inlassablement le territoire et la vie qui l’habite. Nous assumerons une image qui n’est pas le reflet de ce qu’attend de nous le pouvoir, mais le reflet de ce qu’exigent de nous les périls de notre temps.

Qu’une semaine! Le 15ème Festival international de théâtre anarchiste de Montréal recherche des pièces !

 Commentaires fermés sur Qu’une semaine! Le 15ème Festival international de théâtre anarchiste de Montréal recherche des pièces !
Oct 252019
 

Du Festival international de théâtre anarchiste de Montréal

Date limite d’inscription: le 7 novembre 2019

Le Festival international de théâtre anarchiste de Montréal (FITAM), seul festival au monde dédié au théâtre anarchiste, recherche des pièces, textes et monologues, spectacles de danse-théâtre, mime, marionnettes, en français ou en anglais, portant sur le thème de l’anarchisme ou sur tout sujet se rapportant à l’anarchisme, c’est-à-dire en opposition à toute forme d’oppression comme l’État, le capitalisme, la guerre, l’aliénation, le patriarcat, etc. Le FITAM accepte les pièces traitant de justice écologique et sociale, de féminisme, de racismes, de luttes de classes et de genres dans une perspective libertaire. Nous acceptons les propositions d’auteur·e·s anarchistes et non-anarchistes. SVP remplissez la formulaire de participation : www.anarchistetheatrefestival.com/

Extinguishing Rebellion

 Commentaires fermés sur Extinguishing Rebellion
Oct 242019
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Extinction Rebellion [XR], une mouvance internationale écologiste se disant non-violente et aussi extrême que la situation, a fait son apparition sur la scène montréalaise il y a environ un an. Le 8 octobre 2019, une poignée de leurs activistes ont réussi un coup d’éclat, forçant la fermeture du Pont Jacques-Cartier pendant plus d’une heure en pleine heure de pointe matinale. Leurs actions démontrent une volonté de se mettre physiquement en jeu devenue nécessité incontournable dans la lutte écologique. En ce sens, leur courage et leur détermination ne peuvent qu’être rassurants. Cependant, des critiques fusent d’un peu partout à l’endroit de leur idéologie et leurs pratiques, soulevant des enjeux importants à aborder.

À Paris, où des militant.es de XR ont, entre autres, effacé des tags anti-police pendant l’occupation d’un centre commercial, une lettre ouverte note une banalisation des violences policières, une non-violence dogmatique qui révèle une violence insidieuse, et l’exclusion des classes populaires du cadre d’action. On leur reproche aussi un manque de lecture stratégique de la situation et des rapports de force.

Une critique de la branche anglaise de XR fait état de leur incompréhension profonde du fonctionnement et des impacts de la répression judiciaire des militant.es.

À peu près tout le monde se moque de leur envie de se faire arrêter par la police, mais il ne s’agit pas d’une blague : c’est le fruit d’une interprétation bizarre et dangereuse de l’histoire des mouvements sociaux, et ça favorise la construction d’un mouvement blanc et de classe moyenne peu importent les efforts pour donner à l’organisation une apparence intersectionnelle.

Même face à des partisans d’un pacifisme particulièrement intransigeant, il est bouleversant de constater à quel point on peine à distinguer entre une vraie initiative de XR et un canular :

D’autres ont abordé les justifications que XR font de la non-violence. Regardons ceci de plus près. Le groupe cite une étude académique de Erica Chenoweth intitulée « Why Civil Resistance Works », pour affirmer que les mouvements non-violents ont réussi deux fois plus souvent que les mouvements ayant eu recours à la violence, entre 1900 et 2006, dans le cadre de conflits entre des forces étatiques et non-étatiques. On aimerait bien que, dans un monde si complexe, des statistiques aussi claires puissent nous guider dans le choix de nos moyens d’action. Il y a juste quelques petits problèmes.

Numéro un : l’étude définit « un mouvement violent » là où plus de 1 000 combattants armés sont morts sur le champ de bataille. Ainsi sont exclus les émeutes urbaines, de même que des groupes armés allant de la Fraction Armée rouge aux Zapatistes. Et effectivement, les luttes qui entraînent plus de 1 000 morts ont tendance à témoigner de la militarisation profonde d’un conflit insoluble, ce qui rend extrêmement difficile pour le camp non-étatique d’atteindre les objectifs qui l’ont poussé à se mobiliser au début. La force d’une insurrection est sociale, non pas militaire.

Deuxièmement, pour les fins de l’étude les « mouvements non-violents » incluent ceux qui sont principalement, mais pas entièrement non-violents. Notons que personne ne propose un mouvement pour le climat qui serait principalement violent, il s’agit plutôt de faire place à une diversité de tactiques, où plusieurs types de moyens d’action sont valorisés et se renforcent idéalement les uns les autres.

C’est-à-dire un mouvement qu’un statisticien pourrait en effet classifier comme principalement non-violent, mais où il y a bien des gens en black bloc sur la ligne de front affrontant la police, et des bandes nocturnes sabotant les infrastructures sans se faire prendre, ce qui leur permet d’attaquer à plusieurs reprises. Nulle part dans l’étude la non-violence ne se traduit-elle par l’obligation de se rendre à la police lorsqu’on enfreint la loi.

On pourrait aussi se questionner sur :

  • la tendance du pouvoir à nommer comme « violente » toute contestation qui perturbe réellement le cours normal des choses, sans égard aux gestes concrètement posés;
  • le fait que c’est souvent la violence des forces policières qui suscite une réponse « violente » d’un mouvement social, autrement dit la violence est souvent imposée à un mouvement lorsqu’il pose une vraie menace aux pouvoirs en place;
  • la définition de la victoire vis-à-vis nos objectifs pluriels à moyen et à long terme, ainsi que la capacité du pouvoir à offrir des concessions au prix de la pacification et la récupération : lorsqu’il s’agit du futur de la vie sur terre, le compromis est-il possible?

En tout cas, se baser sur « Why Civil Resistance Works » pour justifier qu’on doit s’asseoir dans la rue en faisant des signes de paix aux flics est une insulte à l’intelligence des militant.es. Que les leaders de XR n’essaient pas de nous faire croire qu’ils.elles sont guidé.es par la science sociale quant ils.elles ne font qu’acter une moralité arrimée à l’état policier ou un désir de servir d’interlocuteur légitime du pouvoir. XR demande aux gouvernements de « dire la vérité », mais lorsqu’il est question de stratégies de contestation, ils ne s’intéressent pas à une réflexion honnête sur les choix qui se présentent à nous.

Pourtant, il suffit de regarder à peu près n’importe où ailleurs où les rebelles ont réussi à faire reculer le pouvoir dans les derniers mois, que ce soit à Hong Kong, en Équateur, au Chili, ou les gilets jaunes en France, ou bien de comprendre les luttes autochtones de défense des territoires au « Canada », pour faire un simple constat : il est essentiel d’avoir une capacité d’auto-défense si on veut forcer l’État et le capital à réellement céder du terrain.

Nous ne voulons pas trop répéter les critiques de XR qui ont déjà été bien exprimées ailleurs. De plus, XR présente ses apparitions locales comme étant autonomes, donc on aimerait donner à leurs structures au Québec le bénéfice du doute et ne pas trop les juger à partir des actions des groupes dans d’autres pays, même si celles-ci semblent souvent être les conséquences logiques de l’idéologie fondatrice du groupe, à laquelle les différentes branches souscrivent.

Nous sommes aussi conscient.es que des lignes de fracture existent au sein de toute organisation politique de masse, donc cette intervention ne vise pas l’ensemble des individus du groupe. Au contraire, nous n’avons pas de doute que plusieurs de ces militant.es seront des camarades et des complices formidables qui nous apprendront beaucoup au cours des prochaines années de développement d’une lutte acharnée et diversifiée contre le monde qui détruit la planète.

En observant les débuts de XR à Montréal, par contre, nous entretenons quelques craintes vis-à-vis l’organisation locale.

En entrevue à TVA Nouvelles suite au blocage du Pont Jacques-Cartier, un porte-parole de XR Montréal défend les activistes ayant grimpé sur le pont contre l’accusation d’extrémisme en précisant que « c’est des gens comme vous et moi, qui ont été 100% non-violents, ils n’ont pas résisté à la police, ils ont discuté raisonnablement. » On a des questions quant à ce qui est sous-entendu par « comme vous et moi » et quelles personnes ou classes de personnes échapperaient à cette désignation. Il faut aussi penser aux effets de ce genre de discours sur ceux et celles qui ne sont pas 100% non-violents, qui résistent à la police, qui ne voient pas l’avantage de discuter raisonnablement. Logiquement, ce serait ces gens-là les « extrémistes », et ils.elles mériteraient le traitement médiatique et judiciaire plus sévère appelé par ce terme.

Ce discours alimente la construction d’une division entre la bonne et la mauvaise militance, ce qui a tendance à augmenter la répression subie par ceux et celles qui prennent déjà les plus gros risques, qui cherchent une rupture totale avec l’ordre dévastateur du capital et de l’État, sabotant du même coup le tissage de liens entre les groupes et individus qui renforcerait la lutte.

On a aussi vu des efforts de conscientisation et quelques actions de style « sit-in », la dernière ayant eu lieu l’après-midi du 8 octobre suivant le blocage du pont en matinée. Le rassemblement de 250 personnes a été incapable d’atteindre le cible de l’action après que les lignes de l’escouade anti-émeute du SPVM n’ont pas cédé face à des cris de « nous sommes non-violents, s’il-vous-plaît, laissez-nous passer ! », suivis du slogan « Police, doucement, on fait ça pour vos enfants ». La scène mortifère en disait long sur les limites de la désobéissance « civile », celle-ci de fait enfermée dans une servilité éteignant toute réelle perspective de rébellion.

Nous serions ravi.es si des événements à venir nous contredisaient, mais nous croyons voir les mêmes dynamiques ayant suscité des critiques légitimes de XR ailleurs dans le monde s’installer dans leurs discours et leurs modes d’action à Montréal. Il ne s’agit pas d’écarter toute façon de faire qui diverge des nôtres, mais plutôt de nommer des échecs stratégiques et tactiques pour ce qu’ils sont, de refuser la désolidarisation à l’encontre des militant.es qui n’adoptent pas un pacifisme total, et de poser les bases d’une réelle intelligence collective de lutte. À l’heure de l’urgence climatique, on n’a pas le temps de se faire des illusions.

Histoire des émeutes carcérales au Québec

 Commentaires fermés sur Histoire des émeutes carcérales au Québec
Oct 212019
 

De Archives Révolutionnaires

« On crée ça non pour emprisonner l’homme, mais pour le détruire totalement, pour en faire un esclave de la pénitenciaire. » (Jacques Mesrine)

Cet article cherche à présenter les résistances, notamment émeutières, des détenu.es dans l’histoire récente du Québec. Pour se faire, une présentation historique du développement de la prison s’impose d’abord. Les luttes, résistances et émeutes pourront alors être traitées dans le contexte qui est le leur. Enfin, une réflexion théorique sur le rôle de la prison et les possibilités sociales et politiques des résistances dans les milieux carcéraux sera posée. Par ailleurs, dans cet article, la féminisation systématique ne sera pas employée, en raison du caractère extrêmement genré de l’histoire carcérale. Ainsi, lorsqu’il sera question d’un groupe très nettement majoritaire masculin, nous parlerons de détenus ou de prévenus. Pour le cas des prisons mixtes, apparues au XIXe siècle, nous parlerons de prisonnier.ères. Enfin, pour les prisons non-mixtes, plus contemporaines, nous parlerons de détenus lorsqu’il sera question de prisons pour hommes et de détenues dans le cas des prisons pour femmes.

/ / /

La prison, en Occident, a très longtemps servi à enfermer des prévenu.es en attente de leur procès. Suite au procès, si le.a prévenu.e était condamné.e, il ou elle était forcé.e soit de réparer le tord causé, soit châtié.e en guise d’exemple. Ainsi, les voleur.euses pouvaient être condamné.es à l’amende, les personnes incapables de rembourser leurs dettes pouvaient voir leurs biens saisis ou encore être mises en esclavage, alors que les crimes moraux étaient généralement punis physiquement, par des mutilations par exemple. La peine de mort était aussi souvent appliquée pour des crimes de trahison ou d’hérésie et pour des crimes graves (le meurtre) ou encore pour les récidivistes. Pourtant, l’emprisonnement prolongé était très rare et peu institutionnalisé. Certains individus étaient condamnés à la réclusion (au monastère par exemple) ou exceptionnellement enfermés seuls dans un lieu construit à cet effet, sans qu’un régime carcéral au sens moderne du terme existe.

Ce n’est qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles que l’idée du système carcéral se développe en Occident. D’abord développé pour enfermer les pauvres et les sans-abris, le système carcéral a commencé à servir de plus en plus de régime punitif pour les crimes de droit commun. On peut dire que le système carcéral tel que nous le connaissons s’est mis en place à partir de la fin du XVIIIe siècle. Un tel système, conçu pour surveiller, contrôler et punir les groupes sociaux déviants et marginaux, se met en place parallèlement à l’idéologie du contrôle et de la surveillance qui s’établit dans le monde occidental. C’est d’ailleurs ce qu’a décrit avec brio Michel Foucault dans son ouvrage classique de 1975, Surveiller et punir. L’idée de l’enfermement comme punition, ainsi que l’idée d’un isolement prolongé permettant au détenu de réfléchir à ses crimes et de changer sa mentalité, s’établissent à la fin du XVIIIe siècle. C’est notamment le britannique John Howard qui théorise ces idées dans son livre fameux de 1777, State of Prisons in England and Wales.

John Howard (1726-1790), théoricien du système carcéral contemporain, basé sur l’enfermement punitif.

En ce sens, il est établi en Nouvelle-France, par l’ordonnance de 1670, « qu’il n’est point l’usage de condamner un coupable à une prison perpétuelle ». Ici comme en Europe, les prisons ne servent qu’à maintenir à disposition les prévenu.es en vue de leur procès. On trouve donc à cette époque des cellules dans le château Saint-Louis (résidence du gouverneur général à Québec) ainsi qu’une petite installation carcérale sur la rue Notre-Dame à Montréal. Vers 1716-1718, on construit trois installations carcérales en Nouvelle-France, à Québec, Trois-Rivières et Montréal. Les trois installations possèdent une salle d’audience, des espaces pour les gardiens et quelques cachots ; les trois installations relèvent encore du vieux modèle d’emprisonnement conçu pour maintenir à disposition les prévenu.es avant leur procès. D’un autre côté, le régime punitif reste relativement mal organisé, avec un seul bourreau pour la province, en général un ancien détenu dont la peine à été annulée en échange de ses services d’exécuteur… La peine la plus fréquente en Nouvelle-France est l’amende. La mutilation physique est parfois pratiquée, ainsi que la peine de mort (en général pour les récidivistes et les meurtrier.ères).

Le régime carcéral basé sur l’enfermement punitif ne se développe au Canada qu’au XIXe siècle, comme c’est d’ailleurs le cas dans le reste de l’Occident. C’est aux États-Unis, sous l’impulsion de la philosophie de John Howard, que les premières prisons servant à des emprisonnements punitifs prolongés sont construites. Le pénitencier modèle est le Eastern Penitentiary de Philadelphie, achevé en 1821. On y enferme des détenus afin de les punir. Les détenus, isolés les uns des autres jour et nuit, sont supposés y réfléchir à leurs crimes et s’amender lors de leurs années de détention. Ce nouveau modèle intéresse les autorités du Bas-Canada et deux commissaires sont envoyés en 1834 aux États-Unis pour l’étudier et juger de son applicabilité ici.

IMG_8281
Une cellule de la prison des Plaines d’Abraham (4 pieds par 8 pieds), en usage jusqu’en 1970.

En effet, la province est dans un processus de renouvellement des prisons, alors qu’on commence à enfermer les détenu.es pour les punir. Une nouvelle prison a été construite à Québec dès 1808 (la Vieille Prison de Québec, qui sera active jusqu’en 1867) ainsi qu’une seconde à Trois-Rivières, construite en 1822 (la Vieille Prison de Trois-Rivières, en activité jusqu’en 1986). Montréal veut elle aussi s’équiper d’un nouveau pénitencier, inspiré des pratiques américaines cette fois. C’est pourtant une installation complètement mésadaptée qui est construite en 1835. En effet, dès son ouverture, la prison du Pied-du-Courant est dysfonctionnelle. On n’y trouve ni cuisine ni laverie ; les espaces y sont mal conçus et la séparation entre hommes et femmes peu respectée. La prison se trouve par ailleurs surpeuplée suite à la Révolte des Patriotes de 1837-1838 ; la prison le restera d’ailleurs jusqu’à sa fermeture en 1912.

Dans les trois grands établissements carcéraux du Québec du XIXe siècle (la Vieille Prison de Québec est remplacée en 1867 par la prison des Plaines d’Abraham, active jusqu’en 1970), les conditions de vie sont très dures et l’auto-organisation des détenu.es relativement rare. D’un côté, même si la nouvelle mentalité de l’emprisonnement prolongé comme punition se généralise, les établissements ne s’adaptent pas. Les espaces y sont donc très réduits et peu de choses sont prévues pour les longues peines (comme des cours pour l’exercice). De plus, l’idée que l’isolement est bénéfique à la réhabilitation des prisonnier.ères fait que ceux.elles-ci sont rarement mis.es en contact les un.es avec les autres, sauf pour des travaux forcés. La situation diffère quelque peu au pénitencier du Pied-du-Courant, où plusieurs anciens patriotes se retrouvent et agissent solidairement. Par ailleurs, on retrouve dans cet établissement une vie sociale plus développée, alors que les détenus de droit commun et les travailleuses du sexe enfermées devront s’occuper de l’organisation de la vie quotidienne (alimentation, ménage, etc.). À cette époque, deux autres facteurs (en plus de l’isolement) nuisent à l’organisation des prisonnier.es, à savoir les conditions de vie si dures que la survie est la priorité (lutte contre le froid, la faim et les maladies) ainsi que le fait que les détenu.es ne purgent pas encore des peines très longues, les crimes graves étant souvent punis par la déportation ou la pendaison.

La prison des Plaines d’Abraham, en activité de 1867 à 1970.

C’est donc surtout au XXe siècle qu’on verra les prisonnier.ères, de plus en plus nombreux.euses et purgeant des peines toujours plus longues, prendre conscience de leur condition politique et s’organiser dans les pénitenciers au Québec. La ville de Montréal pense d’ailleurs à construire une nouvelle prison tout au long du XIXe siècle pour remplacer le très défaillant établissement du Pied-du-Courant. La nouvelle prison sera finalement achevée à Bordeaux en 1912. Cette prison, non-mixte, est conçue pour accueillir plusieurs centaines de détenus ainsi que pour l’enfermement à moyen / long terme. C’est la naissance des prisons telles qu’on les connait au Québec : un immense lieu, non-mixte, avec des centaines de détenu.es dont certain.es purgent de longues peines, des espaces communs et un programme cohérent de travail pour les détenu.es. Ce nouvel univers carcéral permettra aussi l’émergence d’un nouveau rapport à soi et aux autres pour les prisonnier.ères. Au début du XXe siècle, le gouverneur de la prison du Pied-du-Courant, qui sera aussi le premier gouverneur de la prison de Bordeaux, remarque justement l’émergence d’une pensée politique nouvelle chez certains prisonniers. Le gouverneur Charles Vallée écrit en 1910 :

« La mentalité de nos prisonniers est elle-même plus différente aujourd’hui, de ce qu’elle était autrefois. Il y pointe maintenant un esprit de révolte pour ainsi dire chronique contre l’autorité sous toutes ses formes… je n’ai sans doute pas à déterminer ici jusqu’où cette agressivité particulière et généralement imputable aux doctrines subversives que des fauteurs de grèves ouvrières d’unionismes internationalistes (sic) ou de communisme obligatoire (sic) ont importé chez nous de la vieille Europe ; mais, personnellement, je suis bien convaincu que, entre cette mentalité nouvelle que je signale chez nos détenus et la vulgarité des doctrines précitées, il doit exister autre chose de plus substantielle que de simples rapports de coïncidence éventuelle… ».

Nous voyons dans ce discours du gouverneur Vallée une crainte paniquée des organisations ouvrières, ainsi qu’une paranoïa anti-communiste qui n’a que peu à voir avec la réalité de 1910. Pourtant, on peut en déduire que les détenus commencent à être plus contestataires à la prison du Pied-du-Courant, et cela probablement à cause des peines plus longues que certains d’entre-eux doivent y purger dans des conditions exécrables. Il n’est pas impossible non plus que certains éléments politisés commencent effectivement à être emprisonnés à cette époque et que ceux-ci tentent d’y organiser les forçats qui s’y trouvent.

La première moitié du XXe siècle voit s’achever l’organisation carcérale telle que nous la connaissons aujourd’hui. Des pénitenciers fédéraux sont construits pour les détenu.es condamné.es à des peines lourdes (en général plus de deux ans) alors que les pénitenciers provinciaux se spécialisent dans les peines dites légères (moins de deux ans). La non-mixité devient la règle et des institutions psychiatriques / carcérales, tel que l’Institut Pinel à Montréal, sont finalement créés pour les détenu.es souffrant de problèmes de santé mentale. Notons que ces institutions psychiatriques sont loin de prendre en charge toutes les personnes criminalisées qui auraient besoin de soins de santé mentale, alors que l’on retrouve, tout au long du XXe siècle et jusqu’à ce jour, un nombre effarant de prisonnier.ères souffrant de problèmes de santé mentale dans toutes les prisons du Québec, du Canada et d’ailleurs. Notons aussi que les résistances des détenu.es prendront des formes différentes selon les types de prisons (fédérales, provinciales ou psychiatriques). On verra une organisation socio-politique plus forte dans les pénitenciers provinciaux, alors que l’on verra une résistance plus violente et désespérée dans les pénitenciers fédéraux. La solidarité extérieure sera aussi plus active avec les détenu.es des prisons provinciales et psychiatriques, alors que les détenu.es fédéraux.ales seront plutôt laissé.es de côté, du fait de leur isolement institutionnel, mais peut-être aussi parce qu’ils et elles sont davantage perçu.es comme des personnes dangereuses, criminel.les professionnel.es ou éléments anti-sociaux ; perception, surtout concernant le banditisme professionnel, partagée même dans les milieux de gauche…

La prison de Montréal, vers 1927.
La prison de Bordeaux en 1927.

Dans ces conditions, deux possibilités s’offrent aux prisonnier.ères pour résister aux conditions de vie toujours terribles qui leur sont imposées. D’abord, les détenu.es peuvent faire connaître leur situation aux institutions et au public pour mettre de la pression sur les autorités carcérales. Ensuite, les détenu.es peuvent lutter dans les prisons, par des actions directes qui mettent de la pression sur les gardien.nes et la direction des prisons, allant jusqu’à l’émeute. Un des premiers épisodes de ce genre a lieu à la prison de Bordeaux le 4 mai 1952. Les détenus, notamment en colère en raison du traitement humiliant qu’ils subissent aux mains des gardiens et de la nourriture dégoûtante qui leur est servie (souvent moisie, et on trouve même des asticots dans les plats), se soulèvent soudainement et défoncent une partie de la prison. Des feux sont allumés et les détenus armés de couteaux repoussent les gardiens, pris au dépourvu. Si l’émeute est matée, la nourriture est modifiée dès les jours suivant. Bien sûr les humiliations restent la norme, ce qui mènera à de nouvelles luttes…

Dans les années 1950, les conditions de vie des détenu.es sont réellement misérables. Les détenu.es sont mal logé.es et mal nourri.es. Mais ce qui leur rend la vie particulièrement dure, ce sont les violences arbitraires des gardien.nes. En effet, aucun contrôle n’est exercé sur les gardien.nes par une instance extérieure. Ceux.elles-ci peuvent donc voler les détenu.es comme bon leur semble, les humilier verbalement et physiquement, les passer à tabac et même les tuer sans conséquence. Ces conditions inhumaines sont dénoncées par Jacques Hébert dans son petit livre Scandale à Bordeaux (éditions de l’Homme, 1959). Ce livre sera à l’époque une importante pièce à conviction dans le procès social qui suivra certaines émeutes des années 1960, procès social qui changera les conditions de vie des détenu.es.

Au cours de l’année 1960, les détenus de la prison de Bordeaux n’en peuvent plus de ces conditions. Le 26 juin 1960, après le repas, trois détenus attaquent un gardien. Celui-ci tire des coups de semonce mais est vite repoussé. Rapidement, un grand nombre de détenus se met de la partie. Les gardiens sont repoussés et arrivent à peine à tirer sur les détenus qui tentent de franchir le mur d’enceinte. Pour le reste, ils ont perdu le contrôle. Des feux sont allumés un peu partout dans la prison et une guérite brûle. Pourtant, après des négociations avec les détenus, les gardiens reprennent le contrôle de la prison. Trois détenus sont blessés ; les autorités se disent conscientisées aux problèmes soulevés et promettent moins d’arbitraire… mais il n’en n’est rien. Ce n’est donc que partie remise pour la confrontation entre détenus et gardiens. Six jours plus tard, de nouveaux troubles éclatent, puis encore en novembre 1960, et enfin le 12 décembre de la même année. Les détenus n’en peuvent plus du froid, des privations et de la maltraitance. L’émeute de décembre dure toute la journée et ne peut être matée qu’avec l’aide de la Sûreté de Montréal. Plus de 100 hommes sont déployés en soutien aux gardiens. Les détenus ont aussi droit à la première page de plusieurs journaux le lendemain. Mais la répression est dure, les hommes sont envoyés au trou, ne reçoivent pas de traitements médicaux et plusieurs seront affamés en guise de punition. La tension est à son comble à Bordeaux, d’ailleurs complètement surpeuplée avec 1 500 détenus.

La prison de Bordeaux, après les émeutes de juin 1960.

Certains prisonniers réussiront à dénoncer les violences qu’ils subissent à Bordeaux lors de leur comparution. Les juges seront bien forcés de les écouter. Depuis le livre d’Hébert, l’opinion publique est par ailleurs préoccupée. Avec les histoires de tortures suite aux troubles de l’année 1960, c’en est trop. En novembre 1961, une réforme de la prison de Bordeaux est annoncée. La direction de la prison est remplacée ainsi que plusieurs dizaine de gardiens. C’est une victoire en demi-teinte pour les détenus. Les plus sales parmi les gardiens, les tortionnaires psychopathes qui s’en sont pris aux détenus durant des années, sont licenciés. Mais les conditions restent dures, surtout pour les prisonniers rebelles, ceux qu’on met au trou…

Ainsi, le 28 septembre 1967, dans un mémoire qu’elle remet à la commission d’enquête Prévost sur la justice au Québec, la CSN parle de la violence qui sévit toujours contre les prisonniers à Bordeaux :

« Le sous-sol est une cave humide où est installé le « donjon » (ou le « trou »), qui comprend dix cellules d’isolement pour les cas agressifs ou « dangereux ». Dans ces cellules, il n’y a ni lavabo, ni toilette, mais seulement des trous dans le plancher. Et ces trous sont souvent bloqués. On peut facilement imaginer l’état des cellules et l’odeur qui s’en dégage. C’est au sous-sol, aussi, qu’il y a le plus de rats, de coquerelles et de punaises. Et quand il y en a trop, une équipe spécialisée fait à l’occasion une tournée de l’institut pour exterminer toute cette vermine ».

De telles conditions font écho à celles d’une autre institution carcérale du Québec : l’Unité Spéciale de Correction de la prison de Saint-Vincent-de-Paul. Ces installations récentes ont en effet pour objectif de briser les plus coriaces parmi les détenus. L’évasion y est réputée impossible et les hommes, tous condamnés à de longues peines, y sont torturés sans plus de manière. On y trouve 65 gardiens pour 62 détenus : c’est dire le rapport de force qui y existe.

Les luttes carcérales vont d’ailleurs se déporter de manière spectaculaire à la prison Saint-Vincent-de-Paul quelques années plus tard. Effectivement, le célèbre braqueur de banque Jacques Mesrine y est enfermé depuis le début des années 1970 en compagnie de plusieurs autres criminels de profession. Mesrine et les autres détenus y subissent une torture abjecte, faite de privations sensorielles, de jeûnes forcés et de passages à tabac fréquents. Les détenus de cette prison n’ont aucun moyen de faire connaître les tortures qu’ils y subissent puisqu’ils sont drastiquement isolés du monde extérieur. Pourtant, le 21 août 1972, Jacques Mesrine et cinq de ses codétenus s’évadent de Saint-Vincent-de-Paul (la prison dont nul ne peut s’évader !). Jacques Mesrine essaiera alors d’informer les autorités de la torture qui sévit à Saint-Vincent-de-Paul. Il envoie notamment des informations à cet effet au Solliciteur général du Canada Jean-Pierre Goyer et produit un enregistrement diffusé publiquement, Mesrine parle encore, dans lequel il dénonce les conditions de vie à l’Unité Spéciale de Correction. Même si Mesrine y expose (entre autre) l’existence d’une chambre à gaz, le Solliciteur ignore les propos du célèbre bandit, fait saisir les copies de l’enregistrement… et interdit aux journalistes de visiter la prison Saint-Vincent-de-Paul pour voir ce qui s’y passe.

Mesrine parle encore, enregistrement de 1972 dans lequel Jacques Mesrine dénonce le régime de torture qui sévit à Saint-Vincent-de-Paul.

Mesrine décide donc, à l’automne 1972, d’attaquer le pénitencier Saint-Vincent-de-Paul, d’abord pour faire évader un maximum de prisonniers, ensuite pour dénoncer l’institution et les politiques ultra-violentes qui y sont la norme. L’attaque a lieu le 3 septembre 1972. Une violente bataille oppose Mesrine et ses complices aux gardiens. Des échanges de mitrailleuses et des tirs de grenades ont lieu de part et d’autre. Si deux gardiens sont grièvement blessés, l’évasion est un échec. Pourtant, l’attaque de Mesrine a attiré l’attention sur la vie à Saint-Vincent-de-Paul. Lorsqu’un autre ancien détenu de l’Unité Spéciale, Richard Blass, s’attaque à un bar tenu par un ancien policier et y brûle 13 personnes qu’il a enfermées dans le sous-sol, la pression médiatique est à son comble. Les journalistes cherchent à savoir quelles conditions horribles ont créé un homme si violent. Finalement, en 1974, la torture pratiquée à Saint-Vincent-de-Paul est prouvée. Après des années de dénégation, le Ministère de la Sécurité publique doit avouer ses crimes envers les détenus. L’Unité Spéciale de Correction est enfin fermée et la prison redevient un établissement aux normes plus conventionnelles.

Les résistances carcérales ne s’arrêtent bien sûr pas à ces épisodes célèbres. Il y a une lutte continuelle des détenu.es contre les gardien.nes dans les prisons, afin d’obtenir des conditions de vie décentes et une certaine dignité. Pourtant, ces luttes sont invisibilisées, à cause de la manière même dont le système carcéral est conçu. Effectivement, les détenu.es sont présenté.es et socialement reconnu.es comme des parias. De fait, ils et elles sont isolé.es du reste de la population. Leurs situations, leurs luttes et leurs espoirs ne sont donc par relayés. De plus, le fait que le système de justice ne soit pas réfléchi comme organe politique de répression, mais comme une institution garantissant le vivre-ensemble, fait en sorte qu’une critique globale de la prison est rare, qui ferait des prisonnier.ères des camarades pour les militant.es ; des personnes victimes de la répression d’état avec qui nous devrions lutter. Cela est toujours le cas dans les années 1980, alors qu’il y a une reprise des luttes des détenu.es.

Par exemple, le soir du 25 juillet 1982, un groupe de détenus tente une évasion de la prison Archambault (pénitencier fédéral à sécurité maximale situé à Sainte-Anne-des-Plaines). Les détenus prennent en otage plusieurs gardiens et tentent d’obtenir en échange de ceux-ci leur libération. Mais le pénitencier est vite sécurisé et les détenus se retrouvent alors coincés. Une émeute s’ensuit durant laquelle trois gardiens seront tués. L’émeute sera pourtant un échec et le contrôle est rétabli durant la nuit. Face à cette situation, deux détenus condamnés à la perpétuité choisissent de se suicider. Les motivations des détenus ici sont d’abord leurs conditions de vie, comme toujours, mais aussi une lutte pour leur vie elle-même. Effectivement, les détenus qui participent à cette émeute sont condamnés à des peines très lourdes, et ce qui leur reste à vivre ne sera qu’une longue déchéance jusqu’à la mort. Ainsi, l’exemple d’Archambault est frappant, dans la mesure où il montre que les longues peines sont la pire des tortures, insupportables, et que ceux qui y sont confrontés sont prêts à tuer et à mourir pour ne pas vivre ainsi durant vingt ou trente ans.

La Presse (mai 1992)
Les détenus se sont révoltés pas moins de six fois entre 1985 et 1992 à la prison de Bordeaux, en raison des conditions de détention insupportables (La Presse, 1er mai 1992).

Les émeutes reprennent aussi à Bordeaux dans les années 1980-1990. On en dénombre six majeures entre 1985 et 1992, sans compter les autres formes d’organisation politique ou les grèves de la faim. La raison principale en est cette fois le surpeuplement de la prison et ses conséquences. Les détenus vivent alors les uns sur les autres, ils manquent d’espace pour l’exercice, les promenades sont réduites… Les exactions des gardiens aussi se multiplient, alors que ceux-ci se sentent sous pression en raison du surpeuplement. À la fin avril 1992 se produit d’ailleurs la pire émeute à Bordeaux depuis les années 1960. On dénombre pour plus de deux millions de dollars en dommage et de nombreux blessés, détenus comme matons. Et depuis (depuis presque 30 ans donc), les choses n’ont pas tellement changé. C’est pourquoi une gronde perpétuelle à cours dans les prisons, alors que le surpeuplement reste le principal problème dans les prisons québécoises (fédérales, provinciales ou psychiatriques, masculines comme féminines). Ce surpeuplement implique bien sûr une dégradation continuelle des conditions des vie : moins d’espace, moins de temps de sortie ou d’exercice, moins de visites, une nourriture de qualité inférieure, préparée en masse pour une population trop grande… Et si les autorités constatent le problème, elles ne font rien. Parce que les détenu.es dans nos sociétés restent ces parias qu’on ne veut ni voir ni entendre, qui n’ont pas droit à la dignité, leur statut de déviant.es justifiant de la part de l’état les pires exactions.

Dans les prisons pour femmes (dont la funestement célèbre prison Leclerc à Laval) les luttes sont aussi perpétuelles. Pourquoi donc n’en entendons-nous jamais parler ? Évidemment parce que les femmes, dans le milieu carcéral, sont les parias des parias. Leurs luttes ne sont ni diffusées ni relayées. Elles ne relèvent pas de la même aura sociale que le gangstérisme masculin. De plus, les épisodes d’émeutes violentes se sont montrés moins fréquents dans les établissements pour femmes au Québec que dans les pénitenciers masculins. Les conditions imparties aux femmes sont pourtant tout aussi violentes. La surpopulation les affectent de plein fouet, ainsi que les violences et les pénuries. Le manque chronique de serviettes sanitaires à la prison Leclerc est un exemple parmi bien d’autres de la manière dont les détenues sont traitées au Québec. La violence directe est aussi exercée contre les détenues à Leclerc comme ailleurs.

Notons sur un autre plan qu’un très grand nombre de femmes sont enfermées pour avoir réagi à la violence sociale qu’elles subissaient. Ainsi, les assassines d’un proche violent, les voleuses, les travailleuses du sexe ou encore les femmes venant de milieux paupérisés et arrêtées pour consommation ou vente de drogues représentent la grande majorité des femmes détenues. Les femmes pauvres, racisées et autochtones sont naturellement sur-représentées dans les prisons au Québec ; ce qui nuit d’autant plus à leurs chances d’être entendues dans la société lorsqu’elles veulent dénoncer leurs conditions de détention. Sans compter sur le fait que les détenues (comme leurs homologues masculins d’ailleurs) ont toutes les chances de revenir en prison, puisque la prison marginalise et induit des comportements criminels ; ce qui reconduit d’autant plus les détenu.es en prison et reproduit leur isolement / invisibilisation sociale. Toutes ces conditions sont longuement dénoncées en 1983 dans le numéro de la revue féministe La vie en rose sur les détenues, mais restent toujours aussi ignorées.

Prison femmes
La vie en rose, dossier sur les prisons pour femmes, 1983.

Pour conclure, il est bon de revenir un peu sur le statut des détenu.es, leur traitement social, leurs droits et leur potentiel. Les détenu.es sont en très grande majorité des personnes d’origine modeste, issues de classes défavorisées (économiques ou raciales). Elles sont en général condamnées pour des crimes qu’elles ont commis en réaction à la violence que le monde leur a fait subir. De plus (et surtout), les personnes détenues, par-delà leur culpabilité, changent socialement de statut lorsqu’elles sont incarcérées. Reconnues coupables et enfermées, elles sont séparées du reste de la population et deviennent des êtres rejetés du corps social, qu’on ne voit pas et pour qui le respect est nié. Ainsi, les personnes devenues détenues ont un nouveau statut qui les invisibilise et les soumet à la violence et à l’arbitraire de l’état. Coupables ou innocent.es, les détenu.es ont en commun d’être déshumanisé.es, de se voir retirer le droit à la sociabilisation et à la dignité. En isolant ainsi les gens, on les prive de tout ce à quoi un être digne a droit : la liberté, la parole, les liens d’amitié désintéressés, la famille, l’amour… Bien sûr, dans leur résilience, les détenu.es se donnent certaines possibilités sociales, mais l’institution qui les déshumanise n’en cherche pas moins à les en priver. Qu’un groupe social subisse une telle violence montre le caractère inhumain de l’état. Un tel isolement entraîne naturellement le renfermement sur le groupe déviant, et ce qui devait être combattu se reproduit.

Appel à une grève nationale des détenu.es, le 21 août 2018, alors que les prisonnier.ères servent encore de main-d’oeuvre corvéable partout à travers le pays.

Bien sûr, il existe certaines difficultés liées au statut des prisonnier.ères, comme le masculinisme du milieu criminel et le fait que plusieurs personnes soient en prison pour avoir pratiqué une forme de capitalisme illégal. Pourtant, nous ne croyons pas que ce sont les points qui doivent a priori retenir notre attention. Nous pensons qu’il vaut mieux comprendre globalement le système carcéral comme un système de répression sociale, qui vise en général les plus pauvres et les plus démuni.es, et qui isole plus encore les gens de la marge. Nous pensons que la prison est un lieu de fabrication d’une classe sociale déshumanisée, vouée à la torture d’état et vouée à se reproduire en vertu même de la structure carcérale. En ce sens, nous croyons que toutes les luttes des détenu.es pour la dignité, une vie meilleure et finalement la liberté sont justes. En effet, le système carcéral n’est pas une institution de préservation de la paix sociale, mais une institution d’isolement et de violence. Il est donc de notre devoir de comprendre l’origine de la prison, de dénoncer son action et d’agir solidairement avec les prisonnier.ères en lutte. Des luttes qui n’en finiront que lorsque la prison et son monde auront disparu. Les grèves carcérales continuent, les luttes judiciaires, les publications contestataires ainsi que les émeutes. Soyons attentif.ves à ce qui se fait derrière les murs, pour aider à faire tomber les murs.

/ / /

Sur l’origine idéologique des prisons et les débuts du système carcéral, on consultera avec profit l’article Les origines de la prison de Bordeaux (Pierre Landreville et Ghislaine Julien, 1972). Pour un historique des prisons au Québec, ainsi qu’un aperçu des émeutes les plus importantes qui s’y déroulèrent, on consultera… le site de la Sécurité publique (sans commentaire sur l’idéologie qui y est véhiculée). Sur l’émeute de Bordeaux de 1960, on pourra consulter cet article, sur le site Histoire du Québec.

Sur les idées abolitionnistes (en faveur de l’abolition du système carcéral dans son ensemble), on pourra consulter cet article de 2017 ainsi que les documents laissés en ligne dans le cadre du Mois contre les prisons (2015). En Anglais, on consultera Prison Justice, qui milite contre les abus en prison et contre le système carcéral, et qui documente les luttes en cours dans les prisons du Canada. Pour entendre les voix dissidentes d’ex-détenu.es et d’actuelles personnes incarcérées, on pourra écouter l’émission Prison Radio ; on trouvera aussi sur le site des informations sur les luttes carcérales passées et actuelles.

Grève climatique : reprendre le temps!

 Commentaires fermés sur Grève climatique : reprendre le temps!
Oct 202019
 

De Les temps fous

Au matin du 27 septembre, les rues de Montréal et du Québec ont été prises d’assaut par une marée humaine historique. Par centaines de milliers, jeunes et moins jeunes, ont battu le pavé et ont répondu à l’appel international de la Global Climate Strike. Cet appel à la grève planétaire a fait son chemin dès le printemps 2019 jusqu’au Québec, alors que les premières associations étudiantes et syndicats d’enseignant-es votaient un débrayage pour le 27 septembre. Au cours de l’été, les administrations collégiales, menacées par la tenue de grèves illégales par le corps enseignant, ont décidé de faire de la journée du 27 septembre une « journée institutionnelle » et d’aménager en conséquence le calendrier. Les journées institutionnelles, tel un « capteur de grève », ont peu à peu contaminé l’ensemble du réseau d’éducation québécois, des écoles primaires aux universités. Si, a priori, on pouvait être satisfait que plus de 600 000 personnes soient « libérées » par les autorités afin de participer à la manifestation du 27 septembre, on ne peut qu’être dubitatif quant à l’avenir du mouvement et à son autonomie. La grève comme interruption volontaire et collective du quotidien a été travestie par les directions scolaires qui se sont assurés avec les journées institutionnelles de garder le contrôle de l’agenda et de la temporalité de la lutte.

Le 17 septembre la direction de la CSDM faisait parvenir une lettre aux parents afin de les informer qu’une journée pédagogique serait déplacée afin de permettre la participation des élèves à la manifestation du 27. Au-delà du changement de calendrier, cette lettre a été l’occasion pour la CSDM de menacer ouvertement les élèves qui voudraient faire grève au-delà du 27 septembre :

2. Aviser votre enfant qu’en aucun cas, il ne peut empêcher les autres élèves de l’école d’assister à leurs cours, puisque la scolarisation des élèves est un droit fondamental qui doit être respecté ;

3. Rappeler à votre enfant qu’il doit faire preuve de civisme et ne pas participer à bloquer l’accès à l’école de quelque façon que ce soit, à l’égard de quiconque, car cela pourrait constituer un méfait au sens de la loi.

Tout en aménageant le calendrier pour permettre de manifester le 27 septembre, la CSDM s’assure ainsi que les grèves du vendredi ayant affecté plusieurs écoles au printemps dernier ne se reproduisent pas. Elle nous rappelle ainsi que les journées institutionnelles décidées par le haut permettent justement aux pouvoirs intermédiaires que sont les commissions scolaires, cégeps et universités, de délégitimer les journées de grève décidées par le bas.

Au niveau universitaire, la situation à Polytechnique a dévoilé avec lucidité les craintes du pouvoir quant à la suite du mouvement. Malgré un vote électronique des étudiant-es à plus de 78 % en faveur d’une levée de cours, l’administration de polytechnique a refusé de répondre positivement à la « demande » de levée les cours. Le directeur général de Polytechnique, Philippe A. Tanguy — un ancien ingénieur de la pétrolière française Total — a justifié le refus d’accepter la demande de levée de cours en affirmant que :

« Polytechnique soutient cette cause, mais nous sommes aussi conscients que, malheureusement, cette journée mondiale ne sera pas suffisante pour résoudre les enjeux climatiques ; il y en aura d’autres et nous ne pourrons pas lever invariablement les cours pour toutes ces journées.

Cette justification démontre bien la limite de demander aux autorités en place de lever les cours. Malgré l’adoption de journées institutionnelles dans plusieurs établissements, on ne peut se permettre d’oublier qu’une grève n’a jamais attendu l’approbation des patrons et autres autorités pour se dérouler et qu’il est tout à fait normal que celle-ci perturbe le calendrier et le quotidien de l’institution et plus globalement de la société.

Le rôle des centrales syndicales dans la disparition de la grève du discours public a également été prépondérant. Alors que plusieurs syndicats commençaient à adopter, au-delà du cadre légal du Code du travail, des mandats de grève pour le climat, les centrales syndicales sont explicitement entrées dans le mouvement en exigeant que les organisateurs de la manifestation arrêtent d’appeler à la grève des travailleurs et travailleuses. Au collectif la « planète en grève », formé de travailleurs et travailleuses de la base, s’est substitué le collectif « La planète s’invite au travail », coordonné par les directions des centrales syndicales. Alors que la Planète en grève visait à bousculer le droit de grève au Québec en assumant à la fois la nécessité et l’illégalité de la grève, le collectif la planète s’invite au travail avait pour objectif de mobiliser le monde du travail en faisant disparaître des affiches, tracts et communications toutes références à la grève. Durant la conférence de presse du 27 septembre, Serge Cadieux, porte-parole du collectif « la planète s’invite au travail » et secrétaire général de la FTQ, nous a rappelé le manque de courage politique des centrales en refusant de faire mention de la dizaine de syndicats ayant décidé de faire grève et en réaffirmant la soumission des centrales syndicales au Code du travail. Au-delà du manque de courage politique des centrales syndicales à se réapproprier la grève hors du cadre légal, Serge Cadieux nous a aussi rappelé la dépolitisation du syndicalisme contemporain. Il a ainsi affirmé « qu’il n’y a pas d’opposition entre l’économie et l’écologie » et que le monde syndical travaille notamment avec « le monde patronal » et « le monde de la finance » afin de faire face à la crise climatique.

Le copinage entre les centrales syndicales et le pouvoir économique et politique ne date pas d’hier, cependant on aurait pu s’attendre à ce que dans le contexte actuel de crise climatique les centrales assument la nécessité d’une rupture avec le système économique capitaliste. Il n’en est rien ! Nous ne nous faisons d’ailleurs aucune illusion sur le rôle des centrales syndicales dans le mouvement de grève climatique qui en a été et en sera un de pacification et de récupération.

En appuyant le mouvement, les administrateurs, politiciens ou patrons s’efforcent de saper tout le caractère politique de la question environnementale. On en fait une « lutte » lisse, sans conflictualité, ou il n’y a ni coupables ni responsables. On s’entend tous et toutes sur l’importance de l’environnement et on marche ensemble pour le souligner, comme si le développement des énergies fossiles, l’appropriation et la destruction des territoires ou le saccage des mers et rivières étaient des processus naturels qui échappent à notre contrôle. Desjardins, la Banque Nationale et la CIBC mettent en place des mesures permettant à leurs employé-es de quitter le travail pour prendre part à la marche, MEC ferme boutique, ainsi qu’une panoplie d’entreprises allant d’un cabinet d’avocat à une agence de publicité. Alors qu’ils se joignent aux manifestant-es, les chefs d’États, ministres ou PDG sont des citoyen-es comme les autres, qui s’engageront à ne plus acheter de pailles en plastique pour l’avenir de leurs enfants. Ils renient le caractère politique du mouvement écologiste, comme si l’avenir de la planète dépendait plus de la bonne volonté de tout un chacun que des décisions qu’ils prennent. En aplanissant et pacifiant ainsi ce qui devrait être une lutte, on assure que la cause environnementale ne sorte pas du carcan de la consommation individuelle, où chacun-e doit faire sa part, et que les 500 000 manifestant-es ne réalisent pas la puissance collective qui pourrait se dégager de leur rencontre.

La récupération des luttes environnementales par le « capitalisme vert » est bien rodée depuis plusieurs décennies. Et c’est peut-être bien parce que ces luttes pourraient avoir la capacité de remettre en question le monde colonial et capitaliste qu’elle a été neutralisée avec autant d’efficacité. Mais pour une fois, le discours de la récupération sonne drôlement faux. La génération qui a grandi bercée par ces mensonges — qui voudraient la voir étudier, recycler, travailler, manger local et s’appauvrir, pour un avenir de plus en plus incertain — refuse de continuer à jouer le jeu. Au cours des derniers mois, on a vu surgir des votes de grèves qui passent avec des majorités écrasantes dans des cégeps inattendus, des prises de mandat de grève illégale par des syndicats locaux ou l’organisation de grèves et de manifestations hebdomadaires s’étalant sur plusieurs mois par des élèves du secondaire.

Derrière la « grève pour la planète » se trament des questions qui débordent largement les enjeux dans lesquels la grève syndicale est légalement circonscrite. La grève pour la planète n’est pas un « moyen de pression » en vue d’obtenir de meilleures conditions de travail ou de bloquer une hausse des frais de scolarité. On demande aux politiciens d’en « faire plus », mais les rares tentatives de définir ce qu’on pourrait entendre par-là tombent à plat. Aucune revendication ne semble être à même de contenir l’ampleur des enjeux soulevés par le mouvement. C’est la condition même du sujet travailleur, ou étudiant, qui pourrait être remise en question par cette grève : pourquoi continuer à étudier, travailler et investir dans ces REER alors que le monde s’écroule sous nos pieds? La grève pour la planète a la capacité de s’assumer pour ce qu’elle est, une grève politique à même d’interrompre la temporalité de ce monde mortifère, une temporalité où la croissance du capital et du monde colonial est imbriquée avec l’accélération de la catastrophe écologique. À l’heure de l’urgence climatique, il ne s’agit plus de quémander aux autorités une libération, mais bien de « Faire Grève » au sens le plus politique qui soit, c’est-à-dire destituer notre quotidienneté en reprenant collectivement chaque moment de nos existences. Il ne s’agit plus de suivre la cadence d’une contestation clôturée par l’État, mais par la grève, par l’interruption, transformer radicalement notre rapport au monde et au temps.

Des anarchistes anti-coloniaux votent en vandalisant (encore) les statues de John A. Macdonald et Reine Victoria

 Commentaires fermés sur Des anarchistes anti-coloniaux votent en vandalisant (encore) les statues de John A. Macdonald et Reine Victoria
Oct 202019
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Quelques anarchistes anti-coloniaux de Montréal ont décidé de “voter” par anticipation aux élections fédérales en utilisant de la peinture. Encore une fois, et ce pour environ la 10e fois en trois ans, le monument de John A. Macdonald a été attaqué, cette fois-ci en bleu. La statue de la reine Victoria située sur rue Sherbrooke Ouest a également été prise pour cible.

-> Photos: https://postimg.cc/gallery/285o60j9e/

Selon Jagandrew Trumanychet du groupe #MacdonaldMustFall à Montréal: “Nous avons décidé d’utiliser de la peinture bleue pour démontrer notre opposition à l’idée offensante du conservateur bleu Andrew Scheer que plus devrait être fait pour honorer John A. Macdonald” (mise en contexte: https://ici.radio-canada.ca/espaces-autochtones/1334769/parti-conservateur-gratuite-musees-nationaux-grc-regina)

Tel que mentionné dans les communiqués précédents, le groupe #MacdonaldMustFall à Montréal rappelle aux médias et au public que John A. Macdonald était un suprémaciste blanc. Il a directement contribué au génocide des peuples autochtones avec la création du système brutal des pensionnats ainsi que d’autres mesures destinées à détruire les cultures et les traditions autochtones. Il était raciste et hostile envers les groupes minoritaires non blancs au Canada, promouvant ouvertement la préservation d’un Canada dit «aryen». Il a adopté des lois pour exclure les personnes d’origine chinoise et il a également été responsable de la pendaison du martyr Métis Louis Riel.

Et dans les mots de la Brigade de Solidarité Anticoloniale Delhi-Dublin: “La présence de statues de la Reine Victoria à Montréal est une insulte aux luttes d’autodétermination et de résistance des peuples opprimés dans le monde entier, y compris les nations autochtones en Amérique du Nord (l’Île de Tortue) et en Océanie, ainsi que les peuples d’Afrique, du Moyen-Orient, des Caraïbes, du sous-continent indien, et partout où l’Empire britannique a commis ses atrocités. Le règne de la reine Victoria a représenté une expansion massive de l’Empire britannique barbare. Collectivement, son règne a représenté un héritage criminel de génocide, de meurtres de masse, de torture, de massacres, de terrorisme, de famines forcées, de camps de concentration, de vols, de dénigrement culturel, de racisme et de suprématie blanche. Cet héritage devrait être dénoncé et attaqué.”

Les statues de Macdonald et Victoria devraient être retirées de l’espace public. En tant qu’artefacts historiques, elles devraient être entreposées, soit dans les archives ou les musées. L’espace public devrait plutôt célébrer les luttes collectives pour la justice et la libération et non pas la suprématie blanche et le génocide.

Le PPC de Maxime Bernier et l’extrême droite

 Commentaires fermés sur Le PPC de Maxime Bernier et l’extrême droite
Oct 182019
 

De Montréal Antifasciste

Bien que voter ne soit pas vraiment notre tasse de thé, il faut bien reconnaître que les campagnes électorales sont des périodes où les gens s’intéressent de manière plus aiguë à la politique, de manière générale, et aux politiques des différents partis, dont plusieurs auront un impact concret dans leur vie. Cette fois-ci (et ce n’est pas la première fois), les conservateurs sont aux prises avec un parti national sur leur droite, le Parti populaire du Canada de Maxime Bernier, qui présente des candidats partout au pays avec un programme populiste dont les principaux axes sont le déni des changements climatiques et le sentiment populiste anti-immigration.

Maxime Bernier a été ministre fédéral de 2006-2007 et de 2011-2015 au sein du gouvernement du Parti conservateur de Stephen Harper. Il s’est présenté à la direction du Parti conservateur à l’élection de 2017 et a terminé deuxième avec plus de 49 % des voix au 13e tour, après avoir conservé l’avance sur l’éventuel gagnant, Andrew Scheer, au cours des 12 premiers tours. En août 2018, Bernier a démissionné du Parti conservateur pour créer le Parti populaire du Canada (PPC). Le PPC s’est rapidement accroché aux angoisses cultivées par certains au sujet de l’immigration et des immigrant-e-s en faisant de cette question l’enjeu central de sa plateforme, en plus de soutenir sans réserve le développement des pipelines et de propager diverses théories complotistes niant la réalité des changements climatiques. En fait, bien que le déni climatique soit le thème de droite que l’on retrouve avec le plus de constance sur les comptes de médias sociaux des candidats québécois du PPC, ce sont les nouvelles liées au racisme qui ont le plus souvent mis les populistes de Bernier sur le devant de la scène.

Le PPC correspond à un phénomène (qui a fait ses preuves dans le monde entier) où un nouveau parti de droite se détache du principal parti conservateur pour ouvrir un espace sur sa droite. Au Canada, dans le genre, c’est le Parti réformiste de Preston Manning qui a jusqu’ici connu le plus grand succès dans les années 1990. Le Parti réformiste du Canada a émergé du flanc droit du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney, en 1987, et son succès a été tel qu’il a remplacé les conservateurs avant de s’y joindre à nouveau en 2000. Comme le PPC aujourd’hui, le Parti réformiste du Canada s’est attiré l’appui massif des Canadien-ne-s de droite, dont la plupart étaient des conservateurs déçus, mais aussi d’une poignée de néonazis et autres personnages d’extrême droite qui ont pris le train en marche pour être plus tard chassés du parti. Le Parti réformiste a finalement absorbé le Parti progressiste-conservateur et pris le nom de « nouveau » Parti conservateur du Canada sous la direction de Stephen Harper. C’est cette nouvelle formation qui a été le bercail politique de Maxime Bernier, où il a fait carrière avant de créer le PCC. Autrement dit, le PPC s’inscrit dans une dynamique qui se poursuit depuis des décennies où une partie de l’électorat canadien parvient à pousser la politique parlementaire toujours plus à droite. Dans un certain sens, il n’y a là rien de nouveau, mais il ne faut pas perdre du vue que le contexte mondial et national est aujourd’hui beaucoup plus favorable à l’extrême droite, et ce n’est pas un hasard si de nombreux partisans de Bernier comparent sa campagne d’« outsider » à celle de Donald Trump.

Bien que le PPC ne soit pas un parti nazi ou fasciste, Bernier, alors même qu’il se présentait à la direction du Parti conservateur en 2017, était déjà désigné par certains néonazis canadiens, comme un « franc-tireur » qui pourrait aider à changer les choses en leur faveur, comme l’a fait Trump aux États-Unis. Ils n’avaient pas tort. Depuis la fondation du PPC, Bernier a adopté la stratégie du « dogwhistle » pour s’attirer l’appui des éléments les plus réactionnaires de l’électorat blanc au Canada. En tant que tel, le parti est devenu un pôle d’attraction pour de nombreux éléments de l’extrême droite espérant soit renforcer leur pouvoir politique, soit (pour les plus lucides) déplacer le cadre du débat vers la droite. Prendre des selfies aux côtés de Bernier est devenu une espèce de hobby pour une partie de la réaction canadienne, et ce, avant même que les médias se mettent à parler des séances de photos de néonazis comme Alex Brisson de Huntingdon, Paul Fromm de l’Ontario, les membres du Northern Guard en Alberta, et les membres des Proud Boys posant avec « Mad Max ».

Certains (par exemple, B’nai B’rith Canada) ont suggéré que Martin Masse, le porte-parole du PPC et l’architecte de sa stratégie de relations publiques, est en grande partie responsable de cette tolérance à l’égard de l’extrême droite. Masse était propriétaire et éditeur du Québécois Libre, un journal libertaire en ligne qui a fermé ses portes en 2016. Il est cependant fort peu probable que les relations intimes du PPC avec les racistes soient principalement dues à l’influence d’une seule personne. Le PPC se positionne plutôt comme une option de choix pour ceux et celles qui trouvent que les conservateurs ne sont pas assez à droite.

Le racisme est clairement l’un des outils les plus efficaces en appui à une telle stratégie, comme en témoignent les panneaux d’affichage et les tweets du PPC contre « l’immigration de masse » et contre « antifa », ou la diatribe de Bernier sur « l’Islam radical », qui serait « la plus grande menace pour la liberté, la paix et la sécurité dans le monde aujourd’hui ». Bernier accuse les autres partis d’être « complaisants et de se plier aux exigences des islamistes », et il promet que « le PPC ne fera aucun compromis avec cette idéologie totalitaire ». Le programme de Bernier prévoit une réduction massive de l’immigration au Canada en réduisant le seuil de nouveaux immigrants à entre 100 000 et 150 000 par année, et promet du même coup de doubler le nombre de « migrants économiques ». Il veut aussi que le gouvernement supprime tout financement du multiculturalisme officiel, qu’il quitte le Pacte mondial pour la migration des Nations Unies et qu’il accorde la priorité aux réfugié-e-s qui, entre autres choses, « rejettent l’islam politique ». (À cet égard, il est utile de consulter cet article du magazine Politico, qui observe que les attitudes envers les immigrant-e-s sont devenues un facteur clé pour déterminer quel parti politique les Canadien-ne-s vont choisir d’appuyer.)

Une telle stratégie requiert un exercice d’équilibriste. Pour réussir, Bernier et le PPC doivent jouer des notes qui feront vibrer l’extrême droite, tout en prenant soin de ne pas dépasser les bornes pour l’électorat moyen. C’est peut-être d’ailleurs la raison pour laquelle Bernier ne s’est pas présenté à la manifestation de décembre dernier à Ottawa contre le Pacte des Nations Unies sur la migration. Lors de ce rassemblement organisé par le groupe antimusulman « ACT for Canada », Bernier devait prendre la parole aux côtés de membres de La Meute, de Rasmus Paludan du parti d’extrême droite danois Stram Kurs, et de Travis Patron du Parti nationaliste canadien (nationaliste blanc en fait), avant de se retirer à la dernière minute.

Un certain nombre d’articles de presse ont révélé les liens avec l’extrême droite de certaines personnes actives au sein du PPC en tant qu’organisateurs ou en tant que membres dont les signatures ont été utilisées pour donner au PPC le statut officiel de parti. Par exemple :

  • Darik Horn, un bénévole du PPC et agent de sécurité qui a accompagné M. Bernier à divers événements et réunions avec les médias, s’est avéré être un membre fondateur du Parti nationaliste canadien (néofasciste).
  • Shaun Walker, un immigrant américain et organisateur du PPC à St Catharines, en Ontario, ainsi que l’un de ceux qui ont donné leur signature pour que le PPC devienne un parti officiel, a été le président de la National Alliance (une organisation néonazie basée aux États-Unis) en 2007, et a été condamné pour crimes haineux contre des personnes de couleur. À la suite de ces révélations, Walker a été expulsé du PPC et Bernier a prétendu qu’il avait échappé au processus de filtrage du parti. Cependant, il s’est aussi avéré que Bernier lui-même suivait Walker sur Twitter.
  • Janice Bultje, une membre fondatrice de PEGIDA Canada (sous le nom de « Jenny Hill ») et Justin L. Smith, chef de la section de Sudbury des Soldiers of Odin, ont également signé pour que le PPC devienne un parti officiel.

Sans grande surprise, un certain nombre de candidats du PPC ont fait les manchettes lorsque leurs messages passés et présents sur les médias sociaux ont été révélés :

  • Brian Everaert, le candidat du PPC dans Sarnia-Lambton, a affiché des tweets où il qualifie l’Islam de « verrue sur le cul du monde », ainsi que des messages sur Hilary Clinton et en faveur de l’idée d’armer les enseignant-e-s. Bernier refuse de condamner Everaert.
  • Une série de messages racistes et transphobes sur les médias sociaux sont attribués à Bill Capes, le candidat du PPC dans Essex.
  • Le candidat du PPC dans Kamloops Ken Finlayson a publié sur les médias sociaux une comparaison entre l’activiste climatique Greta Thunberg et l’image d’une jeune fille employée dans de la propagande nazie des années 1940.
  • Sybil Hogg, la candidate du PPC dans Sackville-Preston-Chezzetcook, a publié au cours de la dernière année une série de messages sur Twitter et Facebook contenant des déclarations islamophobes, dont une où elle qualifiait l’Islam de « mal absolu ».

Le traitement médiatique de ces incidents est quelque peu trompeur, cependant, car il suggère que le PPC ne contient que quelques pommes pourries, alors qu’en réalité, tout le parti est animé de tels sentiments. Un bon indicateur de cela, et un signe que cette filiation est intentionnelle, est le nombre de candidat-e-s qui sont parti-e-s (ou ont été expulsé-e-s) après qu’il fût devenu clair que les responsables du parti ne condamneraient pas l’extrême droite :

  • Le 12 septembre, Brian Misera a été démis de ses fonctions de candidat du PPC dans Coquitlam-Port Coquitlam après avoir demandé (en vain) à la direction du parti de rejeter publiquement le racisme.
  • Le 30 septembre, Chad Hudson, qui avait été candidat du Parti populaire dans la circonscription de Nova-Ouest, en Nouvelle-Écosse, a quitté le parti en raison du racisme qui y prévaut, expliquant : « Je crois fermement maintenant que je rends davantage service à la collectivité en dénonçant cette haine et ces immondices qu’en restant dans la course. »
  • Le 8 octobre, Victor Ong, le candidat du PPC dans Winnipeg-Nord, a démissionné, déplorant le fait que le parti ait « attiré toutes sortes de marginaux, des dizaines de théoriciens du complot et tout un éventail d’abjections diverses d’un océan à l’autre. Sans parler de la base aigrie de Bernier, qui est animée par l’idéologie “le blanc a raison” et est pleine de membres arborant des casquettes “Make America Great Again”. »

En effet, un examen rapide des pages Facebook des candidats du PPC révèle que ce qui est vraiment remarquable, c’est à quel point les reportages portant sur les tweets et messages FB racistes ont été sélectifs. Presque tous les candidats du PPC au Québec ont récemment (et à maintes reprises) partagé des articles provenant de sources négationnistes des changements climatiques, dont un grand nombre affichent un penchant clairement complotiste. Mark Sibthorpe, candidat dans Papineau, a même produit son propre « exposé » sur YouTube « révélant » comment George Soros est à l’origine d’un complot mondialiste international visant à détruire les économies et à faire de l’argent en semant la panique au sujet des changements climatiques. Après le déni climatique, les craintes concernant les menaces à la « liberté d’expression » et « l’immigration massive » sont des thèmes récurrents pour les candidats québécois du PPC, et environ un sur cinq a récemment partagé des articles de ce que nous pourrions appeler des sources « nationales-populistes » ou d’extrême droite, dont LesManchettes.com, le site d’André Boies (celui qui avait traduit en français le manifeste « The Great Replacement » du tueur de Christchurch), la chaîne YouTube « Stu Dio » d’André Pitre, et un mélange éclectique comprenant Faith Goldy, Alexis Cossette-Trudel, Black Pigeon Speaks, les Gilets jaunes et la très raciste « Voice of Europe ».

Les candidats du PPC ne sont pourtant pas tous du même acabit. Pour certains, il s’agit de leur première incursion en politique, alors que d’autres sont là depuis un certain temps déjà. Par exemple, Ken Pereira, le célèbre dénonciateur de la Commission Charbonneau, devait se présenter comme candidat pour le PPC au Québec, jusqu’à ce qu’il se voie forcé de retirer sa candidature au début de septembre après l’arrestation de son fils pour meurtre. Pereira produit des vidéos sur la chaîne YouTube d’André Pitre, alléguant toutes sortes de conspirations farfelues, dont celles relatives à QAnon, que Vice décrit comme « une théorie fumeuse voulant qu’un individu se faisant appeler “Q” divulgue des renseignements détaillant une guerre secrète menée par Trump contre “l’état profond” et une cabale internationale de pédophiles — et qui qualifie les attaques terroristes du 11 septembre “d’attaque sous fausse bannière”. »

Dans le même ordre d’idée, Raymond Ayas, qui écrit pour Postmillenial et est actif dans l’extrême droite catholique au Québec, se présente comme candidat du PPC dans Ahuntsic-Cartierville. En tant que porte-parole de l’Association des parents catholiques du Québec, Ayas a défendu dans les médias en 2017 une conférence de Jean-Claude Dupuis, membre de la Société-Saint-Pie-X et ancien dirigeant du Cercle Jeune Nation, et de Marion Sigaut (une proche d’Alain Soral en France). Il convient aussi de noter que des membres d’Atalante auraient été présents lors de cette conférence pour assurer en la sécurité.

Le PPC aura de la chance s’il gagne plus qu’une circonscription au Canada, et il est tout à fait possible qu’il s’étiole et disparaisse. Il pourrait tout aussi bien consolider un bloc d’électeurs à la droite des conservateurs et rendre le débat politique au Canada encore plus hostile aux personnes racisées, aux peuples autochtones, aux musulmans et aux immigrants. Quoi qu’il en soit, il y a peu de chance que les racistes et réactionnaires qui ont gravité autour du PPC nous fassent le bonheur de disparaître de sitôt, et certains pourraient rester dans le décor encore longtemps. À tout le moins, il sera utile de garder un œil sur eux.

 

Ne plus s’informer sur Facebook

 Commentaires fermés sur Ne plus s’informer sur Facebook
Oct 122019
 

Adapté de Paris-Luttes.info

Face à la censure opérée par les géants du net et leur manipulation de l’opinion par les algorithmes, il est nécessaire que nous reprenions la main sur nos habitudes de partage de l’information.

Pour ne plus dépendre des choix qu’opère Facebook pour nous présenter des articles qui pourraient nous intéresser (et par coïncidence, ces derniers temps, les articles trop révolutionnaires n’ont plus la cote auprès de l’algorithme de suggestion), nous allons utiliser une technologie qui date des débuts du web 2.0 : le flux RSS.

Le flux RSS, qu’est-ce que c’est ?

RSS signie « Really Simple Syndication » : syndication super simple. Il n’est pas question ici de la CGT, de Solidaires ou de la CNT : cela signifie que l’on peut s’abonner à un flux de contenu. Beaucoup de sites, sans qu’on le sache forcément, mettent à disposition un flux RSS de leurs derniers articles.

Techniquement, le RSS est un langage de description de contenu reposant sur le XML, un format d’échange de données sur internet. On trouve dans le flux RSS une liste d’articles contenant au moins le titre de l’article, son contenu (ou un extrait), et un lien vers sa localisation en ligne. Souvent s’y ajoutent sa date de publication et un·e auteur·rice.

J’ai besoin de quoi ?

Il est nécessaire d’avoir un lecteur de flux RSS. L’application de messagerie Thunderbird (Windows, macOS, Linux), largement utilisée, comprend un lecteur de flux. Les lecteurs de flux distincts, il y en a de trois catégories :

Il en existe bien sûr de nombreux autres, mais ceux présentés ici ont l’avantage d’être libres. Il en existe aussi sur smartphones, à rechercher dans les magasins d’applications, pour être informé n’importe où !

Un logiciel local est le plus simple. L’inconvénient est qu’il n’est pas possible de synchroniser nos flux entre plusieurs appareils.

Le service en ligne est lui accessible via internet, donc depuis n’importe quel appareil connecté. L’inconvénient est que l’on dépend d’un fournisseur qui peut fermer à tout moment.

Quant au service autohébergé, c’est la solution la plus complexe à mettre en œuvre puisqu’elle demande d’avoir son propre serveur et des connaissances techniques spécifiques, mais elle permet d’accéder à nos flux partout et nous garantit que le service existera tant que nous en aurons besoin.

Le logiciel FeedReader sous Linux

Comment utiliser le lecteur de flux ?

Le fonctionnement exact dépend de chaque logiciel, mais le principe est toujours le même : nous lui donnons l’adresse du flux auquel nous souhaitons nous syndiquer, et il se charge de le mettre à jour régulièrement et nous notifie quand de nouveaux articles sont disponibles. Nous pouvons alors soit lire l’article dans le lecteur, soit nous rendre directement sur le site où il a été publié.

Pour obtenir l’adresse du flux RSS, nous pouvons chercher sur le site (en général dans le pied de page) un lien contenant le mot RSS ou le logo RSS. Il est souvent aussi possible de donner au logiciel l’URL du site, et il trouvera tout seul l’URL du flux. Le flux de Montréal Contre-information se trouve ici : https://mtlcontreinfo.org/feed/

Nous pouvons maintenant rester informés sans craindre que Facebook ne nous cache les articles qui nous intéressent vraiment !

Appel à l’action : solidarité avec le Rojava – contre l’invasion turque !

 Commentaires fermés sur Appel à l’action : solidarité avec le Rojava – contre l’invasion turque !
Oct 102019
 

De CrimethInc.

Manifestation aujourd’hui (jeudi) à 18h devant le consulat turque (1250 René-Lévesque ouest) – événement Facebook

La communauté kurde de Montréal organise aussi une manifestation samedi 12h (midi) au Square Phillips (585 St-Catherine Ouest) – FB

À Québec, Le Front Étudiant Unis de l’Université Laval organise aussi une vigile à Québec ce vendredi 18h Consulat des États-Unis (2 Place Terrasse Dufferin) – FB

Le 6 octobre, l’administration Trump a annoncé qu’elle retirait les troupes états-uniennes du nord de la Syrie, donnant essentiellement au président turc Recep Tayyip Erdoğan le feu vert pour envahir le Rojava, procéder à un nettoyage ethnique et recoloniser la région par la force. Nous appelons le monde entier à manifester devant et/ou à perturber les consulats turcs, les bureaux du gouvernement des États-Unis, les fabricants d’armes et les entreprises liées au gouvernement turc, telles que Turkish Airlines.

Depuis 2012, la régions autonome du Rojava est le théâtre d’une expérience multiethnique inspirante en matière d’autonomie des femmes et d’autodétermination. Expérience au sein de laquelle des millions de personnes se sont organisées en un réseau de conseils, de communes et de coopératives, et ce, tout en combattant “l’État Islamique” (EI). Après des années de combat, malgré les morts innombrables, les combattants et combattantes du Rojava ont participé à la libération de tout le territoire occupé par l’EI et ont libéré les prisonniers et prisonnières de leurs bastions.

Dans une tentative de justification visant à autoriser l’invasion de la Syrie par la Turquie, Trump a twitté que les contribuables américains n’avaient pas à assumer les coûts de détention des combattants de l’EI. En fait, les États-Unis n’ont jamais payé un centime pour leur détention, celle-ci étant entièrement organisée par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS). La réalité est que l’invasion turque du territoire Kurde créera les conditions permettant à l’EI de réémerger et de reprendre ses opérations en Syrie et dans le monde. Pendant des années, la Turquie a permis à ce que des armes, des recrues et des ressources parviennent à l’EI via ses frontières—les autorités turques spécifiant à répétition que les organisations kurdes au Rojava étaient une menace plus urgente que l’EI.

Autant l’EI que l’invasion turque représentent une menace existentielle pour tous les groupes ethniques et religieux originaires de la région, y compris les Arabes, les chrétiens (Arméniens, Assyriens, Chaldéens, Syriaques), les Turkmènes, les Tchétchènes, les Alévis et les Yézidis. Beaucoup de ces groupes ont gagné leur droit de parole et de représentation pour la première fois depuis des décennies, mais font maintenant face à un massacre imminent aux mains de l’armée turque et des djihadistes.

L’invasion turque du Rojava établit un nouveau précédent en matière d’aggression militaire, de nettoyage ethnique et de destruction d’expériences féministes et égalitaires comme celles au Rojava. Elle prépare le terrain à plus de massacres et d’oppression partout dans le monde, ouvrant la voie à des autocrates ethno-nationalistes comme Trump, Erdoğan, Bashar al-Assad Jair Bolsonaro et Vladimir Putin pour dominer la politique mondiale pendant les générations à venir.

Depuis des mois, les habitants du Rojava ont lancé des appels à la solidarité internationnale en cas d’invasion. Nous devons attirer l’attention sur la situation desespérée des habitants du Rojava et faire savoir qu’il y aura des conséquences à ce carnage insensé.

Garder le silence c’est être complice.

Nous appelons toutes les personnes de bonne conscience à manifester et à perturber les consulats turcs, les bureaux du gouvernement des États-Unis, les fabricants d’armes et les entreprises liées au gouvernement turc, telles que Turkish Airlines. Le Comité Européen de Solidarité avec le Rojava s’est joint aux organisations du Rojava en appellant à une journée d’action internationale le 12 octobre contre l’invasion turque, nous soutenons cet appel et appelons à plus d’actions, avant et après le 12 octobre.

Nous devons mettre en place un contexte favorable à une action directe de grande envergure afin de construire un mouvement global qui puisse rendre de telles atrocités impossibles. Ensemble, nous pouvons stopper cette invasion.

On se voit dans la rue.

Quelques actions à venir


Signataires

Si votre organisation soutient cet appel, s’il-vous-plaît diffusez ce texte et contactez-nous à coordination.for.rojava@protonmail.com pour cosigner.

  • Coordination for the Defense of Rojava
  • 1312 Press
  • Acid Communist League of Atlanta
  • Agency (www.anarchistagency.com/)
  • Horacio Almanza Alcalde
  • Angry Socialist Community – ASC (@AngrySocialists)
  • Anon Anarchist Action
  • Antifascists of the Seven Hills
  • Antifascistas Belo Horizonte – Brazil
  • Atlanta Antifascists
  • The Autonomous University of Political Education
  • The Base
  • Bay Area Mesopotamia Solidarity Committee
  • Black Rose Anarchist Federation – Los Angeles Local
  • Black Socialists of America
  • Bloomington Anarchist Black Cross
  • The Boiling Point Collective (http://facebook.com/pg/boilingpointkzoo/about/)
  • The Rev. Dr. Colin Bossen, Unitarian Universalist Minister, First Unitarian Universalist Church of Greater Houston
  • Breakaway Social Center
  • Colorado Springs Anti-Fascists
  • Cooperation Jackson
  • CrimethInc. Workers’ Collective
  • The Dandelion Network
  • Decolonize This Place (decolonizethisplace.org)
  • Demand Utopia Seattle
  • Democratic Socialists of America – Communist Caucus
  • Denver Anarchist Black Cross
  • Direct Action Front for Palestine
  • DC Antifascist Coalition
  • Ricardo Dominguez, Associate Professor, UCSD
  • Economics for Everyone – Olympia (facebook.com/EconomicsforEveryoneOly/)
  • Extinction Rebellion Seattle
  • The Fayer Collective
  • The Final Straw
  • Frontline Organization Working to End Racism (FLOWER)
  • Flyover Social Center
  • David Graeber
  • Hispagatos
  • The Holler Network
  • Industrial Workers of the World – Atlanta
  • Inhabit
  • It’s Going Down
  • Kali Akuno
  • Kasa Invisível Belo Horizonte – Brazil
  • Knoxville Anti-Fascist Action
  • The Lucy Parsons Center
  • Midwest Unrest (@MW_Unrest)
  • No Space for Hate Bloomington (https://nospace4hate.btown-in.org/)
  • Noumenon Distro
  • Olympia Solidarity Network (olyassembly.org/olysol/)
  • One People’s Project (idavox.com)
  • Pacific NorthWest Antifascist Workers Collective
  • Dr. Ian Alan Paul, Assistant Professor of Emerging Media at Stony Brook University
  • People’s Defense League – South Louisiana
  • PM Press (www.pmpress.org/)
  • Progressive Global Commons (@ProGloCommons)
  • rek2 (as individual)
  • Revolutionary Abolitionist Movement- Elm City
  • Revolutionary Abolitionist Movement – NYC
  • Revolutionary Organizing Against Racism (ROAR Collective)
  • The Right to the City – Timisoara, Romania
  • Rojava Montréal
  • Rojava Solidarity Colorado (@RojavaSoliCO)
  • Rojava Solidarity Portland (facebook.com/rojavasolidarityportland/)
  • Rojava Solidarity Seattle
  • Scuffletown Anti-Repression Committee
  • Seattle Rising Tide
  • Micol Seigel, author of Violence Work
  • Soflaexit (Soflaexit.com)
  • Solidarity Against Fascism East Bay (SAFEBay)
  • Sprout Distro
  • Tar Sands Blockade – Texas
  • The Teardown Community
  • The Torch Antifascist Network
  • Voices in Movement
  • A World Without Police
  • Youth Liberation Front (Portland, Seattle, Wisconsin, Carolina, Bay Area, Illinois)

 

Entre deux

 Commentaires fermés sur Entre deux
Oct 092019
 

De Lisières

MISE EN CONTEXTE

Je suis en cours et tout autour de moi les gens discutent d’agroécologie. Ils et elles nomment des concepts écologiques, citent des ouvrages, des articles… rien d’anormal, mais justement un peu ennuyant. J’ouvre mon agenda et je tombe sur l’appel à contributions de « lisières ». Je voulais pourtant écrire quelque chose, mais l’école. L’École me prend tout mon temps, calvaire! Je m’enfonce un peu plus dans mes pensées. Les discussions me semblent lointaines, étouffées, mais j’entends la conférencière parler d’un truc qui capte mon attention. Elle a une diapositive d’une forêt, bordée par un champ. Elle parle de lisières. Mind explosion. Je continue à me perdre dans ma tête et je crache un texte d’idées, comme en écriture dynamique avec les mots que j’entends autour de moi. J’ai l’impression de sculpter ce que je reçois et de lui donner une toute autre image et de faire le parallèle entre les mondes écologiques et anthropiques… Je m’amuse donc à être la lisière entre ce monde académique et celui que j’habite, à faire des analogies entre le monde biologique et politique.

LISIÈRE : endroit de transition où des mondes se rencontrent.

En agroécologie, on réfère souvent aux lisières comme étant des endroits de rapprochement, d’interaction entre différentes communautés (ex. l’endroit où la forêt laisse place au champ agricole). Les lisières sont des endroits riches, dans lesquels la diversité est foisonnante et unique. Ces lisières permettent l’existence des animaux et végétaux de deux écosystèmes différents. C’est, entre autres, dans les lisières que se créent de nouvelles associations. Une lisière peut également être nommée écotone, une région définie par son caractère transitoire entre deux mondes biologiques et physiques. Tout comme le brassage génétique à l’intérieur d’une population qu’elle soit animale (humaine ou non) ou végétale, la confrontation de nos idées crée de nouveaux assemblages, de nouvelles combinaisons qui confèrent une force de résistance aux individus. Parfois, ces nouvelles combinaisons sont gagnantes. Les interactions qui en découlent peuvent ainsi créer des liens commensalistes, symbiotiques et mutualistes qui nous rendent plus fort.es et plus résilient.es aux changements de notre environnement. En effet, une capacité de résilience permet aux organismes d’user de diverses stratégies afin de « retomber sur leurs pieds » suite à un changement majeur les affectant. Cependant, la quête simultanée d’une même niche écologique, d’un même territoire, donc de mêmes ressources à s’approprier individuellement mène souvent à la perte, à l’appauvrissement, à la compétition. Les lisières, ces espaces de co-construction biocuturels sont dynamiques, vacillant entre une multitude d’états (composition, abondance, interactions) en fonction du climat (qu’il soit bioclimatique, ou politique) et des déplacements des espèces qui les habitent (insectes prédateurs, parasites, amphibiens, petits mammifères, humains, etc.).

On sait que dans le sous-sol forestier, les arbres d’une même espèce (population) et inter-espèces (communauté) s’échangent, à travers leur système racinaire, les nutriments, l’eau et les sucres nécessaires à la survie des plus fragiles. On sait également que les comportements de soins tel que le toilettage ou le partage de ressources alimentaires entre les individus d’une même espèce de Desmodus rotundus, une chauve-souris hématophage (qui se nourrit de sang), s’orchestrent de manière à offrir ce service aux individus avec qui illes partagent une forme de parenté qui sort du modèle nucléaire. À tous les jours, ces chauves-souris bénéficient des soins de leur famille élargie et intentionnelle pour survivre. Mais encore, on sait qu’il y a des animaux marins bioluminescents, comme la seiche Euprymna scolopes, qui le devient grâce à l’association qu’elle maintient avec une bactérie (Vibrio fisheri), mais que ni une ni l’autre ne l’est lorsque séparées. Une identité nouvelle émerge alors de leur partenariat.

Ces modèles de collectivité inter et intraspécifique, de mise en commun, de mobilisation, de construction de famille intentionnelle sortant du modèle nucléaire souvent théorisé et étudié dans les communautés anarchistes se trouvent partout autour de nous. À celle ou celui qui ose observer, la subvercité du monde naturel est à couper le souffle : l’abolition des frontières, le compostage d’éléments et d’énergie, la capacité d’adaptation et de réaction à des mondes qui font violence. Il ne s’agit ni d’une initiative humaine, ni d’une nouvelle pratique. C’est dans cette perpétuelle déstabilisation du monde biologique, chimique et social que l’existence évolue. Que notre existence évolue. Nous avons tous ces beaux modèles devant les yeux, mais nous continuons de déchirer la vie quand même, de chercher à posséder plus, en prenant la part des autres. Dans cette illusion du « survival of the fittest », et du progrès unitaire, on érige des clôtures, des murs frontaliers, on achète du territoire volé qu’on cherche à délimiter et protéger.

PROTÉGER DE QUOI AU JUSTE ?

À force de vouloir tout pour toi, à vouloir te réserver ton espace privilégié « bien mérité » par ton salaire durement gagné, eh bien tu perds. Nous perdons. D’ailleurs, le concept de lisière peut avoir une tout autre signification lorsque confronté à ce délire structurel possessif de la propriété privée. On le nomme justement « l’effet lisière », ce phénomène se résume par une perte de biodiversité, de richesse et d’abondance d’interactions lorsqu’un écosystème est fragmenté par une structure anthropique (route, pont, immeuble, mine, pipeline, pylônes d’Hydro-Québec). Un écosystème dépourvu de ses interactions perd de facto son intégrité écologique. La perte de diversité découle principalement de la perte de territoire, de son fractionnement, de sa privatisation.

Alors toi, toi qui invente des frontières arbitraires, qui fractionne par ton béton, par ta haie de cèdre, par ta maison Bonneville pareil comme celle de ton voisin, par les routes construites, de l’endroit où on y a coupé la forêt qui a construit ta maison, à celles que tu empruntes tous les jours pour aller au travail. Par tes envies de villégiatures et de conquérir tous les espaces et par ton voyeurisme environnemental. Tous ces obstacles au monde naturel que tu construis (et il y en a d’autres) qui coupent le territoire de propriété privée en propriété privée, en lots, en cadastres, en droits de destruction.

Ces obstacles anthropiques à la vie et aux rencontres effacent les lisières offrant de nouvelles niches écologiques, empêchent les déplacements, le brassage génétique, la confrontation d’idées, de manières et de savoirs. Ils participent à créer de petites cellules sociales hermétiques, stables et aseptisées à l’image du traitement qu’on réserve à nos restant d’écosystèmes forestiers du soi-disant Québec. À force de se chicaner à savoir qui possède quoi, pis de vendre au plus offrant un territoire qui ne nous appartient pas, les diversités, tant animale que végétale, que linguistique et culturelle dégringolent. Les organismes vivants se retrouvent isolés, les rendant de ce fait plus « rares », ce qui justifie ensuite au gouvernement de « protéger » des territoires avec interdiction de passage ou chasse pour les communautés locales, nuisant ainsi à la diversité culturelle.

Je possède
Tu possèdes
Il/elle possède
Nous possédons
Vous possédez
Ils/Elles décèdent

 

« L’écologie a à voir avec l’amour, la perte, le désespoir et la compassion. Avec la dépression et la psychose. Avec le capitalisme et ce qui pourrait exister après le capitalisme. Avec l’étonnement, l’ouverture d’esprit et l’émerveillement. Le doute, la confusion et le scepticisme. Les concepts d’espace et de temps. Le ravissement, la beauté, la laideur, le dégoût, l’ironie et a douleur. La conscience et la perception. L’idéologie et la critique. La lecture et l’écriture. La race, la classe et le genre. La sexualité. L’idée du moi et les étranges paradoxes de la subjectivité. Elle a à voir avec la société. Elle a à voir avec la coexistence » – Timothy Morton

Comme la seiche, les chauve-souris vampires, les racines et le mycélium, les lisières cultivent la subversion, la confrontation, les associations. Elles sont des lieux de haute créativité qui défient le narratif scientifique évolutif de compétition, étouffant tout autre mode d’interaction coopératif. À cet effet, l’autrice Donna Haraway souligne judicieusement le concept de co-constitution et de socialité inter-espèces qui vient également brouiller cette croyance néolibérale du progrès évolutif unitaire au profit de l’autre, représentant une entité biologique à combattre plutôt qu’à connaître et accueillir. Haraway prône ainsi le compost de substance, ce que je compare dans ce texte au compost humain et aux nouvelles possibilités créées dans les lisières. Justement, il nous faut cultiver une diversité à l’image de celle qui nous constitue en tant qu’être humain. Cette diversité qui est à la base de notre métabolisme et elle nous maintient en vie. Si ce n’était pas de cette étrangère communauté qui habite notre estomac, notre intestin, notre système lymphatique, nous ne serions pas ici. Une communauté solide et résiliente est une communauté qui sait maintenir une richesse spécifique et qui repose sur la présence de traits fonctionnels et compétences complémentaires. Traduit au monde humain, il s’agit de décentraliser son milieu, démontrer une certaine plasticité et créer des liens associatifs innovateurs.

Cultivons la pluricité. Détruisons la propriété privée.

Secured By miniOrange