Manifs de bruit à l’extérieur des prisons de la région de Montréal suite à la mort d’un prisonnier et à une grève de la faim

 Commentaires fermés sur Manifs de bruit à l’extérieur des prisons de la région de Montréal suite à la mort d’un prisonnier et à une grève de la faim
Mai 112020
 

De Anti-Carceral Group

Montréal, le 10 mai – À 14:00 aujourd’hui, une caravane de plus de 30 véhicules visitait le Centre Fédéral de Formation (un pénitencier fédéral à Laval), ainsi que la prison de Bordeaux (un pénitencier provincial à Montréal), demandant la libération immédiate de tous les détenus dans le contexte de la pandémie COVID-19. Les voitures, décorées de slogans tels que “La prison de devrait pas être une peine de mort” et “Libérez tous les détenus”, klaxonnaient et brandissaient ces bannières en solidarité avec les personnes à l’intérieur.

“Nous sommes ici aujourd’hui pour rappeler aux gens qui sont à l’intérieur de ces prisons qu’ils ne sont pas oubliés et que nous sommes là à travailler pour leur libération” dit Ellie Santon qui participait à la manifestation. “Ce qui se passe dans ces prisons est une crise créée par le gouvernement. S’ils le voulaient, ils pourraient résoudre tout cela dès demain. Ils semblent plutôt avoir l’intention de laisser les gens mourrir.”

Le 5 mai, Service correctionnel Canada (SCC) a annoncé qu’un détenu au pénitencier de Laval, le Centre de Formation Fédéral, est mort du virus. Il s’agit du 2e mort à l’intérieur d’une prison fédérale due à la pandémie. 138 détenus ont testé positif au virus COVID-19 jusqu’à maintenant au Centre de Formation Fédéral, ce qui en fait le plus grand foyer de contagion dans une prison fédérale au Québec.

“Le gouvernement a passé des mois à refuser d’agir et le virus a maintenant éclaté à l’intérieur des prisons et les gens meurent,” nous dit Virginia Boucher du Comité de support aux prisons. “Il n’y a pas de justification raisonnable pour ceci. Les gens doivent être libérés de prison immédiatement.” Les personnes en maison de transition doivent pouvoir vivre dans leur propre maison à temps-plein. Toutes les personnes libérées doivent avoir accès à un logement sans danger et à des soins de santé.”

Le 5 mai, les détenus de la prison de Bordeaux ont aussi débuté une grève de la faim qui s’est depuis répandue dans multiples secteurs de l’institution. Il y a plus de 60 cas de COVID-19 associés à la prison de Bordeaux où 75% des prisonniers sont en détention provisoire (avant procès, avant jugement), ce qui en fait le 2e plus grand foyer de contagion à l’intérieur d’une prison provinciale.

“Je suis inquiet pour mon compagnon qui est dans un des secteurs infectés,” nous dit Jean-Louis Nguyen, un participant à la manifestation-caravane. “Il a enfin été testé vendredi mais nous ne connaissons pas les résultats et son audience de libération conditionnelle vient d’être reportée de 2 semaines. Québec doit fournir de l’information publique sur ce qui se passe dans ses prisons et accélérer les mises en liberté sous caution ainsi que les audiences de libération conditionnelle afin d’évacuer de plus de personnes possible de prison et de les réunir avec leurs communautés”.

“Les prisons du Québec ont présentement le plus haut taux d’infection parmi toutes les provinces mais ils refusent d’agir,” dit Ted Rutland du Groupe anti-carcéral. “Les provinces comme l’Ontario et la Nouvelle-Écosse ont libéré des milliers de détenu.es en accélerant les audiences de libération conditionnelle ainsi qu’en libérant les personnes approchant la fin de leur sentence, mais Québec refuse de suivre l’exemple.”

La distanciation sociale est impossible à l’intérieur des prisons et les détenu.es encourent un risque élevé de contracter le virus COVID-19. Les soins de santé en prison sont épouvantables. À travers le pays, les gardes ont employé du poivre de cayenne ainsi que la force contre les prisonniers protestant contre leur situation. Il y a maintenant 500 cas confirmés de COVID-19 liés aux prisons dans tout le Canada.

#liberezlestou.te.s
#grevedefaimbordeaux
#bordeauxhungerstrike
#FreeThemAll
#FreeThemAllCaravan
#FreeThemAll4PublicHealth

Revue de l’année 2019

 Commentaires fermés sur Revue de l’année 2019
Mai 102020
 

De Montréal Antifasciste

En 2019, l’extrême droite québécoise a été bien plus calme qu’en 2018 et 2017, année de la création de Montréal Antifasciste. On peut relever plusieurs facteurs ayant contribué à cette situation :

  • L’arrivée au pouvoir de la CAQ en octobre 2018 a démobilisé un certain nombre de membres des groupes organisés, qui ont désormais un gouvernement partiellement sympathique aux revendications identitaires (ce qui ne signifie pas pour autant que les idées et courants d’extrême droite ont magiquement disparu, évidemment);
  • Des conflits internes majeurs, qui couvaient depuis un certain temps, ont éclaté au cours de l’année, notamment au sein de La Meute, mais aussi entre différents groupuscules, comme les Gardiens du Québec (LGDQ) et le Groupe Sécurité Patriote (GSP), et ont perturbé l’équilibre des groupes les plus importants et les plus structurés;
  • Profitant de cet affaiblissement des principaux groupes, un certain nombre de figures marginales et de « leaders négatifs » (Pierre Dion des « Gilets jaunes » du Québec, Luc Desjardins et Michel Meunier des LGDQ, par exemple, ou d’autres personnages rebutants comme Diane Blain) ont pris une place plus importante, contribuant à décrédibiliser et démobiliser de plus en plus l’extrême droite national-populiste;
  • Le travail soutenu des antifascistes pour identifier et dénoncer les éléments les plus radicaux, voire carrément fascistes ou néonazis, au sein de l’extrême droite québécoise a sans doute refroidi une partie de la base de groupes comme Atalante ou des groupuscules Alt-Right. Le mouvement antiraciste et antifasciste a également soutenu la mobilisation contre le courant national-populiste en 2019, dont le principal véhicule a été la soi-disant Vague bleue.

L’activité globalement ralentie de l’extrême droite québécoise ne signale en rien une victoire pour les forces antifascistes. Au contraire, avec un gouvernement populiste majoritaire à l’Assemblée nationale, lequel s’est empressé dans la première année de son mandat de promulguer la raciste Loi 21 sur la laïcité de l’État et d’adopter sous bâillon d’autres mesures anti-immigration, il est légitime de croire que plusieurs forces de la droite dure se sont simplement détendues sous l’impression d’avoir atteint l’un de leurs principaux objectifs. Cela dit, le calme relatif a été l’occasion pour nous de creuser un peu et d’effectuer un travail d’analyse plus fin, ce qui nous a amené-e-s à cerner deux tendances dominantes au sein de cette extrême droite. (Lire à ce sujet l’article Entre national-populisme et néofascisme : État des lieux de l’extrême droite au Québec en 2019.)

Nous prenons aujourd’hui le temps de dresser un portait des groupes qui ont été actifs en 2019 et de résumer les faits saillants des activités de l’extrême droite au Québec jusqu’au début de la pandémie de COVID-19, en mars 2020, qui constituera probablement un tournant pour l’extrême droite (et certainement pas seulement pour elle).

///

 

Les nationaux-populistes

Les « Gilets jaunes » du Québec (GJQ) et Pierre Dion

Le noyau dur des soi-disant “Gilets jaunes” du Québec, mobilisé à Montréal à l’occasion du défilé de la Fierté, le 18 août 2019, afin d’apostropher Justin Trudeau.

Les GJQ sont une poignée de militant-e-s identitaires n’appartenant à aucun groupe structuré et qui ont comme dénominateur commun une approche « post-factuelle » et complotiste (du genre à soutenir que la technologie5G est un outil du Nouvel Ordre Mondial pour dominer les peuples, par exemple…) et souffrent d’une désolante pauvreté intellectuelle (Fred Pitt, Iwane « Akim » Blanchet, Michel « Piratriote » Ethier, etc.). Ils et elles se fédèrent en plusieurs petits groupes à différents endroits du Québec, et sont tout au plus deux douzaines dans le grand Montréal. Les GJQ se sont rencontré-e-s sur Facebook en décembre 2018 en s’intéressant au mouvement des Gilets jaunes français. Leur compréhension du mouvement est toutefois faussée et celui-ci est considéré à tort comme une révolte contre l’élite « mondialiste ». Réuni-e-s virtuellement en décembre 2018, c’est dans les premiers mois de 2019 que les GJQ ont commencé à se réunir tous les samedis devant les locaux du réseau TVA à Montréal, dans le but de dénoncer le mauvais traitement de l’information par cette chaîne. (Loin de nous bien sûr l’idée de défendre le réseau TVA ou les autres organes du groupe Québecor, que nous considérons comme l’un des principaux vecteurs du repli identitaire et xénophobe observé au Québec depuis la prétendue crise des accommodements raisonnables, en 2007, et conséquemment de la montée du national-populisme dans les récentes années. L’esprit obscurci par différentes théories du complot, ou peut-être en raison d’une médiocrité intellectuelle de base, les soi-disant Gilets jaunes du Québec ne semblent pas se rendre compte que TVA et le Journal de Montréal sont leurs alliés objectifs dans la consolidation d’un mouvement identitaire de droite au Québec. C’est d’ailleurs encore devant les studios de TVA à Montréal que la première « Vague bleue » a eu lieu le 4 mai 2019.)

Luc Desjardins et Pierre Dion, des “Gilets jaunes” du Québec.

Quelques Gilets jaunes parmi les plus stridents (Michel Meunier et Luc Desjardins) se joindront plus tard au groupuscule Les Gardiens du Québec (LGDQ, voir ci-dessous) et seront parmi les militant-e-s les plus dévoué-e-s de la « Vague bleue ».

L’hurluberlu hors catégorie Pierre Dion, qui est apparu sur notre radar en 2018 en tentant d’organiser une manifestation anti-immigration à Laval, et qui a acquis en 2019 la réputation de « troll » grâce à un reportage de Télé-Québec, a été l’une des figures de proue des Gilets jaunes. (Lire à ce sujet le bilan d’action rédigé suite à la veille de solidarité avec les victimes du massacre de Christchurch, le 16 mars 2019.)

Le 18 août, espérant apostropher Justin Trudeau au passage, Pierre Dion et une poignée de cabochon-e-s lié-e-s aux Gilets jaunes du Québec se sont rendu-e-s harceler des participant-e-s du défilé de la Fierté à Montréal.

 

Les Gardiens du Québec (LGDQ)

(De gauche à droite, avec les t-shirts blancs) : Jean-Marc Lacombe, Stéfane Gauthier, Carl Dumont et Luc Desjardins, des “Gardiens du Québec”. Au centre (en bleu), Jonathan Héroux, alias John Hex.

LGDQ sont un petit groupe d’une quinzaine de militant-e-s, organisé-e-s dans la région de Bécancour/Trois-Rivières autour du couple formé par Martine Tourigny et Stéfane Gauthier. La plupart des membres semblent appartenir à leur famille élargie. L’hypothèse la plus plausible voudrait que ces membres proviennent en partie de « La Horde », une éphémère scission de La Meute. LGDQ disposent d’une équipe médic et d’une équipe de sécurité judicieusement baptisée SOT (pour « Sécurité opérationnelle sur le terrain »; ce sont dans les faits la même poignée d’énergumènes qui se mobilisent derrière Stéfane Gauthier en mode justicier du dimanche pour « protéger » les rassemblements nationaux-populistes.)

En se ralliant quelques militant-e-s à Montréal (notamment dans les rangs des soi-disant Gilets jaunes du Québec) et en s’associant au militant John Hex (Jonathan Héroux, proche de Storm Alliance), LGDQ est devenu le principal véhicule pour l’organisation de la « Vague bleue » à Montréal (en mai) et à Trois-Rivières (en juillet).

Au courant de l’année, LGDQ ont dégénéré sous l’influence toxique du raciste Michel « Mickey Mike » Meunier, lequel a notamment recruté dans le groupe Joey McPhee (alias Joe Arcand, un poseur néonazi) et a probablement initié avec Luc Desjardins le lamentable rassemblement sous la croix du Mont-Royal en novembre 2019. Pour autant que nous avons pu voir, cette « manifestation » ne comptait en tout et pour tout que quatre participant-e-s, tout-e-s des LGDQ, soit Michel Meunier, Luc Desjardins, Nathalie Vézina et Joey McPhee. Le « groupe » était apparemment ulcéré par une (fausse) rumeur voulant que l’Université McGill ait eu l’intention d’acheter la croix du Mont-Royal pour la démanteler! Voulant sans doute tirer le meilleur parti de l’occasion, ces « gardiens du Québec » se sont fendu-e-s d’un salut hitlérien avant de redescendre le Mont Royal.

(De gauche à droite) Michel Meunier, Luc Desjardins, Nathalie Vézina et Joey McPhee, des “Gardiens du Québec”, donne le salut nazi sur le Mont Royal, le 3 novembre 2019.

Le 22 novembre, quelques semaines après leur « coup d’éclat » du Mont-Royal, LGDQ s’excitent à nouveau. Ce jour-là se tient une manifestation au départ du square Victoria contre « l’ensemble des politiques identitaires portées par Simon Jolin-Barrette et la CAQ », et plus particulièrement contre la réforme du PEQ (Programme de l’expérience québécoise, qui permet aux étudiant-e-s étranger-ère-s d’accéder plus rapidement à la sélection québécoise afin d’être admissible à la résidence permanente canadienne). Cette manifestation est organisée par des associations étudiantes de l’UQAM et par le Syndicat des étudiants et étudiantes employé-e-s. Environ 150 personnes s’y rassemblent. Venu-e-s pour soutenir le gouvernement, huit militant-e-s des LGDQ et/ou proche des Gilets jaunes du Québec se réunissent à quelques mètres du rassemblement et se mettent à crier « vous vous soumettrez » ou encore « au Québec, c’est la laïcité » aux étudiant-e-s réuni-e-s. Se rapprochant du rassemblement, LGDQ sont confronté-e-s par quelques antifascistes présent-e-s sur place et s’ensuit un peu de brasse-camarade avant que la police n’intervienne pour séparer les deux groupes. Le reste de la manifestation se déroulera sans incident, sous haute surveillance policière.

Tout au long de l’année, un conflit larvé s’est graduellement envenimé entre LGDQ et le Groupe Sécurité Patriote (GSP, dont nous reparlerons plus loin) jusqu’à ce que les deux groupes en viennent aux mains lors de la manifestation du 26 octobre à Saint-Bernard-de-Lacolle.

Michel “Mickey Mike” Meunier

Il convient de s’attarder un peu sur le cas de Michel « Mickey Mike » Meunier. Celui-ci s’est démarqué en 2019 comme l’un des militant-e-s d’extrême droite les plus actif-ve-s à Montréal, et certainement parmi les plus disjoncté-e-s de toute la ménagerie. Au cours de l’année, et notamment dans la période précédant la première « Vague bleue », Meunier a pris l’habitude de sillonner les rues du Centre-Sud et de Hochelaga, à Montréal, pour arracher ou recouvrir tout signe de la présence de la gauche dans ces quartiers et pour y laisser des collants, affiches et graffitis à teneur raciste et identitaire. Il a aussi publié plusieurs vidéos passablement surréalistes où il manifeste une obsession malsaine pour les antifascistes, dont l’une où il se met en scène en train d’uriner sur un autocollant antifasciste dans une toilette du Comité social Centre-Sud. Au mois de décembre, Meunier a été arrêté (mais semble-t-il pas accusé) suite à une enquête sur des menaces en ligne faites au PM Justin Trudeau. Depuis l’arrestation de Meunier, les « gardiens » se sont fait-e-s très discret-e-s et se manifestent principalement en ligne. Meunier est quant à lui revenu à la surface récemment sur Facebook en portant un ressentiment évident à l’égard de Storm Alliance, qu’il accuse de l’avoir trahi… Il a aussi repris son habitude de coller des collants identitaires dans le quartier Centre-Sud de Montréal.

Un échantillon des collants que pose Michel “Mickey Mike” Meunier dans Centre-Sud et Hochelaga, à Montréal.

 

La « Vague bleue »

(De gauche à droite) Guillaume Bélanger, Stéfane Gauthier, Michel Meunier, Jonathan Héroux et Luc Desjardins ont été parmi les principaux promoteurs de la “Vague bleue”.

La prétendue Vague bleue a été la principale mobilisation des groupes nationaux-populistes en 2019, ou du moins de ceux se trouvant en-dehors de l’orbite de La Meute, laquelle perdait déjà de plus en plus sa force gravitationnelle. Le mouvement de la « Vague bleue » se voulait initialement une espèce de véhicule populaire portant un projet de « constitution citoyenne » pour le Québec, mais a vite pris un tournant islamophobe en réorientant son message principal autour d’un soutien forcené au projet de loi 21 sur « la laïcité de l’État ».

Si la première itération a connu un succès relatif (entre 300 et 400 personnes à Montréal, le 4 mai) malgré une agressive contre-mobilisation antiraciste, la deuxième manifestation (à Trois-Rivières, le 27 juillet) s’est avérée un échec cuisant, n’arrivant pas à mobiliser plus de 80 personnes. C’est à cette occasion que Diane Blain a prononcé un tristement célèbre discours dégoulinant de racisme, qui a eu un certain écho médiatique et probablement nui aux futurs rebonds de la « Vague bleue ». (Diane Blain avait déjà fait les manchettes en tant que membre de La Meute lorsqu’elle avait apostrophé Justin Trudeau lors d’un événement de relations publiques à Sabrevois, pas très loin de Lacolle, le 16 août 2018. Comme plusieurs, elle a depuis quitté La Meute, mais demeure active et bien visible dans le courant national-populiste de l’extrême droite québécoise.)

La “Vague Bleue” 2, à Trois-Rivières, le 27 juillet 2019.

Montréal Antifasciste a produit de nombreux articles et communiqués sur la « Vague bleue » et ses militant-e-s :

 

Storm Alliance (SA)

L’année 2019 a confirmé l’absence de leadership au sein de ce groupe qui a grandi trop vite et n’a jamais trouvé de direction claire après le départ de son fondateur, Dave Tregget. Suite à l’implosion de La Meute, SA a reçu de nombreux transfuges, qui ont suivi l’exemple de Steeve « L’Artiss » Charland et d’autres figures clés du (jadis) plus gros groupe identitaire au Québec.

SA est de moins en moins pertinent, et à part sa contribution de fier-à-bras à la « Vague bleue », le groupe n’a rien fait de bien marquant. On peut toutefois mentionner une manifestation « pour les enfants » à Québec en septembre, sous l’impulsion du complotiste et plaideur quérulent Mario Roy, qui mène une croisade contre la DPJ depuis des années. (Roy, lui-même un membre influent de SA, avait fait les manchettes plus tôt en 2019 lorsque le quart de l’argent recueilli en dons pour soutenir la famille d’une fillette tuée à Granby lui ont été remis pour financer sa croisade personnelle!) SA a bien essayé de se relancer durant le temps des fêtes avec un projet de paniers d’épicerie pour des familles dans le besoin, énième tentative de réinventer la roue et de faire dans le social pour redorer leur image. À leur décharge, les « stormeurs » ne ragent pas contre les réfugié-e-s à la frontière quand ils et elles sont occupé-e-s à remplir des paniers au IGA ou à manifester « pour les enfants ». L’activité de leur groupe Facebook, principal outil de mobilisation, semble être au point mort.

 

La Meute

Le contingent de “sécurité” de La Meute, lors de la “Vague bleue”, à Montréal, le 4 mai 2019.

Inutile désormais de présenter La Meute, le groupe national-populiste de loin le plus structuré et le plus important numériquement… jusqu’à son effondrement brutal en juin 2019. L’année 2018 s’était pourtant plutôt bien passée, avec la sortie médiatique de leur manifeste et la tenue de plusieurs actions très visibles dans le cadre de la campagne électorale provinciale. Le groupe s’était d’ailleurs attribué la victoire de la CAQ et le départ du libéral Philippe Couillard, et promettait d’être très visible dans l’actualité de 2019. Le tandem Sylvain « Maikan » Brouillette, comme porte-parole et idéologue, et Steve « L’Artiss » Charland, comme figure fédératrice à l’interne, semblait très bien fonctionner, mais les dissensions internes se sont avérées plus redoutables que l’esprit de corps au sein du groupe. Dans un geste dramatique qui ne manquait pas de panache, Charland a quitté l’organisation et brûlé ses couleurs de La Meute le 24 juin 2019, en compagnie de plusieurs chefs de clan et membres du conseil. (Il serait fastidieux d’inclure ici le détail de ces conflits, mais les intéressé-e-s en trouveront une synthèse en note[i].) Aujourd’hui, le clan Charland semble avoir raccroché les gants ou être passé à Storm Alliance, tandis que Sylvain Brouillette semble bien seul à la tête d’une organisation désormais virtuelle, mais toujours tenue d’une main de fer par « la Garde », les fameuses « pattes rouges » qui lui sont restées fidèles.

Concrètement, La Meute n’a pas fait partie de l’actualité en 2019 et rien n’indique qu’un retour de l’organisation soit probable en 2020.

 

Groupe Sécurité Patriote (GSP)

Le Groupe Sécurité Patriote pose avec des membres des III % du Québec.

Le GSP était initialement le groupe (d’in) sécurité du Front patriotique du Québec (FPQ) avant de prendre peu à peu son indépendance, bien que les deux organisations soient encore proches et collaborent à l’occasion. Le GSP a également intégré une partie de la section montréalaise des III %. C’est un petit groupe d’une quinzaine de personnes, assez structuré et dirigé par Robert « Bob le Warrior » Proulx, qui s’est fait connaître pour sa fâcheuse propension à s’afficher avec le drapeau autochtone des Warriors dans des manifestations identitaires ainsi que ses affinités avec les boneheads des Soldiers of Odin.

Le boss de GSP, Robert Proulx, comme cul et chemise avec le néonazi Kevin Goudreau, à Saint-Bernard-de-Lacolle, le 24 août 2019 .

Pour le GSP, ce fut globalement une année d’échec marquée par une pitoyable manifestation pro-Loi 21 à Montréal, le 8 juin (avec une vingtaine de participant-e-s, essentiellement les membres actif-ve-s de GSP), le fiasco de la manifestation annuelle du FPQ, le 1er juillet, et leur exclusion de la « Vague bleue » en raison d’une attitude jugée trop paramilitaire le 4 mai, à Montréal. À la fin de l’été2019, le GSP se met en tête de manifester régulièrement au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle pour protester contre l’immigration irrégulière et demander la fermeture du chemin Roxham. Le groupe organise finalement deux rassemblements. Le premier (le 24 août) avait initialement été proposé par Lucie Poulin du Parti Patriote, et réunit une cinquantaine de personnes, dont plusieurs en provenance de l’Ontario, y compris le néonazi de triste réputation Kevin Goudreau. Le second rassemblement (le 19 octobre) réunit près de 120 personnes et parvient à remobiliser une partie des composantes de l’extrême droite québécoise, très divisée depuis l’échec de la « Vague bleue » et l’éclatement de La Meute.

Cette manifestation aurait pu être considérée comme une réussite et faire craindre aux forces antiracistes une mobilisation susceptible de prendre de l’ampleur… mais elle portait plutôt en elle les germes de la discorde. En effet, les nombreuses tensions entre le GSP et LGDQ, qui avaient été en partie maintenues sous le couvercle jusque-là, ont éclaté au grand jour lors de cette manifestation et dans la foulée.

 

Le Parti populaire du Canada et les élections fédérales

Le 21 octobre 2019, Justin Trudeau a été réélu Premier ministre du Canada à la tête d’un gouvernement libéral minoritaire. Les élections de 2019 auront notamment permis de confronter les prétentions de Maxime Bernier à la réalité, lui qui avait longtemps été député conservateur en Beauce avant de quitter le bercail pour créer le Parti populaire du Canada en 2018, dans l’espoir de dépasser les conservateurs sur leur droite.

Dès le départ, le PPC a adopté une position anti-immigration et négationniste vis-à-vis des changements climatiques, et lorsque ses rassemblements ont été pris pour cible par la gauche radicale, Bernier ne s’est pas fait prier pour traiter explicitement les « antifas » de terroristes. Le PPC a obtenu le soutien de nationaux-ales-populistes de partout au Canada, bien qu’au Québec ce soutien ait été mitigé par une certaine opposition à son nationalisme canadien. (Le minuscule et incompétent Parti Patriote, dirigé par Donald Proulx, a d’ailleurs cherché sans succès à consolider cette opposition nationaliste.) Bernier lui-même a également été critiqué à plusieurs reprises pour avoir accueilli à bras ouverts le soutien de différents éléments d’extrême droite et accepté de poser avec, notamment, des membres du Northern Front et des Soldiers of Odin.

En dépit des ambitions de son chef, le PPC a échoué lamentablement, ne réussissant pas à faire élire un-e seul-e candidat-e ou à recueillir ne serait-ce que 2 % du vote populaire. Cet échec est sans doute en partie dû au sentiment, largement répandu à droite, que le PPC n’avait aucune chance de déloger les libéraux, ce qui semblait être la grande priorité. Ainsi, plusieurs nationaux et nationales-populistes ambivalent-e-s au Québec ont voté pour le Parti conservateur ou le Bloc Québécois. (Il est à noter que si la direction du BQ a déclaré qu’elle ne tolérerait pas la présence de militant-e-s d’extrême droite dans ses rangs, les médias ont découvert plusieurs candidat-e-s qui avaient affiché à plusieurs reprises des messages racistes et d’extrême droite sur les médias sociaux).

 

Les néofascistes

 La Fédération des Québécois de Souche

Un collant représentant le pianiste André Mathieu, vraisemblablement produit dans l’entourage de la Fédération des Québécois de souche et affichés notamment par des militant-e-s d’Atalante à Québec et Montréal à l’été 2019.

La FQS n’est pas un groupe de terrain (elle laisse ce rôle à son organisation sœur, Atalante) et joue plutôt un rôle de fédération et de diffusion idéologique avec sa page Facebook très consultée et son journal périodique Le Harfang. Au cours de l’année, elle diffuse de nouveaux autocollants, qui sont surtout trouvés à Québec, mène quelques actions d’affichage et organise un happening de soutien au mouvement naissant des Gilets jaunes, à Québec. En avril, la FQS voit son « mémoire » sur le projet de loi 9 sur l’immigration déposé en commission par la députée caquiste de Châteauguay, MarieChantal Chassé. Le mémoire est retiré du site de l’Assemblée nationale dès le lendemain, lorsque le caractère raciste de la FQS est relevé par Québec Solidaire.

 

 

Atalante

Quelques dizaines de fans assistent au concert de Légitime Violence et du groupe NSBM français Baise Ma Hache au Bar le Duck, à Québec, le 8 juin 2019, après que le réseau antifasciste soit parvenu à faire annuler la tenue du concert au Centre Durocher.

Atalante poursuit ses activités régulières (randonnées, affichage, distribution de sandwichs et camps de formation) principalement à Québec et à Montréal, ou sa tentative d’implantation n’a pourtant pas semblé fonctionner. En dépit de ces activités, on a pu remarquer une stagnation de ses effectifs et des tentatives de recrutement au Saguenay, où l’organisation ne compte probablement qu’une poignée de membres satellitaires. On peut noter deux évènements marquants pour Atalante cette année : la venue du band NSBM français « Baise Ma Hache » en juin 2019 (partiellement déroutée par le milieu antifasciste), et le procès du leader Raphaël Lévesque[ii].

Les antifascistes ne les ont pas laissé-e-s tranquilles :

 

 

 

 La mouvance Alt-Right

Julien Côté Lussier accompagné de Shawn Beauvais-MacDonald, à Verdun, le 19 octobre 2019.

Le noyau organisé de l’Alt-Right à Montréal a explosé en 2018, et la plupart des figures centrales ont fui le Québec ou se sont tapies dans l’ombre. L’actualité de l’année a été la candidature de Julien Côté aux élections fédérales et l’appel en renfort de son camarade néonazi Shawn Beauvais-MacDonald, aussi militant d’Atalante. Nous avons par ailleurs appris que ce dernier a quitté son emploi au groupe Securitas et fait un bref passage au Centre intégré de mécanique, de métallurgie et d’électricité, ce qui lui a d’ailleurs valu la visite de militant-e-s antifascistes! En dehors de cela, les activités de l’Alt-Right à Montréal ont suivi la même courbe qu’ailleurs en Amérique du Nord et ont été pratiquement inexistantes à l’extérieur du monde virtuel au Québec, mis à part le harcèlement des propriétaires d’un café de Val David, que l’on peut vraisemblablement imputer à des trolls  Alt-Right qui résident dans la région.

Sinon, la fuite des salons de discussion du forum Iron March en novembre a permis d’identifier quelques Québécois, dont au moins un était aussi actif dans le salon discussion du groupe Alt-Right Montréal sur Discord.

 

2020 jusqu’à maintenant…

Dans les premiers mois de 2020, l’actualité politique au Canada a été marquée par une importante vague de résistance autochtone déferlant sur l’ensemble du pays. Ce sursaut historique pourtant inéluctable a clairement pris l’extrême droite québécoise par surprise[iii].

Dans le Canada anglais, les nationaux et nationales-populistes et les néofascistes se sont ligué-e-s dans leur opposition féroce aux revendications des peuples autochtones pour la défense de leur souveraineté. À Edmonton, le 19 février, des éléments d’extrême droite associés au groupe United We Roll ont démantelé une barricade de solidarité, déclenchant du même coup des appels à les imiter partout au pays. De nombreuses menaces d’attentats à la bombe ont été formulées contre des militant -e-s autochtones, et les communautés autochtones de partout au Canada ont été la cible d’innombrables commentaires et injures racistes, tant en ligne que dans la rue. L’extrême droite canadienne-anglaise s’est montrée pratiquement unanime dans son hostilité aux blocus de solidarité, s’appuyant à la fois sur le racisme qui caractérise ces groupes et sur un puissant courant niant les changements climatiques, lequel est ancré dans des théories complotistes voulant que les élites « mondialistes » financent secrètement les troubles et les conflits mondiaux, les mouvements écologistes, etc.

Au Québec, la réaction observée initialement a suivi un schéma fort différent. Bien que de nombreux-ses nationaux et nationales-populistes québécois-e-s adhèrent au racisme, au déni du réchauffement climatique et aux délires complotistes de leurs cousin-e-s des autres provinces, la réaction aux blocages a été généralement confuse. Dans les premiers jours de la vague de résistance, l’un des principaux arguments relayés au sein de leurs réseaux était l’injustice supposée d’un « deux poids, deux mesures ». Ils et elles estimaient que si des blocages du même genre que ceux menés par les Autochtones et leurs sympathisant-e-s étaient réalisés, les gens seraient certainement arrêté-e-s et réprimé-e-s, tandis que les blocages de solidarité avec les Autochtones étaient tolérés. En même temps, on a vu des cas isolés d’activistes d’extrême droite déclarant leur solidarité avec la lutte des Wet’suwet’en. Cette réaction différenciée est sans aucun doute le résultat des différentes façons dont les nationaux-ales-populistes se positionnent par rapport à l’État-nation canadien à l’intérieur et à l’extérieur du Québec.

Néanmoins, après la première semaine d’actions de solidarité, notamment dans le contexte d’un important blocus à Kahnawake et d’une barricade de solidarité à Saint-Lambert, les nationaux et nationales-populistes québécois-e-s ont redécouvert leur antipathie historique pour la nation mohawk. Ce revirement a mis abruptement fin à la pantomime hypocrite qui se jouait depuis plusieurs années au Québec, où des leaders d’extrême droite comme de nombreux-ses simples militant-e-s s’étaient positionné-e-s comme des allié-e-s naturel-le-s des Autochtones contre l’État canadien. Ce n’était soudainement plus le cas, et les commentaires et menaces racistes anti-autochtones ont commencé à se multiplier dans la fachosphère québécoise. Rien de tout cela ne s’est pour autant traduit en actions tangibles, car certain-e-s acteur-trice-s clés ne savaient pas comment se positionner. De plus, l’extrême droite était mal préparée à intervenir sur le plan organisationnel.

À la mi-mars 2020, alors que d’un item d’actualité lointaine, la COVID-19 devenait rapidement une pandémie d’envergure mondiale exigeant un confinement généralisé de la population, l’extrême droite québécoise s’est montrée tout aussi inopérante. Tandis que les forces de gauche organisaient des groupes d’entraide dans les collectivités et menaient des « manifestations de voitures » en solidarité avec les migrant-e-s aux prises avec des conditions létales dans les centres de détention, l’extrême droite québécoise était confinée aux médias sociaux, où sa principale occupation consistait à propager diverses théories du complot sur le virus, dont l’idée parfaitement irrationnelle voulant que celui-ci soit propagé par la technologie sans fil 5G…

 

Un avenir incertain…

L’agitation d’extrême droite, qui a commencé à prendre de l’ampleur en 2016, semble s’être finalement aplatie en 2019. Depuis, nous avons simplement constaté une série de tentatives largement infructueuses ou éphémères de se regrouper et d’aller de l’avant. Cette faiblesse de nos adversaires s’est manifestée dans leur incapacité à répondre efficacement, jusqu’à présent, à l’un ou l’autre des deux principaux enjeux sociopolitiques de 2020. Cela dit, leur base n’est pas prête de disparaître et l’état d’esprit complotiste et raciste dont on observe aujourd’hui les diverses manifestations pourrait annoncer une expansion de l’extrême droite dans les mois à venir.

Comme nous l’avons déjà indiqué ci-dessus, il ne faut pas considérer le désarroi actuel des forces d’extrême droite comme une victoire de notre part. Aujourd’hui, deux des principales revendications portées par l’extrême droite depuis plusieurs années au Québec ont été satisfaites : la Loi 21 interdit aux personnes portant des « vêtements religieux » d’occuper divers emplois dans le secteur public (cette loi vise en tout premier lieu les femmes musulmanes portant le hijab) et, dans le contexte de la pandémie, le passage frontalier irrégulier du chemin Roxham a été fermé aux demandeur-euse-s d’asile. Il va sans dire que la gauche radicale, au sein du milieu antiraciste/antifasciste, mais aussi bien au-delà, a encore beaucoup de pain sur la planche.

La situation nouvelle créée par la pandémie est remplie de dangers et d’incertitudes. Dans les mois à venir, de nouvelles possibilités politiques vont se présenter et les propositions politiques ancrées dans la peur et la désignation de boucs émissaires auront probablement le vent en poupe. Nous vous encourageons à lire nos Réflexions préliminaires sur la situation actuelle (en date du 30 mars).

La vigilance, comme la solidarité, sera certainement toujours de mise.

 

 

 


[i]               Pour la postérité, et pour ceux et celles qui cultivent une fascination morbide pour ce genre de choses, voici grosso modo comment ça s’est passé.

Un conflit a éclaté au sein de La Meute en mai 2019, lorsqu’il est devenu clair que le porte-parole (et chef de facto) Sylvain Brouillette s’était montré incapable de remplir la paperasse pour La Meute Inc. pour l’exercice financier 2017-2018. Des membres de l’exécutif se sont inquiété-e-s de l’image que cela projetterait s’il-le-s n’étaient pas en mesure de répondre aux questions des membres des clans (comme sont appelées les sections régionales de La Meute), et que cela retarderait encore l’enregistrement de La Meute comme organisation à but non lucratif. Tandis que Brouillette se défendait en évoquant des problèmes d’ordre personnel (un divorce conflictuel et des difficultés professionnelles) et se plaignait de n’avoir jamais voulu être responsable de la comptabilité, d’autres membres de l’exécutif l’accusaient de monopoliser le pouvoir, de contrôler l’information et de diriger La Meute comme si c’était sa propre entreprise privée.

Au fur et à mesure que les tensions s’aggravaient, tou-te-s les membres de l’exécutif (à l’exception de Brouillette) ont démissionné. Brouillette a démis Stéphane Roch de ses fonctions comme administrateur de la page Facebook publique de La Meute, et en guise de représailles, Brouillette s’est à son tour vu retirer les privilèges d’administration de la page secrète de l’organisation. Le 19 juin 2019, tout semblait indiquer que Brouillette avait été évincé de l’organisation et que ses critiques (regroupé-e-s autour de Steeve « L’Artiss » Charland) avaient pris les rênes, mais en quelques jours seulement, Brouillette a réussi à reprendre le contrôle de la page Facebook secrète, et Charland et ses fidèles étaient sur la voie de sortie.

L’une des premières actions de Brouillette de retour aux commandes a été de publier les chiffres de l’exercice financier2017-2018. Bien que ce rapport ne soit pas assez détaillé pour satisfaire aux exigences de Revenu Canada, il révèle une organisation fonctionnant avec un budget dérisoire, avec à peine 10 000 $ en reçus. La moitié de ce budget est inscrite comme un « don des Chinois », une probable référence à la Chinese Canadian Alliance, un groupe « astroturf » qui a organisé une grande manifestation sur la Colline Parlementaire à Ottawa le 18 février 2018, à laquelle ont participé La Meute et Storm Alliance, entre autres. (À l’époque, Brouillette avait déclaré : « La Meute s’est créé une solide alliance avec la communauté chinoise et nous croyons que cela ouvrira la porte à des alliances avec d’autres communautés dans un futur proche »… pourvu qu’elles paient, pourrions-nous ajouter!)

Pour ponctuer spectaculairement ce conflit, un grand nombre d’ancien-ne-s membres se sont fait un point d’honneur de célébrer la Saint-Jean-Baptiste en brûlant et en détruisant leurs vêtements et accessoires aux couleurs de La Meute (casquettes, vestes de cuir, drapeaux, etc.), déclarant du même coup que La Meute était « morte ». Les clans ont toutefois semblé accepter le retour de Brouillette.

Quoi qu’il en soit, au moment d’écrire ces lignes (avril 2020), le groupe est resté essentiellement inactif depuis que les événements décrits ci-dessus sont survenus.

 

[ii]               Lévesque « est accusé d’introduction par effraction, de méfaits et de harcèlement criminel à l’égard du journaliste Simon Coutu et d’autres employés de VICE Québec. L’homme de 36 ans est également accusé d’avoir intimidé Simon Coutu pour le forcer à s’abstenir de “couvrir les activités du groupe Atalante Québec”. Ce dernier avait publié plusieurs reportages sur l’extrême droite dans les semaines précédentes. »
https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/201912/09/01-5253022-intimidation-a-vice-le-leader-dun-groupe-dextreme-droite-en-cour.php

 

[iii]              Comme l’explique Solidarité sans frontières : « En décembre 2019, un juge de la Cour suprême de Colombie-Britannique a accordé une injonction contre les défenseurs du territoire basés au campement Unist’ot’en, lesquels tiennent depuis plusieurs années un blocus pour empêcher la construction du projet de gazoduc Coastal Gas Link (de l’entreprise Trans Canada) devant traverser le territoire non cédé de la nation wet’suwet’en. Un deuxième campement de blocage a été dressé par un autre clan des Wet’suwet’en, les Gidimt’en, qui manifestent une opposition solidaire au gazoduc au sein de leurs structures de gouvernance traditionnelle, et au mépris d’une décision judiciaire qui refuse de reconnaître leur souveraineté et leur titre. (…) La GRC a imposé un black-out médiatique au moment même où elle entreprend une invasion à grande échelle du territoire des Wet’suwet’en pour démanteler les blocus. Les défenseurs du territoire ont lancé un appel urgent à la solidarité et au soutien, face à ce qu’ils considèrent comme “un acte de guerre” et “une violation des droits de la personne, un siège, et une extension du génocide auquel les Wet’suwet’en ont survécu depuis le contact”.

 

Retour sur le 1er mai 2020 : Rebâtir autre chose

 Commentaires fermés sur Retour sur le 1er mai 2020 : Rebâtir autre chose
Mai 072020
 

bannière

De la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC)

Le 1er mai dernier, comme chaque année depuis plus d’un siècle, c’était la Journée internationale des travailleuses et travailleurs. Malgré le confinement, plusieurs personnes ont pris action pour redécorer la ville. La situation peut sembler sombre, mais il y a quand même quelques points positifs malgré tout.

L’air de nos villes est plus pur qu’il ne l’a été depuis au moins un siècle. La consommation pétrolière ralentit en même temps que la production de gaz à effet de serre. Pour beaucoup de gens, le confinement forcé est un moment de revoir notre relation malsaine avec le travail dans cette société capitaliste hyperperformante et hyperproductive.

Nous nous définissons par le travail. Une des première question qu’on pose à quelqu’unE qu’on rencontre est “qu’est-ce tu fais dans’vie ?”. La droite a martelé pendant des décennies que les gens qui ne travaillaient pas étaient des parasites. Est-ce que, du jour au lendemain, toutes ces personnes confinées sont soudainement devenues des parasites ? Ou bien est-ce que la vie humaine, la vraie vie, est plus qu’une somme de “métros-boulots-dodos” ?

Nous saluons les personnes qui aident leur prochainE, qui combattent le virus, directement ou indirectement. Combien de personnes qui, hier seulement, étaient méprisées, se trouvent maintenant en première ligne. Parlons du milieu de la santé par exemple. La crise actuelle accentue le caractère essentiel du travail des infimières et des infirmiers et des préposéEs aux bénéficiaires. Les médias les rangent dans la catégorie des anges. Mais la reconnaissance de l’opionion publique ne suffit pas, il faut que cette reconnaissance s’étende de manière effective dans leurs conditions de travail. Combien sont-ielles à faire du temps supplémentaire obligatoire, à travailler parfois 16h par jour et à recommencer ce manège infernal le lendemain? La fatigue s’accumule, les risques augmentent. Tout ça pue l’exploitation. Et pour couronner le tout, le système les  baillonne lorsqu’ielles veulent dénoncer.

Au beau milieu de tout ça, des milliers de personnes sans internet, sans contact, sans support. Sans-abris, prisonnières, sans statut, sans oublier les personnes qui ont de la difficulté à rester confinées chez elles à cause des conditions d’insalubrité de leur logement. Toutes les personnes coincées entre deux frontières, ici ou ailleurs. Toutes des témoins anonymes, parce que personne ne les écoute, personne ne les voit. Grève des loyers, grève de la faim …

Tout ce chaos, simplement parce qu’une poignée de riches imbéciles tenaient mordicus à prendre leurs vacances au loin, à faire des croisières, à brûler le peu qui nous reste d’écosystème. Le bateau coule, et ce sont toujours les mêmes qui écopent. La crise n’est pas finie qu’on parle déjà de reconstruire : des aéroports, des pipelines, des bateaux. Et bien nous on dit : Basta ! S’il faut reconstruire, soit, mais nous travaillerons à rebâtir autre chose. Que le monde capitaliste brûle, nous serons l’étincelle!

Nous vous posons donc la question. Dans les prochains mois, est-ce que vous travaillerez vous aussi à bâtir des solutions nouvelles ? Ou bien est-ce que vous allez travailler à maintenir le vieux problème en vie ? 

Merci à ceux et celles qui ont fait vivre ce premier mai. 

Les photos soumises sont disponibles à https://clac-montreal.net/node/750

 

La crise intérieure

 Commentaires fermés sur La crise intérieure
Mai 062020
 

De La Mauvaise Herbe

Introduction : une vue par la fenêtre

Les rues sont vides avec le retour du printemps. Le dude dans son VUS fait des U-turn sur un feu rouge à l’intersection. Une game de football se joue au milieu d’une rue passante à 4 heures de l’après-midi. La police passe 15 minutes plus tard, mais les joueurs-ses se sont déjà dispersé-e-s. Une majorité s’est cloîtrée en dedans.

La ville se remplit aussi. Lorsque je sors marcher le matin tôt ou tard le soir je rencontre des mouffettes et des ratons laveurs. Elles se promènent au milieu des rues. Les outardes se posent sur les berges habituellement bondées d’humain-e-s du fleuve, et transitent par les plans d’eau des parcs vides. La ligne d’horizon de l’autoroute est calme, peu de chars s’y promènent. La tranquillité prend place. Les oiseaux nidifient un peu partout. Les premières fleurs et les mauvaises herbes poussent et personne n’en fait l’entretient paysager. C’est beau. L’espace et la vie reprennent leurs droits innés le temps d’une pause.

Mes ami-e-s qui travaillent dans le système de santé sont déprimés. Certains voient leur clientèle en CHSLD se laisser mourir d’ennui quand ce n’est pas du virus. Les truckers, travailleurs agricoles et préposées aux bénéficiaires sont soudainement vus comme des « personnes importantes ». Tout le monde capote un peu sur l’effondrement économique et l’incertitude. Le besoin de socialiser et d’avoir des contacts humains chaleureux ronge chaque jour un peu plus.

La vie telle que structurée par le capital perd son sens. D’une part le mantra infantilisant et insignifiant du « tout va bien aller / on va revenir à la normale ». De l’autre l’évidence que le « normal » d’après ne sera pas plus intéressant que celui d’avant. Les optimistes espèrent une réorganisation égalitaire de la société et les pessimistes s’effacent le long des murs. Les autoritaires jubilent.

Bref, pour une première fois depuis 2012, j’ai l’impression que le pays entier partage mon expérience de déconnexion d’avec le réel qui a suivi la grève étudiante. Je m’en réjouis parfois. C’est bien lugubre de tirer plaisir d’un trauma infligé à autrui. Dans le chaos émotionnel qui a suivi cette expérience, j’ai appris à guérir des blessures quotidiennes. La situation actuelle me ramène à ces considérations pratico-pratique. Appeler les ami-e-s régulièrement pour prendre des nouvelles et s’assurer que tout le monde a de l’espace pour lâcher un peu de vapeur. Écrire chaque jour. M’occuper des chats. Travailler à des projets significatifs. La nature invisible et hasardeuse de la crise ramène à l’essentiel : les émotions, les situations difficiles, les engagements, le care mutuel. En même temps cette intangibilité de la peur et de la maladie pousse à essayer de comprendre comment c’est arrivé.

Chercher une réponse absolue ou transcendante est absurde : la maladie n’est pas une question. Ce que je propose à qui lira ce texte est une analyse, sur le vif, des paramètres dans lesquels « nous », le nous du vécu COVID, avons un pouvoir d’action sur la pandémie et la suite des choses. Je n’y traite pas particulièrement de la maladie. L’argument proposé est que la crise actuelle est politique, non-exceptionnelle. Le texte s’articule entre l’intérieur, le pouvoir d’action que chacun-e possède, et l’extérieur, les circonstances. Premièrement une analyse des conditions d’émergence de la pandémie. Puis définition du Biopouvoir comme moteur de la logique sécuritaire. Ensuite un survol des conséquences évidentes de la crise. Finalement, je propose mes opinions contre les lectures « transcendantes » ou absolues de la situation.

L’extérieur : la nature et ses jeux de hasard.

Les études scientifiques sur les origines de la supposée crise du COVID-19 sont assez unanimes. La dégradation des écosystèmes par l’humanité et leur interconnexion génère ponctuellement des pandémies. C’est au sein de cette matrice qui fragilise l’écologie de la planète, interconnectée et débalancée, que l’anthropocène1 et le capital imposent leur nature, celle d’une crise économique récurrente. Transposée à la vie en son ensemble, elle en accroît l’instabilité de jour en jour.

Ces études ne datent pas d’hier. Dès 2008, des scientifiques comme Kato Jones ont étudié jusqu’à 335 maladies importantes et dangereuses du 20ème siècle. 60% au moins se sont transmises aux humains à partir de populations animales.2

« these zoonotic diseases are linked to environmental change and human behaviour. The disruption of pristine forests driven by logging, mining, road building through remote places, rapid urbanisation and population growth is bringing people into closer contact with animal species they may never have been near before […]. »3

Des résumés d’articles scientifiques des années 2010 à 2015 font la synthèse du phénomène bien connu des valeurs de la biodiversité et de la santé environnementale comme barrière contre la propagation.

« A critical example is a developing model of infectious disease that shows that most epidemics — AIDS, Ebola, West Nile, SARS, Lyme disease and hundreds more that have occurred over the last several decades — don’t just happen. They are a result of things people do to nature. […] Teams of veterinarians and conservation biologists are in the midst of a global effort with medical doctors and epidemiologists to understand the “ecology of disease.” »4

Un organisme infectieux, sorti de son contexte dans lequel il joue un rôle balancé, devient un facteur de débalancement. Boucar Diouf, scientifique à ses heures, expliquait l’utilité des virus sur les ondes de Radio-Canada ; « Un virus c’est un ancêtre — on les retrouve beaucoup en milieu océanique. 10% de l’ADN humain vient des virus […] Dans le milieu marin, quand les ressources sont limitées, les virus s’attaquent à l’espèce qui est dominante qui s’approprie toutes les ressources »5. Des biologistes affiliés à l’Université de Montpellier faisaient récemment paraître des articles de vulgarisation sur le sujet, « Les hasards variables des émergences virales ». Parmi les facteurs d’émergence et de propagation des virus,

« On peut citer l’urbanisation, l’élevage intensif, la forte mobilité (en particulier de la main d’œuvre industrielle) et la dégradation des infrastructures de santé. […] Toutefois, à mesure que les politiques de santé publique et l’immunité des populations feront refluer l’épidémie, le rôle du hasard redeviendra clé. Ainsi, le temps avant l’extinction certaine de l’épidémie peut fluctuer énormément, mettant en jeu de nombreux processus, tel que l’hétérogénéité des populations »6

Cette hétérogénéité joue dans un premier temps un rôle protecteur : plus les virus rencontrent des hôtes potentiels différents (comme dans un écosystème diversifié), moins ils sont susceptibles de se développer.

« En règle générale, l’hétérogénéité, quelle que soit sa source (des hôtes, des réseaux de contacts, des infections), joue contre le risque d’émergence.

Dans ce cadre deux facteurs liés à la transmission sont déterminants. Ces facteurs jouent sur la propagation. Le premier est la variabilité du temps de génération, c’est-à-dire le temps moyen entre le début d’une infection et le début des infections secondaires qu’elle engendre. Plus ce temps de génération est variable, plus la probabilité d’extinction est élevée. »7

Par la suite, une fois le virus implanté dans une population hôte,

« L’hétérogénéité des contacts, que ce soit pour le transport international ou entre les individus a tendance à accélérer la propagation. Le terme de « contact » est utilisé ici de manière relativement opérationnelle et abstraite. On désigne ainsi toute voie de transmission du virus d’un hôte à un autre. Les variations du nombre de ces contacts entre personnes peuvent avoir plusieurs origines : distance parcourue dans la journée, nombre de personnes rencontrées, comportement (s’embrasser, serrer la main), biologique… »8

Plusieurs organismes de recherche, comme les Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), en France, penchent eux aussi sur cette piste pour expliquer l’origine de la crise actuelle. L’élevage intensif ou encore le braconnage9 sont montrés du doigt. Le H1N1 était originaire de méga-fermes d’élevage et le COVID pourrait l’être. Sur la liste des accusés figurent les tests laboratoires sur des animaux, l’agriculture de masse, les chauves-souris et le trafic de pangolins braconnés10. Quoi qu’il en soit, l’origine exacte de cette transmission a peu d’importance, à partir du moment où l’on comprend les dynamiques de propagation des maladies dans les écosystèmes.

Interconnexions : une « crise » du biopouvoir.

En quoi cette crise est elle différente? Le virus est moins dévastateur que la malaria, la variole, la polio, le choléra, la tuberculose, la syphilis, la grippe espagnole, la scarlatine, la rougeole, la peste noire et bubonique. Pour aucune de ces pandémies, qui ont parfois duré sur plus d’un siècle et décimé jusqu’à 30 ou 50% de la population européenne, n’avait-on « fermé l’économie ». La raison est plutôt simple : personne ne contrôlait la société et l’économie. Les classes sociales, autonomes, ont continué à fonctionner et à s’adapter. Tout le monde a fait, dans le chaos, ce qui semblait raisonnable.

Si d’un point de vue environnemental la crise était prévisible et que son taux de mortalité est relativement bas, pourquoi la réaction est-elle forte? C’est du côté de la gestion des risques qu’il faut chercher la réponse, dans la culture de la sécurité. Dans la peur intime de mourir et les réponses sociétales qui y sont données.

La « gestion du risque » des maladies n’existait pas avant le 20ème siècle. C’est une forme de pouvoir, le biopouvoir, qui date de la fin du 19ème. Les amateur-trice-s de Foucault se référeront à ses écrits pour définir le concept et ses liens avec le contrôle, les asiles et les prisons à partir du 18ème siècle11. Foucault décrit le biopouvoir comme celui de faire vivre et de laisser mourir qui apparaît avec l’État moderne. Le concept tire ses racines des liens longtemps négligés entre les substances, l’environnement, le savoir et les corps. Avant l’État moderne, contrôler les détails de la mort n’était pas une priorité : prier adéquatement pour son salut était un enjeu beaucoup plus criant. Les choses changent dès le 18ème.

Un objet de définition intéressant de la notion serait sans-doute deux des crises biopolitiques qui ont accompagné la formation des états européens modernes, soit la colonisation des Amériques et la chasse aux sorcières. Alors que les peuples autochtones vivaient l’extermination via la guerre bactériologique et physique, dans le but de les déraciner de leurs écosystèmes et de les rendre exploitables, les européens ont opéré un pillage systématique de la pharmacopée autochtone, dont la quinine12 pour se prémunir des maladies du « nouveau-monde ». Ces nouveaux outils de traitement des fièvres ont pavé la voie à l’apparition de la médecine contemporaine. Tout comme l’a fait le massacre des guérisseuses de « l’Europe » ancienne, sorcières, sages femmes, ramancheux et autres magiciens13. Les deux phénomènes sont contemporains. Sans la colonisation des savoirs autochtone, l’apparition des composantes de synthèse n’aurait pas été possible. 14 Pas de réduction du risque en médecine contemporaine, médecine qui a imposé son autorité en partenariat avec l’État et l’Église.

Le triomphe de cette logique rend possible la standardisation des corps biologiques. Le désir n’est pas nouveau, mais les motivations changent. Au lieu de massacrer au nom du salut des âmes, comme au Moyen-âge et au début de l’époque moderne, le pouvoir standardise les corps au nom d’idéologies scientifiques. Par exemple, lors de la crise du VIH/SIDA, les corps des personnes LGBTQ et des diversités avaient violemment étés projetés sur la scène comme boucs-émissaires des politiques publiques. Les corps des travailleuses du sexe ont longtemps été stigmatisés dans la transmission de la syphilis au lieu de parler du système des bordels, des classes sociales et du rôle colonial des armées. Les ouvrier-ère-s ont été pointés du doigt dans les crises de tuberculose car ils-elles subissaient les conditions de l’industrialisation. La diversité est sacrifiée par la modernité triomphante. Cette dernière préfère laisser mourir les corps qu’elle ne contrôle pas au lieu de tuer les corps dissidents. Quoique ce ne soit pas mutuellement exclusif. C’est là le cœur du pouvoir des filets sociaux.

Le rapport moderne au biopouvoir, celui de faire vivre et laisser mourir, règne maintenant. En opposition aux conceptions antiques du pouvoir de laisser vivre et faire mourir.

Gouverner, normaliser, réprimer.

Dès le 1er avril, et ce n’était pas une blague, plusieurs médias titrent que le « monde est confronté à sa pire crise depuis 1945 ».15 N’en déplaise aux millions de morts parfaitement évitables que l’économie, la guerre, les inégalités, les changements climatiques, la famine, la pollution, etc. causent chaque année. « We keep hearing that this is a war. Is it really? What helps to give the current crisis its wartime feel is the apparent absence of normal political argument ».16 L’argument : l’état manifeste encore une fois sa nature, celle du Léviathan 17.

« In a democracy we tend to think of politics as a contest between different parties for our support. We focus on the who and the what of political life: who is after our votes, what they are offering us, who stands to benefit. We see elections as the way to settle these arguments. But the bigger questions in any democracy are always about the how: how will governments exercise the extraordinary powers we give them? And how will we respond when they do? […]

As Hobbes knew, to exercise political rule is to have the power of life and death over citizens. The only reason we would possibly give anyone that power is because we believe it is the price we pay for our collective safety. But it also means that we are entrusting life-and-death decisions to people we cannot ultimately control. » 18

Dans ce contexte il existe un seul et grand risque : que les sujets décident de ne pas coopérer. Soit la coopération est forcée, soit la politique s’écroule sur elle-même. Pour rendre le dilemme acceptable les gouvernements maquillent leurs impératifs sous un vernis de « gros bon sens » paternaliste : Legault et ses ministres se comportent en « mononcles » bienveillants, qui ne toléreront pas la dissidence des corps et des esprits. « Enweye chez vous! »

« Under a lockdown, democracies reveal what they have in common with other political regimes: here too politics is ultimately about power and order. […]. It is not that democracies are nicer, kinder, gentler places. They may try to be, but in the end that doesn’t last. »19

En ce sens la réponse au COVID des démocraties s’accorde lentement avec celles des régimes autoritaires. Et la réaction de la population ne diffère pas : Legault bénéficie d’un taux d’approbation Nord-Coréen, de plus de 90%, malgré sa gestion douteuse.20 On vit une quarantaine à deux vitesse où les travailleur-se-s sont traité-e-s comme des soldats envoyés au front pendant que les classes dominantes se paient le luxe du télétravail.

« Rendu là, ce ne sont pas des anges gardiens, c’est de la chair à canon. Mais bon, quand on se compare à des pays qui font pires, on se console… de ne pas avoir encore totalement démoli notre service public. (Je dis encore, parce que surveillez bien les mesures d’austérité qui s’en viennent. « La crise nous a coûté cher. Il faut maintenant se serrer la ceinture », déclarera peut-être bientôt Legault, réélu majoritaire à vie.) […]. » 21

Un tour d’horizon rapide des mesures locales et à l’international permet de mieux comprendre que l’enjeu, partout autour du monde, est le même.

Dans la surveillance maniaque des parcs de la ville par le SPVQ22, l’explosion des cas de délation23, l’utilisation du Big Data24 dans la surveillance25, les appareils individuels et la surveillance publique26, les enjeux de sondages de gouvernance27, la suspension des droits collectifs, l’état d’urgence déclaré, les répressions policières qui ont suivi, il s’agit de maintenir cette capacité à gouverner.

Les hiérarchies s’appliquent à la gouvernance. Plus les corps sont non-conformes à l’idéal dominant, plus ils sont marginalisés. Les prisons sont des lieux négligés et le système carcéral impose de doubles peines aux corps criminalisés, majoritairement autochtones, racisés ou vieillissants.28 Le droit à l’avortement est réduit29. Les descentes policières (sans mandats) ciblent les punks, étudiants30 et autres marginaux habituels. Les itinérants sont touchés de façon disproportionnée. Le directeur de la santé publique a même déclaré que  « la monogamie est préférable ces temps-ci »… mentalité où le foyer doit correspondre à la famille traditionnelle. Une analyse a circulé sur les médias sociaux :

« Au Québec, les rassemblements de «deux ou plus» sont illégaux, mais le foyer fait exception à cette règle. Ainsi, les personnes qui vivent avec leur famille peuvent passer autant de temps qu’elles le souhaitent avec elle, mais les personnes qui choisissent de voir en personne des membres de leur famille, des partenaires, des amis ou des proches avec une approche de réduction des risques peuvent être criminalisées. […]

Les queers sont des précurseur·e·s en matière de réduction des risques. En raison de l’histoire du VIH et du sida, les queers savent comment vivre et aimer dans des moments comme celui-ci. Les queers savent qu’il faut réduire les risques tout en respectant nos cultures, nos joies et nos amours. » 31

Ce rôle accru de l’état policier ne va pas sans une certaine inquiétude, même auprès des secteurs de la société civile habituellement dociles.

« Des experts en criminologie et en droit n’adhèrent pas à la croyance populaire voulant que les citoyens se sentiront plus en sécurité si la police a le pouvoir d’imposer de lourdes amendes […] Ils soutiennent plutôt que les directives des autorités de la santé publique ne sont pas claires, et que la manière dont elles sont appliquées est contre-productive — en plus de faire oublier l’échec de l’État à mieux se préparer à cette grande pandémie. Par ailleurs, les lourdes amendes affectent de manière disproportionnée les plus démunis, les personnes racisées et les communautés marginalisées — qui peuvent en plus être victimes d’abus de pouvoir des policiers, voire de profilage. » 32

Big news. Aux États-Unis la mortalité sévit en plus grande proportion dans les communautés racisées. 33 Les prisons sont aussi un espace de vulnérabilité, et de nombreuses émeutes y éclatent durant la pandémie, de même que des initiatives réclamant un traitement sanitaire adéquat.34 Les mouvements sociaux réclamant une plus grande égalité et une gouvernance transparente sont victimes de la pandémie. Au Chili comme en Algérie, des mouvements sociaux forts et résilients ont été matés sous prétexte de l’état d’urgence ou de catastrophe.35 En France, au moins une ZAD est expulsée et brûlée par les autorités.36 L’espace autogéré défendait une réserve d’eau douce, une ferme bio (qui a elle aussi été incendiée par les autorités) et une zone de préservation naturelle contre la construction d’un port de plaisance pour les bourgeois.

Au-delà d’une attitude répressive globalisée, 2 axes majeurs se démarquent. Le premier est l’utilisation systématique du Big data. Dès le début de la pandémie, la Chine a mis à profit son expertise dans les technologies de surveillance pour collecter des informations sur ses citoyens et les organiser en banques de données (température corporelle prise à distance, mise en relation avec le nom de l’individu, sa famille et leurs déplacements, etc.). Ceci rend la traque des corps potentiellement déviants extrêmement efficace et dissipe toute illusion de vie privée.37 Ces technologies sont utilisées partout dans le monde, de Hong Kong38 à la Corée du Sud au Japon en passant par l’union Européenne39. Notamment, les connexions Bluetooth des appareils portables servent à traquer les données corporelles, sociales et géographiques. Les firmes de technologies

« […] are the long-term beneficiaries of this crisis; not just smaller firms like Zoom, but also the big players such as Google, Apple, Facebook and Paypal, and not just American companies, but also Chinese. […] We could also potentially see more government use of surveillance […] This is nothing new, it only compounds and accelerates forces that have been at play for many years. Moving forward, it will affect not just our ability to hide from the camera, but also determine our socio-political rights. […]
Digital technology makes it possible to create subtle police states whereby state control is not as obvious as it might have been as citizens might voluntarily offer private data in hope the state can provide security. »40

Ce besoin de sécurité passe d’ores et déjà par le secteur privé : de plus en plus de compagnies sont responsable du développement technologique des états.41

Le second est un usage généralisé de l’armée et de la police. Certains régimes sont moins subtils que d’autres. L’Inde donne les pleins pouvoirs aux corps de police. De nombreux articles déplorent la crise des droits humains que cette répression engendre auprès des populations de travailleurs migrants du « Sud global » et des personnes précaires en général42, notamment en Afrique du Sud, Rwanda, Zimbabwe et aux Philippines, des états autoritaires. En Israël la situation est bien sûr prétexte à un apartheid durci.43 Elle engendre de sérieuses crises du pouvoir dans des régimes comme celui du Kenya. Le président y a même eu à s’excuser44; un enfant a été abattu par balle, plusieurs blessés graves… Ces situations engendrent rapidement un état « d’ingouvernabilité ».45 Par exemple, en Côte d’Ivoire, des manifestants ont détruit un centre de tests du COVID de peur que ce dernier ne serve à exposer les malades.46

Là où l’État a une confiance absolue en sa capacité de gérer, le COVID n’existe pas; la glorieuse république Nord Coréenne est le seul pays non-affecté.47 Blague à part, ce n’est qu’un exemple de comment le traitement de la « crise » fait miroir au pouvoir. Si ce dernier est déconnecté d’avec la réalité, la COVID n’a pas cours. Inversement, là où l’État est en faillite, des autorités « illégitimes » organisent les mesures de confinement. Dès le mois de mars, plusieurs gangs armés au Brésil ont pris sur eux d’imposer un couvre-feu en envoyant des menaces dans les boîtes aux lettres des Favelas.48

Les cas de la Suède et de la Belgique, qui font bande à part, montrent bien qu’une démocratie libérale peut choisir de ne pas réprimer outre mesure. La Belgique est une « démocratie en échec », avec 9 gouvernements provinciaux et un gouvernement central dysfonctionnel. Le système de santé y est en bon état. Le pays a très bien géré la crise par rapport à ses voisins, en faisant appel au flegme et à l’autodiscipline de la population.

« It also allowed people some time outdoors, which appears to have been more successful than in some countries which imposed a full lockdown. This could be partly because allowing people to go out and exercise or walk responsibly is not only good for their health, but also gives them the chance to let off some steam, enabling them to stick to the other restrictions with greater ease. » 49

En Suède le gouvernement a choisi de ne pas imposer de confinement complet et fait confiance à son système de santé, aux expert-e-s de santé publique et au bon sens de la population.50 La stratégie impose un stress considérable sur le système de santé et le pays connaît son lot de difficultés et de mortalité, mais rien de dramatiquement différent d’ailleurs. Sa gestion de la crise est toutefois durement critiquée à l’international, dans une rhétorique de normalisation de la répression de la part des autres états51.

La crise et l’écologie dominante

Tôt dans cette histoire (début avril), on constate : les observatoires d’émission des GES52 annoncent la plus grande diminution dans la pollution atmosphérique depuis la deuxième guerre mondiale. De l’ordre de 5%. La première depuis celle de la crise financière de 2008 (de 1.4%).53 En février 2020, ceci semblait encore impensable : le frein d’urgence de la machine capitaliste peut être tiré volontairement. Il serait alors assez facile de penser que cette crise du COVID, aux origines environnementales, recevra un traitement spécialement axé sur les défis écologiques.

Les partisan-e-s d’une réforme institutionnelle & verte des modes de production en profitent pour faire valoir leurs points de vue. 54 Si les autorités traitaient la crise environnementale avec le même sérieux les changements climatiques seraient vite maîtrisés. Le discours environnementaliste fait son chemin dans les médias avec le COVID. Des scientifiques et des environnementalistes répondent avec l’autorité habituelle. « La crise actuelle est l’occasion d’adopter une approche interdisciplinaire des enjeux de santé publique, affirme Hélène Carabin ».55 Diverses initiatives et organisations de « monitoring » de ces menaces potentielles se sont mises en place.56 Les autorités cherchent des solutions positives :

« Cela veut dire aussi repenser notre consommation alimentaire, ce qui ne pourra se faire qu’en réduisant les inégalités économiques afin d’assurer aux plus pauvres l’accès à une alimentation saine. Les services de santé publique y gagneront, car ils ne feront plus face à l’explosion des maladies non communicables, comme le diabète et l’obésité. Les résistances seront fortes de la part des grands groupes de l’agro-industrie, de la distribution et des transports. Mais notre santé et celle de la planète doivent passer avant la santé des marchés financiers »57

On fait la chasse aux défauts du capitalisme dans les médias habituellement complaisants-mais-critiques :

« Certaines éclosions ont vraiment été liées à une plus grande intensité de la chasse illégale, notamment pour la viande de singe » […]. Pourquoi les gens vendent des animaux sauvages dans les marchés, demande-t-elle ? Parce qu’il y a 800 millions de personnes qui vivent de l’insécurité alimentaire dans le monde. Cette réalité n’est pas la nôtre, mais nous touche quand même, dit Mme Aenishaenslin, qui estime que la pandémie actuelle doit être l’occasion de réfléchir à « notre responsabilité collective ». 58

Tsé, parce-que chasser des animaux sauvages pour vivre c’est ce que les pauvres désemparés font. Mais seulement pour se sortir des affres du marché-financier-méchant. Cette vision terriblement condescendante, coloniale et raciste du monde préside à l’analyse environnementale de la présente crise, qu’elle soit de gauche ou de droite. Cette vision de l’écologie dominante sabote toute chance de passer à une autre logique après la crise.

L’écologie dominante reproduit les inégalités et les oppressions : les corps migrants, marginalisés, criminalisés, racisés, etc., ne font pas partie des priorités face aux enjeux environnementaux. Les médias regorgent d’appels écolos-nationalistes à la consommation responsable et locale. Pendant ce temps la chasse à l’oie du printemps et la pêche au saumon du début de l’été se voient grandement compromises sur les territoires traditionnels non-cédés d’Amérique du Nord. La construction du Pipeline Coastal Gaslink se continue sur les territoires Unist’ot’en, Gidimt’en & Lihkts’amisyu, en dépit des actions politiques précédant la pandémie. Partout en Amérique du Nord, les populations autochtones sont d’ailleurs plus à risque de souffrir de la pandémie.59 Les migrant-e-s irrégulier-ère-s qui fuient les États-Unis, notamment par le chemin Roxam au Québec, sont renvoyés au Sud sans considération. Des travailleur-se-s saisonniers « étrangers » dont l’agriculture « locale » dépend, environ 16 000 risquent de manquer à l’appel ou d’être surexploité-e-s au Québec. Ces enjeux de colonisation et de déplacement des populations ne sont pas traités comme faisant partie de la crise environnementale par les autorités « vertes ». Le gouvernement annonce pourtant une aide financière de 100$ par semaine en plus des prestations fédérales pour convaincre les blancs au chômage d’aller faire du 60h semaine aux champs. La bonne blague, j’ai hâte de voir ça. La réalité c’est que les médecins spécialistes vont « prêter main forte » dans les CHSLD à 211$ de l’heure pendant que les marginalisé-e-s vont être mis-e-s de côté.

Relance verte ou pas de l’économie, la rupture entre le monde et ses habitant-e-s, dépossédé-e-s et aliéné-e-s par les conditions matérielles de leur existence, ne changera pas. De façon concertée, écolos corrompus, patrons, syndicats, la crew habituelle, préparent l’oppression de demain :

« Une quinzaine d’acteurs socio-économiques aux horizons divers (et parfois divergents) ont ainsi choisi de parler d’une même voix pour «nourrir la réflexion du gouvernement». On y retrouve Conseil du Patronat, FTQ, Fondation David Suzuki, urbanistes, écologistes, économistes, militants de l’habitation et de l’économie sociale, etc. […]
«Une alliance pour une économie verte, un développement durable et des mesures inclusives qui vont servir au plus grand nombre possible», décrit Yves-Thomas Dorval, président du Conseil du patronat ». […]
Pour peu, on croirait que le Conseil du patronat (et les autres signataires) viennent d’embrasser le programme intégral de Québec Solidaire. » 60

La droite propose, sans surprise, d’égorger des pauvres et la planète pour créer de la richesse après la crise.

« Les gouvernements vont chercher à stabiliser leurs économies nationales et à équilibrer leurs budgets respectifs en renforçant certains secteurs économiques dits « stratégiques » [Via] un plan de sauvetage de l’industrie pétrolière et gazière canadienne, ainsi qu’un projet de règlement qui permettrait d’éliminer les évaluations environnementales exigées pour les forages d’exploration pétrolière et gazière à l’est de Terre-Neuve. » 61

De façon tout aussi prévisible, la gauche demande d’inclure dans la marche triomphante du progrès un plus grand nombre. Notamment l’IRIS se positionne contre une démondialisation qui « signifie revenir à une forme de capitalisme néo-national, autoritaire et protectionniste ».62 L’IRIS prêche plutôt pour une reprise axée sur « la création, […] d’espaces et d’institutions alternatives décentralisées. Ces institutions pourront redonner aux communautés, au niveau local de la municipalité et dans les régions dévitalisées de la périphérie, les conditions de leur autonomie et de leur autogouvernement politique et économique ». Une pure fiction, basée sur une relecture du municipalisme libertaire de Bookchin.63 Quelles institutions décentralisées autonomes? Les municipalités noyautées par des familles riches locales, ou bien la section locale de l’UPA qui défend les gros agriculteurs? La crise provoque un repli sur soi chez certains gauchistes, c’en est pathétique.

Le repli sur le communautaire et une pratique de santé locale et forte semble se dégager dans les idées valorisées pour « l’après ».64 L’accent est mis sur l’autosuffisance en médicaments et équipements, l’arrêt de la mobilité des travailleur-se-s du système de santé et d’une utilisation accrue des technologies de dépistage.65 Pendant ce temps, et parfois dans des conditions extrêmes, les travailleur-se-s doivent gérer les cadavres, les traumas et les ratés. Plus les inégalités sont pesantes, plus l’écart de traitement s’accentue. On voit l’effet de cette disparité dans les CHSLD du Québec. Dans les morgues temporaires de New-York, les chômeurs-ses gèrent les matières fécales et le sang des cadavres parfois non-identifiés que le système public recrache.66

Une crise intérieure : deuil et biopolitique radicale?

« « Angoisses, dépressions, insomnies, troubles cognitifs, ça, on va en avoir », prédit le psychiatre Serge Hefez ».67 Une analyse plus pertinente pour aborder le sujet de l’après COVID est probablement celle du deuil. Elle apparaît relativement tôt dans la crise, dans des cercles qui n’ont rien de radicaux.68 La perte de la normalité, de la sécurité, de l’anticipation d’un futur, etc., sont identifiés par une légion de psys et de professionnels de la santé mentale.

Les étapes du deuil (déni : ça va bien aller, colère : pourquoi?!?!?, négociation : si je respecte la distanciation sociale ce sera correct, tristesse : shit c’est dur, résilience : ok, ça va faire mal. Et après?)69 assomment le temps de se faire passer les mesures gouvernementales. Tout comme elles neutralisent les mouvements sociaux après une vague de répression policière.

Les réponses fonctionnelles résident dans le laisser-aller, la compassion, la capacité à nommer et partager ses émotions, la rage et l’entraide. La particularité de la crise actuelle est que ce deuil semble maintenant quasi-planétaire. Heureusement une majorité d’humain-e-s gardera la tête sur les épaules et se concentrera sur la résilience à travers une pratique de stabilisation du quotidien.70 Comment ces stabilisations se transféreront dans le monde « d’après » est selon moi l’enjeu majeur.

C’est dans cette veine que plusieurs soi-disant radicaux vont se servir de ce prétexte, de ces sentiments et traumas, pour appeler à leur version de la révolution. Un certain « Monologue du virus » a beaucoup circulé à l’international, pseudo-écolo, pseudo oppositionnel avec le « système », parlant des virus au « nous »… Quelques points sont bien sûr parlants, qui dénoncent la destruction des mondes au profit du monde homogène, un classique discours de gauche -et de droite- radicale. Ce monologue reste une tirade moralisatrice s’adressant à un « vous » creux et vide.

« Vous ne vous prépareriez pas à mourir comme des mouches abandonnées dans l’eau de votre civilisation sucrée. Si vous n’aviez rendu vos milieux si vides, si transparents, si abstraits, croyez bien que je ne me déplacerais pas à la vitesse d’un aéronef. Je ne viens qu’exécuter la sanction que vous avez depuis longtemps prononcée contre vous-mêmes. » 71

Couplé à quelques dénonciations de l’impérialisme britannique et à des appels contre l’autoritarisme, le texte prétend éveiller à un dilemme criant entre « l’économie ou la vie », à une éthique du care mutuel contre la peur totalitaire. Le capitalisme s’accommode très bien des injonctions au care. L’opposition entre la nécessité de vivre et la destruction du monde ne date pas d’hier. À chaque tournant de l’histoire quelques révolutionnaires se réveillent un bon matin avec la vision « nouvelle » de vivre dans l’horreur d’une grande boucherie planétaire.

De l’autre côté de la radicalité, les néo-nazis et extrémistes-de-droite-écolos profitent de la situation pour grossir leurs rangs. Ces groupes sont à l’œuvre pour blâmer la crise sur le dos de la diversité humaine, du sentiment d’inclusion et d’une « régénération » de la nature :

« Self-righteously deeming it some sort of divine intervention, they imply that the massive loss of life and our collective grief over those lost lives are somehow worth it for the sake of the planet, or even necessary. This pandemic has helped to facilitate the development and worsening of trauma and grief in entire communities, and rhetoric that frames this as a blessing for those who deserve to live here and a penalty for those seen as unworthy is not only deeply insensitive, but dangerous. »72

Dans un délire où « les plus forts » s’adaptent, les fascistes présentent une multitude de lectures de la crise justifiant la répression, la démonstration de force et le repli sur une supposée communauté organique. 73 En choisissant une rhétorique mythique où les problèmes du colonialisme et de la destruction de la nature seraient réglés par un retour au terroir et à la localité, une porte est ouverte pour l’engouffrement de l’extrême droite vers le pouvoir. Ce nanan est repris à travers un grand nombre d’instances. Des délires naissent où une alliance entre Hydro-Québec et les fermes bio pourraient rendre la province indépendante en nourriture74. J’ai l’impression d’entendre une soutane qui prêche le retour à la terre des braves cultivateurs subventionnés par des bâtisseurs de barrages génocidaires d’autochtones avec une assemblée de libéraux qui applaudissent. Ça donne froid dans le dos.

Ces réponses mystiques à la non-question du COVID se nourrissent d’un sentiment bien réel. Des expériences traumatiques naissent un sens du recommencement. Le deuil crée une expérience collective qui change le monde pour en faire un « nous », diffus et complexe, comme celui qui suit l’histoire avec grand H. Le fascisme s’est enraciné dans le « nous » des tranchées d’après 1918, auprès des soldats laissés pour compte. Ils se sont réfugiés dans une interprétation politique de la masculinité et de la démonstration de force.

Partout où « nous » (le nous de l’expérience commune du COVID) irons, « nous » pourrons parler et ouvrir des espaces de vulnérabilité. La vulnérabilité partagée est le terreau fertile de la guérison et de la solidarité. Mais sa contrepartie est tout aussi vraie : les personnes qui vivront ce deuil comme une réclusion sur leurs pires sentiments, des relations abusives, des « powertrips », retourneront les projeter sur le monde. Avec un « nous » bien différent : celui des vertueux qui sont restés à la maison, qui ont lavé leur bout de trottoir, qui ont dénoncé leurs voisin-e-s. Qui ont eu raison. Dans cette logique, le pouvoir d’action demeure dans la capacité à se mobiliser sur les réseaux relationnels, familiaux, d’ami-e-s… mais surtout pour soi-même, afin de garder les idées claires. Et sans tomber dans le prosélytisme politique. Personne ne guérit d’un trauma en recevant de la propagande anarchiste par la tête. Mais la capacité d’entraide et d’écoute demeure salvatrice. À ce niveau, se détacher de ce « nous » constitue également une preuve de santé mentale. Le dialogue n’est pas une fusion avec les idées des voisin-e-s, c’est justement le processus d’échange dans la différence qui permet de guérir.

Les petits événements de l’oppression et de la terreur quotidienne, qui constituent les « races », les genres et les classes sociales, risquent d’être effacés au profit des idéologies et de leurs dogmes. C’est pourquoi la production d’un discours critique, individuel, axé sur l’analyse des enjeux de pouvoir quotidiens demeure essentielle. Plusieurs au sein de la gauche parlent de garder les critiques pour « après » afin de favoriser la cohésion sociale, de tout donner maintenant dans une éthique de la coopération communautaire. C’est une grave erreur. En plus de laisser le champ libre à la droite et aux prophètes du terroir, se retirer de la critique c’est contribuer à isoler chaque jour un peu plus ceux et celles qui sont exclu-e-s par leur différence. Chaque expression reposant sur les expériences personnelles, le vécu et la capacité à en guérir peut contribuer à lier des réalités. Effacer les oppressions et marginaliser les dissidences ne peut aider à surmonter les crises. De la même façon un appel à l’action aveugle est aliénant : si tu te claques un burn-out pour prouver que ton éthique est meilleure que celle du voisin, la seule gagnante c’est la gestionnaire de programme de l’organisme communautaire ou le flic du quartier. Ils-elles ont vu leur charge de travail diminuer. Les petites mains de l’oppression ne sont pas moins toxiques parce-que-pandémie.

Malgré les dangers d’une dérape plusieurs réactions sont encourageantes, enracinées dans le concret. Par exemple, en avril, près de 1/3 des ménages locataires américains n’ont pas payé leur loyer.75 Plusieurs scénarios de déconfinement vont exiger une sortie de la zone de confort pour la population privilégiée et une solidarité obligée, de même qu’une révision des habitudes.76 L’école à temps partiel, le télétravail, la priorisation des activités essentielles, une plus grande dépendance aux réseaux d’entraide… Sans être une bonne nouvelle en soit, le changement fera réfléchir et contribuera à relativiser la dépendance sociale envers le salariat, une condition du capitalisme.

L’interconnexion des écosystèmes fait apparaître des virus. Le réchauffement climatique est même en train de réveiller, dans le permafrost de toutes les régions gelées du globe, des bactéries et virus vieux de centaines de milliers d’années, dont nos anticorps ont oublié les recettes depuis belle lurette.77 D’un point de vue écosystémique, il n’y a pas d’avant ou d’après COVID, seulement un continuum de hasards qui se poursuit. La mystique et les grandes interprétations n’ont aucune réponse à apporter à ça. De même les appels à l’action extrême ou à la solidarité sans questionnement ne sont que les cris d’idéologues planifiant gagner du pouvoir. Dans ce contexte, le sable dans l’engrenage est de mise pour ceux et celles qui croient encore en la nécessité de faire dérailler l’écocide avant d’en mourir sans espoir de léguer un monde aux générations à venir.

Sans but précis, sans idéologie, sans « nous », en restant alerte face aux dangers bien réels d’une dérive totalitaire ou fasciste, il faut rendre la crise à ce qu’elle est, c’est-à-dire un dérapage de la logique de sécurité. Le biopouvoir moderne a permis une dépossession de la médecine populaire, un déracinement des remèdes ancrés dans l’écosystème. Remplacés par la logique de gestion des risques, ces derniers se sont multipliés. Devant l’ingérable, le Léviathan court maintenant un risque de faillite. Pour l’enrayer, il dit : laves-toi les mains, restes chez toi pis ferme ta gueule. L’hygiène n’a pas besoin d’un diplôme en médecine, tout comme les remèdes populaires. Ce ne sont pas les sorcières qui ont inventé les pandémies, ce sont les États. Et le silence est une arme quand bien utilisé.

Notes

1. Selon le Merriam-Webster : the period of time during which human activities have had an environmental impact on the Earth regarded as constituting a distinct geological age Most scientists agree that humans have had a hand in warming Earth’s climate since the industrial revolution—some even argue that we are living in a new geological epoch, dubbed the Anthropocene.

Pour le Larousse : Anthropocène désigne l’ère géologique actuelle qui se caractérise par des signes visibles de l’influence de l’être humain sur son environnement, notamment sur le climat et la biosphère. L’idée d’ère anthropocène est accréditée par certains scientifiques mais rejetée par d’autres.

2. John Vidal, « Destruction of habitat and loss of biodiversity are creating the perfect conditions for diseases like COVID-19 to emerge », Ensia, 17 mars 2020.

3. Idem.

4. Jim Robins, Ecology of Disease, New-York Times, 22 Juillet 2012.

5. Entrevue du 26 mars 2020, COVID-19 : à quoi servent les virus.

6. Samuel Alizon, Les hasards variables des émergences virales », La recherche, 23 mars 2020

7. Idem.

8. Idem.

9. Ahmed Kouaou, « La crise sanitaire est liée aux actions humaines, selon un écologiste », entrevue avec Serge Morand, sur Radio-Canada, 29 mars 2020.

10. Violet Law, « Coronavirus origin: Few leads, many theories in hunt for source », Aljazeera, 8 avril 2020

11. Notamment, Naissance de la clinique. Une archéologie du regard médical, Les Mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, L’Archéologie du savoir, Histoire de la folie à l’Âge Classique et Surveiller et punir.

12. La quinquina, « (Cinchona officinalis) est un arbuste ou un petit arbre à feuillage persistant (ou sempervirent) de la famille des Rubiacées, originaire de l’Équateur. Il est exploité pour son écorce dont on tire la quinine, fébrifuge et antipaludéen naturel. », wikipedia, 2020-04-09

13. Barbara Ehrenreich and Deirdre English, Witches, Midwives, and Nurses, A History of Women Healers, 1973, The Feminist Press

14. Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à faire, 2016

15. Agence France-Presse, relayée dans La Presse, 1 avril 2020.

16. David Runciman, « Coronavirus has not suspended politics – it has revealed the nature of power », The Guardian, 27 mars 2020

17. Le monstre Mythologique capable d’écraser tous les autres, représentant l’État selon Hobbes. Il représente la violence collective de l’État, qui empêche chaque « homme d’être un loup pour l’homme », dans un régime de peur de la répression centralisée.

18. David Runciman, « Coronavirus has not suspended politics – it has revealed the nature of power », The Guardian, 27 mars 2020

19. David Runciman, « Coronavirus has not suspended politics – it has revealed the nature of power », The Guardian, 27 mars 2020

20. Rapahëlle Corbeil, « Consensus sur la réponse québécoise à la crise : où est passé notre esprit critique? », Ricochet média, 24 mars.

21. Idem.

22. « Surveillance accrue au Mont Wright », Journal de Québec

23. Sylvia Galipeau, « Attention : Délation », La Presse, 1er avril 2020

24. Compilation des données de cellulaires, des réseaux sociaux, de géolocalisation, etc.

25. K. Benessaieh, T. Peloquin, « Traquer la pandémique grace aux cellulaires », La Presse, 31 mars 2020

26. « L’intelligence artificielle pour prédire les complications du coronavirus », Agence France Presse, 30 mars 2020.

27. « Sondage: les Canadiens dociles, mais irrités par les récalcitrants », La presse canadienne, 31 mars 2020

28. Pamela Palmater, « COVID-19 pandemic plan needed for Canada jails and prisons », APTN news, 23 mars 2020

29. Louis Gagné, « La crise sanitaire menace l’accès à l’avortement au Canada, selon des organismes », Radio-Canada, 31 mars 2020

30. Descentes policières sans mandats au Fatal, dans le quartier St-Henri à Montréal, notamment.

31. Traduction libre d’un texte lancé sur les médias sociaux par Clementine Morrigan, 08 avril 2020.

32. Guisepe Valiante, « Le nouveau rôle des policiers inquiète des experts », La presse, 15 avril.

33. Violet Law, « Coronavirus is disproportionately killing African Americans », Jihan Abdalla Aljazeera, 09 avril 2020, « Detroit especially vulnerable to COVID-19 due to poverty, health », Aljazeera, 03 avril 2020, Ivan Couronne, « La COVID-19 semble frapper démesurément les Noirs aux États-Unis », La presse, 07 avril 2020

34. En colombie, en Italie, en Argentine… au Québec/Canada, de nombreuses grèves de la faim sont entamées par des détenu-e-s, notamment dans les centres de détention des migrants, et de nombreuses lettres et demandes sont faites dans les prisons régulières pour que les autorités y prennent des mesures sanitaires adéquates. Lisa Marie-Gervais et Anabelle Caillou, « Coronavirus : des migrants détenus en grève de la faim », Le Devoir, 26 mars 2020.

35. Nicole Kramm, « The price of protesting in Chile », Aljazeera 25 mars 2020, Rami Allahoum, « Coronavirus tests Algeria’s protest movement », Aljazeera, 14 mars 2020.

36. Laurie Debove, « La ZAD de la Dune expulsée et brûlée en plein confinement, ses habitants rejetés dehors sans protection sanitaire », La relève, 09 avril 2020.

37. Shawn Yuan, « How China is using AI and big data to fight the coronavirus », Aljazeera, 1er mars 2020

38. Elisabeth Beattie, «We’re watching you: COVID-19 surveillance raises privacy fears », Aljazeera 03 avril 2020

39. News Agencies, « Bluetooth app to trace virus victims’ close contacts », 1er avril 2020.

40. Zaheena Rasheed,« Our lives after the coronavirus pandemic », Aljazeera News, 26 mars 2020.

41. Tracey Lindeman, Governments turn to tech in coronavirus fight – but at what cost?, Aljazeera News, 08 avril.

42. Kunal Puroith, « India COVID-19 lockdown means no food or work for rural poor », Aljazeera, 03 avril 2020

43. Reuthers News Agency, « Israel to use ‘anti-terror’ technology to counter coronavirus », 15 mars 2020

44. News Agencies, « Kenyan president apologises for police violence during curfew », 1er avril 2020, Duncan Moore, « Fury in Kenya over police brutality amid coronavirus curfew », Aljazeera 02 avril 2020.

45. Karsten Noko, « The problem with army enforced lockdowns in the time of COVID-19 : How do communities who feel targeted by state security believe that soldiers are now coming out to protect them? », Aljazeera, 02 avril 2020

46. Nicolas Haque, « As COVID-19 cases rise in Ivory Coast, Abidjan residents attack testing centre they say may expose them to the virus », Aljazeera, 08 avril 2020.

47. News Agencies, North Korea insists it is free of coronavirus, 02 avril 2020

48. Kairvy Grewal, « Brazilian gangsters impose curfew as President Bolsonaro calls coronavirus a ‘little flu’ : Threatening messages are being circulated in the slums of Rio de Janeiro by gangsters saying they will ‘teach people to respect’ an 8 pm shutdown », Daily Mail, 25 mars 2020.

49. Khaled Diab « How a ‘failed state’ managed to contain a coronavirus outbreak », Aljazeera, 14 avril 2020

50. Paul Rhys, « Military protocol in Swedish hospitals prepare for worst outbreak : The guidelines are helped by the Swedish welfare state. Paid sick leave and childcare help people to stay away from work », Aljazeera, 20 mars 2020

51. Reuters News Agency « Sweden’s liberal virus strategy questioned as death toll mounts », 06 avril 2020.

52. Gaz à Effets de Serre.

53. Global Carbon Project, cité dans Reuther News, « Virus could cause biggest emissions drop since World War II, But analysts warn this positive change could be short-lived if no structural changes occur ». 03 avril 2020.

54. Par exemple, 350.org, Fast Company, etc., prêchent pour une réponse collective rapide et décisive dès le mois de février 2020.

55. Jean-Thomas Léveillé, « Quand l’humain est l’artisan de son propre malheur », La presse, 22 mars 2020.

56. Ex. : EcoHealt ou Center for Infection and Immunity, au sein des universités américaines.

57. Ahmed Kouaou, « La crise sanitaire est liée aux actions humaines, selon un écologiste », entrevue avec Serge Morand, sur Radio-Canada, 29 mars 2020.

58. Jean-Thomas Léveillé, « Quand l’humain est l’artisan de son propre malheur », La presse, 22 mars 2020.

59. Jillian Kestler-D’Amours, Indigenous ‘at much greater risk’ amid coronavirus pandemic, Aljazeera, 20 Mar 2020

60. François Bourque, « On est pas obligés de jouer en culotte courte », Le Soleil, 15 avril 2020.

61. Emanuel Gay, Raphaël Langevin, « Quel retour à la normale souhaitons-nous? », IRIS 29 mars 2020

62. Éric Martin, « Comment réussir la démondialisation », IRIS, 07 avril 2020.

63. Idem. Pour Bookchin, lire notamment The Ecology of Freedom: The Emergence and Dissolution of Hierarchy, 1982

64. Geneviève McCready, Isabelle Forgues, « Lettre ouverte au premier ministre François Legault […] », 07 avril 2020

65. Zaheena Rasheed,« Our lives after the coronavirus pandemic », Aljazeera News, 26 mars 2020.

66. Arun Venugopal, « Dispatch From A Coronavirus Morgue Truck Worker: « They Write A Check For Your First Day, In Case You Don’t Come Back » », Gothamist, 16 avril 2020

67. Aurélie Mayembo, « Le coronavirus, nid à angoisse », Agence France Presse, 19 mars 2020.

68. Scott Berinato, « That Discomfort You’re Feeling is Grief », Harvard Business Review, 23 mars 2020

69. Idem.

70. Amelia Nierenberg, « The Quarantine Diaries : Around the world, the history of our present moment is taking shape in journal entries and drawings. », New York Times, 30 mars 2020. La chronique présente les journaux artistiques de collaborateur-trice-s du Times, qui gèrent à leur façon les douleurs engendrées par la réclusion sociale, les deuils de proches décédé-e-s, et met l’accent sur la capacité humaine à passer au travers de crises autrement plus graves que celle-ci.

71. Anonyme, « Monologue du Virus », Lundimatin, 21 mars 2020

72. Sherronda J Brown, « Humans are not the virus », Wear Your Voice Magazine, 27 mars 2020.

73. Idem.

74. Jean-Martin Fortier, « Et si Hydro-Québec et les petites fermes s’alliaient pour nourrir le Québec à l’année? », La Presse, 7 avril 2020

75. Will Parker, « No rent was paid in April by nearly a third of American renters, Wall Street Journal, 8 avril 2020

76. Romain Schué, « Quels sont les scénarios de déconfinement envisagés au Québec?, Radio Canada, 8 avril 2020

77. Jasmin Fox-Skelly, « There are diseases hidden in ice, and they are waking-up », BBC Earth, 2017.

 

Nique la police – Demain et toujours [Vidéo]

 Commentaires fermés sur Nique la police – Demain et toujours [Vidéo]
Mai 022020
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Ceci s’inscrit dans la lignée d’actions pour le 1er mai 2020.

Le premier mai est l’occasion de se rappeler pourquoi nous luttons pour un monde plus juste, un monde qui ne serait pas soumis à la domination d’une élite capitaliste, un monde où on peut rêver. Toutefois, pour des raisons évidentes, nous ne pourrons pas nous réunir dans les rues cette année, mais la contestation n’est pas morte pour autant. Malgré ses ravages, la crise du coronavirus a fourni l’occasion a beaucoup de briser la normalité et de reconsidérer nos rythmes de vies anxiogènes, éffrénés et déshumanisés. Plus que jamais, ces temps troubles sont l’occasion de réfléchir à nos possibilités de créer un monde nouveau que nous seul.e.s pouvons façonner à travers l’entraide et la solidarité.

Toutefois, les temps de crise sont aussi propices au développement de solutions autoritaires. Il est donc important de se rappeler que la bonne gestion de cette crise passe par notre capacité d’action collective et que nous devrons nous préparer à répondre aux forces de l’ordre qui, elles, opèreront avec encore plus de violence et d’arrogance que jamais. Que ce soit ici, à Villeneuve-la-Garenne en France ou ailleurs dans le monde, les mesures de confinement ont donné aux services de police un large éventail de nouveaux pouvoirs, leur permettant d’agir impunément avec plus de brutalité. Devant cela, il était important pour nous d’exprimer à ces parasites que, même malgré la crise, ils ne seront jamais les bienvenus dans nos communautés.

La ville redécorée pour le 1er mai

 Commentaires fermés sur La ville redécorée pour le 1er mai
Mai 022020
 

De la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC)

bannière
bannière
bannière

bannière
Bannière déployée à Rouyn-Noranda

bannière
Vu ce matin sur l’A20 au niveau de L’Isle-Verte, entre Trois-Pistoles et Rivière-du-Loup.
1er Mai: soutien aux travailleur.euses sous-payé.es – Hier méprisé.es, aujourd’hui en 1ère ligne!
Partagé par le IWW Montréal. Le IWW a rassemblé plusieurs photos de bannières sur leur page Facebook.

bannière
bannière

bannière
Action du groupe Pas de logement, pas de quarantaine pour le 1er mai. Devant les bureaux de la Régie.

bannière
Bannière de J.S.P.P. (Jeunesse socialiste pour le pouvoir populaire) pour le 1er mai

bannière


tag
tag
Communiqué du comité rouge du 1er mai


Autres actions:
Les bureaux de la CORPIQ inondés pour le 1er mai

 

tag
Action de visibilité tiré de la page Facebook suivante.

 

Les bureaux de la CORPIQ inondés pour le 1er mai

 Commentaires fermés sur Les bureaux de la CORPIQ inondés pour le 1er mai
Mai 012020
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

La pandémie met en lumière l’hostilité que réserve la CORPIQ (Corporation des propriétaires immobiliers du Québec) envers les locataires. Lorsque des dizaines de milliers de gens de plus en plus précaires peinent à joindre les deux bouts, la CORPIQ exerce des pressions sur la Régie du logement pour qu’elle reprenne les audiences d’expulsion, elle encourage les proprios à exiger les loyers comme à l’habitude et cherche à miner la crédibilité des appels à une grève des loyers internationale. La CORPIQ défend la classe qui profite de notre besoin essentiel d’avoir un toit et fait en sorte que plusieurs personnes soient privé-e-s d’un logement stable et sécuritaire.

L’hostilité est réciproque. La nuit pluvieuse du 29 avril, pour célébrer le premier mai, nous avons visité les bureaux de la CORPIQ à Ville St-Laurent. Nous avons d’abord mis la caméra de surveillance hors-service. Nous avons ensuite brisé une vitre et nous avons inséré l’extrémité d’un boyeau d’arrosage dans leur bureau. Nous avons attaché l’autre bout au robinet extérieur du bâtiment et avons ouvert son débit pour causer une inondation.* Bonne chance avec votre « retour à la normale », trous-de-culs.

Nous n’avons aucune demande à formuler aux gouvernements. Nous avons plutôt une proposition pour les autres locataires et exploité-e-s : que se passerait-il si les proprios devaient y penser deux fois avant d’harceler un locataire, de laisser un logement dans une état insalubre, de proférer une menace d’expulsion? Si les proprios étaient terrifié-e-s à l’idée de voir leurs bureaux vandalisés, leur(s) voiture(s) incendiées, leur(s) maison(s) attaquées lorsqu’ils nous mettent de la pression?

Salutations chaleureuses à tous-tes les grévistes des loyers qui s’organisent pour se soutenir les un-e-s les autres et qui répandent la grève.

Solidarité avec les prisonniers-ères et avec tout le monde qui se retrouve coincé dans des relations coercitives avec l’État et le capital. Les grévistes de la faim de Laval nous ont montré il y a quelques semaines qu’il est possible de résister même dans les conditions les plus sombres.

Nous dédions cette action à ceux et celles qui se sentent isolé-e-s, déprimé-e-s, sans espoir dans ces circonstances. Ca ne va peut-être pas « bien aller », mais nous n’abandonnerons jamais la lutte pour un monde sans systèmes qui profitent de la misère.

*Nous encourageons les personnes qui voudront essayer cette tactique dans le futur à utiliser la fente à courrier lorsque cela est accessible. Quand une fenêtre est brisée, il y a toujours des risques qu’une alarme soit déclenchée ou que quelqu’un-e appelle la police. Nous avons pris ce risque et avons fait le pari que si la police était alertée, elle n’arriverait pas assez vite pour prévenir les dégâts.

Qu’est-ce qui vaut la peine de mourir ?

 Commentaires fermés sur Qu’est-ce qui vaut la peine de mourir ?
Avr 242020
 

De CrimethInc.

Certaines choses valent la peine de risquer sa vie pour elles. Perpétuer le capitalisme n’en fait pas partie. Retourner au travail – au risque de propager le COVID-19 ou d’en mourir – pour que les riches puissent continuer d’accumuler les profits n’en vaut pas la peine.

Si le problème est que les gens souffrent de la fermeture de l’économie, la solution est évidente. Les gens souffraient déjà au préalable des effets liés au fonctionnement de l’économie. Les inégalités qu’elle a créées sont l’une des raisons pour lesquelles certaines personnes sont aujourd’hui si désespérées de retourner travailler – mais dans une économie axée sur le profit, plus nous travaillons, plus les inégalités se creusent.

Pratiquement toutes les ressources dont les gens ont besoin existent déjà ou pourraient être produites par le travail volontaire sur une base beaucoup plus sûre, plutôt que de forcer les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables à travailler pour presque rien au risque de propager le virus. Plutôt que de revenir au statu quo, nous devons abolir le capitalisme une fois pour toutes.

Pourquoi certaines personnes souhaitent laisser le COVID-19 se propager ?

Les partisan·e·s de Donald Trump demandent la reprise immédiate de l’économie à tout prix : ils et elles font le pari que, tout comme Rand Paul et Boris Johnson, ils et elles ne feront pas partie de celles et ceux qui mourront des suites du virus.

Une image familière de l’histoire : une banderole sur laquelle on peut lire « Retournez au travail » à côté d’un homme armé.

Il est facile de comprendre pourquoi les bénéficiaires du capitalisme accueilleraient favorablement une pandémie qui pourrait tuer une partie de la population indisciplinée. La distinction entre travailleur·euse·s « essentiel·le·s » et « inessentiel·le·s » le montre clairement : une grande partie de la population n’est plus indispensable à la production industrielle et à la logistique de la distribution internationale. Dans un monde instable, l’automatisation de plus en plus bon marché a réduit les personnes en colère et les personnes précaires au rang de simple problème et danger pour celles et ceux qui détiennent le pouvoir.

Nous ne sommes pas encore assez insensibles sur ce sujet pour que celles et ceux qui nous gouvernent puissent en parler ouvertement, mais il y a eu des tentatives sur Fox News de glisser vers un discours qui considère que des millions de morts supplémentaires seraient un prix nécessaire à payer pour maintenir le fonctionnement de l’économie. Ne sommes-nous pas déjà désensibilisé·e·s aux accidents du travail, à la pollution de l’air, au changement climatique mondial, et autres ?

« S’ils aiment mieux mourir, reprit Scrooge, ils feraient très bien de suivre cette idée et de diminuer l’excédent de la population. »

Cantique de Noël, Charles Dickens

Mais pourquoi les travailleur·euse·s appelleraient-iels à la réouverture de l’économie ?

Lorsque le summum de ce que tu peux imaginer demander est d’être à nouveau exploité·e.

Si le fait que la classe dirigeante a une plus grande disposition à sacrifier nos vies est la conséquence logique et directe qu’une grande partie de la population soit considérée comme étant inutile au capitalisme alors, il n’est pas surprenant que les travailleur·euse·s qui ne peuvent imaginer autre chose qu’un système capitaliste soient également plus que disposé·e·s à voir d’autres travailleur·euse·s mourir.

En discutant de l’impact économique de la peste bubonique dans Caliban et la sorcière, Silvia Federici soutient que « la pénurie de main-d’œuvre que l’épidémie a provoquée a modifié le rapport de force au profit des classes inférieures. » Federici voulait attirer l’attention sur les puissants mouvements ouvriers de la fin du Moyen-Âge, mais aujourd’hui, nous pouvons tirer de cette analyse des conséquences sinistres. De la même manière que les bigot·e·s imaginent à tort que mettre fin à l’immigration garantira des emplois bien payés aux citoyen·ne·s blanc·he·s, ils et elles peuvent également conclure que plus la classe ouvrière sera réduite, meilleures seront les conditions de vie des survivant·e·s.

C’est le même segment de la classe ouvrière qui a toujours accueilli à bras ouverts les guerres et prôné une obéissance aveugle à l’autorité – les mêmes personnes qui ont accepté le privilège blanc comme pot-de-vin afin de ne pas faire preuve de solidarité envers les autres travailleur·euse·s. En l’absence de liens de longue date ou d’une tradition profondément enracinée de résistance collective, les travailleur·euse·s américain·e·s ont toujours été particulièrement disposé·e·s à jouer à la loterie lorsqu’il s’agit de questions de survie et de progrès économique. Il semble que de nombreux conservateurs blancs ont complètement renoncé à l’idée de réaliser le rêve de sécurité économique que leurs parents cherchaient à atteindre, se contentant au contraire de s’établir dans la vie et de voir d’autres personnes souffrir encore plus qu’elleux. Comme nous l’avons soutenu au début de l’ère Trump, Trump n’a pas promis de redistribuer les richesses aux États-Unis, mais plutôt de redistribuer la violence.

Cette volonté de risquer sa vie dans l’espoir de voir mourir d’autres travailleur·euse·s (probablement moins privilégié·e·s) peut prendre la forme de théorie du complot concernant le virus, voire d’un déni pur et simple de son existence – mais à la base, c’est de la schadenfreude de la pire espèce, c’est-à-dire, de la joie malsaine qu’une personne éprouve en observant le malheur d’autrui.

Défendre la liberté ?

Pourtant, il y a également autre chose qui se passe ici. Dans une certaine mesure, celles et ceux qui ont protesté contre le confinement ces derniers jours se considéraient comme de simples citoyen·ne·s défendant leurs « droits » – bien que, de manière insensée, ils et elles servent de complices au gouvernement autoritaire américain en place pour intensifier le contrôle par lequel ce dernier continuera à les exposer à des risques divers. Leur slogan pourrait tout aussi bien être « Tuez tous les immigrant·e·s et les prisonnier·ère·s – érigez-vous en dictateur au nom de la liberté – laissez-moi juste mourir du COVID-19 dans le confort du lieu de travail de mon patron ! »

Les urnes et les balles – les deux moyens par lesquels le privilège blanc a toujours été imposé afin de diviser les exploité·e·s.

À cet égard, et de manière confuse, les manifestations contre le confinement s’inscrivent dans le cadre d’un repli mondial contre l’autorité étatique en réponse aux mesures de confinement mises en place pendant la pandémie.

En Russie, les manifestations en réponse aux conditions de mise en quarantaine ont conduit à des affrontements ouverts, ce qui est rare dans le régime totalitaire de Poutine. En France, des émeutes ont éclaté dans plusieurs villes et banlieues, comme à Villeneuve-la-Garenne, en réponse à la police qui a profité du confinement pour tuer cinq personnes et blesser beaucoup d’autres, la dernière victime en date étant un motard ; pendant la répression en cours, des officiers ont tiré au LBD40 sur une fillette de 5 ans, lui fracturant le crâne. Au Pérou, la police a attaqué des foules de réfugié·e·s pauvres qui tentaient de fuir la capitale pour rejoindre leurs villages d’origine, ayant épuisé toutes leurs ressources pendant le confinement.

Tous ces exemples montrent à quel point les gouvernements capitalistes, basés sur la violence coercitive, sont peu équipés pour maintenir le type de quarantaine pouvant empêcher la propagation d’une pandémie. Dans une société où presque toutes les richesses sont concentrées dans les mains de quelques un·e·s, où les décrets de l’État sont appliqués par le biais de la violence, une grande partie de la population n’a pas les ressources nécessaires pour faire face à une telle catastrophe de manière isolée. La plupart des personnes qui ont appliqué la distanciation sociale l’ont fait par soucis pour l’humanité tout entière, à grands frais, et non en raison de la force utilisée contre elles par l’État. L’application de la mise en quarantaine par les États a été pour le moins inégale, que ce soit avec le gouverneur de Floride qui déclare que le catch professionnel doit être considéré comme un service essentiel rendu à la société, ou avec les polices du monde entier qui ferment les yeux sur les conservateurs ne respectant pas les règles du confinement.

En l’absence d’un mouvement puissant contre la montée de l’autoritarisme, les personnes qui s’inquiètent des prises de pouvoir de l’État peuvent se joindre à des « manifestations » comme celles qui encouragent Trump à lever le confinement. C’est l’une des caractéristiques d’une société autoritaire : les gens n’ont pas d’autre choix que de soutenir l’une des factions du gouvernement, factions qui poursuivent toutes des visions totalitaires.1 Plutôt que de choisir entre l’assujettissement sous un État technocratique et risquer sa vie pour poursuivre notre assujettissement économique, nous devons proposer une autre option : une lutte émanant de la base contre le capitalisme et l’autoritarisme de toutes sortes.

Dans une certaine mesure, les manifestations en faveur de la réouverture de l’économie sont un phénomène de manipulation volontaire de la part de certain·e·s politicien·ne·s et organisations, visant à élargir la fenêtre d’Overton afin de permettre à Trump de relancer plus facilement l’économie et ce, à n’importe quel prix. Trump et ses rivaux démocrates partagent le même programme fondamental. Ils et elles ne sont en désaccord que sur les détails.

Tout comme le capitalisme n’existe pas pour répondre à l’ensemble de nos besoins, il n’y a jamais eu de plan pour assurer notre sécurité à tou·te·s.

Il n’y a jamais eu de plan pour tou·te·s nous protéger du COVID-19. Les démocrates voulaient juste atténuer l’impact du virus sur les infrastructures de santé pour maintenir l’ordre public. Elles et eux aussi tiennent pour acquis le fait que le marché capitaliste doit continuer d’exister – même si ce dernier nous appauvrit et nous tue toujours plus. Ils et elles ne se révolteront pas plus contre les mesures de Trump visant à interdire l’immigration, que ce dernier ne s’opposera aux mesures de surveillance qu’ils et elles entendent mettre en place. Soutenir l’une ou l’autre faction signifie accepter l’émergence d’un totalitarisme au sein duquel il sera considéré comme acquis le fait que les travailleur·euse·s risqueront leur vie uniquement pour que les capitalistes puissent continuer à tirer profit de leur travail et maintenir leurs privilèges.

Protéger nos vies et celles de nos voisin·e·s, avoir accès aux ressources, atteindre la liberté – il n’y a qu’une seule façon d’accomplir tout cela. Nous devons nous révolter.


Cliquez sur l’image pour télécharger l’affiche.

Le capitalisme est un culte de la mort

Pour le marché, rien n’est plus important que le profit. Les forêts n’ont de valeur que comme bois d’œuvre ou papier toilette ; les animaux n’ont de valeur que comme hot-dogs ou hamburgers. Les moments précieux et uniques de ta vie n’ont de valeur que comme heures de travail déterminées par les impératifs du commerce. Le marché récompense les propriétaires pour expulser des familles, les patrons pour exploiter des salarié·e·s, les ingénieurs pour inventer des machines de mort. Il sépare les mères de leurs enfants, pousse des espèces vers l’extinction, ferme des hôpitaux pour ouvrir des prisons privatisées. Il réduit en cendres des écosystèmes entiers, crache du smog et des stocks options. Laissé à lui-même, il transformera le monde entier en cimetière.

Certaines choses valent la peine de risquer sa vie pour elles. Perpétuer le capitalisme n’en fait pas partie. Si nous devons risquer nos vies, risquons-les pour quelque chose qui en vaut la peine, comme créer un monde dans lequel personne ne doit risquer sa vie pour un salaire. La vie pour le marché signifie pour nous la mort.


Lectures supplémentaires

  1. Les partisan·e·s de l’autoritarisme rival cherchent à nous piéger dans de tels choix binaires : par exemple, si nous fermons les yeux sur Facebook censurant les « manifestations » pro-Trump, nous pouvons être sûr·e·s qu’à l’avenir, une telle censure sera utilisée contre nos propres manifestations. 

Caravanes #Liberezlestoustes 19 avril

 Commentaires fermés sur Caravanes #Liberezlestoustes 19 avril
Avr 232020
 

De Solidarité sans frontières

Le 19 avril, des caravanes de solidarité se sont dirigées vers les prisons et les centres de détention des migrant.e.s à travers le pays, dans le cadre d’une journée d’action contre l’emprisonnement. Les caravanes ont fait du bruit et ont tenu des pancartes en solidarité avec ceux et celles qui sont détenu.e.s. Cette mobilisation a réuni des ex-détenu.e.s, des abolitionnistes du système carcéral et des activistes pour les droits des migrant.e.s dans un premier appel uni, à travers le soi-disant Canada, pour demander la libération immédiate de tous et toutes les détenu.e.s et un statut pour tous et toutes les migrant.e.s, dans le contexte de pandémie de la COVID-19.

Nous avons inclus des liens vers des couvertures médiatiques et des reportages sur les différentes caravanes plus bas. Vous pouvez aussi écouter une émission de radio spéciale avec des interventions des caravanes ici. Pour plus de couverture médiatique ou de reportages sur les caravanes, vous pouvez chercher #FreeThemAllCaravan sur twitter.

Kingston, ON

Surrey, BC [lien Twitter]

Toronto, ON [lien Twitter]

Laval, QC [lien Facebook]

Mise en contexte :

La distanciation sociale est impossible dans les prisons et les centres de détention, et les personnes qui y sont détenues font face à un risque élevé de contracter la COVID-19. Il y a maintenant plus de 260 cas confirmés de COVID-19 liés à des institutions carcérales canadiennes à travers le pays, où des personnes ont été détenues tant pour des charges criminelles que des charges liées à leur statut d’immigration. Il y a eu aussi des cas confirmés dans les centres de détention des migrant.e.s à Laval et à Toronto. Le 16 avril, le Service correctionnel du Canada a confirmé qu’un détenu à la Mission Institution en Colombie-Britannique est décédé à cause de la COVID-19, tandis que plus de cinquante autres détenus ont été déclarés positifs pour le virus.

Du 24 mars au 1er avril, des détenus à la prison pour migrant.e.s de Laval ont tenu une grève de la faim de huit jours pour exiger leur libération immédiate et du logement décent et sécuritaire à leur sortie. Bien que plusieurs grévistes de la faim aient été libérées depuis, onze personnes demeurent en détention.

Malgré les appels répétés de douzaines d’organisations exigeant du fédéral la libération des détenu.e.s et des prisonniers et prisonnières migrant.e.s, le gouvernement canadien refuse de libérer tous et toutes les détenu.e.s. L’ASFC a pour part libéré lentement les détenu.e.s migrant.e.s au cas-par-cas, à travers des audiences individuelles de contrôle des motifs de détention.

Les migrant.e.s libéré.e.s demeurent souvent sous la menace de déportation et font face à la précarité, avec une absence de logement, une longue période de traitement pour les permis de travail et un accès limité ou reporté aux programmes de soutien.

Dans chaque crise, des opportunités : Appel à l’action décentralisée pour le 1er mai

 Commentaires fermés sur Dans chaque crise, des opportunités : Appel à l’action décentralisée pour le 1er mai
Avr 222020
 

Soumission anonyme à North Shore Counter-Info

Peu importe l’histoire qu’on raconte du 1er mai, une chose ne change jamais: c’est un moment pour se réunir, soit pour défiler dans la rue ou fêter un nouveau printemps. Bien que le beau temps qui arrive nous réjouit, nous sommes pour la plupart bloqué·e·s chez nous. On suit l’actualité, on essaie de décider comment mieux agir, on regarde le 1er mai qui s’approche et on se demande de quoi il aura l’air cette année si on ne peut pas envahir le centre-ville pour profiter du jour comme nous le connaissons : une fête anticapitaliste.

La vie est une histoire qui ne cesse d’évoluer, une toile changeante. Nous avons toujours dû s’accoutumer et adapter nos tactiques à ces nouvelles réalités au fil qu’ils émergent. Ce moment n’a rien de neuf. Le contexte où on se trouve est influencé à la fois par le coronavirus et les mesures répressives de l’État en réponse à lui, mais la nécessité de résister est tout aussi présente.

Même si on ne peut pas se rassembler, il y a encore des manières de marquer le jour, de se sentir partie·s d’un ensemble plus vaste qui a toujours su accueillir le printemps, qui a toujours résisté aux oppresseurs, qui a toujours porté dans son coeur un nouveau monde.

Nous sommes déjà habile à l’action directe décentralisée et elle se fait dans de petits groupes, ce qui est pratique quand la pandémie rend raisonnable une réduction du nombre de personnes avec qui nous sommes en contact. Nous proposons une fenêtre de deux semaines centrée sur le 1er mai pour mener des attaques contre le capitalisme: des tags, de la casse, libérer des trucs, comme vous voulez. Nous avons également envie de voir des actions qui rendent hommage à l’histoire de la résistance et à la terre. Ou les deux.

Dans chaque crise, on trouve des opportunités, pour nous aussi bien que pour les forces auxquelles nous nous opposons. Chose délicieuse que faire du jogging le soir avec un masque et une capuche ne suscite aucune question dans ces rues tellement vides. Et suite au mouvement de solidarité avec les Wet’suwet’en, il y a beaucoup de résistance à célébrer, ainsi que de nouveaux contacts et compétences à approfondir.

Ce contexte montre aussi de vieilles formes de domination sous un nouveau jour: les frontières se durcissent, la police gagne de nouveaux pouvoirs pour contrôler le moindre détail de nos vies, les télécoms se raffolent de nous pister encore plus (pour notre santé), les patrons se réjouissent de voir leurs travailleur·se·s peu payés désignés comme “essentiels” pour qu’ils puissent profiter de la crise, les prêteurs à intérêt (tels les banques et les entreprises de prêt sur salaire) peuvent vendre de nouvelles formes de dettes à des personnes désespérées et l’État arrive à se positionner comme l’unique acteur légitime.

Alors on vous invite à rassembler quelques ami·e·s et sortir la nuit pour célébrer les feux qui brûlent en nous. Partagez vos récits sur des sites telles North Shore Counter-Info, Montréal Contre-info et It’s Going Down pour que nous recevons toutes et tous le rappel que quand on résiste, on n’est jamais seul·e·s.

Note de North Shore: Les appels pour un 1er mai décentralisé se multiplient. En voilà un de Seattle qui date d’avant covid: https://pugetsoundanarchists.org/for-an-autonomous-decentralized-may-day-in-seattle/

Et il y a aussi cet appel pour un mai dangeureux qui circule: https://mtlcontreinfo.org/en-mai-fais-ce-qui-te-plait-un-appel-au-conflit/