Guerre sociale

 

Télécharger 11″x17″

GUERRE SOCIALE

Une guerre est déjà menée contre nous quotidiennement par l’État et le capital, par les rôles misérables de soumission qui nous sont imposées, par la police et leurs prisons. Une paix sociale pourrie est maintenue pour dissimuler que les gens se battent contre l’exploitation et la domination. Guerre sociale est la riposte à cette guerre déjà existante.

Guerre sociale veut dire nous contre l’État. L’existence de cette guerre est le plus grand secret gardé de notre civilisation. La nommer est le premier acte de rébellion, la première étape vers la reprise du contrôle sur nos propres vies.

Nous avons pensé.e qu’il s’agissait d’une guerre unilatérale; menée par l’Autorité, contre nous. Nous avons pensé.e que nous n’avions aucun autre espoir que de l’ignorer, de rendre cette misère un peu plus tolérable. Nous espérions que ça passerait. Mais seulement ça nous encercle, de plus en plus serré, surveillant chacun de nos mouvements tout en nous offrant un million de façons de plus d’acheter notre place dans le système, de participer à notre propre domination. Et la plupart participent, tout d’abord en évitant d’admettre que cette guerre existe. Ils/elles parlent de changement, de politique, de réforme, de la corruption, mais elles/ils ne parleront jamais de la guerre à moins qu’ils/elles parlent de quelque chose qui se passe loin. Parce que d’admettre l’existence de la guerre menée contre nous est d’admettre qu’il y a une ligne qui divise entre agir pour la liberté ou collaborer avec le système et que les deux ne peuvent être réconciliées. Si nous voyons que nous ne ripostons pas, alors nous devons admettre que nous avons capitulé. Que nous avons déjà été vaincu.es. Que nous ne sommes pas libres ne signifie pas que nous sommes impuissant.es. En fait, la surveillance généralisée envoie un message évident: l’État a peur de notre capacité à le percevoir comme ennemi et d’agir par notre désir d’y mettre un terme. Parce que nous ne serons jamais impuissant.es. Nous avons le pouvoir, la responsabilité, de riposter.

La guerre menée contre nous tous/toutes peut devenir une guerre sociale lorsque nous nous joignons ensemble pour lutter contre ceux/celles qui ont volé nos vies, rompu nos communautés, empoisonné notre monde. En déclarant la guerre, l’humanité peut s’élever de sa tombe. Parce que pendant trop longtemps, nous avons fui la catastrophe de notre défaite originelle, à travers la ruine de générations empilées assez haut pour bloquer le soleil; exilé.es dans un avenir devenu cauchemardesque par le manque de possibilité. L’état des choses qui fait semblant d’être quelque chose de complet – une civilisation perfectionnée où nous ne pouvons que prendre un siège et accepter – exige en fait de nous de faire un choix: se battre contre elle ou se rendre.

Beaucoup de gens combattent déjà, dans le monde entier. Nous luttons de toutes les manières qui s’offrent à nous. Détruisant le système morceau par morceau, que ce soit par l’incendie d’une banque ou le sabotage d’un oléoduc. Surmonter l’aliénation qui constitue les barreaux d’une prison invisible en prenant la rue en émeute ensemble ou en parlant avec nos collègues et en organisant ensemble une force collective contre le pouvoir des patron.nes. Désertant et désobéissant à toutes les règles écrites contre nous, en squattant et en volant pour notre survie, par le refus du service militaire, rejetant les rôles auxquels nous sommes assigné.es, comme bon•ne travailleur.euse, bon.ne élève, bon.ne citoyen.ne. Réécrire les fins habituelles en soutenant les prisonniers(ère)s plutôt que de les laisser disparaître dans l’isolement, en battant les violeurs et les homophobes plutôt que de subir leur violence, en créant des formes d’amour qui nous renforcent plutôt que de nous contenir et nous limiter. Prendre le contrôle de notre environnement par le graffiti sur les murs ou en occupant l’espace et en plantant des jardins, en s’armant avec la capacité de créer un monde nouveau et de détruire celui qui nous a été imposée.

Nous ne nous attendons pas à ce que vous commenciez cette bataille, pas tout de suite, car être honnête au sujet de votre place dans le monde et agir, c’est déclarer la guerre contre le système qui supporte votre vie, attaquer les chaînes qui vous confinent, mais aussi vous gardent en sécurité, balançant au-dessus de l’abîme que le système a creusé à partir de nos vies. Choisir votre propre camp dans la guerre sociale, c’est sauter dans l’abîme. Mais à moins que nous voulions une existence basée sur la servilité, c’est notre seul choix, il y a une différence entre la vie et la survie. Et dès que vous franchissez le pas, vous pourriez y trouver d’autres qui surveillent vos arrières, d’autres qui se battront à vos côtés. Vous pourriez peut-être alors savoir ce que cela signifie que de briser l’aliénation qui définit cette société, d’enfin avoir un certain contrôle sur votre vie.

Jusque-là, gardez les yeux ouverts. Ne croyez pas les mensonges qu’ils racontent sur nous. Vous pouvez penser qu’en ripostant nous sommes irresponsables, mais nous connaissont très bien les conséquences de nos actions. Chacun d’entre nous fait face à la possibilité de la répression de l’État; d’une cellule de prison ou, dans l’avenir, d’un camp de concentration qui nous attend. Nous continuons à lutter, parce que nous sommes en amour avec tous les mondes possibles qui ne sont pas autorisés à fleurir. Vous pouvez penser que nous sommes idéologiques, que nous sommes des monstres de sang-froid comme ils/elles disent, mais entendez comment le sang se précipite bruyamment dans nos cœurs. Des gens calculés n’entreraient pas dans ce combat, parce que nous avons apparemment une si minime chance de gagner. Les froid.es, les calculé.es sont celles/ceux qui deviennent des politicien.nes. S’il y a un choix entre le cynisme et le désespoir ou une attaque déterminée et axée contre le présent système de domination, en tant qu’anarchistes, nous choisissons ce dernier…

Nous continuons la lutte parce que nous détestons toute autorité et aimons la liberté, qui ne peut être donnée mais doit être prise.