Mar 122019
 

Des Comités de défense et de décolonisation des territoires (Facebook)

Vendredi 15 mars 13h00
Coin Duluth / Parc

La crise écologique, c’est rien de nouveau: ça fait plus de 50 ans que les cris d’alarme des scientifiques se succèdent, que les ravages du capitalisme et du colonialisme sur l’environnement et les populations crèvent les yeux. Ce que les médias annoncent aujourd’hui comme une catastrophe n’est que l’aboutissement d’une économie fondée sur l’accélération et la croissance, qui fonctionne par l’entremise de la dépossession et la destruction. L’urgence est là, partout autour de nous. On l’observe depuis des années, on l’a intériorisée. On nous presse de modifier nos comportements individuels -en consommant moins, en recyclant ou en réduisant notre empreinte écologique- comme si ça pouvait changer quelque chose, alors qu’on sait au fond qu’on a besoin de bien plus, qu’il n’y a rien à espérer de ces gouvernements et de ce système. Y’a pas de réforme qui puisse l’améliorer, pas de compromis possible avec l’organisation étatique de l’exploitation et du désastre.

Malgré le sentiment d’impuissance généralisé, on voit poindre des foyers de résistance: des blocages de pipelines, des communautés autochtones qui s’organisent contre des projets miniers, des étudiant-es du secondaire en grève. Toutes ces manifestations de notre colère témoignent d’une même volonté de défendre nos mondes. De briser la bulle qui enferme chaque individu dans sa petite case, ou seules les actions individuelles font sens. Les luttes pour la défense et la décolonisation des territoires se présentent maintenant comme des manières de s’organiser contre ce qui nous détruit. Contrairement à l’écologie bien-pensante et au greenwashing, elles seules peuvent mettre un frein au saccage.

Le 15 mars prochain, alors qu’on sera des milliers dans les rues lors de la manifestation pour le climat, profitons de l’occasion pour mettre en évidence la nécessité de transformer ensemble nos façons de penser et de composer avec ce qui nous entoure et nous constitue, de bousculer l’ordre établi et de défendre nos mondes!