Déc 102022
 

De Montréal Antifasciste

Montréal Antifasciste exerce une activité de veille et de surveillance sur les groupes haineux, qu’ils se regroupent dans le monde réel ou sur des groupes en ligne.

Dans les dernières années, les franges radicales de l’extrême droite ont eu tendance à quitter les plateformes traditionnelles comme Facebook et Instagram pour se tourner vers des plateformes jugées plus dérégulées (comme GAB) ou mieux sécurisées (comme Telegram). Cela ne nous empêche pas de continuer notre travail de surveillance, comme nous l’avons fait cette année avec la section québécoise de la nébuleuse White Lives Matter.

En dépit de la perte de certaines de ses plateformes, nous nous sommes intéressé·es cette année à la communauté qui se regroupe autour d’Alexandre Cormier-Denis et de son média Nomos TV. Plus spécifiquement, nous avons pu observer toutes sortes de choses sur le chat Telegram réservé aux abonnés.

Récemment, un utilisateur de ce chat a plus particulièrement attiré notre attention.

L’utilisateur « Aux » est un jeune Français qui s’apprête à s’installer au Québec. Il est un fervent partisan d’Éric Zemmour (l’ex-journaliste devenu candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle française de 2022, qui ferait passer Marine Le Pen pour un gentil chaton) et de son organisation Reconquête. Tout naturellement, « Aux » s’est retrouvé sur le chat réservé aux abonnés payant de Nomos TV puisque son animateur, Alexandre Cormier-Denis, a beaucoup soutenu la candidature d’Éric Zemmour. Il y est actif depuis le 29 août 2022.

De Mr Deez…

« Aux» est actif dans la communauté du jeu vidéo. Il est connu pour être un joueur, notamment sur le jeu Call of Duty, sous le pseudonyme Mr Deez. Il anime une chaîne Twitch à ce nom, suivie par 2200 « followers » et a été derrière le projet YouTube « 5 choses à savoir ». De nombreuses preuves relient sans peine « Aux» à Mr Deez :

… au policier Jonot

« Aux» a finalement dévoilé qu’il travaille comme policier en région parisienne. En plus de se mettre en scène en uniforme, il a commencé à partager des photos de sa journée, comme des photos de son pistolet Taser.

Beaucoup plus choquant, il a décidé de partager des photos des gens qui étaient en garde à vue (arrêtés) – des personnes menottées à leur siège, évidemment photographiées sans leur consentement. De plus en plus décomplexé au fil des semaines, il a commencé à publier régulièrement les noms et les visages de personnes qu’il interpelle, afin de justifier son idéologie raciste. Il a fini par publier les photos ou coordonnées de pas moins d’une quinzaine de détenus, avec des commentaires pour chacun, ou il dévoile leur historique d’arrestations et leurs accusations, avec des commentaires désobligeants ou racistes.

Voici un échantillon des portraits de détenus qu’Auxane Jonot a publié sur la chaîne Telgram de Nomos; nous avons flouté les visages et autres éléments qui pourraient permettre d’identifier les personnes.

Il est même allé jusqu’à publier des extraits de son carnet de notes avec les noms, date de naissance, adresses, et numéros de téléphone – et une photo du système informatique interne pour les policiers avec les détails d’une intervention policière, avec les noms des personnes, adresses, etc.  Tout ça, juste pour donner un prétexte de discuter du « grand remplacement » ou dénigrer les gens qui ne sont pas blancs comme lui.

« Mes 4 interpellations à l’instant, je vous donne un exemple des noms 🙂 C’est nous, on écrit très vite à l’arrache 😭 eux ne savent à peine écrire ahah Justement, je montre au Québec qu’en France tout va très bien et que ceux qui disent le contraire sont des complotiste »

Ses comportements et gestes en disent long sur la culture qui règne aux services de police, qui baigne dans le racisme systémique.

« Alors c’est simple ça fait 4 ans que je suis dans la police, j’ai mis en garde à vu 5 personnes au TOTAL dont le prénom était français ou occidental disons. TOUT le reste c’est du prénom africain/maghrébin ou pays de l’Est. »

La police et le racisme systémique

Le fait que la police est une institution qui incarne le racisme systémique ne fait pas question – étude après étude le démontre, avec ses effets dévastateurs (violence, mort, incarcérations) pour les BIPOC, et même les services de police des grandes villes du Canada le constatent. On a vu que la police de Toronto s’est fait enlever le droit d’arrêter les gens aléatoirement (politique « stop and frisk »), à cause du profilage racial flagrant — et tout récemment les services de police du Québec se sont vu enlever le droit d’intercepter des conducteurs sans motif pour les mêmes raisons.

Il est aussi de plus en plus documenté qu’un bon nombre de policiers sont sympathiques aux mouvements d’extrême droite, et que certains en sont membres eux-mêmes. On l’a vu récemment avec le mouvement du soi-disant « Convoi de la liberté » — des policiers filmés qui donnent leur appui enthousiaste, et encore plus choquant, les allégations de fuites stratégiques de « tous les corps de police » au convoi. Aux États-Unis on a vu la police donner du soutien aux milices qui intimidaient les militant-e-s de Black Lives Matter, et qui ne voulaient pas arrêter Kyle Rittenhouse après que celui-ci ait tué des manifestants dans la foule — Rittenhouse qui a été finalement acquitté de toutes les accusations portées contre lui. En septembre, le Anti-Defamation League a publié une étude sur une fuite de la milice américaine des Oath Keepers, dans lequel on trouvait 373 policiers qui étaient aussi membres de cette milice (et relayait des témoignages de la manière par laquelle ils propageaient les valeurs de cette milice anti-immigrante dans leurs corps de police). On a aussi vu un ex-membre du FBI produire un reportage en 2020 qui documentait à quel point les services « de maintien de l’ordre » ont été liés à des activités militantes racistes dans au moins 12 états au cours de la dernière décennie. En Europe, il y a de nombreuses études sur l’extrême droite dans les corps de police – on y trouve une « culture d’extrémisme » selon le journal The Guardian, qui révèle que 81 % des corps policiers en France voteraient pour le Rassemblement National, et rappelle la fuite du groupe WhatsApp de policiers français bourré de racisme.

Qui est « Aux »?

Auxane Jonot
Aux Tonoj: https://www.facebook.com/auxane.soy
Twitter : https://twitter.com/MrDeeZHD
Twitch : https://www.twitch.tv/mrdeezhd
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCmamnT89_gghqsDP5-JvBaA

Emeline Maire
Facebook : https://www.facebook.com/emeline.maire.14
Twitter: https://twitter.com/Anywherexx

Plusieurs indices semés sur le chat des abonnés de Nomos TV nous ont permis rapidement d’en savoir plus sur lui. Auxane est son prénom, il est originaire de la région Bretagne et vit en région parisienne où il occupait un emploi de policier dans le Val-de-Marne (département 94), notamment dans la ville d’Arcueil.

Sa conjointe est pharmacienne et partage largement les idées racistes d’Auxane, comme celui-ci nous l’a appris, et comme nous l’avons découvert sur son compte Twitter. C’est d’ailleurs en partant des échanges sur leurs deux comptes Twitter que nous avons pu identifier formellement le couple comme étant Auxane Jonot et Emeline Maire.

Une arrivée imminente au Québec

Heureusement pour la jeunesse française, Auxane a annoncé avoir démissionné de son emploi de policier au mois de novembre 2022. Le couple de Français s’apprête à s’installer au Québec. Leur arrivée est prévue pour le 11 janvier 2023.

Il était d’abord prévu qu’iels s’installent à Montréal et qu’Auxane suive une formation en informatique. Sur le chat, Auxane demandait par exemple :

« Selon vous quels sont les meilleurs quartiers de Montréal? Les quartiers les plus épargnés par la diversité? »

Un récent séjour exploratoire cet automne a changé la donne. Suite à sa récente visite au Québec, Auxane déclare sur le chat que :

« Montreal est bcp trop LGBTophile/anglicisé à mort/et grand remplacé pour moi. »

Le couple a finalement décidé de s’installer dans la ville de Québec, jugée plus conservatrice, et ils ont déjà trouvé un appartement dans le secteur de Lebourgneuf.

///

Dans un élan de lucidité, Auxane Jonot a posé la question suivante sur le canal Telegram de Nomos TV :

« On est sur qu’il n’y a pas d’infiltré dans ce canal? Car on ferait vite la une de Mediapart »

Cette phrase à elle seule démontre bien qu’Auxane est tout à fait conscient de la gravité de ses actions et de ses mots, il expose sa haine dans un entre-soi raciste qu’il pense (ou espère) anonyme. Mais comme le dit très bien ACD lui-même : « on est sur de rien du tout ».

Faisons en sorte qu’Auxane et Emeline ne se sentent pas les bienvenus. Et pourquoi pas, qu’il fasse la une de Mediapart!

Il y a de la place pour tout le monde au Québec, sauf pour un ancien policier raciste.

Réfugié·es bienvenu·es, racistes dehors!

P.-S. On vous met en bonus cette capture d’un autre post raciste d’Auxane Jonot sur la chaîne Telegram de Nomos, dont l’ironie n’échappera pas personne…