Solidarité avec Alfredo Cospito! De Barton à Bancali

 Commentaires fermés sur Solidarité avec Alfredo Cospito! De Barton à Bancali
Nov 282022
 

De North Shore Counter-Info

On était dans la rue pour tenir notre banderole avec notre numéro de téléphone dessus pour communiquer avec les prisonniers dans la prison Barton à Hamilton, Canada, comme d’hab, mais on a voulu prendre un moment pour exprimer notre solidarité avec des prisonniers et prisonnières anarchistes en lutte.

Alfredo Cospito a entamé une grève de la faim dans la prison Bancali en Italie le 20 octobre pour exiger qu’on le sorte d’isolement et qu’on lui redonne accès aux appels téléphoniques, au courrier et aux visites. Il a était placé dans ces conditions en mai pour le punir d’avoir continué de s’impliquer dans les luttes anarchistes depuis la prison.

En tant que le Projet de solidarité avec les prisonniers de Barton, nous croyons fermement à la nécessité de ne pas oublier les prisonniers et de les soutenir quand ils entre en lutte contre les prisons qui les oppriment. Certains d’entre nous ont déjà fait de la prison et d’autres ont soutenu leur amis incarcérés, et nous savons toutes et tous à quel point c’est important et utile de faire en sorte que les prisonniers et les prisonnieres anarchistes restent présents dans nos vies. Ce qui n’est pas un geste de charité avec les personnes incarcérées, mais parce qu’ils restent des compagnons qui ont des choses précieuses à contribuer malgré les barreaux.

Ivan Alocco, Anna Beniamino et Juan Sorroche sont des prisonniers anarchistes qui ont également lancé une grève de la faim en solidarité avec Alfredo, et nous voulons leur envoyé notre solidarité aussi. Ce n’est que grâce à la multiplication et à la convergence des luttes qu’on devient assez puissants pour gagner, donc sachez qu’alors que nous travaillons avec les prisonniers de Barton pour détruire la prison ici, vous étés dans nos cœurs.

Notre petite banderole bien moche n’est qu’une petite chose, mais sachez qu’elle représente votre présence à côté de nous dans nos luttes.

Harcèlement policier après une manifestation pour de meilleures conditions de stage

 Commentaires fermés sur Harcèlement policier après une manifestation pour de meilleures conditions de stage
Nov 172022
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Samedi 12 novembre 2022.

Par hasard, je passe près d’une manifestation de la grève pour des meilleures conditions de stage, partant du parc Émilie-Gamelin (Mtl). Je m’y joins spontanément.

La manifestation est petite. Je n’estime généralement pas très bien les nombres. Je dirais un peu plus de trente manifestant.e.s. Très près de nous, un flic pour deux manifestant.e.s. Provocateurs avec leur air réprobateur, leurs manœuvres sportives en bicycles et les ordres qu’ils nous envoient. Nous émousser, c’est ça leur job.

À la fin de la marche, je sais que je vais me retrouver seul. Je retarde ce moment le plus longtemps que je peux en suivant des camarades que je ne connais pas avant de devoir bifurquer. Lorsque je dois bifurquer, j’active ma caméra, afin de pouvoir partager le harcèlement policier que je m’apprête à subir. Voir la vidéo. Prière d’excuser la pique à caractère classiste et capacitiste qui s’y trouve par rapport à une scolarité plus ou moins longue. Sur le coup, sur les nerfs, c’est parfois un potentiel silence qu’on confronte plutôt que des idées. Je n’aime même pas l’école. Telle qu’elle est, elle est un lieu de passation d’idéologies répressives et on n’y remet pas assez en question la relation d’autorité d’enseignant.e à étudiant.e, et ce, même parmi des gens qui s’y targuent d’anarchisme (selon mon expérience).

Soyez informé.e.s du fait que des étudiant.e.s stagiaires font présentement grève pour de meilleures conditions de stages. Entre autres, iels réclament des salaires. Iels servent présentement de cheap labor aux organismes, à l’État et aux entreprises alors que leur loyer et le coût de la vie augmentent disproportionnellement. Iels ont besoin de solidarité.

Sachez que je ne me surprends pas de la conduite des flics. Y ont fait très exactement leur job. Les raisons de détestation de la police et de son abolition se trouvent entre autres ici: https://cobp.resist.ca/sites/cobp.resist.ca/files/Etat-policier-2022_0_0.pdf.

Aussi, sachez qu’il est encore de mise (on semble l’avoir oublié) de protéger un minimum nos identités lors d’actions politiques. Pas parce qu’une action politique est prévue tranquille qu’il faut faciliter le travail de la police quant au profilage politique, également celui des extrême-droitistes soit dit en passant: nous avons des camarades qui ont été suivi.e.s par des gens de l’extrême droite après avoir participé à des actions antifascistes sans être masqué.e.s. Il est recommandé de ne pas être seul.e en manif et de ne pas se séparer trop vite de ses camarades. Les flics ont beau ne pas être du monde, sont tout de même faits de chair et doivent encore avoir un certain instinct de conservation face à un groupe.

Bonus (document sur nos droits face à la police): https://cobp.resist.ca/fr/documentation/pamphlet-surprise-des-droits. Noter que je ne suis pas à jour et que j’ai peut-être dit des faussetés dans la vidéo. Elle n’en est pas moins une preuve que les flics ne servent à rien que nous harceler et nous émousser.

ACAB

Annuler la Fierté ? Nous avons préféré ne pas le faire.

 Commentaires fermés sur Annuler la Fierté ? Nous avons préféré ne pas le faire.
Août 142022
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Vers 9 heures le dimanche 7 août, Fierté Montréal a informé le public via Twitter qu’elle annulait le défilé de la fierté. Alors qu’iels ont d’abord prétendu qu’il y avait eu une impasse entre les organisateurs et le SPVM après des négociations tôt le matin sur des questions de « sécurité » , Fierté s’est ensuite rétracté, assurant le public que le SPVM n’avait rien à voir avec la décision. La ligne médiatique actuelle en provenance de Fierté semble être que la personne responsable de s’assurer qu’il y avait suffisamment de bénévoles sur le terrain pour bloquer les rues a simplement « oublié » de le faire.

Il y a quelque chose de surréaliste dans la vitesse à laquelle ces histoires changent. Le fait que Fierté ne puisse pas nous donner une réponse franche et honnête devrait nous mettre en colère. Iels ont rencontré ou non les flics dimanche matin ? Que s’est-il passé entre le moment où iels ont annoncé publiquement que les négociations avec les flics avaient abouti à une impasse et le moment où iels se sont rétractés pour assurer au public que la décision était, en fait, la leur et uniquement la leur ? Pourquoi Gamache a-t-il par la suite ressenti un tel besoin de souligner, publiquement, à quel point le SPVM a été formidable ? Moins on en dira sur le récit selon lequel quelqu’un.e à Fierté a simplement « oublié » de trouver 80 bénévoles, mieux ce sera. Pourquoi ne peuvent-ils pas nous parler franchement ?

En colère après la décision d’annuler le défilé, des queers ont appelé la communauté sur les médias sociaux à se réunir à la place Émilie-Gamelin. Une manifestation spontanée, menée par des queers et des anarchistes sur place, a quitté la place, se dirigeant d’abord vers l’ouest sur la rue Sainte-Catherine. Il n’y avait pas de personnel rémunéré ni de bénévoles formé.e.s, mais il y avait une bannière de carton, affichant au marqueur noir « Queer liberation without authorisation » (Libération queer sans autorisation) et une autre affichant « Fuck le cis-tème ». Plutôt qu’un service de sécurité privée, des politicien.ne.s et des commanditaires, nous avions des slogans anti-police. Nous aimerions penser que ces slogans ont dégagé la bonne énergie, car lorsque nous avons fait demi-tour pour repasser devant la place Émilie-Gamelin, la rue s’est rapidement remplie de monde.

La marche a continué à travers le Village, augmentant sa taille au fur et à mesure, remontant ensuite jusqu’à la rue Sherbrooke, où elle s’est ensuite dirigée vers l’ouest. La manifestation était si grande que nous ne pouvions pas en voir l’arrière depuis l’avant ; un.e participant.e estime que nous étions au moins 40 000 personnes. Des flics à vélo surveillant la marche ont été entendus dire aux participants : « Vous ne savez vraiment pas où vous allez, n’est-ce pas ? ». C’était vrai, mais comme toujours, les flics n’ont tout simplement pas compris. Les gens ne savaient peut-être pas vers où iels se dirigeaint, mais iels savaient crissement bien qu’est-ce qu’iels faisaient. Refusant la présence de la police au défilé et s’opposant à la logique anti-queer de la police et de la sécurité qui a conduit à l’annulation du défilé, les gens ont scandé « La fierté, sans sécurité ». Après que le cortège ait tourné vers le nord sur Saint-Laurent, les gens ont commencé à chanter « Tou.te.s, uni.e.s, contre l’homophobie », puis ont observé une minute de silence pour les victimes du VIH/SIDA. La marche est ensuite retournée vers le sud et, de loin, les marcheur.e.s pouvaient voir l’escouade anti-émeute du SPVM se préparer à protéger … le quartier général de la police. La marche s’est terminée au Quartier des Spectacles, où les gens ont profité des jeux d’eau pour se fondre dans la foule. Alors que la marche touchait à sa fin, un twunk portant un jock-strap s’est écrié : « You see, this what happens when you say no to the gays! » (Vous voyez, c’est ce qui arrive quand on dit non aux gays). En effet.

Plus tôt dans la journée, le SPVM avait pris la parole sur Twitter pour nous faire savoir que « comme chaque année, nous étions prêts à encadrer l’événement et nous serons là pour chaque édition ». Il semblerait cependant que très peu de policiers étaient présents pour l’édition de cette année. Alors que le SPVM avait quelques policiers à vélo présents pour la marche, ils n’ont pas été en mesure de bloquer les rues de manière adéquate, dépassés par la spontanéité de la marche. Mais peu importe, car les marcheur.e.s s’occupaient les un.e.s des autres plutôt que de compter sur la police pour assurer leur sécurité. C’est précisément le genre de scénario que craignait Gamache lorsqu’il a fait une déclaration décourageant les participant.e.s aux festivités de la Fierté de se joindre aux marches « désorganisées » ayant lieu un peu partout en ville. Cette année, cependant, ni Gamache ni le SPVM n’ont eu leur mot à dire sur ce qui s’est passé. Faisons en sorte qu’il en soit toujours ainsi.

Photo : André Querry

Comment la police interroge et comment s’en défendre

 Commentaires fermés sur Comment la police interroge et comment s’en défendre
Juil 252022
 

Du Projet Évasions

Un interrogatoire n’est pas un échange harmonieux entre deux individus. C’est un conflit. Et dans ce conflit, notre ignorance fait leur force. Ignorance sur le sens du travail de la police, ignorance sur les techniques de manipulation utilisées, ignorance sur le cadre juridique et enfin ignorance sur nos moyens de défense.

En réponse à ce constat, après une année et demie de travail, nous avons le plaisir d’annoncer la parution d’un livre, pensé comme un outil d’auto-défense contre la pratique policière de l’interrogatoire.

Nous diffusons ce livre à prix libre. Commandez-le dès maintenant en français ou allemand à travers le formulaire de commande sur notre site internet. Une version PDF y est également disponible.

Ce livre est le fruit de nombreuses complicités : relectures, corrections, discussions critiques, encouragements, illustrations, mise en page, traductions, impression et diffusion. Un chaleureux merci à toutes les personnes qui ont rendu ce projet possible.

Traduction

Cet ouvrage a pour objectif d’être un outil d’autodéfense. Afin que l’on puisse apprendre collectivement et individuellement à se protéger de la police jusqu’à ce que l’on jette cette institution dans les poubelles de l’histoire.

En parallèle de l’écrit, son contenu est transmissible oralement lors d’ateliers et de conférences. Mais il y a encore bien d’autres moyens de transmission qu’il serait intéressant d’explorer : podcast, vidéo-tutoriel, bande-dessinée, livre-audio etc. Si des personnes intéressées par ce genre de projets souhaitent reprendre ce contenu, n’hésitez pas à prendre contact avec nous.

De plus, pour augmenter la portée de cet ouvrage, nous sommes à la recherche de personnes motivées à participer à sa traduction. Toutes les langues sont les bienvenues.

En cas d’intérêt : evasions@@riseup.net

Mois d’action anti-détention

 Commentaires fermés sur Mois d’action anti-détention
Juil 192022
 

De Solidarité sans frontières

Mois d’action contre les prisons de migrant.e.s.
1-31 août 2022.

Après des années d’oppositions, la construction de la nouvelle prison de migrant.e.s à Laval est presque terminée. Si elle ouvre, elle va justifier et étendre la capacité et le pouvoir du gouvernement à détenir, surveiller et déporter des migrant.e.s, adultes et enfants tout en les forçant à rester dans des conditions de vie et de travail exploitantes.

Tout au long du mois d’août, Solidarité Sans Frontières a donc décidé d’organiser un mois d’action en opposition à la nouvelle prison de migrant.e.s mais aussi contre toutes formes de détention et d’enfermement forcé. Joignez-nous pour une série d’ateliers, de projections documentaires, et de manifestations pour affirmer: la seule alternative à la détention est un statut pour toutes et tous!

Contre la prison de migrant.e.s, contre toutes les prisons!
Libérez-les! Un statut pour toutes et tous!

Il n’y a pas d’incendiaire isolé.e

 Commentaires fermés sur Il n’y a pas d’incendiaire isolé.e
Juil 112022
 

De Indymedia Lille

Affiche à télécharger en PDF 11 x 17

Ci-dessous, le texte de l’affiche :

Il n’y a pas d’incendiaire isolé.e

Un compagnon anarchiste, Ivan, a été arrêté en région parisienne le 11 juin 2022. Il est soupçonné de plusieurs incendies de voitures : plaques diplomatiques, voitures de riches, Enedis, entre autres. Nous reconnaissons l’incendie et le sabotage de voitures, d’antennes-relais, de pylônes électriques et d’enseignes comme une stratégie de la lutte anarchiste internationale.

L’omniprésence de nos ennemis fait leurs failles. Certaines cibles nous paraissent inatteignables, et pourtant, toutes leurs tentacules sont autant de talons d’Achille. Si le siège de telle entreprise est difficilement accessible, nous pouvons cramer une de ses nombreuses voitures, ses filiales et son alimentation électrique. Nous nous réjouissons de sectionner ces tentacules, seul.es ou en groupe, avec ou sans revendication, avec les moyens du bord ou des techniques plus perfectionnées. Ainsi, nous attaquons certaines structures de la domination.

Ces attaques ont lieu partout, tout le temps, parce qu’elles sont reproductibles et que les cibles sont à chaque coin de rue.

Nous attaquons parce que nous n’acceptons pas l’horreur de ce monde, parce que c’est un moyen de manifester notre solidarité, parce que nous voulons mettre un grain de sable dans l’engrenage du pouvoir. Pour toutes ces raisons, ces attaques nous donnent de la joie.

Solidarité avec les prisonnier.es anarchistes !
Liberté pour tou.te.s !
À l’attaque !

Des anarchistes (juillet 2022)

Mais pourquoi tu cours ?

 Commentaires fermés sur Mais pourquoi tu cours ?
Juil 012022
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Le premier mai anticapitaliste 2022 a montré de façon criante les limites de nos manifestations offensives. C’est une bonne chose que des camarades aient pu frapper certaines cibles symboliques mais c’est un vrai problème que ces attaques sifflent la fin de la manifestation au lieu d’en relancer l’élan. Il faut donc se poser la question de nos moyens, de nos choix tactiques et de nos capacités collectives.

Soulignons d’abord que ce n’est pas la casse qui provoque la dissolution de la manifestation. Certaines personnes quitteront toujours un évènement devenant plus offensif mais ce n’est pas tellement le cas ici ou très marginalement. On peut considérer que l’essentiel des camarades présents savent ou iels mettent les pieds et donc à quoi s’attendre. De même, la présence policière massive, collant parfois de très près le cortège, n’empêche pas la tenue de l’évènement (cf. la dernière manif du COBP). Le moment fatidique arrive avec l’usage des lacrymos.

Pour une raison difficile à comprendre, la fumée qui pique semble instiller une terreur sans nom au milieu montréalais. Le gaz est certes très incommodant et peut devenir un vrai problème pour certaines personnes qui y sont plus sensibles mais ce n’est vraisemblablement pas le cas de tout le monde et leur utilisation dans d’autres pays ne provoque les mêmes réactions. Le gaz y est d’ailleurs souvent plus concentré et utilisé plus généreusement. Le problème vient donc vraisemblablement d’un manque d’entraînement et de solidarité collective. Je pense qu’on peut identifier plusieurs facteurs imbriqués ; la peur du gaz et de ses effets, la peur de l’arrestation, la panique collective/mouvement de foule et la culture locale.

Je cours parce que tu cours…

La peur du gaz et de ses effets semble de prime abord tout à fait rationnelle. Il est normal de chercher à s’extraire d’une situation douloureuse ou inconfortable. Cependant cette peur de la douleur ou de l’inconfort est largement disproportionnée. Le problème de ce phénomène c’est qu’il agit comme une prophétie auto-réalisatrice. Chacun.e. sait que les effets des gaz ont tendance à s’aggraver avec la peur ou le stress, notamment pour les personnes qui n’y sont pas habituées. Le fait de chercher à s’extraire à tout prix du gaz renforce paradoxalement ses effets en contribuant à des phénomènes de panique collectives. Par ailleurs en cherchant à sortir par tous les moyens de la zone on en vient à faire de mauvais choix tactiques individuellement ou collectivement. Certain.e.s choisissent de quitter la manifestation en petits groupes, en s’illusionnant sur le fait qu’iels pourront la retrouver un peu plus loin. Dans les faits le comportement se propage et les appels lancés aux hasard à se rassembler ailleurs ne servent qu’à camoufler la débandade. Il me semble nécessaire de changer radicalement cet état de fait.

Tout d’abord c’est une bonne chose d’attirer l’attention de la manifestation sur ce que font les policiers, mais crier qu’« ils gazent » semble avoir l’effet inverse de ce qui est souhaité. Avant même de voir les palets rebondir sur le sol un vent de panique parcours le groupe et les moins aguerris commencent déjà à courir. Il faudrait trouver une solution pour ne pas renforcer indirectement l’efficacité des attaques policières. Peut-être serait-il bon de ponctuer ces appels d’encouragement à ne pas paniquer, à rester grouper et à ne pas courir.

Lorsque les capsules sont au sol, plutôt que de chercher à s’en éloigner, il devrait être une pratique commune de les éloigner de la manifestation, voir de les retourner à l’envoyeur (les flics à vélo n’avaient pas de masques au 1er mai et semblent avoir été pas mal incommodés par les gaz). Actuellement si certaines personnes ont bien tenté de les éloigner, la plupart des tentatives observées revenaient souvent à éloigner les capsules à coups de pieds vers d’autres endroits de la manifestation, même si ce n’était pas l’objectif. L’intention de ces camarades est bonne mais leur initiative est rendue très compliquée par le fait que la manifestation commence déjà à se disloquer, que l’endroit à protéger devient flou et qu’iels risquent de se retrouver isolé.e.s.

Une fois que le gaz commence à se répandre, invitons les plus paniqués d’entre nous à prendre une seconde pour analyser la situation. Est-ce que le gaz est vraiment si incommodant que ça ? Est-ce que les policiers se rapprochent vraiment trop près ? Ont-ils l’air de cibler des personnes ou de se préparer à faire des arrestations ? Ont-ils l’air de chercher à mettre en place une nasse ? Si aucune de ces conditions n’est remplie, se mettre à courir ne peut qu’aggraver la situation. Alors on s’accroche à son binôme, on reste groupé, on suit la bannière de tête et on essaye de rester calme pour ne pas aggraver les effets du gaz. La fuite par petits groupes est une solution individualiste à un problème de sécurité collective.

Il est bien sûr parfois nécessaire de courir, mais là encore, pas besoin de se lancer dans un sprint paniqué si les flics ne nous collent pas aux basques. Dans la plupart des cas, il suffit de trottiner quelques dizaines de mètres pour sortir d’un nuage trop dense ou pour se mettre hors de portée de l’anti-émeute. Ne pas courir trop vite contribue aussi à conserver la cohérence de la manifestation, à ne pas isoler les camarades moins rapides et à éviter le ciblage des gens isolés.

Mais… moi je cours parce que TU cours…

Les risques d’arrestation ont été évoqués plus haut mais il semble important d’y revenir plus précisément. Cette peur est bien plus légitime que la simple crainte du gaz. Se faire attraper peut avoir des conséquences graves pour la vie des camarades, spécialement si iels ont mené des actions offensives ou judiciairement condamnables. Ici encore il semble que la solution choisie par toutes et tous est de chercher à s’en sortir tout seul, ou avec son petit groupe.

Il faut rappeler que les flics cherchent actuellement à cibler certaines personnes mais plus rarement le groupe dans son ensemble. Or, en se mettant à courir de façon déraisonné on facilite leur travail; des personnes et des petits groupes se retrouvent isolés, se changent comme iels le peuvent, sans aucune protection, avec le risque omniprésent de se faire arrêter pour les moins rapide ou les moins discrets. Ceci offre des opportunités pour les policiers, que la personne ait fait quelque chose ou non. La plupart du temps les charges de l’anti-émeute ne servent justement qu’à nous faire courir ou reculer. Étant donné leur équipement il ne tenteront pas de nous suivre longtemps; leur tactique consiste essentiellement à nous faire peur en criant « Bouh! ».

La solution est cependant plus complexe pour résoudre cette question de la peur de la police et de l’absence de confiance entre camarades. Il s’agit d’apprendre à travailler ensemble pour développer cette solidarité qui manque cruellement. Il est aussi nécessaire de se former collectivement à agir en groupe pour qu’une masse critique de personnes se connaissant et ayant l’habitude, empêche nos manifestations de devenir une course au « chacun pour soi ».

On devrait arrêter de courir alors ?

Il faut donc ici parler de la question de la panique collective et des mouvements de foules. On a vu que ces manifestations étaient l’occasion de comportements irrationnels (peur du gaz, des arrestations etc.) qui provoquent par la suite une forme de panique collective. Selon moi il s’agit ici du danger principal dans nos manifestations, avant la police et ses armes. Nous ne devrions pas être surpris par la brutalité policière, par les arrestations et les procès. Tou.t.e.s les militant.e.s révolutionnaires connaissent ces risques ou les ont vécus. Néanmoins la plupart d’entre nous avons commencé à nous impliquer avec l’idée que la force collective était le moyen de faire changer les choses. Or ces moments de délitements individualistes viennent frapper de plein fouet le beau mythe de la solidarité dans nos mouvements; quand ça pète c’est chacun pour soi et on verra après. Pour de nouvelles personnes ce constat peut les dégoûter définitivement de s’organiser avec nous. Ce problème devrait en soi nous encourager à trouver des solutions mais il n’est malheureusement pas le seul.

Un mouvement de foule provoqué par la panique peut être particulièrement dangereux et difficile à arrêter. La taille de la manifestation fait que le danger reste limité dans notre cas et ne devrait pas provoquer de morts. Néanmoins il n’est pas difficile d’imaginer que de graves blessures soient occasionnés par ces mouvements de personnes cherchant à fuir les gaz et/ou la police; bousculade faisant chuter les gens, piétinement des personnes tombées au sol, sans compter les danger inhérents à la circulation.

Il est très difficile d’arrêter ces mouvements de panique une fois que le phénomène se répand dans le groupe. Chacun en a fait l’expérience, ça commence par quelques personnes qui courent ou crient et bientôt la panique se répand comme une vague à travers le groupe au point que même les personnes ayant la tête froide sont obligées de courir ou de se retrouver isolées (participant par là-même à la reproduction du phénomène). Il est essentiel de chercher à stopper cette panique dans l’œuf. Il faut rattraper ou rappeler au calme nos camarades qui paniquent et les faire revenir à la raison. Il faut s’abstenir de courir le plus longtemps possible et appeler régulièrement le monde à rester calme, groupé et solidaire.

…Moi j’ai pas confiance…

Il faut ici pointer le problème sous-jacent à tout ce qui a déjà été soulevé; le manque d’une culture de résistance collective qui encourage des comportements solidaires. Il est tout de même incroyable que, dans une ville qui compte autant de militant.e.s révolutionnaires, une meilleure coordination ne soit pas possible. Le manque de pratique y est sans doute pour quelque chose, les manifestations offensives ne sont pas si fréquente au cours de l’année, mais le problème demeure. Le travail mené par certains groupes pour organiser ces moments est démesuré par rapport à la durée et à l’impact de l’évènement. Il est de la responsabilités de tou.t.e.s de faire le meilleur usage de ces dates que nous imposons au calendrier de nos ennemis; 20 minutes de casse dans le centre-ville ne devraient suffire à nous satisfaire, pas plus que la facilité déconcertante pour la police de faire cesser le problème. Loin d’en sortir galvanisé je suis plutôt assailli par le sentiment d’une grande faiblesse collective. Les camarades excuseront cette conclusion qui tranche avec l’habitude d’auto-congratulation post-manif, mais ce texte ne cherche pas à jouer le rôle d’un communiqué de presse. Il y a des problèmes et il serait important de s’attaquer au problème collectivement.

Solidarité avec Giannis Mihailidis, en grève de la faim depuis le 23 mai!

 Commentaires fermés sur Solidarité avec Giannis Mihailidis, en grève de la faim depuis le 23 mai!
Juin 042022
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Lundi le 23 mai, l’anarchiste Giannis Mihailidis détenu à la prison de Malandrinos en Grèce, entame une grève de la faim pour obtenir sa libération conditionnelle. Dans une lettre qui annonce sa grève de la faim, il souligne, entre autres, que cette lutte pour sa liberté s’inscrit dans la lutte élargie contre l’État et le Capital, de laquelle son long emprisonnement l’a coupé.

Afin de soutenir cette initiative dans les rues, de nombreuses actions variées sont organisées sur tout le territoire grec. Pour que cet énième épisode de la lutte de notre camarade ne soit pas tenue sous silence, un appel à la solidarité internationale est lancé. Bien que nous sommes convaincus que la meilleure solidarité sera toujours de poursuivre et d’approfondir nos combats, nous pensons qu’il est utile d’observer de plus près l’histoire de la lutte de Giannis, l’hostilité avec laquelle il voit l’existant et les idées de liberté qu’il a toujours porté en lui des deux côtés des murs de la prison. Nous nous reconnaissons dans les réflexions de son parcours turbulent de révolte. C’est l’occasion d’accompagner notre camarade de manière plus franche pour un fragment de son combat, en utilisant les moyens que chacun choisit pour soi-même.

Vous trouverez ci-dessous un bref résumé de l’histoire de Giannis avec les autorités, ainsi qu’un lien vers sa lettre initiale annonçant sa grève de la faim, traduite vers l’anglais, l’allemand, l’italien, le français et l’espagnol. Nous encourageons la diffusion de cet appel à la solidarité auprès d’autres camarades et espaces.

En février 2011, Giannis Mihailidis est arrêté lors d’une grande manifestation à Athènes et accusé de tentative de meurtre pour avoir attaqué les flics anti-émeute avec une arc et une flèche. Il est ensuite libéré avec des conditions. Un mois plus tard, suite à l’arrestation de 5 membres du CCF dans une maison à Volos, un mandat d’arrêt est signé pour Giannis pour appartenance au CCF, basé sur la découverte de ses empreintes digitales dans la maison en question. Suite à l’issu de ce mandat, il décide de prendre la fuite.

En avril 2011, lors d’une fusillade entre Theofilos Mavropoulos et des flics dans le quartier de Pevki à Athènes, Giannis est soupçonné être la deuxième personne au côté de Mavropoulos, qui a fuit la scène en volant la voiture des flics. Il est accusé de tentative de meurtre pour avoir blessé un flic qui tentait d’empêcher sa fuite, pour laquelle il est condamné des années plus tard quand il est de nouveau en prison.

Environs deux ans plus tard, en février 2013, dans la ville de Veria, il est arrêté et envoyé en prison avec trois autres anarchistes, suite à un double braquage d’une banque et d’un bureau de poste à Velventos, dans le nord de la Grèce.

En juin 2019, après six ans de prison, il s’enfuit de la prison rurale de Tyrintha, dans la région du Péloponnèse. Sept mois plus tard, il est arrêté de nouveau dans une banlieue d’Athènes, armé et dans une voiture volée, en compagnie de deux autres camarades. Accusé une nouvelle fois d’un vol de banque qui date d’août 2019 à Erymanthia, il est envoyé encore une fois en prison.

Le 29 décembre 2021, il atteint les trois cinquièmes de sa peine totale combinée et pourrait demander la libération conditionnelle. Le 23 mai, suite à une première réponse négative et à la demande d’une deuxième réponse négative de la part du procureur, il commence une grève de la faim dans le but d’obtenir sa libération.

La lettre de Giannis annonçant la grève de la faim en anglais, allemand, italien, français, et espagnol

11 juin 2022 : Journée internationale de solidarité avec Marius Mason et tou.te.s les prisonnièr.e.s anarchistes de longues peines

 Commentaires fermés sur 11 juin 2022 : Journée internationale de solidarité avec Marius Mason et tou.te.s les prisonnièr.e.s anarchistes de longues peines
Juin 012022
 

Ci-dessous, nous publions la traduction en français d’une déclaration publiée initialement sur june11.noblogs.org. Les notes de traduction, précédées par « NdT », sont de l’Anarchist Bure Cross.

Alors que le temps passe et que les saisons changent, nous approchons une fois de plus de la Journée internationale de solidarité avec Marius Mason et tou.te.s les prisonnièr.e.s anarchistes de longues peines. Une autre année s’est écoulée, et beaucoup de nos chèr.e.s camarades restent captives de l’État, soumis.es à son emprise quotidienne, à l’isolement et à la brutalité. Le 11 juin est le moment d’arrêter la course effrénée de nos vies et de nous souvenir.

Nous souvenir de nos camarades emprisonné.e.s. Nous souvenir de nos propres histoires de révolte. Nous souvenir de la flamme – parfois vacillante, parfois ardente – de l’anarchisme.

NOUS SOMMES TOUTES DES PRISONNIÈR.E.S POTENTIEL.LE.S

Avec le 11 juin, nous souhaitons approfondir une critique de la prison qui remet en question la distinction entre prisonnier et soutien. Pour nous, ces différences sont conditionnelles : en tant qu’anarchistes, nous nous considérons comme des prisonnièr.e.s potentiel.le.s. Certain.e.s d’entre nous l’ont été, certain.e.s d’entre nous le seront. C’est la base de notre solidarité – nous nous reconnaissons dans le sort de celleux qui sont en prison.

Le continuum entre prisonnier et soutien est clair si l’on se réfère aux exemples de camarades emprisonné.e.s ou anciennement emprisonné.e.s : l’activité de Marius Mason au sein de l’Anarchist Black Cross, la libération d’un prisonnier anarchiste par Bill Dunne, la tentative de Pola Roupa de faire s’évader des prisonniers anarchistes par hélicoptère, les actions de Claudio Lavazza pour libérer des prisonniers. Les liens s’approfondissent quand on sait que de nombreu.se.x prisonnièr.e.s anarchistes sont enfermé.e.s pour avoir attaqué les institutions carcérales, judiciaires et policières ; et que d’autres liens existent avec les soulèvements de prisonnièr.e.s, de la Californie et de l’Alabama à la Grèce et à l’Italie.

LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE…

Nous avons toujours dit que « la solidarité c’est l’attaque », mais nous devons reconnaître que les slogans ne permettent pas d’avancer dans nos luttes. Si l’ « attaque » se limite à un ensemble restrictif d’activités, nous nous coupons d’une vision plus large de la lutte anarchiste. Si nous allons au-delà de la simple répétition d’actions fétichisées, quelles possibilités s’ouvrent à nous ? La solidarité c’est l’attaque, oui, mais qu’est-ce que c’est d’autre ?

Dans cette optique, nous aimerions faire une suggestion : au lieu de faire ce que vous faites d’habitude pour le 11 juin, essayez quelque chose de nouveau. Si vous avez l’habitude d’offrir une aide matérielle aux prisonnièr.e.s, lancez-vous dans une action contre un tentacule du système carcéral dans votre ville. Si vous avez l’habitude de sortir dans la nuit pour attaquer, essayez de faire quelque chose pour soutenir directement un.e prisonnièr.e anarchiste. Le but n’est pas de renforcer la fausse dichotomie entre l’action directe et le travail de soin, mais de remettre en question nos rôles figés. En essayant de nouvelles choses, nous remarquerons peut-être que les murs qui séparent le soutien dévoué.e de la saboteureuse dévoué.e ont toujours été illusoires, que notre imagination est plus vaste que nous le pensions, et que nous sommes individuellement et collectivement capables de plus que ce que nous croyons.

Au cœur de notre vision de la solidarité se trouve le maintien des liens qui nous relient à nos compagnon.ne.s derrière les barreaux. Nous devons maintenir en vie les projets, les combats et les mouvements auxquels iels ont sacrifié tant d’elleux-mêmes. Nos liens avec les prisonnièr.e.s anarchistes partent d’un point commun : nous partageons le désir de transformer directement le monde dans une direction libératoire et égalitaire. Ainsi, notre solidarité devrait prendre racine dans l’intégration des prisonnièr.e.s dans nos projets et dans notre investissement dans les leurs. Nous voulons que les anarchistes libéré.e.s sortent dans un monde de débats, de collaborations et d’actions vibrantes ; et nous voulons favoriser cela autant que possible derrière les murs de la prison également. Cela peut être aussi simple que d’envoyer des nouvelles des luttes locales à un.e prisonnièr.e ou d’imprimer des déclarations de prisonnièr.e.s à partager lors d’événements. Comme pour tout aspect de la solidarité, nous ne sommes limité.e.s que par notre imagination et notre engagement.

Si nous devons soutenir les luttes en prison lorsqu’elles ont lieu, nous devons veiller à ne pas faire peser sur les seul.e.s prisonnièr.e.s la charge de la lutte contre le système carcéral. Celleux qui sont en prison – dans des conditions de contrôle, de surveillance et de restriction extrêmes – sont à bien des égards les moins à même de mener activement des batailles gagnables contre les institutions carcérales. Celleux d’entre nous qui vivent dans une liberté relative ont la possibilité de réfléchir stratégiquement aux actions et aux points de lutte qui auraient l’impact le plus positif sur la vie des personnes en prison et qui contribueraient le plus à démanteler le système carcéral. Comme la prison est inexorablement liée à de nombreuses entreprises et institutions d’État, les ennemis sont partout : où pouvons-nous gagner ?

Soutenir les prisonnièr.e.s est également un moyen de faire converger différentes luttes, comme nous l’ont appris les dernières décennies. De la Black Liberation Army à l’Earth Liberation Front, en passant par les résistant.e.s aux grand juries [NdT: le grand jury est une institution judiciaire États-Unienne qui peut notamment forcer des personnes à témoigner, sous peine d’emprisonnement en cas de refus], les inculpé.e.s des révoltes anti-police et les défenseur.euse.s de la terre et de l’eau [NdT: en anglais water and land protectors, activistes issu.e.s de communautés autochtones d’Amérique du Nord], toutes les luttes de libération mèneront nécessairement à la répression et à l’emprisonnement par l’État. En construisant une infrastructure et une culture de soutien, en faisant de la prison un isolement et un éloignement moins complets, nous renforçons tous les aspects de la contestation de cette société. Et aussi nous nous retrouvons, nous apprenons les un.e.s des autres, nous nous enrichissons mutuellement.

MISES À JOUR SUR LES PRISONNIÈR.E.S

Marius Mason a obtenu son transfert, longtemps réclamé, dans une prison pour hommes, devenant ainsi sans doute le premier homme trans à obtenir un tel transfert dans le système pénitentiaire fédéral.

Les administrateurs des prisons italiennes ont commencé à censurer les correspondances d’Alfredo Cospito en octobre. Les autorités l’ont accusé d’incitation à commettre des crimes, citant ses écrits dans le journal anarchiste Vetriolo. Cette répression s’inscrit dans le cadre de l’opération Sibilla, au cours de laquelle la police italienne a effectué des descentes dans de nombreux espaces anarchistes et fermé des sites Internet en lien avec Vetriolo pour empêcher la publication et la diffusion de ses idées subversives.

Claudio Lavazza a reçu un rallongement de cinq ans à sa peine de vingt-cinq ans. Ses avocats tentent d’obtenir une libération conditionnelle anticipée.

Eric King est passé devant un tribunal fédéral pour des accusations liées à une situation dans laquelle il a été attaqué et torturé par le personnel de la prison en 2018. Le jury l’a déclaré non coupable et son équipe juridique dépose maintenant une plainte contre l’administration pénitentiaire. À l’heure où nous écrivons ces lignes, Eric est en cours de transfert et reste la cible d’un système pénitentiaire rancunier.

Michael Kimble a été agressé par un agent pénitentiaire en juin, puis placé à l’isolement avant d’être transféré. La libération conditionnelle lui a de nouveau été refusée, les raisons invoquées étant des avertissements disciplinaires pour refus de travailler et une altercation avec un agent pénitentiaire.

Sean Swain s’est également vu refuser la libération conditionnelle, ce qui, selon lui, constitue des représailles de la part du personnel pénitentiaire en raison des commentaires qu’il a faits et des poursuites civiles qu’il a engagées contre eux. Il a depuis été transféré de Virginie à l’Ohio State Penitentiary à Youngstown, dans l’Ohio. Ses soutiens pensent qu’il sera bientôt à nouveau transféré.

De plus en plus d’inculpé.e.s des révoltes de 2020 [NdT: aux États-Unis] sont condamné.e.s, certain.e.s ont été libéré.e.s et d’autres vont purger leur peine. Certain.e.s sont toujours en attente de jugement et risquent de longues peines. Les effets de cette répression se feront encore sentir pendant de nombreuses années. Puisse la qualité de notre soutien à ces inculpé.e.s nous rendre plus fort.e.s que nous ne l’étions auparavant.

Au Chili, l’anarchiste Joaquín García a été transféré avec plusieurs prisonniers subversifs à la prison de haute sécurité de Rancagua en juin dernier. En octobre, il a été attaqué avec 20 autres prisonniers par une cinquantaine de gardiens, après quoi il a été placé en isolement pendant 24 heures. Cette agression faisait suite à leur déclaration de solidarité avec Pablo « Oso » Bahamondes Ortiz, qui était accusé de transport d’armes et d’explosifs et a été condamné à 15 ans de prison. Francisco Solar, un autre anarchiste enfermé à Rancagua, a été hospitalisé l’automne dernier en raison de la progression d’un diabète non diagnostiqué. Accusé de multiples attentats à la bombe avec Mónica Cabellero, après que son ADN ait été subrepticement prélevé lors d’une arrestation pour graffitis, il est en détention préventive depuis juillet 2020. En décembre 2021, il a reconnu sa responsabilité dans des explosions visant des bâtiments de l’institution policière, en solidarité avec les révoltes qui ont commencé en 2019 et les personnes blessées et assassinées par la police, car « personne ni rien n’est oublié ». Quelques jours plus tard, Mónica s’est battue avec un autre prisonnier, ce que sa famille a qualifié de provocation montée par la prison. Au moment où nous écrivons ces lignes, aucune information n’est encore disponible sur la condamnation ou la date de libération de ces deux anarchistes.

Sergey Romanov, Igor Olinevich, Dzmitry Rezanovich et Dzmitry Dubovski ont été condamnés au début de l’année à 18-20 ans chacun pour des actions directes contre des cibles du gouvernement biélorusse après une incarcération préventive depuis 2019. Après la condamnation, il a été révélé qu’ils ont été torturés par des gardes, ce qui a entraîné des aveux. L’anarchisme étant criminalisé sous la dictature en cours, au moins deux autres groupes risquent plusieurs années chacun pour leur dissidence.

Les autorités russes ont condamné l’anarchiste Nikita Uvarov, un adolescent, à cinq ans de prison pour avoir conspiré en vue de faire sauter une représentation virtuelle d’un bâtiment du Service fédéral de sécurité de la fédération de Russie dans Minecraft (oui, le jeu vidéo) et avoir fabriqué de petits feux d’artifice. Deux de ses camarades ont reçu des peines avec sursis pour leurs crimes présumés à l’âge de 14 ans. L’ABC de Moscou a signalé que la répression a augmenté (bien qu’il n’y ait pas de nouvelles procédures contre les anarchistes et les antifascistes là-bas) et iels ont commencé à réorienter des ressources vers des efforts humanitaires alors que la Russie poursuit son invasion meurtrière de l’Ukraine.

L’Anarchist Black Cross de Dresde s’est également réorientée vers le soutien aux personnes qui se battent en Ukraine ou qui fuient ce pays. Cette réorientation de leur soutien signifie qu’iels aident à financer des forces de solidarité comme « The Black Headquarter » qui a rassemblé des volontaires pour s’opposer aux forces russes et aussi pour tenter de créer un espace autonome en opposition à l’État ukrainien. Sous la bannière du drapeau noir, les anarchistes et les anti-autoritaires d’Europe de l’Est s’unissent contre les concepts de guerre et de paix des États-Nations. Il convient de noter que des sections de l’Anarchist Black Cross ont été créées en Ukraine en 1918 en tant qu’auxiliaires de la Black Army [NdT: aussi appelée Makhnovchtchina] qui combattait autant les forces soviétiques que tsaristes envahissant depuis la Russie.

En Angleterre, Toby Shone a été condamné à près de quatre ans d’emprisonnement pour détention de stupéfiants (lors de perquisitions coordonnées contre des espaces anarchistes collectifs) après que les accusations de terrorisme qui pesaient contre lui n’aient pas été retenues – il était accusé d’assurer la gestion du site de contre-information 325. Bien que le gouvernement n’ait pas réussi à lui reprocher ni l’appartenance au collectif 325, à la Fédération Anarchiste Informelle/Front Révolutionnaire International, à l’Earth et à l’Animal Liberation Front, ni la participation à des incendies criminels ou à des écrits en lien avec ces organisations, il doit quand même encore se battre contre un Serious Organised Crime Prevention Order qui le soumettrait à une assignation à résidence de cinq ans sous haute surveillance, illustrant l’évolution des pratiques d’incarcération par un appareil d’État de plus en plus numérisé.

EN AVANT

L’expansion de la détention et de la surveillance à domicile n’est pas nouvelle, mais elle continue de croître, à mesure que la société carcérale envahit davantage le quotidien grâce aux avancées technologiques. La guerre, elle aussi, devient de plus en plus numérique, des frappes de drones au piratage informatique, tandis que les meurtres approuvés par les gouvernements se poursuivent. Nous manquons peut-être de détails sur les anarchistes frappé.e.s ou emprisonné.e.s dans leur quête de liberté dans les luttes en cours au Soudan, en Afghanistan et en Syrie, mais iels font vibrer nos pensées et nos actions. Tandis que l’État persiste dans sa perfidie punitive, tuant et emprisonnant, nous trouvons un terrain d’entente avec celleux qui luttent dans un effort pour accroître notre pouvoir et déstabiliser ceux qui cherchent à nous contrôler – portant les mort.e.s et les emprisonné.e.s avec nous dans nos relations avec elleux et à travers un conflit permanent avec l’existant.

Pour des idées d’activités potentielles, consultez notre blog qui contient des années d’archives de communiqués. Celleux qui cherchent des documents à imprimer et à partager les trouveront sur la page Ressources. Et, le plus important : une liste de prisonnièr.e.s anarchistes à qui écrire.

Nous attendons avec impatience les événements, actions, déclarations et autres contributions au 11 juin de cette année.

Pour l’anarchie

Bristol (UK) : Rejet de l’Ordonnance de prévention du crime contre l’anarchiste emprisonné Toby Shone

 Commentaires fermés sur Bristol (UK) : Rejet de l’Ordonnance de prévention du crime contre l’anarchiste emprisonné Toby Shone
Mai 102022
 

De Dark Nights, traduction de Attaque

Sous les acclamations déchaînées du public, le juge a rejeté la demande d’Ordonnance de prévention du crime (SCPO – Serious Crime Prevention Order) contre le compagnon anarchiste Toby Shone, en déclarant qu’il n’y avait aucune raison de l’appliquer, dans les circonstances actuelles. Aux cris de « Pas un pas en arrière ! » Toby a répondu en criant « La Révolution est inévitable ! ».

Le verdict du tribunal signifie que le compagnon Toby sera libéré au plus tôt en août de cette année, si sa demande de bracelet électronique est acceptée. Il est fort probable qu’elle soit refusée. En cas de refus, il sera libéré le 28 décembre 2022, avec la libération automatique une fois la moitié de la peine purgée. Cela, sans les conditions de surveillance et de contrôle extrême qui l’auraient conduit non seulement à être coupé de ses compas, mais aussi de sa famille, de ses amis et de sa compagne. Cela aurait limité sa façon de vivre, sa possibilité d’agir en tant qu’anarchiste, avec de nombreuses restrictions qui ont déjà été énumérées, qui auraient concerné par exemple son utilisation d’appareils électroniques ou l’auraient obligé à déclarer les personnes qui lui rendent visite chez lui. Cela aurait duré 5 ans et aurait pu être reconduit. Si Toby n’avait pas respecté ces conditions, il aurait purgé 5 ans dans l’enfer du système carcéral britannique.

Le SCPO était une attaque directe contre Toby en tant qu’anarchiste, contre son mode de vie alternatif et ses liens avec ses proches. Cela était clairement en lien avec la tentative des flics de l’antiterrorisme de mettre en place des mesures répressives à son encontre, après que les accusations de terrorisme sont tombées, lors de son premier procès.

Le coup des flics de l’antiterrorisme instaure une nouvelle atmosphère répressive sur cette île-prison, où désormais les anarchistes sont considéré.e.s par l’État comme des terroristes, comme cela arrive dans d’autres pays européens (nous l’avons vu avec les nombreuses opérations répressives contre des compas en Italie et en Grèce) et où quiconque ose contre-attaquer face à l’autorité sera soumi.e.s à une telle répression. Il est également clair que l’État britannique veut s’attaquer aux liens, aux affinités, aux amitiés, voire à l’amour de ceux/celles qu’il veut punir. Cela est une tactique de vengeance similaire à celle que nous avons vu utiliser aussi dans d’autres pays, comme le fait de prendre pour cible les partenaires et des membres des familles des compas de l’organisation révolutionnaire Conspiration des cellules de feu, en Grèce.

L’opération Adream, l’attaque répressive contre Toby, et contre 325, est aussi une attaque contre les milieux anarchistes et les modes de vie alternatifs dans leur ensemble. Les années de prison s’accumulent, pour ceux/celles qui ont osé se rebeller lors de la manifestation Kill The Bill de l’année dernière, qui a été attaquée par les flics et a tourné en émeute. Celles/ceux qui vivent « en autonomie », des roms/gitans/voyageurs irlandais aux habitant.e.s de camions, de caravanes ou de bateaux, en passant par les squatter.euse.s, ressentent eux/elles aussi toute la force de l’État britannique, des Tories, de Boris Johnson et de Priti Patel [politicienne du Parti Conservateur (les Tories), comme Johnson, elle est actuellement ministre de l’Intérieur du Royaume-Uni ; NdAtt.], qui façonnent un Royaume-Uni raciste et de droite, selon la formule Build Back Better [« reconstruire en mieux » ; NdAtt.].

Il y a effectivement « des tempête qui se rassemblent à l’horizon », comme l’a mentionné notre compagnon Toby ; il est temps pour nous tou.te.s qui nous en apercevons de contrer cela, de nous révolter contre la destruction de nos vies, de notre existence même.

Ce n’est que le début, « rien n’est fini, le conflit continue ! »

Quelques anarchistes solidaires du compagnon anarchiste Toby Shone