Avr 222020
 

Soumission anonyme à North Shore Counter-Info

Peu importe l’histoire qu’on raconte du 1er mai, une chose ne change jamais: c’est un moment pour se réunir, soit pour défiler dans la rue ou fêter un nouveau printemps. Bien que le beau temps qui arrive nous réjouit, nous sommes pour la plupart bloqué·e·s chez nous. On suit l’actualité, on essaie de décider comment mieux agir, on regarde le 1er mai qui s’approche et on se demande de quoi il aura l’air cette année si on ne peut pas envahir le centre-ville pour profiter du jour comme nous le connaissons : une fête anticapitaliste.

La vie est une histoire qui ne cesse d’évoluer, une toile changeante. Nous avons toujours dû s’accoutumer et adapter nos tactiques à ces nouvelles réalités au fil qu’ils émergent. Ce moment n’a rien de neuf. Le contexte où on se trouve est influencé à la fois par le coronavirus et les mesures répressives de l’État en réponse à lui, mais la nécessité de résister est tout aussi présente.

Même si on ne peut pas se rassembler, il y a encore des manières de marquer le jour, de se sentir partie·s d’un ensemble plus vaste qui a toujours su accueillir le printemps, qui a toujours résisté aux oppresseurs, qui a toujours porté dans son coeur un nouveau monde.

Nous sommes déjà habile à l’action directe décentralisée et elle se fait dans de petits groupes, ce qui est pratique quand la pandémie rend raisonnable une réduction du nombre de personnes avec qui nous sommes en contact. Nous proposons une fenêtre de deux semaines centrée sur le 1er mai pour mener des attaques contre le capitalisme: des tags, de la casse, libérer des trucs, comme vous voulez. Nous avons également envie de voir des actions qui rendent hommage à l’histoire de la résistance et à la terre. Ou les deux.

Dans chaque crise, on trouve des opportunités, pour nous aussi bien que pour les forces auxquelles nous nous opposons. Chose délicieuse que faire du jogging le soir avec un masque et une capuche ne suscite aucune question dans ces rues tellement vides. Et suite au mouvement de solidarité avec les Wet’suwet’en, il y a beaucoup de résistance à célébrer, ainsi que de nouveaux contacts et compétences à approfondir.

Ce contexte montre aussi de vieilles formes de domination sous un nouveau jour: les frontières se durcissent, la police gagne de nouveaux pouvoirs pour contrôler le moindre détail de nos vies, les télécoms se raffolent de nous pister encore plus (pour notre santé), les patrons se réjouissent de voir leurs travailleur·se·s peu payés désignés comme “essentiels” pour qu’ils puissent profiter de la crise, les prêteurs à intérêt (tels les banques et les entreprises de prêt sur salaire) peuvent vendre de nouvelles formes de dettes à des personnes désespérées et l’État arrive à se positionner comme l’unique acteur légitime.

Alors on vous invite à rassembler quelques ami·e·s et sortir la nuit pour célébrer les feux qui brûlent en nous. Partagez vos récits sur des sites telles North Shore Counter-Info, Montréal Contre-info et It’s Going Down pour que nous recevons toutes et tous le rappel que quand on résiste, on n’est jamais seul·e·s.

Note de North Shore: Les appels pour un 1er mai décentralisé se multiplient. En voilà un de Seattle qui date d’avant covid: https://pugetsoundanarchists.org/for-an-autonomous-decentralized-may-day-in-seattle/

Et il y a aussi cet appel pour un mai dangeureux qui circule: https://mtlcontreinfo.org/en-mai-fais-ce-qui-te-plait-un-appel-au-conflit/