Jul 012019
 

De Montréal-Antifasciste

Depuis maintenant deux semaines, la communauté LGBTQ2 de Hamilton, en Ontario, est la cible d’attaques sans précédent provenant d’une coalition d’individus issus de groupes chrétiens intégristes et de groupuscules d’extrême droite dans la veine des Wolves of Odin, des « Yellow Vests » et du Canadian Nationalist Party.

De plus, la relation tendue de la communauté queer et trans radicale d’Hamilton avec les services de police de cette collectivité a été exacerbée au cours de la dernière semaine par la complaisance manifeste de la police avec les trolls d’extrême droite, préférant réprimer les personnes queers et trans qui se défendent contre les agressions… que les agresseurs eux-mêmes!

Depuis le 22 juin, Cedar Hopperton, une militante trans anarchiste profondément engagée dans ses communautés, observe une grève de la faim en détention après avoir été arrêtée pour « bris de condition ». La police l’accuse d’avoir manqué à ses conditions de libération en participant à une « manifestation » (en réalité, un rassemblement dans le cadre des activités de la Fierté LGBTQ2 à Hamilton, le 15 juin dernier). En fait, Cedar n’était même pas présente à cet événement, et tout porte à croire que la police d’Hamilton s’acharne plutôt contre Cedar en raison de ses nombreuses déclarations publiques contre la police, et en particulier contre la présence de celle-ci dans les événements organisés par la communauté LGBTQ2.

Le 15 juin, en après-midi, des violences sont survenues lorsque les militants d’extrême droite mentionnés ci-dessus se sont regroupés en marge du défilé de la Fierté, dans Gage Park, pour intimider et harceler les participant-e-s et leurs allié-e-s en déclamant des passages de la bible et en scandant des slogans anti-LGBTQ2. La communauté queer et trans radicale avait prévu le coup (puisqu’un incident similaire s’était produit en 2018) en fabriquant une palissade en tissus de plusieurs mètres de haut pour isoler les intolérants de la parade. Or, certains individus, non contents de perturber ainsi les activités de la Fierté, ont cherché à contourner la barrière pour harceler les participant-e-s et éventuellement en venir aux coups. Il va sans dire que nos camarades ne se sont pas laissé-e-s faire sans se défendre, mais dans la mêlée, quelques un-e-s ont été sérieusement blessé-e-s sous les coups portés par deux individus en particulier parmi les trolls d’extrême droite, Chris Vanderweide et Ylli Radovicka, alias John Mark Moretti.

Or, dans les jours qui ont suivi, plutôt que de chercher à appréhender les auteurs de ces violences, lesquelles ont été amplement documentées, la police de Hamilton a choisi de persécuter les camarades qui se sont défendu-e-s! En plus de Cedar, quatre autres camarades ont été arrêté-e-s et relâché-e-s sous promesse de comparaître.

Fait à noter, puisque la police les a laissé courir en toute impunité, les mêmes ordures d’extrême droite se sont rendues à une activité de la Fierté à Toronto pendant le week-end du 22-23 juin pour recommencer exactement les mêmes agressions contre des membres de la communauté LGBTQ2 et leurs allié-e-s.

Ces événements s’insèrent dans un contexte où, depuis une manifestation militante qui a eu lieu le 3 mars 2018 dans cette localité, la communauté anarchiste de Hamilton est ciblée à répétition par la police et des groupes d’extrême droite du sud de l’Ontario. L’espace anarchiste The Tower a été vandalisé à plusieurs reprises, des perquisitions ont eu lieu, et des trolls d’extrême droite se vantent en ligne de divulguer à la police  des renseignements personnels sur des anarchistes.

Ces attaques de l’extrême droite sont bien sûr inacceptables, et il est tout à fait naturel que nos camarades se défendent contre ces affronts par tous les moyens à leur disposition. Que la police choisisse de réprimer les victimes de la violence qui ne font que se défendre, plutôt que les auteurs de cette violence, ne fait que prouver que la police n’a aucune solidarité réelle pour la communauté LGBTQ2, et que toute déclaration en ce sens relève des efforts de relations publiques d’une institution profondément hostile aux aspirations des minorités. Ça n’est qu’une preuve de plus que les mouvements sociaux ne peuvent pas, et ne devraient jamais, faire confiance aux services de police.

Montréal Antifasciste, ainsi que ses sympathisant-e-s et allié-e-s, tient à déclarer sa solidarité indéfectible avec la communauté LGBTQ2 et la communauté anarchiste de Hamilton, et demande la libération immédiate de Cedar Hopperton et que toutes les accusations contre des personnes qui se sont portées à la défense de la communauté LGBTQ2 le 15 juin soient abandonnées.

¡No pasarán!

— Montréal Antifasciste, le 28 juin 2019

Mise à jour: La police de Hamilton a procédé à l’arrestation de Chris Vanderweide le 26 juin et de deux autres camarades queers le 28 juin, portant à cinq le nombres de membres de la communquté queer radicale arrêtés pour s’être défendus contre les attaques de l’extrême droite…