Jun 212012
 

Télécharger 11″x17″

SEULE UNE INSURRECTION GLOBALE PEUT ARRÊTER LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE GLOBAL

C’est un testament à l’horreur infinie du capitalisme qu’après des décennies de son immuabilité, de la fin de l’histoire, d’une famine d’autres avenirs possibles même dans l’esprit des enfants, que ceux et celles d’entre nous vivant aujourd’hui qui verrons ce monde changer à tout jamais ne pouvons nous compter chanceux(se)s.

La dévastation écologique est présente à une échelle encore jamais vue, avec la misère, le travail, la famine, l’esclavage et la guerre. La destruction de notre écosystème tout entier est intégrée dans la logique du capitalisme. Les émissions de carbone et les changements climatiques sont simplement un symptôme de la dégradation écologique causé par le capitalisme. Pris comme un problème isolé, le changement climatique est ridicule. Même si la combustion de combustibles fossiles n’aurait pas causé le changement climatique, elle serait encore cancéreuse pour les humains, en polluant l’océan et l’atmosphère, en carburant automobiles et missiles de guerre et créant les matières premières de tout, de sacs en plastique jetables à des jouets inutiles. Tout comme la coupe forestière réduit la capacité de la planète à stocker le carbone, elle détruit également d’innombrables espèces, détruit les formes de vie indigènes et les expulse de leurs terres, jusqu’à détruire la possibilité même de la joie que de nombreux.ses humain.es ressentent en étant à l’extérieur. Même si un capitalisme «vert» zéro carbone était seulement plausible, il s’agirait quand même de transformer les «ressources naturelles» vivantes en capital mort. Si ce n’est pas la production de carbone, ce sera la destruction de l’eau, des sols, de nos vies, tous sacrifiés pour le capital.

Chacun.e d’entre nous désire secrètement la fin de ce système. La grande illusion de la civilisation occidentale a toujours été le mythe du progrès, à savoir que le présent industriel s’étendra vertueusement dans un futur infini. Cela donne un certain confort malade, avec une sensation d’emprisonnement.

Ceux et celles auto-désigné.es pour nous «sauver» de cette crise – les gouvernements, scientifiques, activist.es semblent incapables d’autre chose que de slogans: développement propre, les bourses de carbone, le développement durable, la justice climatique, le capitalisme vert. Les gouvernements règnent en monopolisant la prise de décision, en saisissant les terrains centraux de la société et en se faisant l’arbitre des conflits sociaux et l’exécutant des solutions. L’État est le chef défenseur et l’administrateur du capitalisme basé sur les combustibles fossiles. Rejeter les solutions de l’État, refusant de dialoguer avec les puissantes institutions – en fait, d’essayer de les perturber et finalement les détruire – est un élément crucial de notre lutte pour sauver notre place sur cette planète. Puisque de la façon dont le capitalisme fonctionne et la façon dont fonctionnent les écosystèmes, il n’y a pas de solution axée sur l’approvisionnement contre le changement climatique. Le capitalisme vert ne nous sauvera pas.

La crise climatique tue déjà des gens et conduit des espèces entières à l’extinction tous les jours. Elle sera utilisée par l’État pour fermer les frontières et augmenter le contrôle social, la guerre et la police. Nous pouvons accepter plus du même en faisant confiance aux solutions des leaders qui, comme nous le savons, nous mentent ou nous pouvons prendre nous-mêmes les choses en main…

Les manifestations, trop souvent, demande simplement à l’État d’arrêter poliment. Le point n’est pas de demander que quelque chose arrête, mais de le faire cesser. Le sabotage est une forme fondamentale de l’action directe contre le capitalisme et de même est également fondamental pour la prévention du changement climatique catastrophique. Le sabotage est un acte qui détruit la reproduction du capitalisme. Comment bloquer le flux du capitalisme afin d’arrêter la dégradation écologique et l’exploitation humaine ? On peut y mettre fin avec l’insurrection généralisée, mais elle commence avec un groupe d’ami.es. Des réseaux d’ami.es peuvent s’auto-organiser pour stopper le flux de matières premières et de carbone. Alors que l’État et le capital entrent dans l’irréversible crise écologique, les possibilités de la révolution sociale décentralisée fleurissent par mille. L’insurrection est le début de la réalisation de l’idée des anarchistes que nous pouvons vivre sans l’État.

La continuation du changement climatique entraînera l’approfondissement de la misère au-delà de ce que chacun.e de nous pouvons imaginer. S’il y a un choix entre le cynisme et le désespoir ou une attaque déterminée et ciblée contre les institutions actuelles de domination qui assassinent notre avenir, nous choisissons cette dernière. Bien qu’il est peut-être vrai que les chances sont contre nous, il y a des milliers de cas de résistance, de révolte et d’aide mutuelle qui démontrent qu’il est possible de subvertir l’ordre social actuel et de se relier de manière radicalement différente.

LE TEMPS D’AGIR POUR LA LIBERTÉ EST MAINTENANT. VIVRE, C’EST RÉSISTER. OBÉIR, C’EST MOURIR.