Fév 122022
 

Du Collectif Emma Goldman

Chicoutimi sur le Nitassinan, 11 février 2022. Ce matin, des militants et militantes du Collectif anarchiste Emma Goldman ont posé une bannière devant l’Hôpital de Chicoutimi en soutien au personnel hospitalier qui subit de plein fouet le résultat de plusieurs décennies de démantèlement du système de santé public. Le milieu hospitalier ne s’est pas encore remis des mesures d’austérité néo-libérales mise en place par les divers gouvernements qui se sont succédés dans les trente dernières années. L’augmentation des hospitalisations suite à la COVID vient ajouter une pression énorme sur un système déjà en lambeaux. 

Face à l’hécatombe et les cas de maltraitance dans les CHSLD, des professionnels à bout de souffle et un accès aux soins toujours de plus en plus difficile, le gouvernement affairiste de la CAQ nous promet une énième réforme/refondation. On se rappelle de la dernière en date, imposée par baîllon le 7 février 2015 par le gouvernement Couillard (Parti Libéral du Québec) et son ancien ministre de la Santé Gaétan Barrette. Cette réforme a entrainé une très grande opacité, une gestion centralisée à l’extrême, avec des conseils d’administration nommés par le ministre et un réseau alourdi par une bureaucratie centrale. 

Aujourd’hui, la réelle préoccupation du Premier ministre Legault reste la santé… de l’économie. Au nom de la lutte à la pandémie, il commande à coup de décrets, il renforce son arsenal policier, impose des couvre-feux, confine et tantôt déconfine afin de maintenir les hôpitaux à flot et surtout les gens au boulot. Soudain, l’équilibre budgétaire devient moins une religion d’État et comme les gens d’affaires ne connaissent qu’un langage, celui de l’argent, il distribue les liasses en croyant que tout va s’arranger avant le prochain cycle d’austérité. 

Comme un château de cartes prêt à s’effondrer

Mais, en-dehors du débat vaccinés/non-vaccinés, le problème en ce moment c’est que l’État démontre sa grande incompétence dans la gestion du système de santé public et que la marchandisation de la santé s’avère être un échec pour contrer cette pandémie. Depuis plus de trente ans, la pression du capital a considérablement affaibli la qualité de l’offre de l’État en santé comme en éducation. 

Alors que la majorité des investissements vont dans les hôpitaux, les coupures se font dans les soins de première ligne comme les CLSC, Groupe de médecine familiale (GMF), les soins à domicile ou encore les services d’aide au maintien à domicile. Cette situation fait en sorte qu’il est de plus en plus difficile d’avoir accès à des soins en-dehors de se rendre à l’hôpital. La centralisation des soins vers les hôpitaux à comme résultat que les urgences débordent sans arrêt et les listes d’attente pour des chirurgies s’allongent puisque les médecins et le personnel hospitalier doivent donner des soins à des gens qui auraient pu aller vers la première ligne. Résultat? Congestion dans les hôpitaux et manque de personnel. 

Cependant, il ne s’agit pas d’augmenter encore une fois le rôle de l’État, car la présente crise n’a fait que rendre plus explicite le fait que ce dernier est subordonné au Capital et à sa nécessité de rentabilité. Les gens infectés par la COVID et les personnes sur le bord de craquer mentalement doivent retourner travailler le plus vite possible pour sauver l’économie. 

Les bureaucrates et les politiciens ont assez joué aux apprentis sorciers

Les solutions doivent donc passer par une nécessaire démarchandisation des soins de santé (la gratuité des soins, des médicaments, une recherche médicale indépendante de toute considération de profit, etc.) sans l’intermédiaire de l’État. Il nous faut donc décentraliser le réseau et faire en sorte que le contrôle soit exercé par les communautés locales ainsi que les travailleurs et travailleuses de la santé. Après tout, ils et elles tiennent déjà à bout de bras ce réseau.