Mai 222017
 

[Imprimer, bilingue, 8.5″x11″]

Les anarchistes s’opposent à toute forme de pouvoir qui opprime. Nous aspirons à un monde basé sur l’auto-détermination et l’aide mutuelle. Alors que le monde tends vers la tyrannie, la sûreté de nos communautés sera assurée par les actions directes de ceuzes qui en font partie. Si tu êtes prêt.es à agir sans attendre des ordres, tu es l’un.e des nôtres.

Les anarchistes sont de ceuzes qui regardent la réalité en face et désirent la transformer complètement : éliminer l’exploitation et la domination. Les anarchistes sont parmi les seul.es à offrir une vision claire d’une autre manière de vivre. En nous organisant dans des réseaux et des espaces communautaires à travers le monde, nous arrivons à nous assister les un.es les autres en répondant à des besoins de base et en construisant une capacité collective à nous défendre nous-mêmes. Dans les quartiers, les lieux de travail et les écoles, les anarchistes luttent contre l’embourgeoisement, contre la violence de la police, et contre l’exploitation tout en créant des infrastructures inclusives, créatives et alternatives pour la survie. À travers les biorégions, nous nous organisons pour protéger notre eau potable et la terre dont toute la vie dépend.

Les anarchistes voient que l’imposition du racisme, de la société de classe, de la nationalité, du genre et du patriarcat participent tous à la création d’un monde où quelques-uns possèdent tout et où, pour survivre, le reste est forcé à travailler pour eux. Un monde maintenu en place aussi par les institutions de contrôle direct sous la forme de la police et des prisons.

Les anarchistes reconnaissent que l’État nous attaque doublement. D’un côté, sous la forme du marché capitaliste et de l’autre, avec le massacre des peuples et de la terre depuis des centaines d’années. Les anarchistes sont de ceuzes qui en ont assez de tout ça.

Naturellement, les policiers, les politiciens et les riches décrient les anarchistes comme dangereux, et ils ont raison parce que si les anarchistes le pouvaient, tous ces rôles n’existeraient plus. Nos corps et nos esprits deviennent las alors qu’on nous intime de grandir, de taire notre rage, d’aller voter, d’attendre une autre décennie pour que les choses changent. Nos rêves et nos désirs aspirent au débordement, à quelque chose de différent.

L’anarchisme signifie autant la destruction les forces qui veulent nous garder à genoux que de trouver des ami.es, des amoureux.ses, des familles et des communautés pour nous appuyer les un.es sur les autres, avec une rage et une joie déliées. Les rues inondées par des danses et des rires durant l’émeute, le potluck qui laisse tout le monde repus, le centre social rempli de livres et d’idées, les amitiés basées sur l’affinité et la solidarité inconditionnelle, la fenêtre éclatée pour laisser passer la lumière de l’extérieur.

Dans un monde rempli d’aliénation et d’apathie, les anarchistes veulent agir en accord avec leurs idées. Les anarchistes sont ceuzes qui mettraient le feu à un bulldozer ou à une nouvelle maison de luxe plutôt que de laisser une forêt se faire raser, ou qui aimeraient mieux entendre le bruit de la vitre qui éclate plutôt que le discours d’un politicien. Déserter et désobéir à toutes les règles écrites contre nous, en squattant et en volant pour survivre, en rejetant les rôles qui nous sont assignés, comme bonne travailleuse, bon étudiant, bonne citoyenne, bonne femme, bon homme. Réécrire les fins habituelles, en supportant les prisonnier.ères plutôt qu’en les laissant disparaître dans l’isolement, en tabassant les violeurs et les homophobes plutôt qu’en subissant leur violence, en créant des formes d’amour qui nous donnent de la force plutôt que de nous contenir et nous limiter. Prendre le contrôle de notre environnement en faisant des graffitis sur les murs ou en occupant l’espace et en plantant des jardins. En nous armant de la capacité à créer un nouveau monde et en détruisant celui qui nous a été imposé.

L’anarchisme à Montréal

Pour une introduction de base aux valeurs anarchistes, tu peux aller voir « Pour tout transformer, un appel anarchiste », de même que d’autres textes d’introduction sur Millefolium, un projet anarchiste local de distribution de zines.

Montreal Contre-information est un site web local qui publie des nouvelles et des analyses à propos de luttes anarchistes à Montréal. On y retrouve une archive de contre-information incluant des flyers, des posters, des publications, des bannières et des graffitis. Il y a aussi une page avec des événements à venir à Montréal, de même que des guides pratiques pour toute personne qui veut développer des capacités pour l’action directe.

La Déferle est un espace social anarchiste à Montréal dans le quartier d’Hochelaga. L’insoumise est une librairie anarchiste au centre-ville.

Si tu veux en savoir plus à propos de l’anarchie en Amérique du Nord, tu peux visiter ces sites webs (anglophones) :

crimethinc.com – analyses anarchistes et ressources introductives
itsgoingdown.com – couverture de l’activité anarchiste à travers l’amérique du nord
sub.media – couverture vidéo de l’anarchisme (parfois avec des sous-titres français)