Jan 302019
 

De Chlag.info

«Osha, une identité»

Les promoteurs d’OSHA condos ont annoncé vendredi dernier qu’ils allaient modifier leur campagne publicitaire qui fait l’objet de multiples dénonciations depuis plus d’une semaine. La polémique rapidement soulevée par les panneaux géants qui ont envahi le quartier ne saurait être à la mesure de la condescendance témoignée par les développeurs de ce projet. Les promoteurs misent sur le mythe colonialiste de la rencontre pacifique entre les colons et les autochtones en présentant Jacques Cartier leur tendant la main, métaphore grotesque pour caricaturer la venue de nouveaux arrivants dans un quartier défavorisé. De plus, l’image d’origine utilisée par OSHA montrait plutôt Jacques Cartier offrir une croix qui a été effacée par leur graphiste pour servir plus adéquatement leur stratégie publicitaire. Niant le racisme colonial qui imprègne cette campagne, le responsable marketing d’OSHA affirme qu’il ne s’agit que d’une simple référence à l’histoire du quartier: «Rappeler les racines du nom d’Hochelaga, ce n’est que ça. Et l’image qu’on voit, c’est une image historique de Jacques Cartier qui tend la main. Avec le propos, ça marche». Or, cette référence réitère le mythe de la colonisation comme vecteur de progrès civilisationnel, tout en crachant sur l’histoire, ancienne et récente, du quartier. Au-delà de ce choix marketing révisionniste et violent, les raisons pour s’opposer à ce projet sont innombrables et nous sommes exaspéré.e.s de voir se produire ce quartier-marchandise.

«Un quartier dans un quartier»

Le secteur sud de Hochelaga-Maisonneuve, plus pauvre, avait jusqu’ici été épargné par les projets de condos de cette ampleur.

Cet immense complexe immobilier de plus de deux cents unités sera érigé au coin des rues Sainte-Catherine et Nicolet. Dans un article précédent, nous exprimions nos craintes face à ce futur épicentre de la gentrification dans le secteur sud-ouest de l’arrondissement Hochelaga-Maisonneuve. Loin d’être isolée, cette opposition au projet de condos était alors partagée par plus de 2000 résident.e.s du quartier, qui avaient signé une pétition du comité BAILS exigeant « […] qu’aucun condo ne soit développé sur le terrain de Goyette Auto situé sur la rue Ste-Catherine entre Nicolet et Chambly ». Sur la table depuis quatre ans, la menace que représente OSHA semble maintenant se concrétiser, alors que la prévente débutera le 16 février.

Sur les 7 phases annoncées, seule la dernière est destinée à la création de «logements sociaux» sous la forme d’une coopérative d’habitation d’une trentaine d’unités. Soulignons que ce geste se situe cependant bien loin d’un acte de bonté de la part des promoteurs. Il s’agit en fait d’un compromis tactique; en 2016, l’arrondissement avait réussi à négocier avec le promoteur la mise en place d’un volet social, en échange d’une dérogation lucrative permettant d’ajouter un quatrième étage aux immeubles. Ce geste autorise aussi la classe dirigeante du quartier à défendre le projet sous les auspices de la mixité sociale, du renouveau commercial et de la revitalisation urbaine; tant de termes ne servant qu’à masquer le phénomène de gentrification engendré. La volonté des élu.es est toutefois transparente : « Le projet a un caractère stratégique. Il pourrait y avoir un effet d’entraînement et amener d’autres investisseurs », confiait au journal Métro l’ancien maire, Réal Ménard, en 2016. Cet idéal de prospérité, en lien avec la revitalisation du secteur, n’est possible qu’à condition d’y chasser les populations marginalisées. En effet, ce projet n’a que faire du territoire dans lequel il s’apprête à s’implanter dans la mesure où, précisément, il vise à le transfigurer et à le remplacer par – pour reprendre les mots des promoteurs – une « toute nouvelle communauté ».

«Le dernier quartier abordable»

OSHA affirme «ne s’attaquer à aucun logement dans le quartier», mais c’est à tout le secteur que ce projet s’attaque. Un secteur qui présente les plus hauts taux de précarité et de pauvreté, de familles monoparentales, de maisons de chambre ou de travail du sexe dans Hochelaga-Maisonneuve. Tous ces gens y habitant incarnent des modes de vie auxquels ils sont attachés: ces personnes y ont droit de cité et aucun discours ne saurait légitimer le mépris dont font preuve les promoteurs, les fonctionnaires ou les élu.e.s envers les habitant.es de l’arrondissement. Il n’existe actuellement aucun complexe de condos de cette ampleur au sud de la rue Ontario et ce mastodonte immobilier y aura des conséquences majeures.

Si la nouvelle crée de l’incertitude dans les environs, les effets de l’embourgeoisement se font déjà sentir. L’application abusive de règlements contre les cigarettes dans le parc voisin du projet abondamment fréquenté par des gens du quartier, la volonté de fermer une maison de chambre juste en face par l’arrondissement en 2017, la chasse aux crackhouses par le SPVM qui s’en est suivi et, plus généralement, une présence très visible des policiers du PDQ 23 ne sont que quelques exemples qui nous font voir que le travail de déblayage est déjà commencé. Tel que l’affirme Annie Martel, présidente de la Société de développement commercial (SDC) et proprio du Terre à soi, citée dans le plan d’action pour la prostitution de la rue Ste-Catherine du SPVM, « La rue Sainte-Catherine Est est engagée dans un renouveau commercial; le dynamisme de ses marchands et son parti-pris pour le commerce équitable sont autant d’indices que la rue est en pleine effervescence et que la prostitution de rue n’est pas compatible avec le développement des affaires». De l’entre-soi du «quartier dans un quartier» à la volonté affichée de transformer les alentours et de déplacer les «indésirables», il nous est difficile de croire aux discours angéliques de la revitalisation urbaine et de la mixité sociale.

«OSHA contribuera au renouveau formidable»

Il faut dire que ce segment de la rue Sainte-Catherine est dans la mire des spéculateurs depuis quelques années et que sa «revitalisation» est souhaitée par une diversité impressionnante d’acteurs du quartier. La SDC, le Comité Local de Revitalisation, la Table de quartier, les élu.e.s et l’administration de l’arrondissement, tous.tes sont prêt.e.s à liquider ce qu’il reste de refuge pour tou.te.s les poqué.e.s du quartier. Tandis qu’un changement de garde s’opère au niveau des élu.e.s municipaux et provinciaux, le vent progressiste qui souffle sur Hochelaga-Maisonneuve pourrait nous laisser croire à des actions et changements concrets autour de la question des condos et de la gentrification. Il n’en est rien.

Pour les élu.e.s des partis de gauche, que ce soit Pierre Lessard-Blais ou Alexandre Leduc, ces enjeux sont un véritable tabou. Si les valeurs portées par leurs partis devaient les amener à s’opposer à ce type de projet dévastateur pour le quartier et les plus vulnérables, les changements sociodémographiques induits par l’arrivée dans la circonscription d’une classe de petits commerçants et de jeunes propriétaires de condos leur sont toutefois statistiquement favorables. Pris au piège entre leur électoralisme et leurs «principes», le secteur est cédé aux intérêts mercantiles des promoteurs immobiliers et des commerçant.e.s.

À tous les égards, nous nous opposons à ce que ce projet voit le jour. Il constitue un point tournant pour le quartier. Nous invitons donc toutes les forces en présence à prendre action pour contrer ce projet et à demeurer attenif.ve.s aux appels à venir.

Le quartier s’organise!
Bloquons OSHA!

Vous pouvez contacter directement OSHA afin de leur faire part de votre opinion sur le projet:
info@oshacondos.com
(514) 700-5320