Fév 062022
 

De Solidarité sans frontières

Dimanche 30 janvier, nous avons appris avec rage et tristesse qu’un autre décès est survenu au centre de surveillance de l’immigration de Laval. Nous ne savons rien de l’identité de cette personne qui a perdu la vie sous la responsabilité de l’Agence des services frontaliers canadien. Tout ce que l’on sait c’est qu’elle était migrante et qu’elle était détenue à des fins administratives car elle n’avait pas les bons papiers. Elle en est décédée. Cette personne n’aurait jamais dû être détenue en premier lieu. Personne ne doit être détenu-e.

C’est une mort scandaleuse qui arrive à la suite d’une autre tragique nouvelle, celle d’une famille qui est morte de froid la semaine dernière en tentant de traverser la frontière au Manitoba. Les frontières tuent. La négligence de l’ASFC tue.

Ce décès n’est pas le premier dans les centres de détention gérés par l’ASFC et les compagnies contractantes (Corps des commissionnaires canadiens, Garda World) qui empochent les contrats pour s’occuper à tour de rôle « d’assurer la sécurité » des lieux. Depuis les vingt dernières années, c’est plus d’une quinzaine de personnes qui y ont perdu la vie, parfois par suicide mais aussi à la suite de mesures de contrôles corporels ou encore par manque flagrant de soin. L’ASFC laisse mourir les personnes qu’elle détient en ne leur portant pas assistance. Cette négligence se traduit par des décès évitables. Cette mort s’ajoute à la déjà très longue liste des personnes mortes aux mains de l’ASFC depuis les vingt dernières années.

Bolante Idowu Alo
Abdurahman Ibrahim Hassan
Fransisco Javier Roméro Astorga
Melkioro Gahung
Jan Szamko
Lucia Vega Jimenez
Joseph Fernandes
Kevon O’Brien Phillip
Homme non identifié
Shawn Dwight Cole
Homme non identité
Joseph Dunn
Personne non identifiée
Sheik Kudrath
Prince Maxamillion Akamai

Cela ne fait que quelques années que l’ASFC annonce publiquement lorsqu’un décès survient sous sa responsabilité. Cependant, les circonstances de ces décès demeurent souvent opaques et l’ASFC invoque la protection de la vie privée pour ne rien divulguer sur ses pratiques toxiques. Comme à l’habitude, ce sera un autre corps policier qui mènera l’enquête puisqu’il n’existe aucune entité d’enquête indépendante qui surveille l’ASFC. Sans surprise, des policiers enquêtent sur le travail de d’autres policiers. Pendant ce temps, le centre de détention demeure comme une boîte noire dont le public ne sait que très peu de chose et où la négligence, les abus et le manque de soin physique et psychique sont fréquents. Les dernières grèves de la faim entamées courageusement par des personnes détenues à Laval sont venues mettre en lumière les difficiles conditions de détention.

La construction d’une nouvelle prison et les investissements annoncés depuis 2018 pour “humaniser” le système de détention ne changeront rien. Que des arbres soient plantés dans le stationnement des visiteurs, qu’un cours de basketball et un module de jeux pour enfants soient ajoutés à la cour clôturée et cachée de l’œil du public n’y changent absolument rien; ces lieux sont des prisons où l’on enferme des personnes, des familles, des mineur-e-s. Nous les privons de liberté à des fins administratives. La détention n’est pas une mesure exceptionnelle mais bien une composante fondamentale de la matrice répressive qu’est le système d’immigration canadien.

Les conséquences de ces politiques migratoires répressives sont multiples et meurtrières. Aucune personne ne devrait être contrainte à vivre dans l’ombre en proie à l’exploitation, à la crainte d’une arrestation et d’un enfermement. La détention ne fait que favoriser l’exploitation de ces personnes en les cantonnant dans une économie informelle caractérisée par des abus et des violences et des conditions de travail médiocres.

Cette violence doit s’arrêter! Ça suffit! Pas un mort de plus!

Nous revendiquons l’ouverture des frontières et la libre circulation des personnes en quête de dignité et de justice. La libre circulation signifie avoir la liberté de pouvoir se déplacer, la liberté de pouvoir retourner et la liberté de pouvoir rester.

Arrêtons les détentions, les déportations et mettons en place un vrai programme de régularisation! Pas de prison, un statut pour tous et toutes!!