Août 132015
 

11863457_1628026197478175_6916336577571476028_n

Tout au long de l’événement LES VOIX INSOUMISES, les artistes locaux et internationaux réaliseront des oeuvres dans les rues de Tiohtià:ke. Des collaborations entre les artistes seront ouvertes au public.

—–

SOUTENIR LES VOIX INSOUMISES

Voici quelques façons dont vous pouvez soutenir Les voix insoumises :

CONTRIBUTION MONÉTAIRE : Nous sommes toujours la recherche de financement pour soutenir Les voix insoumises (afin de couvrir les frais de transports des participants ainsi que les matériaux d’art). Visitez notre campagne de financement gofundme afin de faire un don: www.gofundme.com/uncededvoices; vous pouvez aussi nous écrire un courriel afin de faire un don d’argent : decolonizingstreetart@gmail.com

PROMOTION :
SVP, partagez notre événement facebook : www.facebook.com/events/970129306351884
Voici le lien de notre site internet : www.decolonizingstreetart.com
Afin de nous aider avec la promotion de l’événement, distribuez nos tracts et nos affiches; écrivez-nous pour vous en procurer : decolonizingstreetart@gmail.com

DONNEZ VOTRE MATÉRIEL : SVP, considérez à nous donner vos matériaux d’art que vous n’utilisez pas. Nous avons besoin entre autres de : peintures, cannettes de peintures, pinceaux et échafauds. Afin de faire un don écrivez-nous : decolonizingstreetart@gmail.com

ESPACES DE MURS : Nous sommes toujours à la recherche d’espaces de murs pour faire des murales et des wheatpastes. Écrivez-nous si vous avez des idées/ si vous pouvez nous aider : decolonizingstreetart@gmail.com
—–

À PROPOS LES VOIX INSOUMISES

Le but de Decolonizing Street Art se développe en deux aspects soit : soit développer des liens et une communauté d’artistes de rue autochtones ainsi que de promouvoir une résistance anticoloniale à travers diverses actions d’art de rue.

Depuis 2014, Decolonizing Street Art organise une convergence annuelle d’artistes de rue à Montréal. La seconde convergence aura lieu du 14 au 23 août 2015, avec pour titre « Les voix insoumises » (“Unceded Voices” en anglais).

Pendant « Les voix insoumises » les artistes de l’Île de la Tortue (et ailleurs) feront de l’art de rue à Montréal. « Les voix insoumises » inclut aussi des discussions et des ateliers sur le thème des luttes anticoloniales.

Cette année (2015) tous les participant.es de Decolonizing Street Art sont autochtones et/ou personnes racisées. À long terme, Decolonizing Street Art veut créer des liens de solidarité ainsi que de bâtir une communauté avec des personnes s’identifiant comme femmes autochtones et artistes de rue.

Les principes de Decolonizing Street Art inclut la résistance au colonialisme, au capitalisme et tout autres formes d’oppression, incluant, mais pas seulement, la lutte au racisme, au patriarcat, à l’hétérosexisme, au capacitisme et à la transphobie. Nous organisons cet événement sur des bases de solidarité, d’entraide et de support entre les artistes de rues et les activistes qui aident à l’organisation.

Decolonizing Street Art est une initiative de base, sans but lucratif. Nous refusons les subventions gouvernementales et tout autre aide corporative. Notre budget (moins de 4000$ par année) provient d’une campagne de financement ainsi que le support de groupes locaux et individuels.

Decolonizing Street Art met de l’avant un art de rue autonome (qui se distingue de l’art public) et qui n’est pas financé par le gouvernement ou par des groupes corporatifs, ou qui représente leurs intérêts.

Decolonizing Street Art est organisée principalement par Camille Larivée, une artiste de rue Innue, queer et féministe qui habite à Montréal, avec le support des militant.es et d’organismes locaux. L’idée originale du projet a été développée par Camille et l’artiste Tom GreyEyes (Navajo ) en novembre 2013.
—–

RECONNAISSANCE

Decolonizing Street Art reconnait que nous sommes sur le territoire traditionnel du peuple Kanien’kehá:ka. Celui-ci est le gardien de la Porte Est de la confédération Haudenosaunee. L’île nommée «Montréal» est connue sous le nom Tiotia:ke dans la langue des Kanien’kehá:ka, et a été un lieu historique de rencontre pour les autres nations autochtones, incluant les peuples algonquins. Decolonizing StreetArt ne croit pas qu’il soit suffisant de simplement reconnaître les gardiens de cette terre. Nous encourageons l’ensemble des participants et participantes ainsi que toute les personnes qui supportent le projet à activement résister au colonialisme ainsi qu’au néo-colonialisme sous toutes ses formes, dans la diversité que peut revêtir cette résistance.