Jul 252018
 

Du Graphic History Collective

Affiche par Adèle Clapperton-Richard

Introduction par Andrée Lévesque

Durant la Crise économique des années 1930, le Parti communiste du Canada occupe une place prééminente dans l’organisation des mouvements de protestations, en particulier dans l’organisation des sans-travail. Parmi leurs outils de mobilisation, la presse, les tracts, les livres, souvent venus de Moscou, jouent un rôle important alors que les librairies qui les distribuent s’exposent à la répression des forces de l’ordre.

Depuis des siècles les écrits contribuent à la conscientisation des travailleuses et des travailleurs, et les librairies de gauche forment un lieu privilégié de politisation et de réseautage. Ce qui a souvent poussé les autorités, soucieuses de protéger l’ordre social, à tenter de contrôler la parole écrite et les endroits qui la disséminent. Au Canada, entre 1919 et 1935, l’article 98 du Code criminel est invoqué contre la sédition ainsi que la littérature et les paroles séditieuses.

Dans les années trente, Montréal connait deux librairies de gauche soutenues par le Parti communiste. En 1933–1934, le Hidden Book Shop sur la rue Sainte-Catherine Est, est gérée par Ann Feigelman, 20 ans, et son frère Sam (Sol). Leur commerce ne peut fonctionner longtemps en toute impunité et en juin 1933 la police procède à l’arrestation du frère et de la sœur accusés de distribuer de la littérature séditieuse. Ils seront jugés et condamnés. Parmi le matériel saisi dans la librairie, on remarque le journal communiste francophone Vie ouvrière, publié par Paul Moisan, Évariste Dubé et d’autres militants communistes.

Quelques années plus tard, le Parti communiste ouvre une autre librairie, le Modern Book Shop sur la rue de Bleury près de la rue Dorchester. La militante Léa Roback, le camarade Jack Gold et le futur député Fred Rose assurent la permanence. Comme Léa a confié des années plus tard :« On a discuté de l’ouverture d’une librairie marxiste. Alors on m’a dit : “Léa, tu le prends.” On avait non seulement des livres marxistes et léninistes, mais on avait aussi d’autre littérature pour que les gens puissent lire autre chose que des romans à l’eau de rose ». On y trouve aussi des journaux comme le Daily Clarion de Toronto et Clarté, l’hebdomadaire fondé par Stanley Bréhaut Ryerson et quelques autres. Même si l’article 98 avait été abrogé en 1935, la répression anti-communiste n’était pas moins virulente au Québec depuis l’élection, en 1936, du gouvernement de l’Union nationale dirigé par Maurice Duplessis. Peu après son arrivée au pouvoir, le gouvernement, de concert avec l’Église catholique, lance une vaste campagne anti-communiste. Les endroits qui distribuent de la propagande et du matériel communistes sont dans la mire des autorités.

Léa Roback a plus d’une fois confronté la police et subi l’intimidation des groupes anti-communistes encouragés par la passivité des autorités en place. Le 13 octobre 1936, la vitrine est détruite par des vandales. Sans doute enhardi par l’indifférence des policiers, le 27 octobre un quidam envoie une lettre de menace en anglais, telle que rapportée dans Le Devoir : « Dernier avis. On vous donne trois jours pour tout fermer sinon nous mettrons de la dynamite autour du Modern Book Shop. La police est avec nous et vous le savez. Nous serons là cette semaine. Nous sommes et resterons fascistes ». Il n’y eu pas de dynamitage mais quelques mois plus tard, en mars 1937, l’Assemblée législative vote, à l’unanimité, la Loi du Cadenas qui permet la mise sous scellé de tous lieux utilisés pour propager le bolchévisme, c’est-à-dire les salles d’assemblée, les librairies et même les résidences personnelles qui peuvent servir de lieu de réunion.

Les librairies de gauche sont plus que des endroits où on vend des livres, elles ont toujours eu une fonction sociale: on y lance de nouvelles publications, on y tient des réunions et on y croise des clientes attirées pas les mêmes écrits. C’est là que Léa Roback rencontre le docteur Norman Bethune pour la première fois. Pendant ses tournées, quelle que soit la ville, on peut y voir le chanteur Paul Robeson venu bouquiner et voir qui il pourrait y rencontrer. Ces librairies, tout comme les auteures et les maisons d’édition, contribuent de façon importante aux mouvements sociaux. Et souvent en payent le prix.

[PDF]