Jun 202019
 

Du Collectif Emma Goldman

Depuis plusieurs années, nous entendons parler de projets industriels qui sont prévus au Saguenay-Lac-St-Jean sur le Nitassinan : Arianne Phosphate, Métaux BlackRock et GNL Québec. Mais voilà que depuis quelques temps, tous ces projets avancent à vitesse grand V, dû moins, c’est ce que l’industrie veut laisser croire. Entre la difficulté de boucler leur financement malgré l’aide-sociale apportée par le gouvernement (les multinationales sont les véritables assistées sociaux, financées à coups de millions par les fonds publics, donc nos poches), le manque d’investisseurs ou encore les prix du marché qui ne favorisent pas l’industrie, tous ces projets sont loin d’être aboutis. Et bien sûr, il faut ajouter à tout cela la résistance de groupes diverses qui luttent pour préserver la vie et empêcher la destruction des territoires. Cette résistance amène bien évidemment de nombreux débats et une bonne partie de la population à son « opinion » sur la venue des projets industriels dans la région.

Dans cette guerre des mots et des idées (et des insultes pour plusieurs), il y a un danger : la recherche du consensus. Il faut accepter cette fracture que créée ce débat et tôt ou tard, il va falloir choisir et mettre nos corps en jeu ou se résigner. Il y a aussi de fortes chances que des liens se créent ou se brisent dans notre entourage. Que des rapprochements ou un éloignement se produisent entre des individus. Il s’agit d’un moment crucial pour l’avenir de nos territoires et nos communautés. Tout ça laisse des marques. Il faut combattre pour nos idées et le monde que nous voulons voir naître. Le statu quo c’est l’implantation de ces projets sur les territoires et la recherche d’un consensus nous amène à continuer dans le même cercle vicieux de destruction capitaliste. « Mettre de l’eau dans notre vin », c’est-à-dire continuer à exploiter les ressources naturelles à l’infinie, mais en créant des « emplois verts » avec des champs d’éoliennes, des panneaux solaires et autres trucs du genre. Verdir les emplois, mais rarement se demander si il ne serait pas plus bénéfique de diminuer la consommation et la production et de créer une rupture dans le système capitaliste. Les emplois verts de masse seront encore gérés par des multinationales et autres riches propriétaires qui viendront diversifier leur industrie avec le secteur des énergies « vertes » [1]. Nous pourrons aussi compter sur Hydro-Québec pour venir mettre son grain de sel avec des projets « verts » hyper-destructeurs pour ensuite nous siphonner avec leurs tarifs qui ne cessent d’augmenter année après année. Tout cela sur des territoires autochtones jamais cédés.

À ceux et celles qui nous critiquent de n’avoir rien à proposer, malheureusement, la mise en place d’une société nouvelle ne se fait pas comme une recette de tarte. Nous ne connaissons pas les millilitres nécessaires et le bon nombre de cuillères à thé. Il n’y a pas de plan définitif, mais une remise en question constante de nos manières de faire, de s’organiser et de vivre. Le seul moyen de s’en sortir réside dans l’auto-organisation et l’autonomie des communautés. C’est ce que nous sommes en train de faire, du mieux que nous pouvons. Créer des réseaux, des espaces libérés, des milieux alternatifs et relier tous ces archipels en lutte pour construire notre monde sur les ruines de celui des capitalistes [2].

Pour finir, les gens qui s’opposent aux projets industriels ne sont pas des « écologistes » emmerdeurs producteurs de nuages, comme-ci ces personnes étaient en dehors de la société. Il s’agit de travailleurs-travailleuses ou encore d’étudiants et d’étudiantes. Il est même possible que vous croisiez un de ces « enverdeurs » lors d’une marche dans le centre-ville de Chicoutimi. Restez sur vos gardes!

R

[1] Pour plus d’information, faire des recherches sur la lutte contre l’implantation d’éoliennes sur des terres agricoles à Sainte-Sophie-d’Halifax au Centre-du-Québec ou sur les combats menés en Grèce et en France contre de méga-projets éoliens.

[2] Un texte à paraître va traiter de l’expérience de l’usine autogérée Vio.Me. en Grèce. Il s’agit d’une belle alternative aux usines de production capitalistes.