Mar 192018
 

De Parc-Ex Contre la Gentrification (Facebook)

Le 13 mars dernier, nous sommes allé.es au conseil d’arrondissement de Villeray-St-Michel-Parc-Extension pour empêcher les élu.es d’octroyer à Ron Basal son permis pour le projet d’appartements luxueux dans la Plaza Hutchison. Après que le conseil ait refusé l’appel des résident.es de Villeray, dans le cas du projet de Taxi Diamond, que nous appuyons dans leur cause, nous avons décidé de perturber le conseil pour que l’assemblée soit levée et que Ron Basal n’obtienne pas son permis. Nous avons été sorti.es brutalement de la salle par les policiers, deux personnes ont été arrêté.es et ont reçu des charges. Le permis a par la suite été accordé pour la Plaza Hutchison, dans une salle vide, avec Basal assis en première rangée.

Nous avons essayé toutes les avenues légales et politiques disponibles, mais cela nous a seulement mené.es à un mur. C’est le temps de retourner à la rue plutôt que d’essayer de travailler avec un système dans lequel nous ne croyons pas.Si les mairesses trouvent que c’est salissant, tant pis pour elles. Nous avons été dégoutté.es, mais pas surpris.es, par le manque d’initiative, d’ouverture et de volonté politique démontré par la Mairesse Fumagalli qui n’ose pas prendre des risques quand un dossier est plus important qu’un simple permis. D’écrire un communiqué pour dire qu’elle s’oppose au projet alors qu’elle accorde quand même le permis est très insultant pour les locataires évincé.es et les résident.es du quartier, c’est se moquer de nous. Elle nous accuse de rendre le conseil non sécuritaire, mais les seules armes que nous avions à opposer aux matraques des policiers étaient des trompettes de fête d’enfant. Les deux personnes arrêtées, brutalement jetées au sol et menottées pour avoir voulu faire entendre leur voix, auraient aussi aimé pouvoir se sentir en sécurité.

Nous rejettons aussi la promesse de Valérie Plante d’investir $17 million dans des projets de mixité sociale pour Parc-Extension. C’est faux que la mixité sociale profite à tout le monde, c’est seulement un terme plus poli pour nous faire avaler la gentrification. En fait, des projets comme celui-ci ne sont bons qu’à dépenser des fonds publics pour construire des logements pour les riches- et par le fait même intensifient la gentrification en les invitant dans ce quartier “nouvellement découvert” et “exotique”. Nous ne voulons pas supporter le déplacement de personnes racisées de notre quartier au profit de nouveaux résidents plus riches, plus yuppies ou plus blancs.

Si la mairesse et les conseiller.es ont jeté l’éponge pour ce projet, nous ne le pouvons pas. Nous ne pouvons pas abandonner la lutte pour sauver cette espace communautaire qui est au cœur de notre communauté depuis des décennies et nous n’allons certainement pas permettre la gentrification de notre quartier. Ensemble continuons la lutte !