Apr 172019
 

De Solidarité sans frontières

Un an après la déportation de Lucy Granados, la communauté montréalaise se rassemble pour dénoncer le système d’immigration raciste et colonial et pour exiger le retour de Lucy.

Photos ici (Facebook)

Le 13 avril, des ami·es de Lucy Francineth Granados ont souligné la date de sa déportation un an plus tôt par une manif devant le Centre de prévention de l’immigration de Laval. L’an dernier, un rassemblement a eu lieu au même endroit pour tenter d’empêcher physiquement sa déportation.

Lucy Francineth Granados a vécu à Montréal de 2009 à 2018. En mars 2018, elle a été arrêtée violemment chez elle par quatre agents des services frontaliers. Elle a passé 24 nuits dans la prison pour migrant·es avant d’être déportée, alors qu’elle était encore blessée à cause de l’attaque de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). À ce jour, elle n’a toujours pas reçu de réponse à sa demande de résidence permanente pour des considérations d’ordre humanitaire — si cette demande est acceptée, Lucy pourrait revenir. Elle est régulièrement en contact avec ses ami·es au Canada et la campagne pour son retour se poursuit.

Tout en scandant : « Ramenons Lucy ! », « ni frontière ni prison, arrêtons les déportations », « Solidarité avec les sans-papiers », et « des détentions, y’en a marre ! », la foule enthousiaste a redécoré la clôture autour du centre de détention avec des bannières, des fleurs, des silhouettes de Lucy et d’autres membres de la communauté détenu·es et déporté·es et des vêtements pour représenter les migrant·es qui, comme Lucy, défient les frontières à travers le monde à la recherche d’un endroit sûr pour eux-mêmes, elles-mêmes, leurs enfants.

« Nous sommes rassemblé·es pour montrer que, malgré la violence des frontières coloniales, Lucy est toujours une membre chère à notre communauté », a affirmé Bill de Solidarité sans frontières. « Nous n’avons pas cessé et ne cesserons pas de travailler pour la ramener chez elle », a-t-il ajouté.

Une forte présence policière a empêché le groupe de se rendre à l’arrière du centre de détention, où Lucy avait été forcée par l’ASFC de traverser plusieurs barrières pour rejoindre un convoi en attente. Contraste criant avec la force armée à leurs côtés et la cruauté des prisons, ses ami.es ont envoyé un puissant message de solidarité et d’amour au-delà des murs de la prison. Carmelo, de Mexicain·e·s uni·e·s pour la régularisation (MUR), et Jihad, de Solidarité sans frontières, deux personnes qui ont séjourné dans la prison pour migrant·es, ont courageusement dénoncé la violence du système d’immigration canadien et ont exigé le retour de Lucy. Lucy s’est également adressée à la foule par téléphone, évoquant avec émotion sa lutte et exprimant sa gratitude pour le soutien constant de ses nombreux ami·es.

Le groupe s’est ensuite rendu sur le site prévu de la nouvelle prison pour migrant·es, où Amy de Solidarité sans frontières a partagé des informations sur la nouvelle prison et sur l’importante campagne menée pour empêcher sa construction. La nouvelle prison pour migrant·es, qui devrait être opérationnelle en 2021, représente un investissement pour maintenir la capacité de l’État à détenir et à expulser des migrant·es comme Lucy. La construction n’a pas encore commencé, si ce n’est d’une grande fosse creusée à une extrémité du site. Les manifestant·es ont lancé des bombes de semences dans un acte de défi symbolique visant à se réapproprier le site et à préparer le terrain boueux à de meilleurs usages.

Idil de Solidarité sans frontières a conclu avec un discours inspirant : elle a commencé avec le poème Home de Warsan Shire, et a conclu : « Ils peuvent habiller ce projet aussi bien qu’ils le souhaitent, mais nous, ici, voyons ce qu’il est vraiment et c’est notre responsabilité de faire savoir cela au plus grand nombre de gens possible. C’est notre responsabilité de nous opposer à ce projet, de nous battre et de veiller à ce qu’il ne voie jamais le jour. »

Pour plus de contexte sur la campagne de Lucy : www.solidarityacrossborders.org/fr/bring-lucy-back-the-campaign-to-support-lucy-granados-continues

Plus d’information sur la nouvelle prison : www.stopponslaprison.info