Août 152022
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

En 1973, Pierre Elliott Trudeau a promulgué un programme de régularisation qui a permis à 39 000 sans-papiers vivant au soi-disant canada d’être finalement reconnus comme citoyen-ne-s. Bien qu’il y ait eu d’autres programmes de régularisation au fil des ans, celui-ci a été, de loin, le plus important mis en œuvre [1].

Vous avez peut-être remarqué que ce grand programme de régularisation a eu lieu il y a presque 50 ans, par le père de l’actuel premier ministre, Justin Trudeau. Et si l’on peut compter sur Trudeau, c’est pour faire un grand geste commémoratif pour l’occasion.

Car nous sommes vraiment dans une situation de tempête parfaite pour la régularisation des sans-papiers. Premièrement, nous sommes confrontés à une grave pénurie de main-d’œuvre. De nombreux emplois essentiels ne trouvent pas preneur en raison des conditions de travail difficiles et des mauvais salaires. Les sans-papiers travaillent actuellement, bien sûr, puisque la plupart des gens ne peuvent survivre au Canada sans emploi. Mais sans un numéro d’assurance sociale valide, de nombreux emplois restent inaccessibles, surtout dans les postes gouvernementaux.

Deuxièmement, il y a déjà beaucoup de sans-papiers dans les emplois essentiels de la santé et de la production alimentaire, parce que ce sont les emplois les plus merdiques que l’on puisse faire. Et nous avons besoin d’eux pour continuer à fonctionner en tant que société, bien plus que nous avons besoin de banquiers véreux, de comptables de paradis fiscaux et d’avocats d’affaires inutiles, de toute manière. Mais il est de plus en plus honteux de voir comment le gouvernement finit par payer des sans-papiers pour ces emplois. C’est même carrément embarrassant, vu la façon dont ils sont traités.

Et troisièmement, le gouvernement minoritaire de Trudeau a un besoin urgent de voler des voix à la gauche. Par conséquent, le gouvernement libéral a présenté la motion M-44 en mai 2021 pour faire avancer les choses [2]. Mais si cela peut ressembler à un vaste programme de régularisation, il ne faut pas se leurrer : ils veulent voler des voix à la gauche, tout en ne s’aliénant pas leur droite raciste. En l’état actuel des choses, il pourrait s’agir uniquement d’un programme de régularisation libéral : par et pour l’industrie, les banquiers, la bourse. Et pas pour, vous savez, les personnes à qui l’on refuse actuellement l’accès à la citoyenneté.

La réalité de la vie des sans-papiers

Ok, alors pourquoi nous en soucierions-nous ? Nous voulons détruire le soi-disant État canadien de toute façon, pourquoi voudrions-nous voir plus de gens acceptés par lui ? Pourquoi la citoyenneté dans un état colonial est-elle importante ?

Eh bien, pour commencer, nous n’avons pas au soi-disant Canada la même infrastructure de soutien aux sans-papiers qu’au sud de la frontière. Il n’y a pas beaucoup d’organisations à but non lucratif pour les supporter ici, et celles qui sont présentes sont souvent submergées de personnes qui s’accrochent encore aux filières officielles de la citoyenneté. Sur le plan juridique, nos gouvernements provinciaux racistes n’ont pas permis le genre d’échappatoires que l’on peut voir en Californie. Et les municipalités ont très peu de pouvoir, surtout quand on se rappelle que la police est contrôlée aux niveaux provincial et fédéral. De toute façon, l’approche de Projet Montréal de “financer les cochons, peu importe ce qu’ils demandent” n’augure rien de bon.

Les soins de santé pour les sans-papiers sont une blague macabre. Si vous n’avez pas votre “carte soleil”, vous êtes à peu près condamné. Soit vous devez payer le prix fort pour voir un médecin et obtenir une ordonnance, et vous devez encore payer le prix complet pour les médicaments. Et ça c’est si le docteur ne vous dénonce pas aux porcs. Les médecins prennent ce serment d’hypocrite à coeur…

Les anarchistes de Tio’tia:ke (Montréal) se souviendront d’une camarade sans-papiers qui est progressivement devenue aveugle, car elle ne pouvait pas se payer les rendez-vous chez le médecin et les médicaments qui étaient disponibles pour nous tou-te-s. Et un autre camarade, dont la jambe a failli éclater à cause de problèmes de circulation sanguine, et qui n’avait pas non plus les moyens de se faire soigner. Vivre sans papiers a un coût, un coût qui se mesure en vies humaines.

L’école n’est pas mieux non plus. Les sans-papiers ont récemment obtenu le droit pour leurs enfants d’aller aux écoles primaires et secondaires, mais cela reste très limité [3]. Elles et ils risquent toujours d’être dénoncé-e-s. Certaines écoles enfreignent les directives du gouvernement et refusent tout de même les enfants sans-papiers. Car pourquoi un gouvernement raciste sanctionnerait-il un administrateur d’école raciste ? Pour celles et ceux qui surmontent ces obstacles et parviennent à terminer leurs études secondaires malgré tout, peu de perspectives les attendent. Et quelles opportunités s’offrent aujourd’hui à quelqu’un qui n’a qu’un diplôme d’études secondaires ?

Parce que le travail est encore pire. Les sans-papiers ne peuvent pas se plaindre à la CNESST, et ne sont donc pas protégé-e-s par les directives en matière de santé et de sécurité, ni par les lois sur le salaire minimum. Des articles récents ont montré comment les travailleuses et travailleurs temporaires officiel-le-s sont maltraité-e-s dans les champs et les fermes, que pensez-vous qu’il arrive aux sans-papiers ?

Et cela ne couvre pas le pire du pire, l’ostie de police. Les sans-papiers sont constamment à un arrêt de la police d’être expulsé-e-s. Et devinez ce qui se passe lorsqu’ils ont réellement besoin d’être protégé-e-s d’un violeur ou d’un conjoint violent ? Le SPVM est bien connu comme une “machine à expulser qui traque les immigrants sans statut”, pour citer un article du McGill Daily [4]. Et ils se branlent probablement en le faisant aussi.

Alors ouais, on emmerde l’État, on le détruit, on le brûle jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Mais quand même, ce morceau de papier de citoyenneté de merde représente un monde de différence, la vie ou la mort, pour beaucoup de gens. Et avec 500 000 personnes migrantes sans-papiers ici, c’est beaucoup de douleur et de souffrance qui pourraient être soulagées.

Les fascistes et les libéraux n’ont aucun problème à dormir sur le sang et les os des sans-papiers. Le pouvons-nous ?

Quels sont les obstacles à prévoir ?

Si vous suivez la politique fédérale, il est évident que Trudeau est assez fort en actions symboliques, et plutôt léger en substance. Le gouvernement Trudeau fait beaucoup de gestes grandioses, mais il est souvent terne lorsqu’il s’agit de passer aux actions concrètes. Après tout, leur objectif ici n’est pas de réellement régulariser les migrants, mais juste de voler quelques voix à la gauche. Et peut-être fournir une main-d’œuvre bon marché à leurs financiers.

Il y a donc une réelle chance que la régularisation proposée ne soit que de la poudre aux yeux. Qu’elle ne régularise que des personnes qui seraient de toute façon régularisées éventuellement. Nous devons donc faire pression sur le gouvernement pour que cette proposition de régularisation soit aussi large et inclusive que possible. Le “Migrants Rights Network”, basé au canada, a compilé une liste de demandes, dont les principales sont [5] :

  • L’objectif du programme doit être la régularisation de toutes les personnes sans-papiers résidentes au Canada.
  • Le programme doit être permanent et disponible en permanence, car les facteurs qui conduisent les gens à devenir sans papiers ne sont pas toujours les mêmes. Les facteurs qui conduisent les gens à devenir des sans-papiers continueront dans un avenir prévisible.
  • Les demandes doivent être simples, de manière à ce que les personnes sans papiers puissent faire leur demande elles-mêmes, en ligne via des appareils mobiles ou sur le Web. Il devrait y avoir une large sélection de documents acceptables pour établir l’identité et la résidence au Canada.
  • Les personnes ne devraient pas être exclues en raison de leur manquement passé à la loi sur l’immigration.
  • Il doit y avoir une interdiction des détentions et des déportations tout au long du programme de régularisation. Ssans cela, le programme de régularisation échouera car les personnes sans papiers ne feront pas de demande.
  • Personne ne doit être expulsé si sa demande est rejetée.

///

L’autre obstacle majeur est, de toute évidence, le gouvernement provincial raciste et suprématiste blanc de la CAQ. La CAQ n’a pas caché qu’elle voulait un contrôle total de l’immigration au Québec. Ils ont déjà pris des mesures juridiquement douteuses contre les immigrants, que ce soit par :

  • Le projet de loi 9, qui a jeté à la poubelle 18 000 dossiers d’immigration,
  • le projet de loi 21, qui empêche de nombreuses personnes non-chrétiennes d’accéder aux postes d’enseignant-e-s,
  • le projet de loi 96, qui oblige les immigrants à apprendre le français en six mois.

La CAQ essaierait presque certainement de bloquer tout effort de régularisation, à moins que les sans-papiers soient à la fois français et blancs.

///

Et enfin, l’autre obstacle serait probablement les osties de fascistes. La propagande de l’extrême droite contre les travailleurs migrants est très répandue, les plus populaires étant que plus de travailleurs étrangers signifie des salaires plus bas et moins de logement.

Tout d’abord, soyons honnêtes à propos des salaires. La pandémie a convaincu un grand nombre de baby-boomers de prendre leur retraite un peu plus tôt que prévu, laissant un grand nombre d’emplois disponibles. La simple économie de libre marché théoriserait qu’une pénurie de travailleurs signifierait donc des augmentations de salaire. Évidemment, cela n’a pas été le cas jusqu’à présent, et rien ne montre que cela s’améliorera à l’avenir. Ou même qu’on ait un jour des augmentations égales à l’inflation.

De toute évidence, nos maîtres capitalistes n’augmenteront pas les salaires, quoi qu’il arrive. Ils préfèrent laisser le travail inachevé, et empiler le travail sur les travailleuses et travailleurs restant-e-s, plutôt que de nous payer une cenne de plus. Les seuls gains significatifs obtenus ces derniers mois l’ont été dans des emplois syndiqués, et seulement après des luttes difficiles, et souvent de longues grèves. Comme le dit le slogan des IWW : si nous voulons de meilleures conditions de travail, nous devons nous organiser. Le “marché libre” a toujours été défavorable aux travailleurs : quelques migrants de plus, qui sont déjà ici et travaillent déjà de toute façon, ne changeront pas grand-chose.

Deuxièmement, le logement. Comme les comités logement de Tio’tia:ke et d’ailleurs ne cessent de le marteler : nous n’avons pas une pénurie de logements, nous avons une pénurie de logements abordables. Il y a des tas d’appartements qui restent vides à des fins de spéculation. La financiarisation du marché du logement signifie que nous n’avons plus affaire à notre propriétaire habituel véreux, mais à un propriétaire véreux courtier en bourse. Nos anciens propriétaires pouvaient faire pression sur nous autant qu’ils le voulaient, mais à la fin du mois, ils avaient besoin d’au moins un peu d’argent pour payer leur hypothèque. Des accords pouvaient être conclus, et des grèves de loyer limitées pouvaient fonctionner. Nos nouveaux propriétaires ont 50 000 appartements et n’en ont rien à foutre si quelques-un-e-s d’entre nous ne les paient pas pendant quelques mois, pendant qu’ils remplissent la paperasse pour nous jeter à la rue à 2 heures du matin par -40. Encore une fois, plus de migrants qui vivent déjà ici ne changera rien non plus.

En d’autres termes, ne frappez pas les camarades qui n’ont pas plus de chance que vous. Frappez les patrons et les propriétaires : ce sont eux qui rendent nos vies misérables. Et peut-être frapper votre fasciste local pendant que vous y êtes.

Que devons-nous faire ?

Le gouvernement Trudeau devrait publier une première ébauche de sa loi de régularisation vers la fin septembre 2022. Cela devrait nous donner une idée de la direction que Trudeau veut prendre avec ce programme, et les réactions ultérieures de la CAQ et de l’extrême-droite devraient nous donner une idée du genre d’obstacles auxquels nous ferons face.

Il était plus facile de faire pression sur le gouvernement en 1973 parce que les sans-papiers comprenaient une grande partie de personnes blanches, principalement des résistants américains fuyant le service militaire au vietnam. Nous n’avons pas ce luxe aujourd’hui. Tout gain que nous ferons devra être réalisé en dépit des suprémacistes blancs qui se disputent actuellement le pouvoir.

Mais heureusement, d’autres ont ouvert la voie avant nous. Les 39 000 personnes régularisées en 1973 peuvent sembler nombreuses, mais elles ne représentaient que 0,1 % de la population du canada à l’époque. Ces 39 000 personnes sont très peu nombreuses par rapport aux récents programmes de régularisation d’autres pays. En 1981, la france a régularisé 132 000 migrants, soit 0,2 % de sa population à l’époque, deux fois plus que le canada. En 2005, l’espagne a régularisé 570 000 personnes, soit 1,3 % de sa population à l’époque. Il est donc possible de faire beaucoup mieux qu’en 1973, et la mobilisation derrière les campagnes de régularisation en france et en espagne peut nous fournir beaucoup de bons arguments.

Après tout, ces sans-papiers sont déjà là. Ils travaillent avec nous, mangent avec nous, vivent avec nous. Il est temps qu’ils bénéficient des mêmes droits que nous tous.

///

Le réseau canadien Migrant Rights Network appelle à des journées d’action les 16 août et 18 septembre : https://migrantrights.ca/

Solidarity across borders (SAB) organise des événements à Tio’tia:ke et pourrait planifier quelque chose pour cet automne : https://www.solidarityacrossborders.org/en

L’émission de radio française “Les Apatrides anonymes” présente les dernières nouvelles sur les problèmes des migrants au Canada et ailleurs dans le monde : http://www.apanad.koumbit.org/emissions-de-radio-2022/

Amour et rage !

///

[1] Voir : https://www.kairoscanada.org/wp-content/uploads/2020/08/The-Regularization-of-NonStatus-Immigrants-in-Canada-1960-2004.pdf pour les différentes émissions.

[2] Voir : https://www.noscommunes.ca/members/fr/89339/motions/11528727 Cette lettre a été suivie d’une lettre de mandat au ministre de l’immigration : https://pm.gc.ca/fr/lettres-de-mandat/2021/12/16/lettre-de-mandat-du-ministre-de-limmigration-des-refugies-et-de-la Elle mentionne laconiquement seulement “Prendre appui sur les programmes pilotes existants pour poursuivre l’exploration de moyens de régulariser le statut des travailleurs sans papiers qui contribuent aux communautés canadiennes”.

[3] Voir : http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/projets-loi/projet-loi-144-41-1.html

[4] Voir : https://www.mcgilldaily.com/2020/10/opinion-spvm-a-deportation-machine-that-hunts-down-non-status-immigrants/ (en anglais seulement)

[5] Vous pouvez trouver le document complet ici : https://migrantrights.ca/wp-content/uploads/2022/07/La-re%CC%81gularisation-au-Canada.pdf