Mar 082021
 

Du COBP

Quand la police s’attaque aux personnes blanches …

Le rôle de la police est de faire peur. Nos éluEs ne s’en cachent pas : quand ils prescrivent un couvre-feu avec des amendes allant jusqu’à 6000$, ielles parlent de « traitement choc », de « passer un signal », et dans ce travail ielles considèrent les policièrEs comme leurs « alliéEs ».

Le travail de la police, c’est le travail de la répression, de l’imposition de force de lois décrétées par un gouvernement qui ne représente qu’une minorité de la population, élu par moins de 25% des personnes ayant le droit de voter. Il ne faut pas se méprendre : le virus est réel et dangereux, et des mesures sanitaires sont nécessaires. Mais plus le temps passe, et plus on se rend compte que les mesures choisies se basent sur les pressions des lobbyistes [1] et vont en contradiction avec tous les avis scientifiques, qu’ils viennent d’ici ou d’ailleurs [2].

… comme elle le fait pour les personnes racisées

Peu importe la validité scientifique des mesures, les flics s’en donnent à coeur joie, et ne se cachent même plus pour faire du stalking de certains groupes, comme par exemple les juifs hassidiques d’Outremont. Peu importe que mononc’ Gontran fait des party à chaque fin de semaine à Longueuil, il faut des flics pour compter le nombre de juifs qui entrent et qui sortent de chaque synagogue d’Outremont.

Parce qu’autant qu’on s’insurge contre les mesures qui nous sont actuellement imposées, autant qu’on les qualifient de liberticides et d’injustifiées scientifiquement, de sans coeur pour les personnes vulnérables … ces mesures sont le business as usual pour les communautés racisées de Montréal.

Prenons un exemple, la lutte contre les gangs de rue. Qui connait le travail de l’escouade Eclipse ? Qui a déjà vu leurs voitures passer dans ses rues, stationnées sur le bord d’un parc durant les fêtes de son quartier ? Si vous habitez en-dehors de Montréal Nord, la réponse est fort probablement pas. Et si vous habitez Montréal Nord, il est impossible de l’ignorer, car elle est partout.

Et alors que la gentrification pousse les personnes plus pauvres, souvent racisées, en périphérie de Montréal, la police les suit. Un quartier noir est en émergence à Laval, qui fait face à un service de police uniformément blanc et ouvertement raciste [3]. La réaction de la ville de Laval ? Créer sa propre escouade Eclipse [4].

On va en laisser une au SPVM : on ne peut pas les blâmer de faire du profilage racial quand l’esprit des lois est essentiellement raciste. Une brigade anti-gang de rue ne va pas sévir à Brossard. Il y a des gang de rue formés de jeunes blancHEs, mais ce n’est pas l’image qu’en font les médias. Ce n’est pas l’image propagée par la police. Ce n’est pas l’image que s’en font les covidiots qui vont faire la fête avec mononc’ Gontran. Alors, faut pas se le cacher, quand l’assemblée nationale passe une loi antigang, c’est essentiellement d’une loi anti-jeunes noirEs qu’on parle.

Quand le gouvernement passe un couvre-feu, il sait que ça ne fera pas mal à sa base qui vote pour lui, parce qu’ielles ont touTEs une maison, une cour arrière. Pis leur chalet dans le nord est toujours accessible, vu que les trajets entre les régions sont toujours possibles. Le gouvernement sait que ça fera mal aux douze personnes immigrantes de Parc-Ex, entasséEs dans le même deux et demi pas de galerie miteux de Parc-Ex. Mais il s’en fout, ces personnes ne votent pas pour lui, quand on leur laisse le droit de voter.

L’ « affaire » Camara

Parlant de Parc-Ex, l’affaire Camara n’est pas la goutte qui a fait déborder le vase pour les communautés racisées. Loin de là ! Le vase déborde depuis longtemps :
• Depuis la mort d’Anthony Griffin en 1987, tué alors qu’il était sans armes et qu’il obéissait aux ordres du policier Allan Gosset. Le policier n’a pas été blâmé pour ce meurtre, même s’il avait déjà une réputation de battre ses suspects.
• Depuis le meutre de Freddy Villanueva en 2008, ce qui n’a pas nuit à la carrière du policier Jean-Loup Lapointe, qui a été promu par la suite.
• Depuis l’assassinat de Bony Jean-Pierre en 2016. Le policier Christian Gilbert a été innocenté, même s’il est entré dans l’espace confiné d’un appartement en sachant très bien qu’il avait dans ses mains une arme potentiellement létale à moins de cent mètres.
• Depuis le meurtre de Nicolas Gibb en 2018, tué alors qu’il était en détresse et qu’il marchait en s’éloignant des policièrEs.
• Depuis le meurtre de Sheffield Matthews en 2020, tué alors qu’il était lui aussi en détresse.

Le traitement infligé à Camara n’est donc pas une surprise. Le rôle de la police est de faire peur, celle-ci ne peut pas accepter que quiconque lève la main sur elle. La police doit maintenir le monopole sur la peur, et pour ce faire elle se fait elle-même vengeance pour tout tort qu’elle pense avoir subi, peut importe ce que les lois spécifient.

Le passage à tabac de Camara, son incarcération pendant six jours, le saccage de son appartement, le traitement infligé à sa femme et à ses enfants … tout ça entre dans le programme de peur de la police. Peu importe que ces actions soient illégales : le rôle de la police n’est pas d’appliquer la loi, mais de faire peur, et il faut que les communautés racisées aient peur de la police. Et s’il y a des pots cassés, des vies brisées, ce n’est jamais le policier pris en faute qui paye.

Parce que si les personnes cessent d’avoir peur de la police, c’est tout le statu quo qui est menacé. La peur pourrait alors changer de camp : quel scandale ce serait si les boss avaient peur de leurs employéEs ! Si c’était les slum lords qui craindraient leurs locataires, les racistes qui auraient peur des personnes racisées ! Quel serait le scandale si c’est tout le Système qui aurait peur !

Le mot en « s »

Ah, le fameux mot en « s », « s » pour systémique pour reprendre l’expression de Boucar Diouf [5]. On va en donner une à mononc’ Legault, parce qu’il faut lui donner ça. Son refus de reconnaître le racisme systémique au Québec a motivé la publication d’une infinité de témoignagnes. Ces témoignages dépassent la sphère policière : discrimination à l’embauche, discrimination pour l’accès au logement, racisme en éducation, racisme en milieu hospitalier, et on en passe.

Le refus de reconnaître le racisme systémique est l’expression la plus pure du maintien du statu quo actuel. Du statu quo qui s’assure que les personnes racisées auront toujours les emplois de marde, les appartements de slum lords, les écoles pourries, et pas de pension parce qu’ielles mourront jeunes d’une maladie non-diagnostiquée.

Les lois mises en place visent à maintenir ce statu quo, qui assure que les personnes blanches auront en majorité le haut du pavé : les bons emplois, de bonnes maisons, de bonnes écoles, de bons hôpitaux, et surtout, un siège confortable à l’Assemblée nationale. Tsé, quand un chef de parti politique cite à répétition les mensonges de Rebel News et que c’est une personne qui dit que ça serait bien qu’on soit juste un peu moins raciste qui se fait rentrer dedans, tu sais tout ce qu’il y a à savoir sur le « système » québécois [6].

Le rôle de la police

Oui, il y a du profilage racial dans la police, oui il y a des flics racistes. Mais au final, la police n’est que la partie émergée de la répression envers les personnes racisées. La partie cachée de la répression, c’est la personne noire qui se fait sous-évaluer sa maison [7]. C’est la personne autochtone qui se faire refuser son assurance [8]. C’est la personne immigrante qui se fait refuser un prêt à la banque [9]. C’est Joyce Echaquan qui se fait tuer dans un hôpital. C’est Raphael André qui meurt dans une toilette chimique. C’est le genou qui t’écrase la gorge depuis ta naissance, et que tu ne peux pas vraiment connaître si tu n’es pas né avec.

Et toute cette répression qui assure que les personnes blanches se trouvent en haut, et les autres en bas, n’est possible que parce que le rôle de la police est de faire peur. Alors, on peut bien chiâler que les mesures sanitaires actuelles sont liberticides et sans raison, ce qui est vrai. Mais il faut se souvenir que cette répression policière, c’est le quotidien de toutes les personnes non-blanches à Montréal.

Parce que c’est ça, le rôle de la police, c’est de faire peur. C’est seulement plus évident pour nous, personne blanches, maintenant que les lois s’attaquent à notre liberté. C’est seulement plus visibles, maintenant que la police nous suit, maintenant qu’elle s’intéresse à nous.

Et quand il s’agit de faire peur, il n’y a qu’une chose de vraie : la police au Québec fait très bien son travail.

[1] On donne un « fuck you » tout spécial au lobbyiste anti-choix Vincenzo Guzzo.
[2] En voici deux : https://www.cbc.ca/news/politics/herd-immunity-should-not-be-supported-t… et https://www.ctvnews.ca/health/coronavirus/tam-urges-provinces-not-to-loo…
[3] Voir notamment : https://www.journaldemontreal.com/2020/08/12/plaque-au-sol-pour-une-video
[4] Sur l’escouade Eclipse à Laval : https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/affai…
[5] Sur le mot en « s » : https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2021-02-20/le-mot-en-s-pour-syst…
[6] Sur les propos du chef du bloc : https://www.ledevoir.com/politique/canada/593277/politique-federale-le-b… Et sur la personne racisée qui se fait censurer : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/595416/la-censure-ordinaire
[7] Oui, c’est un exemple américain. Mais si tu penses que ça n’arrive pas au Québec, j’ai un pont à te vendre : https://thehill.com/policy/finance/housing/513770-florida-couple-says-ho…
[8] Au sujet des assurances : https://www.lapresse.ca/actualites/enquetes/2020-12-11/compagnies-d-assu…
[9] Voir : https://www.reuters.com/article/us-wells-fargo-immigration-idUSKBN1AK1VK