Droit au logement : quand les évictions engendrent la mort

 Commentaires fermés sur Droit au logement : quand les évictions engendrent la mort
Juin 072022
 
Le 3615, rue Bélanger, à Montréal, où Clément Robitaille occupait un logement

Du Collectif Emma Goldman

La crise du logement frappe un peu partout au Québec. Entre des taux d’inoccupation très bas ou des prix exorbitants demandés par des propriétaires exploiteurs pour leurs taudis/appartements, il devient de plus en plus difficile, voire impossible, de se trouver un logement abordable et de qualité. Comme si le portrait n’était déjà pas assez sombre, il faut ajouter à cela les appartements transformés en Airbnb et les rénovictions qui poussent les locataires à quitter par la force leur domicile devant la hausse vertigineuse du prix de leur loyer. Ainsi des gens, qui bien souvent habitent leur appartement depuis plusieurs décennies (!), se font mettre à la rue. Il est évident que cela entraîne des drames humains pour ces gens qui devront quitter leur chez-soi puisque leur propriétaire veut augmenter ses profits en exploitant des personnes dans l’un de leurs besoins les plus primaires, celui d’avoir un toit sur la tête.

Ce drame, Clément Robitaille l’a payé de sa vie. Celui qui a été mis à la porte de son logement où il habitait depuis 30 ans a été retrouvé mort sur la banquette de son véhicule qui lui servait d’appartement… Paul Girouard, ami et ancien voisin de M. Robitaille a déclaré au journal La Presse: « Les propriétaires allaient l’achaler souvent. Ils mettaient de la pression. Ils l’ont quand même harcelé jusqu’à ce qu’il signe. ». Il ajouta : « Quand [M. Robitaille] a signé, c’est là que sa vie a changé. Il était devenu dépressif, tu voyais que ça ne marchait plus, son affaire. J’allais le voir, il ne parlait même plus, je voyais qu’il était dérangé, dépassé par les évènements. ». Évincé puisque son logement était jugé insalubre et impropre à l’habitation. Au lieu de faire les rénovations et de relocaliser temporairement M. Robitaille, la juge administrative Sylvie Lambert a accepté la demande d’éviction faites par les propriétaires du bâtiment.

À ce moment, Clément Robitaille payait 400$ pour son logement qui aujourd’hui est loué 1 400$ au nouveau locataire (!), soit 1000$ de plus! Avec la crise du logement et le faible revenu de Clément, il lui fut impossible de retrouver un logement au même prix que celui qu’il habitait auparavant. « Il voyait que c’était bien plus cher », explique M. Girouard. « Quand il allait voir des logements, c’était comme 800 $-900 $. Il disait : “ Ça a pas de bon sens. ” ». Parti avec son camion et le peu d’effets personnels qu’il possédait, Clément Robitaille a été perdu dans la brume, tellement que ses proches ont lancé un avis de recherche avant que M. Girouard finisse par le retrouver. Mais finalement, le pire est arrivé. Comme le déclare le rapport du coroner : « M. Robitaille est vraisemblablement décédé le 16 juillet 2021 d’un malaise cardiaque, après s’être déshydraté [à la suite d’] un séjour prolongé dans son véhicule, sans ventilation ni climatisation, alors que les températures extérieures étaient élevées ». Cette personne de 71 ans sans problème de santé s’est laissée mourir : « C’est parce qu’ils l’ont mis dehors qu’il s’est laissé mourir », affirme M. Girouard, une formule reprise dans les autres témoignages. « Quand tu restes à la même place [aussi longtemps], puis que tu es obligé de changer de place, tu es perdu. » (3) Tout cela alors que le Code civil du Québec interdit d’évincer une personne de 70 ans et plus qui habite le même endroit depuis 10 ans et qui gagne égal ou en dessous du revenu maximal qui lui permettrait d’être admissible à un loyer modique, c’est-à-dire 31 000$ par année pour une personne seule à Montréal (en 2020). Clément Robitaille répondait à tous ces critères selon son ami Girouard… Il a quand même été foutu à la rue au prix de sa vie. La justice québécoise et les propriétaires du bloc appartements ont du sang sur les mains. Une vie sacrifiée au nom du profit et de la propriété privée.


1. Selon Statistique Québec : « À l’automne 2021, le taux d’inoccupation des logements locatifs pour l’ensemble des centres de 10 000 habitants et plus au Québec est de 2,5 %. ». Cependant, dans certaines villes, le taux d’inoccupation est encore plus critique comme c’est le cas à Saguenay où il se situe à 1,7% (!) pour 2021 et de 2,8% en 2020. Pendant ce temps, les loyers ont subi une hausse de 7%. Pire encore, dans certaines villes comme Sherbrooke, Granby, Terrebonne et Gatineau, les taux d’inoccupation frôlent 0%! Résultat : il est presque impossible de se trouver un logement et les hausses de loyer sont extrêmement élevées. En banlieue de Montréal, le taux est de 1,1% et à Laval, en seulement quelques années, de 2019 à 2022, le prix des loyers a explosé de 37%! L’Abitibi est aussi durement touché avec des taux de 0,3% à Rouyn-Noranda, 1,1% à Amos et 2,2% à Val-d’Or. 

2. Une rénoviction survient lorsqu’un propriétaire veut mettre à la porte le locataire sous prétexte de rénovations à venir. Bien souvent, soit les rénovations ne se font pas ou bien quand elles surviennent, les propriétaires profitent de cela pour augmenter de manière démesurée le prix du loyer dans le but de faire plus de profit. L’ancien locataire n’est donc plus capable de payer le montant du loyer rendu trop élevé et les prochains vont payer un prix beaucoup trop cher. Sans registre public des loyers où serait inscrit le prix payé par le locataire antérieur, il est souvent très difficile de savoir combien payait l’ancien locataire pour une personne qui loue par la suite le même appartement. Avec le registre et en connaissant les prix, il serait possible de desceller les hausses abusives. 

3. Frédérik-Xavier Duhamel, La Presse : « C’est parce qu’ils l’ont mis dehors qu’il s’est laissé mourir »

11 juin 2022 : Journée internationale de solidarité avec Marius Mason et tou.te.s les prisonnièr.e.s anarchistes de longues peines

 Commentaires fermés sur 11 juin 2022 : Journée internationale de solidarité avec Marius Mason et tou.te.s les prisonnièr.e.s anarchistes de longues peines
Juin 012022
 

Ci-dessous, nous publions la traduction en français d’une déclaration publiée initialement sur june11.noblogs.org. Les notes de traduction, précédées par « NdT », sont de l’Anarchist Bure Cross.

Alors que le temps passe et que les saisons changent, nous approchons une fois de plus de la Journée internationale de solidarité avec Marius Mason et tou.te.s les prisonnièr.e.s anarchistes de longues peines. Une autre année s’est écoulée, et beaucoup de nos chèr.e.s camarades restent captives de l’État, soumis.es à son emprise quotidienne, à l’isolement et à la brutalité. Le 11 juin est le moment d’arrêter la course effrénée de nos vies et de nous souvenir.

Nous souvenir de nos camarades emprisonné.e.s. Nous souvenir de nos propres histoires de révolte. Nous souvenir de la flamme – parfois vacillante, parfois ardente – de l’anarchisme.

NOUS SOMMES TOUTES DES PRISONNIÈR.E.S POTENTIEL.LE.S

Avec le 11 juin, nous souhaitons approfondir une critique de la prison qui remet en question la distinction entre prisonnier et soutien. Pour nous, ces différences sont conditionnelles : en tant qu’anarchistes, nous nous considérons comme des prisonnièr.e.s potentiel.le.s. Certain.e.s d’entre nous l’ont été, certain.e.s d’entre nous le seront. C’est la base de notre solidarité – nous nous reconnaissons dans le sort de celleux qui sont en prison.

Le continuum entre prisonnier et soutien est clair si l’on se réfère aux exemples de camarades emprisonné.e.s ou anciennement emprisonné.e.s : l’activité de Marius Mason au sein de l’Anarchist Black Cross, la libération d’un prisonnier anarchiste par Bill Dunne, la tentative de Pola Roupa de faire s’évader des prisonniers anarchistes par hélicoptère, les actions de Claudio Lavazza pour libérer des prisonniers. Les liens s’approfondissent quand on sait que de nombreu.se.x prisonnièr.e.s anarchistes sont enfermé.e.s pour avoir attaqué les institutions carcérales, judiciaires et policières ; et que d’autres liens existent avec les soulèvements de prisonnièr.e.s, de la Californie et de l’Alabama à la Grèce et à l’Italie.

LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE…

Nous avons toujours dit que « la solidarité c’est l’attaque », mais nous devons reconnaître que les slogans ne permettent pas d’avancer dans nos luttes. Si l’ « attaque » se limite à un ensemble restrictif d’activités, nous nous coupons d’une vision plus large de la lutte anarchiste. Si nous allons au-delà de la simple répétition d’actions fétichisées, quelles possibilités s’ouvrent à nous ? La solidarité c’est l’attaque, oui, mais qu’est-ce que c’est d’autre ?

Dans cette optique, nous aimerions faire une suggestion : au lieu de faire ce que vous faites d’habitude pour le 11 juin, essayez quelque chose de nouveau. Si vous avez l’habitude d’offrir une aide matérielle aux prisonnièr.e.s, lancez-vous dans une action contre un tentacule du système carcéral dans votre ville. Si vous avez l’habitude de sortir dans la nuit pour attaquer, essayez de faire quelque chose pour soutenir directement un.e prisonnièr.e anarchiste. Le but n’est pas de renforcer la fausse dichotomie entre l’action directe et le travail de soin, mais de remettre en question nos rôles figés. En essayant de nouvelles choses, nous remarquerons peut-être que les murs qui séparent le soutien dévoué.e de la saboteureuse dévoué.e ont toujours été illusoires, que notre imagination est plus vaste que nous le pensions, et que nous sommes individuellement et collectivement capables de plus que ce que nous croyons.

Au cœur de notre vision de la solidarité se trouve le maintien des liens qui nous relient à nos compagnon.ne.s derrière les barreaux. Nous devons maintenir en vie les projets, les combats et les mouvements auxquels iels ont sacrifié tant d’elleux-mêmes. Nos liens avec les prisonnièr.e.s anarchistes partent d’un point commun : nous partageons le désir de transformer directement le monde dans une direction libératoire et égalitaire. Ainsi, notre solidarité devrait prendre racine dans l’intégration des prisonnièr.e.s dans nos projets et dans notre investissement dans les leurs. Nous voulons que les anarchistes libéré.e.s sortent dans un monde de débats, de collaborations et d’actions vibrantes ; et nous voulons favoriser cela autant que possible derrière les murs de la prison également. Cela peut être aussi simple que d’envoyer des nouvelles des luttes locales à un.e prisonnièr.e ou d’imprimer des déclarations de prisonnièr.e.s à partager lors d’événements. Comme pour tout aspect de la solidarité, nous ne sommes limité.e.s que par notre imagination et notre engagement.

Si nous devons soutenir les luttes en prison lorsqu’elles ont lieu, nous devons veiller à ne pas faire peser sur les seul.e.s prisonnièr.e.s la charge de la lutte contre le système carcéral. Celleux qui sont en prison – dans des conditions de contrôle, de surveillance et de restriction extrêmes – sont à bien des égards les moins à même de mener activement des batailles gagnables contre les institutions carcérales. Celleux d’entre nous qui vivent dans une liberté relative ont la possibilité de réfléchir stratégiquement aux actions et aux points de lutte qui auraient l’impact le plus positif sur la vie des personnes en prison et qui contribueraient le plus à démanteler le système carcéral. Comme la prison est inexorablement liée à de nombreuses entreprises et institutions d’État, les ennemis sont partout : où pouvons-nous gagner ?

Soutenir les prisonnièr.e.s est également un moyen de faire converger différentes luttes, comme nous l’ont appris les dernières décennies. De la Black Liberation Army à l’Earth Liberation Front, en passant par les résistant.e.s aux grand juries [NdT: le grand jury est une institution judiciaire États-Unienne qui peut notamment forcer des personnes à témoigner, sous peine d’emprisonnement en cas de refus], les inculpé.e.s des révoltes anti-police et les défenseur.euse.s de la terre et de l’eau [NdT: en anglais water and land protectors, activistes issu.e.s de communautés autochtones d’Amérique du Nord], toutes les luttes de libération mèneront nécessairement à la répression et à l’emprisonnement par l’État. En construisant une infrastructure et une culture de soutien, en faisant de la prison un isolement et un éloignement moins complets, nous renforçons tous les aspects de la contestation de cette société. Et aussi nous nous retrouvons, nous apprenons les un.e.s des autres, nous nous enrichissons mutuellement.

MISES À JOUR SUR LES PRISONNIÈR.E.S

Marius Mason a obtenu son transfert, longtemps réclamé, dans une prison pour hommes, devenant ainsi sans doute le premier homme trans à obtenir un tel transfert dans le système pénitentiaire fédéral.

Les administrateurs des prisons italiennes ont commencé à censurer les correspondances d’Alfredo Cospito en octobre. Les autorités l’ont accusé d’incitation à commettre des crimes, citant ses écrits dans le journal anarchiste Vetriolo. Cette répression s’inscrit dans le cadre de l’opération Sibilla, au cours de laquelle la police italienne a effectué des descentes dans de nombreux espaces anarchistes et fermé des sites Internet en lien avec Vetriolo pour empêcher la publication et la diffusion de ses idées subversives.

Claudio Lavazza a reçu un rallongement de cinq ans à sa peine de vingt-cinq ans. Ses avocats tentent d’obtenir une libération conditionnelle anticipée.

Eric King est passé devant un tribunal fédéral pour des accusations liées à une situation dans laquelle il a été attaqué et torturé par le personnel de la prison en 2018. Le jury l’a déclaré non coupable et son équipe juridique dépose maintenant une plainte contre l’administration pénitentiaire. À l’heure où nous écrivons ces lignes, Eric est en cours de transfert et reste la cible d’un système pénitentiaire rancunier.

Michael Kimble a été agressé par un agent pénitentiaire en juin, puis placé à l’isolement avant d’être transféré. La libération conditionnelle lui a de nouveau été refusée, les raisons invoquées étant des avertissements disciplinaires pour refus de travailler et une altercation avec un agent pénitentiaire.

Sean Swain s’est également vu refuser la libération conditionnelle, ce qui, selon lui, constitue des représailles de la part du personnel pénitentiaire en raison des commentaires qu’il a faits et des poursuites civiles qu’il a engagées contre eux. Il a depuis été transféré de Virginie à l’Ohio State Penitentiary à Youngstown, dans l’Ohio. Ses soutiens pensent qu’il sera bientôt à nouveau transféré.

De plus en plus d’inculpé.e.s des révoltes de 2020 [NdT: aux États-Unis] sont condamné.e.s, certain.e.s ont été libéré.e.s et d’autres vont purger leur peine. Certain.e.s sont toujours en attente de jugement et risquent de longues peines. Les effets de cette répression se feront encore sentir pendant de nombreuses années. Puisse la qualité de notre soutien à ces inculpé.e.s nous rendre plus fort.e.s que nous ne l’étions auparavant.

Au Chili, l’anarchiste Joaquín García a été transféré avec plusieurs prisonniers subversifs à la prison de haute sécurité de Rancagua en juin dernier. En octobre, il a été attaqué avec 20 autres prisonniers par une cinquantaine de gardiens, après quoi il a été placé en isolement pendant 24 heures. Cette agression faisait suite à leur déclaration de solidarité avec Pablo « Oso » Bahamondes Ortiz, qui était accusé de transport d’armes et d’explosifs et a été condamné à 15 ans de prison. Francisco Solar, un autre anarchiste enfermé à Rancagua, a été hospitalisé l’automne dernier en raison de la progression d’un diabète non diagnostiqué. Accusé de multiples attentats à la bombe avec Mónica Cabellero, après que son ADN ait été subrepticement prélevé lors d’une arrestation pour graffitis, il est en détention préventive depuis juillet 2020. En décembre 2021, il a reconnu sa responsabilité dans des explosions visant des bâtiments de l’institution policière, en solidarité avec les révoltes qui ont commencé en 2019 et les personnes blessées et assassinées par la police, car « personne ni rien n’est oublié ». Quelques jours plus tard, Mónica s’est battue avec un autre prisonnier, ce que sa famille a qualifié de provocation montée par la prison. Au moment où nous écrivons ces lignes, aucune information n’est encore disponible sur la condamnation ou la date de libération de ces deux anarchistes.

Sergey Romanov, Igor Olinevich, Dzmitry Rezanovich et Dzmitry Dubovski ont été condamnés au début de l’année à 18-20 ans chacun pour des actions directes contre des cibles du gouvernement biélorusse après une incarcération préventive depuis 2019. Après la condamnation, il a été révélé qu’ils ont été torturés par des gardes, ce qui a entraîné des aveux. L’anarchisme étant criminalisé sous la dictature en cours, au moins deux autres groupes risquent plusieurs années chacun pour leur dissidence.

Les autorités russes ont condamné l’anarchiste Nikita Uvarov, un adolescent, à cinq ans de prison pour avoir conspiré en vue de faire sauter une représentation virtuelle d’un bâtiment du Service fédéral de sécurité de la fédération de Russie dans Minecraft (oui, le jeu vidéo) et avoir fabriqué de petits feux d’artifice. Deux de ses camarades ont reçu des peines avec sursis pour leurs crimes présumés à l’âge de 14 ans. L’ABC de Moscou a signalé que la répression a augmenté (bien qu’il n’y ait pas de nouvelles procédures contre les anarchistes et les antifascistes là-bas) et iels ont commencé à réorienter des ressources vers des efforts humanitaires alors que la Russie poursuit son invasion meurtrière de l’Ukraine.

L’Anarchist Black Cross de Dresde s’est également réorientée vers le soutien aux personnes qui se battent en Ukraine ou qui fuient ce pays. Cette réorientation de leur soutien signifie qu’iels aident à financer des forces de solidarité comme « The Black Headquarter » qui a rassemblé des volontaires pour s’opposer aux forces russes et aussi pour tenter de créer un espace autonome en opposition à l’État ukrainien. Sous la bannière du drapeau noir, les anarchistes et les anti-autoritaires d’Europe de l’Est s’unissent contre les concepts de guerre et de paix des États-Nations. Il convient de noter que des sections de l’Anarchist Black Cross ont été créées en Ukraine en 1918 en tant qu’auxiliaires de la Black Army [NdT: aussi appelée Makhnovchtchina] qui combattait autant les forces soviétiques que tsaristes envahissant depuis la Russie.

En Angleterre, Toby Shone a été condamné à près de quatre ans d’emprisonnement pour détention de stupéfiants (lors de perquisitions coordonnées contre des espaces anarchistes collectifs) après que les accusations de terrorisme qui pesaient contre lui n’aient pas été retenues – il était accusé d’assurer la gestion du site de contre-information 325. Bien que le gouvernement n’ait pas réussi à lui reprocher ni l’appartenance au collectif 325, à la Fédération Anarchiste Informelle/Front Révolutionnaire International, à l’Earth et à l’Animal Liberation Front, ni la participation à des incendies criminels ou à des écrits en lien avec ces organisations, il doit quand même encore se battre contre un Serious Organised Crime Prevention Order qui le soumettrait à une assignation à résidence de cinq ans sous haute surveillance, illustrant l’évolution des pratiques d’incarcération par un appareil d’État de plus en plus numérisé.

EN AVANT

L’expansion de la détention et de la surveillance à domicile n’est pas nouvelle, mais elle continue de croître, à mesure que la société carcérale envahit davantage le quotidien grâce aux avancées technologiques. La guerre, elle aussi, devient de plus en plus numérique, des frappes de drones au piratage informatique, tandis que les meurtres approuvés par les gouvernements se poursuivent. Nous manquons peut-être de détails sur les anarchistes frappé.e.s ou emprisonné.e.s dans leur quête de liberté dans les luttes en cours au Soudan, en Afghanistan et en Syrie, mais iels font vibrer nos pensées et nos actions. Tandis que l’État persiste dans sa perfidie punitive, tuant et emprisonnant, nous trouvons un terrain d’entente avec celleux qui luttent dans un effort pour accroître notre pouvoir et déstabiliser ceux qui cherchent à nous contrôler – portant les mort.e.s et les emprisonné.e.s avec nous dans nos relations avec elleux et à travers un conflit permanent avec l’existant.

Pour des idées d’activités potentielles, consultez notre blog qui contient des années d’archives de communiqués. Celleux qui cherchent des documents à imprimer et à partager les trouveront sur la page Ressources. Et, le plus important : une liste de prisonnièr.e.s anarchistes à qui écrire.

Nous attendons avec impatience les événements, actions, déclarations et autres contributions au 11 juin de cette année.

Pour l’anarchie

Les manières hypocrites d’une hégémonie en crise

 Commentaires fermés sur Les manières hypocrites d’une hégémonie en crise
Mai 212022
 

De Montréal Antifasciste

Le traitement des sujets dominants de l’actualité récente a eu de quoi faire vibrer violemment le détecteur de bullshit chez celleux d’entre nous qui n’ont pas encore éteint le leur. Si l’on ne retient qu’une chose, par exemple, de la curieuse transition entre la fin-qui-ne-finit-plus-de-finir de la crise pandémique et le commencement annoncé d’une nouvelle crise géopolitique en Europe, c’est à quel point les balises de l’attention publique peuvent être rapidement bougées au gré de priorités décidées on ne sait ni comment ni par qui ou selon quelle raison. Du tout-COVID, on est passé au tout-Poutine en deux coups de cuiller à pot, et la menace à l’équilibre du monde s’est soudainement déplacée des variants de la COVID aux visées impérialistes d’un autocrate milliardaire qu’on nous décrivait encore récemment comme un partenaire commercial indispensable bien qu’un peu cringe au niveau des assassinats.

Dans le même temps, l’intersection des deux crises a eu pour effet d’exposer à la lumière crue quelques-unes des profondes hypocrisies que l’hégémonie néolibérale arrive en temps normal à dissimuler sous les grimaces et les artifices. Nous proposons ici de relever certains des deux poids, deux mesures plus ou moins flagrants qui ont truffé les discours officiels et le traitement des sujets d’actualité au cours des derniers mois.

Dans un contexte où le centre bourgeois cherche à reconduire l’ordre néolibéral et colonial – en testant de nouveaux procédés autoritaires pour ce faire – et où l’extrême droite se présente de plus en plus comme une alternative « antisystème » valable, nous invitons celleux qui s’estiment progressistes à reconnaître l’hypocrisie libérale, à refuser leur consentement et à rejoindre les mouvements sociaux anticapitalistes/antifascistes qui luttent à la fois contre l’hégémonie néolibérale et la possibilité du fascisme.

///

D’autres que nous ont déjà relevé comment la gestion policière timide – pour ne pas dire sympathique – du chahut antisanitaire d’Ottawa, en février 2022, contrastait avec la robustesse habituellement déployée pour réprimer les actions de désobéissance menées par les mouvements sociaux se situant de l’autre côté de l’éventail politique. Rarement a-t-on vu autant de policiers se prendre en selfie et flasher des thumbs up avec des participant·e·s à une action de désobéissance civile de masse à un jet de pierre du Parlement! Sans même mentionner les câlins, les high fives énergiques et les confidences attendrissantes. Ni la participation documentée de membres passés et actuels de l’armée canadienne, des forces spéciales, de la police et des services de renseignement militaire canadiens à l’organisation du siège[i]. On serait bien en mal de trouver les preuves d’une pareille sympathie constabulaire à l’endroit des mouvements écolos, anticapitalistes et antiracistes ou à l’égard des résistant·e·s autochtones qui revendiquent l’intégrité de leurs territoires ancestraux contre l’impitoyable avancée de l’industrie pétrolière et gazière.

On se souviendra que quelques semaines seulement avant le début de la pandémie, à l’hiver 2020, la GRC avait été appelée à intervenir pour déloger à la pointe du fusil les défenseur·e·s des terres et des eaux qui avaient érigé des barrages pour bloquer le passage du gazoduc Coastal GasLink sur le territoire ancestral de la nation Wet’suwet’en, en Colombie-Britannique. Des actions de solidarité organisées un peu partout au Canada avaient aussi été réprimées sans pincettes. Pas plus tard qu’en septembre 2021, soit quelques mois avant le cirque antisanitaire à Ottawa, la même Gendarmerie royale canadienne avait défoncé à coups de chainsaw un cabanon installé par des militant·e·s sur le trajet projeté du pipeline sous la rivière Morice pour en déloger brutalement les occupant·e·s, dont deux journalistes indépendants. On doute que les policiers aient pris le temps de doucement balayer la neige de leurs vêtements en procédant à leur arrestation, comme on en a vu le faire avec les anti-masques à Ottawa.

Dans un certain nombre de rapports produits ces dernières années par des agences du gouvernement fédéral chargées de surveiller ce genre de choses, l’extrême droite a été nommée sans équivoque comme une menace croissante à la sécurité du Canada. Pourtant, quand une poignée d’organisateurs clairement identifiés aux sphères d’extrême droite ont claironné leur intention de former un convoi routier vers Ottawa pour occuper l’espace entourant le Parlement – jusqu’à ce que toutes les mesures sanitaires soient levées, faute de quoi le gouvernement Trudeau serait renversé et remplacé par un comité mixte incluant le chef des pas-contents et sa tendre épouse – curieusement, ni les services de renseignements et de sécurité nationale, ni la police fédérale, ni les polices provinciale et municipale concernées n’ont cru bon profiter de l’intervalle de sept jours avant l’arrivée des poids lourds pour concevoir et mettre en œuvre un plan de prévention de l’occupation annoncée. Ensuite sont arrivés les thumbs up, les high-fives et les confidences évoquées ci-dessus.

Deux semaines plus tard, après que des résident·e·s du quartier assiégé – et non les autorités publiques – eurent obtenu une injonction pour faire cesser le tapage; après qu’une résidente – et non les autorités publiques – ait déposé une plainte au civil contre les organisateurs du siège et les occupant·e·s, et après que la communauté – et non les autorités publiques – ait commencé à se mobiliser pour bloquer physiquement des convois de ravitaillement, l’ancien professeur d’art dramatique adepte de grimage qui nous sert de premier ministre a annoncé qu’il invoquerait la Loi sur les mesures durgence. Le même gouvernement qui s’était montré incapable de prévenir une situation pourtant télégraphiée et prévisible quelques semaines auparavant se permettait de recourir à une mesure d’exception jamais invoquée jusqu’à présent, sans vraiment en prouver la nécessité, avec l’appui embarrassé d’une balance du pouvoir d’allégeance sociale-démocrate.

Certains observateurs progressistes qui rageaient depuis des mois contre la mouvance conspirationniste se sont d’ailleurs joints au concert d’applaudissements lorsque la répression, au bout d’un généreux moment, s’est gentiment déposée sur les épaules des occupant·e·s. Plusieurs ont aussi accueilli favorablement la loi d’exception invoquée par le gouvernement pour mater quelques centaines d’hurluberlus frustrés[ii]. Un tel enthousiasme à l’égard de la répression trahit une mauvaise compréhension des rapports entre l’État bourgeois et les mouvements sociaux. La principale utilité du recours à cette mesure pour le gouvernement, au-delà des pouvoirs immédiats qu’elle lui conférait pour saboter l’organisation des anti-vaxx, a été de créer un précédent pour les prochaines occasions de réprimer les mouvements de dissidence ou de désobéissance populaires, qu’ils soient progressistes ou réactionnaires. Ce précédent devrait donc fortement inquiéter quiconque sympathise avec les mouvements pour la justice sociale et économique, la décolonisation ou la protection de l’environnement qui pourraient être portés à mener des actions de désobéissance à l’avenir. On peut sans difficulté anticiper les éventuelles réactions de l’État, par exemple, quand des communautés autochtones reprendront des moyens extralégaux pour défendre leurs territoires ou quand la nouvelle génération recourra inévitablement aux actions directes pour réclamer des transformations radicales de la société et de la gouvernance au regard des changements climatiques qui se précipitent. Si la mesure législative exceptionnelle est employée cette fois-ci contre un groupe dont les pulsions réactionnaires nous répugnent, rien ne garantit qu’elle ne sera pas invoquée plus tard pour réprimer des revendications qui nous tiennent à cœur. En fait, l’histoire nous enseigne que la répression s’est presque toujours abattue avec plus de zèle et de force sur les mouvements progressistes que sur les mouvements réactionnaires…

///

La caravane des Kev-Kév-Kev fini donc par passer, comme tout passe, et après une longue série de décisions douteuses, de coups de force aussi spectaculaires qu’injustifiés et de retournements improbables, les autorités publiques nous ont dit qu’il n’était plus tant nécessaire de capoter avec le virus et ont fini par décréter que le temps était venu de « vivre avec la COVID » (c.-à-d., grosso modo, de s’en crisser). Au moment d’écrire ces lignes, toutefois, avec l’amorce d’une sixième vague d’infections, ce changement de paradigme ne s’était toujours pas traduit par la levée de l’état exceptionnel d’urgence sanitaire au Québec.

Puis, les infographiques de petits soldats au Téléjournal se sont substitués en quelques jours aux chartes colorées détaillant les nombres de nouveaux cas de COVID. Dans les semaines qui ont précédé l’invasion comme telle, tandis que le monde somnolait devant les compétitions de luge et de patinage artistique, les médias et le commentariat d’ici ont commencé à tapocher du bout des doigts sur le tambour, puis on a dépoussiéré les vieilles machines à boucane pour recommencer à pomper dans les chaumières le proverbial « brouillard de la guerre ». On a campé les bons et les méchants, on a rapidement résumé les enjeux géostratégiques – en prenant soin bien sûr de les simplifier à outrance et de gommer la part de responsabilité occidentale –, on a planté le décor et quand au lendemain des Olympiades, Poutine a finalement mis son plan à exécution, nous étions soudainement précipité·e·s dans le premier conflit armé majeur en sol européen depuis la fin des guerres en ex-Yougoslavie au début des années 2000.

Et le système libéral/bourgeois s’enfargea de plus belle dans ses doubles standards.

En reprenant en chœur tous les accords d’une partition bien connue, les politiciens, les médias et les spécialistes patentés nous ont rejoué les airs classiques du répertoire chauvin. On pardonnera aux plus jeunes d’avoir oublié la rengaine : un refrain insistant lourdement sur la vilenie absolue du méchant et une succession de couplets parfois larmoyants parfois laudatifs narrant les horreurs de la guerre, le désespoir des civils et le courage quasi surhumain des politiciens et combattants désignés comme figures héroïques de la résistance.

Qu’on se comprenne bien : l’invasion russe du territoire ukrainien est une aventure impérialiste abominable, injustifiable autant au regard du droit international que des valeurs humanistes fondamentales. Bien que l’OTAN, les États-Unis et l’Union européenne aient une part importante de responsabilité dans l’instabilité politique chronique des vingt dernières années en Ukraine, et malgré la grande complexité des enjeux entourant les provinces contestées, Vladimir Poutine et l’oligarchie russe qui l’entoure sont les seuls responsables de la guerre d’invasion qu’ils ont lancée contre leur voisin, une nation souveraine jusqu’à preuve du contraire. La situation est tellement complexe, à vrai dire, qu’au-delà de ce constat primaire, l’humilité nous invite à résister à la tentation de la « ouestpliquer » davantage. Ce qui nous intéresse ici est surtout de montrer les deux poids, deux mesures du récit dominant.

À commencer par la figure du méchant lui-même. Vladimir Poutine est sans contredit une ordure de la pire espèce. Mais cet autocrate milliardaire qu’on diabolise aujourd’hui est pourtant depuis très longtemps un allié clé du système capitaliste mondial. Rappelons que la Russie était membre du G8 pendant le dernier âge d’or de la mondialisation, de 1997 jusqu’à l’annexion de la Crimée en 2014. L’aristocratie capitaliste russe, ceux-là qu’on désigne comme « les oligarques », a pleinement profité de l’intégration de « son » économie aux marchés internationaux et en retour, les puissances occidentales ont généralement fermé les yeux sur les tendances antidémocratiques et souvent fascisantes du caïd russe, lesquelles combinent habilement les méthodes de la mafia et du KGB. Disons seulement que jusqu’à tout récemment, l’Occident traitait Vladimir Poutine davantage comme un cousin gênant qui se plaît à torturer des petites bêtes dans la shed que comme le tyran fou et sanguinaire qu’on nous dépeint aujourd’hui[iii].

Ces fameux oligarques, quoi qu’on en dise, ne sont d’ailleurs pas fondamentalement différents des grandes « familles » capitalistes occidentales. Ils forment la classe dominante qui, autour de Vladimir Poutine, préside à la destinée de la nation au mépris des processus démocratiques. Certains seraient tentés de dire que nos milliardaires à nous sont bien moins méchants précisément parce qu’ils s’accommodent de ces processus, ce à quoi l’on répondrait qu’il faut être bien naïf pour croire que la grande bourgeoisie n’exerce pas une influence déterminante sur les politiques dans nos pays comme ailleurs. Certains acteurs, comme la famille Koch, aux États-Unis, le font plus ou moins ouvertement, tandis que d’autres agissent avec plus de circonspection. Et que dire encore de l’attachement aux valeurs démocratiques du sympathique gouvernement d’Arabie saoudite, cet indéfectible allié du Canada et des États-Unis? À moins qu’on n’adhère à l’hypothèse que les milliardaires russes sont fondamentalement différents des autres milliardaires, on peut sans doute s’entendre sur le fait qu’ils forment une classe internationale ayant en commun d’exercer une influence déterminante sur les gouvernements du monde et de se câlisser généralement du bien commun[iv].

Soupçon d’ironie au chapitre des oligarques, le Canada a pour maillon clé dans sa filière pétrogazière une société de fabrication de pipelines détenue à 28 % par l’un de ces milliardaires qui gravitent dans l’orbite directe de Poutine, Roman Abramovich. Son entreprise fabrique notamment le gazoduc du projet Coastal GasLink contre lequel se battent les Wet’suwet’en. Curieusement, Justin Trudeau a attendu deux semaines avant d’imposer à Abramovitch les mêmes sanctions qu’il avait appliquées aux autres proches de Poutine dès les premiers jours de l’invasion, même si ses liens étroits avec ce dernier n’ont jamais fait l’ombre d’un doute. Quoi qu’il en soit du barrage de sanctions déployées contre l’oligarchie russe, d’ailleurs, les intérêts mutuels de la Russie et de l’Occident, surtout de l’Europe, dans le commerce de l’énergie demeurent inextricables. On apprenait aussi récemment que la France livrait encore des armes à la Russie pas plus tard qu’il y a deux ans…

Que dire ensuite de ces fameux combattants de la liberté marqués des couleurs nationales dont on nous invite à saluer la bravoure et à chanter les louanges sans trop poser de question? Cette question-là aussi est trop complexe pour qu’on la résume à quelques slogans faciles. Contentons-nous de reconnaître qu’il est entièrement légitime de prendre les armes pour se défendre contre un envahisseur et que la résistance armée, loin d’être homogène, est traversée de courants multiples et parfois antagonistes. En dernière analyse, nous soutenons la population civile et sa volonté légitime d’autodétermination face à la fédération russe et à l’Occident. Il serait toutefois quelque peu gênant pour un groupe de vigilance antifasciste de passer sous silence le fait que les milices paramilitaires du bataillon Azov (notoirement truffé de combattants néonazis) ont été intégrées à la Garde nationale en septembre 2014 et forment depuis un régiment considéré par l’État ukrainien comment un élément essentiel de la défense du territoire national. Les spécialistes chargés d’expliquer ce genre de choses précisent qu’avec à peine 2 % des votes au pays en 2019, la coalition politique regroupant les partis ultranationalistes et néonazis d’Ukraine n’est pas aux portes du pouvoir[v]. Il faut dire aussi que la propagande russe a énormément exagéré l’importance des néonazis dans l’appareil d’État ukrainien, mais il est selon nous utile d’examiner plus attentivement la présence des ultranationalistes et des néonazis dans les forces armées, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du cadre de l’armée nationale, car c’est là qu’ils se concentrent et exercent la plus grande influence. Personne ne semble d’ailleurs connaître exactement l’étendue de cette influence; on ne saurait trop insister sur ce point. Et pourtant, on aurait dit que les médias traditionnels ont cherché et cherchent encore à minimiser ou à dédramatiser l’intégration du régiment un peu néonazi aux forces armées nationales. On s’indigne avec raison lorsqu’un militant néonazi est déniché dans l’armée canadienne, mais pour une raison qui nous échappe, il faudrait maintenant croire que les milliers de militants néonazis et ultranationalistes intégrés à l’armée nationale ukrainienne n’ont rien pour inquiéter outre mesure…

Il y a bien sûr lieu de décrocher un sourcil lorsque Poutine se réinvente en antifa et prétend vouloir « dénazifier » l’Ukraine tout entière à coups de mortier, lui dont on sait qu’il emploie en sous-main des mercenaires néonazis dans le Donbass et qu’il tolère très bien les militants néonazis du monde entier qui vont chercher refuge en Russie. On trouve néanmoins bien dangereuse cette tendance des médias à réduire la présence de milices néonazies organisées dans l’appareil d’État ukrainien à une note de bas de page. Une présence qu’ils ne parviennent d’ailleurs même pas à gommer : le 11 mars 2022, dans un reportage de Radio-Canada sur des Canadiens volontaires en Ukraine, on a clairement pu voir un « civil » portant l’écusson du  régiment Azov s’entraîner au combat sous les consignes d’un « instructeur finlandais ». Doit-on déduire de cette belle connivence que les néonazis font désormais partie des gentils? C’est en tous cas ce que semble croire la direction de Meta (Facebook et Instagram), qui a décidé en février 2022 de revoir sa politique interne sur le bannissement du régiment Azov et de permettre qu’on utilise leurs plateformes pour saluer la bravoure de ses combattants. Personne ne semble guère réfléchir aux possibles conséquences à long terme de l’intégration de milices néonazies aux armées nationales, de la consolidation de la confrérie néonazie internationale dans le cadre d’une aventure militaire financée par l’Occident et de la transformation de milliers de militants néonazis en héros nationaux nimbés d’une aura mythique au sein d’une population civile traumatisée. Qu’est-il arrivé, déjà, les dernières fois où les grandes puissances occidentales ont soutenu et armé des « combattants pour la liberté » aux convictions morales par ailleurs douteuses? Peut-être en Asie Centrale et au Moyen-Orient? Asking for a friend.

Quoi qu’il en soit du pourcentage exact de néonazis intégrés à l’armée ukrainienne, la fabrique du consentement insiste ici sur le courage « sans précédent » de la population civile devant la catastrophe. Il est évident que la population ukrainienne fait preuve d’un courage extraordinaire, mais doit-on comprendre de cette qualification hyperbolique que d’autres résistances, comme celle du peuple palestinien au régime d’occupation et d’apartheid israélien qui dure depuis plus de 70 ans, pour ne prendre que cet exemple évident, sont moins courageuses ou sont faites d’un courage de moins bonne qualité? Un  mème répandu dans les premiers jours de l’invasion mettait côte à côte un cocktail Molotov ukrainien et un cocktail Molotov palestinien; le premier portait l’étiquette « Héros » et l’autre l’étiquette « Terroristes ». On pourrait difficilement mieux résumer le double discours des commentateurs occidentaux sur la légitimité relative des différents mouvements de résistance nationale. Car il y en d’autres (en Syrie, au Yémen ou au Cachemire, par exemple) dont on ne parle pas du tout ou, lorsqu’on daigne en parler, que l’on classe hâtivement sous la rubrique des « guerres civiles » ou des « insurrections terroristes ». Une différence clé est que bien souvent, ces conflits sont attribuables aux actions discutables des puissances occidentales ou de leurs alliés et partenaires dans la configuration géopolitique du moment. Et c’est sans même parler des nombreuses entreprises d’invasion et de changement de régime, guerres par procuration et autres « opérations militaires spéciales » menées par les États-Unis avec la complicité de nos gouvernements depuis la Deuxième Guerre mondiale, qui n’ont rien à envier à l’intervention russe en Ukraine. Mais il n’est même pas nécessaire d’aller chercher aussi loin pour révéler le deux poids, deux mesures : ici même au soi-disant Canada, les médias n’ont jamais mobilisé le lexique de la bravoure pour décrire les défenseur·e·s autochtones des terres et des eaux. On les confine plus volontiers au registre de la criminalité et de la délinquance. Les spécialistes de la sécurité qu’on appelle à commenter lorsque des communautés autochtones ou leurs allié·e·s gênent la conduite des activités industrielles sur leurs propres territoires réfléchissent à voix haute aux moyens nécessaires pour les déloger bien plus qu’au courage considérable qu’il faut mobiliser pour se battre tout à la fois contre l’État et sa police, la grande industrie et une opinion publique remontée contre elles. Rappelons à ce titre que l’une des voix les plus stridentes du racisme anti-Autochtones au Canada, Gilles Proulx, qui avait ouvertement appelé la population blanche à user de violence contre les membres de la communauté de Kahnawake en 1990, fait toujours partie de la distribution régulière des têtes parlantes de la machine Québecor…

Bouclons ce tour d’horizon sur le thème des populations déplacées. On déplore avec raison l’exil forcé de la population civile ukrainienne. Au moment d’écrire ceci, plus de quatre millions de personnes ont dû fuir le pays, et les appels à la solidarité se multiplient quotidiennement. Il est normal et souhaitable que le cœur humain soit bouleversé devant la souffrance d’autrui. Le hic survient lorsqu’on se rend compte que cette empathie est à géométrie variable et dénote quelque chose comme un racisme structurel. Le problème n’est pas que l’on s’émeuve du sort des exilé·e·s ukrainien·ne·s et déploie des moyens extraordinaires pour les accueillir, mais que l’on soit par ailleurs insensibilisé·e·s à celui des réfugié·e·s yéménites ou cachemiri·e·s, par exemple, et que l’on traite les réfugié·e·s syriens en Europe comme la matière d’une grave « crise des migrants » à gérer dans la répression. En août dernier 2021, le gouvernement de la CAQ se disait prêt à accueillir « un certain nombre » de réfugié·e·s afghan·e·s; le même gouvernement annonçait le 7 mars dernier qu’il n’y aurait « pas de limite » au nombre de réfugié·e·s ukranien·ne·s que le Québec était prêt à accueillir. Le Canada a introduit en mars « de nouveaux volets d’immigration pour les Ukrainiens qui souhaitent venir au Canada de façon temporaire ou permanente », des mesures extraordinaires qu’il n’a jamais cru bon de mettre en place pour accueillir des réfugié·e·s venu·e·s d’autres pays meurtris par la guerre, et alors même qu’il se montre incapable de faire venir ici les 40 000 Afghan·e·s qu’il avait promis d’accueillir. Aux États-Unis, Joe Biden dit vouloir accueillir les Ukranien·ne·s « à bras ouverts », tandis que des milliers de migrant·e·s fuyant des conditions de misère en Amérique latine croupissent dans les prisons de la migra en attendant d’être expulsé·e·s.

À quoi tient ce traitement différencié? Est-ce un réflexe naturel de s’émouvoir plus volontiers devant la misère de ceux qui nous ressemblent ou est-ce le résultat d’un subtil conditionnement? Nous aurait-on encouragé·e·s à valoriser davantage la vie des Occidentaux ou à tenir secrètement celle des autres pour moins précieuse? Comment se fait-il qu’autant de journalistes et de commentateurs aient ressenti le besoin de préciser que ces réfugié·e·s-là ont les yeux bleus et les cheveux blonds, forment une immigration « de grande qualité », conduisent des voitures semblables aux nôtres et appartiennent « à notre espace civilisationnel », comme le relevait Fabrice Vil dans un billet d’opinion publié le 4 mars dans La Presse? Ce même journal avait plus tôt la même semaine donné la parole à un sniper bien de chez nous qui disait « ne pas être très enjoué à l’idée de tirer sur des Russes [parce que c’est] un peuple chrétien et européen » qu’il « ne déteste pas ». Un discours qui ne détonnerait pas dans une discussion candide entre suprémacistes blancs. Et c’est avant même de mentionner l’expérience cauchemardesque des ressortissant·e·s d’origine africaine refoulé·e·s aux portes de la Pologne et harcelé·e·s par des gangs de crapules racistes tandis que les familles blanches étaient accueillies à bras ouverts…

///

On pourrait encore noircir plusieurs pages d’hypocrisies petites et grandes révélées ces derniers temps dans le traitement de l’actualité. Les exemples ne manquent pas.

Certains trouveront un germe de pensée complotiste dans cet exposé des procédés subtils employés pour favoriser l’adhésion au récit dominant et décourager de trop réfléchir à certains aspects discordants ou embarrassants. C’est d’ailleurs le genre de démonstration qui conduit certains soi-disant experts de « la radicalisation », suivant la théorie « du fer à cheval », à opérer un rapprochement douteux entre « les extrêmes ».

On ne parle pourtant pas ici d’un complot qui serait ourdi derrière des portes closes par des pédosatanistes d’opérette ou les fameux « mondialistes ». On ne parle pas non plus de directives qui seraient soufflées dans l’oreillette de Patrice Roy depuis quelques officines mystérieuses. L’hégémonie culturelle est le fait de multiples pressions intangibles qui s’opèrent dans plusieurs directions à la fois pour affirmer et consolider un discours dominant qui, par l’effet de la répétition, devient une évidence dont on ne saurait déroger. Les techniques de persuasion sont multiples, et il est évident que les moyens despotiques employés par Vladimir Poutine (répression de l’opposition politique, criminalisation de la dissidence, contrôle absolu du message et restriction de la liberté de presse, etc.), qui sont de l’ordre de la coercition, diffèrent des méthodes plus douces employées ici et ailleurs en Occident, axées notamment sur la répétition et la consistance, la pression à la conformité et l’appel à l’autorité a priori incontestable de spécialistes. Encore faut-il reconnaître ces procédés, qui, bien que moins grossiers, ne sont pas forcément très subtils.

L’intention ici n’est pas de minimiser les crimes de Poutine, ni de rejeter tout le blâme sur l’impérialisme occidental, comme le font péniblement celleux du champ gauche qu’on désigne par l’étiquette « tankie ». L’idée n’est pas non plus de déraper sur une théorie du grand complot mondial ou de chercher les noms et les adresses des coupables, mais de reconnaître cette pression hégémonique intangible qui conditionne notre consentement. Cette fabrique du consentement, il faut bien le signaler, n’est pas tant activée aujourd’hui pour animer un sentiment radicalement antiguerre dans la population que pour diaboliser un ennemi et camper des positions franchement antagonistes. On ne s’est certainement pas précipité, en tous cas, pour expliquer la part de responsabilité que portent les pays occidentaux dans l’instabilité qui s’aggrave depuis une vingtaine d’années en Ukraine. Et ne parlons pas non plus des raisons de l’échec de la diplomatie, et encore moins de propositions radicales qui pourraient vraisemblablement mettre fin à l’agression russe, comme une dissolution négociée de l’OTAN. En même temps qu’on nous présente les horreurs bien réelles de la guerre, en désignant l’ennemi avec insistance et en soulignant à grands traits à quel camp nous appartenons et devons allégeance, c’est aux conditions dramatiques d’une nouvelle guerre froide que l’on nous prépare, avec ce que cela implique notamment de militarisation et d’augmentation substantielle des dépenses militaires. Le prochain épisode pourrait d’ailleurs directement impliquer la Chine si cette dernière se décide à envahir Taiwan. À défaut de lumière au bout de ce tunnel, il faudra plus que des arcs-en-ciel pour nous rassurer.

///

Comme nous l’avons déjà fait valoir ailleurs, le dérapage conspirationniste observé ces dernières années a été rendu possible par la convergence de nombreux facteurs, dont trois ingrédients principaux : 1) l’offre politique – une extrême droite populiste, idéologique et militante ravie d’alimenter la fureur complotiste en laquelle elle trouve un terreau fertile à exploiter; 2) une économie de l’information déréglée – l’érosion de la pensée critique, la multiplication des plateformes de médias sociaux dont la structure même favorise la création de bulles de filtres/chambres d’écho, et l’influence toxique d’acteurs malveillants produisant de la désinformation; et, fondamentalement, 3) un profond ressentiment populaire – la dégradation de la confiance à l’égard des centres du pouvoir, dont les politiques, la classe intellectuelle et les médias traditionnels.

Une nouvelle enquête sur la « confiance envers les institutions » confirmait récemment que les Canadiens et les Québécois se méfient de plus en plus du gouvernement, du milieu des affaires et des médias. Tombant éternellement des nues, les principaux intéressés et leurs décrypteurs relaient ces statistiques sur le ton de la catastrophe, mais sans jamais trop chercher à expliquer les raisons de ce déficit de confiance, et encore moins à examiner la responsabilité desdites institutions. Nous croyons quant à nous que la méfiance tient surtout au fait qu’alors que le système néolibéral craque manifestement de partout et n’arrive plus à cacher les fissures qui s’élargissent sous l’effet des crises, les avocats du système redoublent sans cesse de moyens extraordinaires pour nous faire croire que le capitalisme est le meilleur des systèmes qui soit et que tout ira bien, pourvu qu’on les écoute et les suive toujours plus loin dans le sens du désastre. Comment s’étonner, dans ces conditions que les maîtres et les complices du système perdent peu à peu la confiance et l’adhésion de celleux qui en subissent quotidiennement les effets?

Le déni n’est généralement pas une bonne fondation sur laquelle bâtir un projet politique. Nous croyons que le camp progressiste se condamne au statu quo, et probablement à pire, s’il s’obstine lui aussi à ignorer les raisons de l’impasse actuelle et de cette « perte de confiance envers les institutions ». C’est le modèle capitaliste tout entier, dont les chantres du libéralisme nous répètent sur tous les tons qu’il est le seul modèle viable, qui génère ces crises et précipite l’humanité à sa perte.

En tant qu’antifascistes et anticapitalistes, nous croyons qu’il faut impérativement penser et actualiser la résistance, non seulement à l’extrême droite et à la menace fasciste, mais aussi à l’État bourgeois et aux institutions de pouvoir connexes qui renforcent l’hégémonie néolibérale et l’ordre social colonial. L’État bourgeois ne veut pas notre bien, et les tensions entre les intérêts des différentes classes sociales sont aussi irréconciliables aujourd’hui qu’elles l’ont toujours été. Il est certainement vrai, en tous cas, que si les guerres sont déclarées par les riches et les nationalistes, ce sont encore généralement les pauvres qui meurent au front.

Face à l’extrême droite et à la menace fasciste, d’une part, et à l’hégémonie néolibérale, d’autre part, notre souhait le plus cher est de voir le camp de l’émancipation se rallier autour d’un projet à la fois antiraciste/antifasciste, féministe, anticapitaliste et anticolonialiste.

Le gouvernement du Québec signale déjà son intention de refonder le système de santé sur la base d’un « plus grand recours au secteur privé ». En d’autres termes, pandémie ou pas, guerre froide ou chaude, la CAQ reste un parti de droite conservatrice dont le principal souci est la défense d’un ordre social inégalitaire et injuste. Lorsque François Legault se gargarise de ses « réalisations », ça n’est que pour mieux cracher sur le bien commun. La classe ouvrière et les mouvements sociaux progressistes devront absolument faire front commun au cours des prochaines années pour bloquer toute tentative de démanteler encore davantage les services publics. Il faudra au contraire réclamer des investissements massifs en santé, en éducation et dans les services sociaux pour relever les défis majeurs qui s’annoncent. À l’échelle fédérale, le gouvernement voudra sans doute redoubler ses efforts pour développer son secteur pétrolier et gazier afin de combler en partie le manque à gagner de la production russe sur le marché international. Là aussi, les mouvements sociaux devront se solidariser des communautés qu’on voudra sacrifier aux intérêts pétrogaziers et se préparer à mener de dures luttes pour défendre les territoires et la souveraineté des premiers peuples. Et à l’échelle internationale, il semble inévitable que nous devions (re)constituer avant longtemps un vaste mouvement antiguerre, notamment pour résister aux fortes pressions internes à (re)militariser les économies nationales et à participer à l’escalade des conflits.

Finalement, comme toujours, nous invitons nos sympathisant·e·s à renouveler leur engagement dans la pratique antifasciste, c’est-à-dire dans l’autodéfense communautaire, et ce, sans jamais perdre de vue l’horizon révolutionnaire. Car une véritable émancipation ne s’obtiendra jamais par la pétition. En ces temps troublés, n’oublions pas la vieille devise communiste libertaire :

« Pas de guerre entre les peuples; pas de paix entre les classes! »

///


[i]               Ça fait un peu désordre, il faut bien le dire. D’ailleurs, a-t-on officiellement interrogé les taux de vaccination au sein des forces policières au Canada?

[ii]               Fait à noter, les principaux promoteurs du convoi ont été accusés d’avoir « conseillé » des méfaits divers, alors qu’ils se sont coordonnés très publiquement pendant plusieurs semaines, ce qui contraste notamment avec les accusations de complot portées contre un groupe de militant·e·s anticapitalistes tenu·e·s pour responsables du grabuge lors du sommet du G20, à Toronto, en 2010.

[iii]              En même temps, on constate depuis plusieurs années des liens significatifs entre l’État russe et certains courants de l’extrême droite nord-américaine et européenne. Même si cette influence a été exagérée par plusieurs politiciens et « spécialistes » proches du pouvoir (qui ont blâmé la Russie pour l’élection de Donald Trump, pour le mouvement anti-vaxx, pour le convoi à Ottawa, etc.), elle ne relève pas non d’une affabulation complète. On ne sait toutefois pas si ces liens reflètent un engagement idéologique de l’État russe à l’extrême droite, ou si ça n’est qu’un moyen pratique de foutre la merde sur le terrain politique des puissances rivales (voir à ce sujet l’influence d’Alexandre Douguine). Quels que soient les motifs réels, cette influence compte sûrement parmi les raisons pour lesquelles la majorité des voix d’extrême droite en Amérique du Nord appuient Poutine dans cette guerre, tandis qu’une minorité dénonce les deux partis à la fois et considère le conflit comme une « guerre fratricide » opposant deux pays majoritairement « blancs » et chrétiens.

[iv]              Au-delà de l’influence politique directe, un type comme Jeffrey Bezos, pour ne nommer que lui, semble bien davantage préoccupé par sa future piste de go-kart sur la planète Mars que par la survie des 99 % de l’humanité.

[v]               Rappelons tout de même que trois ans à peine avant la Marche sur Rome et son installation comme premier ministre d’Italie sur une plateforme fasciste, Mussolini n’avait recueilli à Milan que 1,5 % des votes aux élections générales de 1919. Le NSDAP n’avait quant à lui récolé que 2,8 % du vote populaire en Allemagne en 1928. Les résultats au scrutin sont un indicateur bien incertain des tendances en période de crise.

La journée des patriotes enracinée dans le racisme

 Commentaires fermés sur La journée des patriotes enracinée dans le racisme
Mai 212022
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Lundi le 23 mai sera la journée des patriotes comme à chaque année. Beaucoup de québécois.e.s ainsi que les partis politiques à gauche comme à droite fêtent cette journée.

En cette journée on nous rappelle souvent que les patriotes au péril de leurs vies ils ont lutté pour protéger la liberté du peuple. Jamais ou presque les politiciens mentionnent les valeurs qu’ils défendaient vraiment à l’époque …

La loi sur l’abolition de l’esclavage rentre complètement en vigueur en 1834 dans tout l’empire britannique (ainsi qu’au Canada), 3 ans plus tard c’est la rébellion des patriotes (1837-1838). Le parti patriote défendait surtout les valeurs des Canadiens français catholiques. Le chef du parti Louis-Joseph Papineau appuya un projet de loi en 1834 qui enleva totalement le droit de vote aux femmes. En plus des propos misogynes des patriotes, Papineau quant à lui avait fait plusieurs déclarations racistes et anti-abolitionnistes ; Il fait parfois référence aux abolitionnistes en les appelant les « négrophile », il dit que certains « abolitionnistes du Nord paraissent un peu plus odieux et méprisables que les planteurs du Sud ».

Les Iroquois de Kahnawake et de Kanesatake ont aussi participé aux Rébellions de 1837-1838, mais ils ne se sont pas allié avec les patriotes. Ils avaient préféré respecter les rapports diplomatiques avec les Britanniques, mais aussi afin de défendre leurs terres et leurs vies, tout en exprimant unanimement leur identité culturelle. Ils craignaient de se faire attaquer et exproprier par les « Gens de Papineau ».

Le drapeau du MLNQ est souvent porté lors de la journée des patriotes, il s’agit d’une version modifiée du drapeau des patriotes, popularisée par le Mouvement de libération nationale du Québec (MLNQ), défunt groupe fondé en 1995 par l’ex-felquiste Raymond Villeneuve. Il encourageait à commettre des attentats terroristes :

« Je suis jaloux beaucoup [de ce qui a été fait à New York]. Ce type d’action-là, on ne pourra jamais faire ça. Mais moi, ce que j’avais pensé, c’était des camions-citernes. Il semble que même Ben Laden y a pensé. Faire sauter des camions-citernes, c’est plus facile que de détourner des avions. Ça peut être à Toronto comme ça peut être dans l’ouest de l’île de Montréal où il y a beaucoup de Canadiens » disait-il.

Le drapeau du MLNQ est surtout repris par l’extrême-droite lors de manifestations mais aussi par certains politicien.e.s souverainistes identitaires comme Paul St-Pierre Plamondon qui s’était insurgé qu’une journaliste compare le drapeau du MLNQ à celui des confédérés, il le défend à nouveau pendant la pandémie en prétextant à nouveau que c’est un drapeau des patriotes. Il y a eu aussi Denis Trudel du Bloc québécois qui avait partagé sur twitter une photo d’une partisane avec le drapeau et Martine Ouellet ancienne chef du Bloc qui l’avait carrément hissé.

GNL Québec : Les gains matériels d’une lutte écologiste

 Commentaires fermés sur GNL Québec : Les gains matériels d’une lutte écologiste
Mai 212022
 

Du Collectif Emma Goldman

Un article inédit du Collectif Emma Goldman à paraître dans la 2e édition du journal anarchosyndicaliste “Liberté ouvrière” au cours de l’été.

À l’été 2021, le gouvernement du Québec officialisait son rejet du projet d’usine de liquéfaction du gaz naturel de GNL Québec après avoir longuement persisté à le promouvoir. Cette volteface sur un projet évalué à 14 milliards $ est le résultat de plusieurs années de luttes écologistes. Concrètement, ce sont de petits collectifs populaires locaux, organisés sur la base d’assemblées, qui ont réussi à faire pencher la balance. Devant eux se dressaient un promoteur, un État et des élu-e-s qui ont dépensé des millions $ dans une bataille qui leur était annoncée gagnée d’avance par un gouvernement conquis à leurs idées. C’est une victoire historique à laquelle, on peut noter, les syndicats régionaux ont très peu participé – lorsqu’ils n’apportaient pas tout simplement leur appui au projet dans l’idée que des centaines d’emplois seraient « gagnés » pour la région. Alors que les médias ont constamment présenté les positions ouvrières et écologistes comme diamétralement opposées au cours de cette lutte, dans ce texte, je tâcherai de présenter en quoi elle constitue une victoire pour la classe ouvrière.

Un tel projet n’aurait tout d’abord pas suscité autant d’enthousiasme partout. Le Saguenay-Lac-St-Jean, qui devait l’accueillir, est considéré comme une des régions périphériques du Québec. En terres Ilnuat volées du Nitassinan, depuis la colonisation, son développement économique s’est centré autour d’industries qui ont su profiter des ressources naturelles du milieu. « Chaque pays développé, écrivait l’économiste Samir Amin, a créé en son sein son propre pays sous-développé [1] ». Il s’agit des divisions spatiales générées par le capitalisme, autrement dit du développement inégal. Cela se répercute en règle générale entre autres choses sur la diversité économique, les conditions d’emploi, les taux de chômage et une forme de dépendance à l’endroit des marchés extérieurs. Ainsi, les 1100 emplois directs et indirects promis par GNL Québec, dont près de 250 bien payés durant la phase d’opération, sont certainement arrivés comme un signe d’espoir inattendu pour la classe dirigeante régionale – peu importe les sommes exorbitantes accordées à l’entreprise en subventions directes et indirectes. Celle qui discourait depuis des décennies sur la nécessité de « diversifier l’économie », comme si les gens étaient plus dupes qu’ailleurs, avait maintenant trouvé un filon à soutenir. Les médias et des syndicalistes n’ont pas tardé à les suivre là-dedans, notamment via un faux mouvement citoyen « Je crois en ma région ». Celui-ci était formé par la création paramunicipale de l’ex-maire Jean Tremblay, Promotion Saguenay, ainsi que des associations de parcs industriels et des chambres de commerce. À travers une idéologie régionaliste appelant au sentiment d’appartenance, une vision manichéenne et interclassiste était diffusée pour présenter l’opposition aux grands projets inutiles comme des menaces aux intérêts soi-disant communs de la région. L’ouvrier de la région était selon elle l’otage de groupes écolos exogènes et marginaux. C’est sans surprise que l’on a pu voir un appui ouvrier considérable aux projets dans les sondages commandés par les industriels ou affichés dans les grands médias.

Le soutien offert par plusieurs syndicalistes au projet n’était guère plus surprenant. Après plus de 30 ans de domination du modèle du syndicalisme d’affaires, nos syndicalistes sont plus souvent enclins à entretenir de cordiales relations avec les directions qu’à les confronter. On a d’ailleurs dorénavant l’habitude de les voir discourir en chœur de la nécessité de préserver la prospérité des entreprises. C’est l’idée reçue que la croissance économique favoriserait la prospérité de tous et de toutes par un effet de ruissellement. Or, force est de remarquer que les surplus engrangés dans les quarante dernières années n’ont pas été répartis à l’ensemble de la société, ont été concentrés pour former des fortunes sans précédent dans l’histoire et ont généré une croissance extrême des inégalités sociales. Professionnel-le-s de l’encadrement de la main-d’œuvre, ces pontes syndicaux sont en définitive devenu-e-s des partenaires dans le « développement du sous-développement » (pour reprendre l’expression d’André Gunder Frank).

https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEhk_tvr043JYJFa6twxCXh0D8Io2A8MEakfLPl4gEiMRm8TjfD23sakRbsZF7RRO-Ah5XN-QnIv_-3RnJnFYybO6hz5H3fKPX8vjVh-Qk86p4SXID9jkTkU_gepnURCH7Z8mZz_Yggy2DOmThf6Dw5lRPYhHMXBpu7hbu5NOIdNWMG_pnpRYaO9Fp0ZOA/s2048/t2%20-%20Copie.jpg

Les conseils de bande, organismes de gouvernance des communautés Autochtones instaurés par le colonialisme canadien, ont quant à eux cherché à négocier leur part du gâteau. Faisant fi du rejet du projet par une partie considérable de leurs membres et du péril qui guettait le fjord et les écosystèmes tout au long du pipeline gazier de 780 kilomètres, cette petite élite bureaucratique misait sur une Entente sur les répercussions et les avantages (ERA) pour s’en mettre plein les poches en catimini. Heureusement, plusieurs ont activement dénoncé leurs manigances. À cet égard, le Collectif Mashk Assi, formé de membres des Premières nations qui défendent le territoire et vivent sur celui-ci de manière à perpétuer les traditions ancestrales, s’est maintes fois exprimé. Ce groupe a pris part à la lutte de ses premières à ses dernières heures. Il portait une vision différente du territoire et de son utilisation en opposition à l’extractivisme et aux emplois qui en découlent. D’autres membres des communautés Autochtones ont également été nombreux et nombreuses à prendre part aux manifestations contre le projet, l’une d’elles, à Mashteuiatsh, ayant par exemple rassemblé plus d’une centaine de personnes.

https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgbnLN3Hs6fAc6ISfI2bsmHWn-Gbrdzii97uk6qw3d6fB9kFroK2QHsNYeOOiutuLG1axLSGYITReRxIdLMKyOgOeZdcvM2EUN3jBlNy4t8HwdVNYruosHC7Ea6iXk6LJ2UJc8lwPygV19-PJ8EerVEBWjla0KaCx30JNLJP_WJgUVJ8YOhKbcvhcSZpg/s2048/t5%20-%20Copie.jpg

La victoire écologiste a été un affront fait à la communauté régionale des affaires. Le rejet du projet de 14 milliards $ fait rupture avec leurs modes de pensée et leurs « solutions » à court terme qui ont historiquement façonné le mal-développement de cette région périphérique. Au-delà des clichés véhiculés par la classe dominante, cette lutte exprime une conscience qui doit continuer de s’épanouir. Nous n’avons pas à marchander la santé de nos organes vitaux et celle de nos enfants contre leurs bilans économiques. Il y a autre chose qui a de la valeur que ce qui est produit dans les usines. Face aux marchands de pacotilles de nos rues commerciales vivotantes, face à une classe politique vendue aux intérêts des multinationales, les travailleurs et travailleuses et les moins nanti-e-s de notre région peuvent avoir un pouvoir ensemble en faisant voler en éclat le faux consensus régionaliste : en arrêtant la machine. Plutôt que de plier éternellement aux menaces de fermeture et d’exodes du patronat, on pourrait commencer à se dire qu’il serait possible de s’organiser bien autrement sans les monopoles, Rio Tinto-Alcan et Produits Forestiers Résolu, que les travailleurs et les travailleuses peuvent effectivement prendre le contrôle de l’économie. Et si la fumée devait cesser de sortir des cheminées des usines, ce sera parce que l’on aura choisi ensemble qu’elles ne répondaient pas à un besoin.

Pour une décroissance libertaire

Pour les marxistes orthodoxes du siècle dernier, écrit le philosophe Pierre Madelin, « l’émancipation du prolétariat passait par l’appropriation et la socialisation des moyens de production, sans remettre en cause ni la nature de ses moyens de production, ni l’idéal productiviste qu’ils devaient servir, ni même la nécessité d’une centralisation de leur gestion [2] ». Sortir de la crise écologique et se libérer du capitalisme implique aussi de se libérer de la dépossession (de notre puissance, de nos facultés, de nos capacités) dont il nous afflige et de la subordination du moindre aspect de nos vies à sa logique marchande. L’idée de l’emploi à tout prix, astronomiquement subventionné et destructeur du territoire, doit être définitivement balayée. La mise en marche sous autogestion ouvrière d’un projet comme GNL Québec n’aurait guère plus de sens pour nous. Pas plus qu’une mine à ciel ouvert exploitée au milieu d’un village par une coopérative de mineurs autogérée.  C’est à ce propos que le sociologue John Holloway écrivait : « la révolution ne consiste pas à détruire le capitalisme, mais à refuser de le fabriquer [3] ». La satisfaction des besoins ne saurait se réduire à la production de biens. Il faut sortir de cette obsession idéologique de la production à l’infini de nouvelles marchandises simplement pour faire rouler artificiellement une économie de la rapidité et de l’éphémère. La prise de conscience des enjeux liés aux écosystèmes dans notre rapport au monde à travers l’écologie, ainsi que les savoirs, réalités et modes d’organisation propres aux Premiers Peuples sur le territoire desquels nous habitons, nous appellent à un dépassement de perspective. Tout en développant de nouveaux rapports de complicité avec les communautés Autochtones, les impacts environnementaux liés à l’augmentation des gaz à effet de serre devraient nous inciter à envisager la nécessité d’une décroissance libertaire. Il ne s’agit pas là d’arrêter le développement de nouvelles technologies qui facilitent et améliorent nos vies, mais plutôt de mettre un terme à la fabrication de marchandises qui alimentent cette société consumériste et qui nécessitent de plus en plus de ressources bien souvent exploitées dans les pays du Sud. Dans le développement de communautés résilientes, conviviales et en harmonie avec le territoire, nous pouvons ici et maintenant préfigurer une forme d’auto-organisation ouvrière pour sortir du marais de la dépossession. Ces expériences ne sont pas fatalement condamnées à l’isolement, à être enfermées sur elles-mêmes et pacifiées. On a qu’à penser aux mobilisations contre GNL de petits producteurs bio et artisans du fjord, aux zones à défendre (ZAD) en France ou aux caracoles zapatistes au Mexique.

Par où commencer?

« Tout commence le jour où ils font une assemblée sans les bonzes du syndicat ».
– Extrait du journal Rosso, Groupe Gramsci de Milan sur les ouvriers et ouvrières des ateliers de Mirafiori à Turin (1973) [4]

https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEji_qOd5-Wpoi4429GXAyabgbR4jy5VS-Sv--Xx8cQx6_XH5KFNBI2YU2Bw4XWbhxc-qagOJ6bARqhyWn_3CBwp-WxILOJ6sJFcBoSsa_Yyg52ZNzOxKrW-SgEhs7h1WlUJY1Jrpj-atsbVFjeHypKkrDNLC6gPeOHg6h8BtxEjCyBbhQsNLd5nVD1Wyw/s2048/t4%20-%20Copie.jpg

Nous voulons tout pour tout le monde et rien pour nous seul-e, mais évidemment, sur « le plancher des vaches », par où commencer? Il n’y a pas de recette toute faite pour le changement que nous voulons. Toutefois, nous pouvons partager quelques constats pour éviter certains écueils. L’autonomie et l’auto-organisation en dehors des institutions a certainement fait la différence dans la lutte contre GNL Québec. Plutôt que de reposer sur la quête de soutiens de grandes organisations syndicales ou sociales, la lutte contre GNL s’est structurée à partir du bas, dans les débats en assemblées et dans les actions directes autonomes. Les grandes structures ont démontré qu’elles n’étaient pas en faveur d’initiatives telles qu’un blocage ferroviaire, l’occupation des bureaux de GNL ou l’installation d’un mini gazoduc rempli de merde devant les bureaux de Promotion Saguenay. Mais l’attente et l’inaction dans une lutte nous réduisent à l’impuissance. Nous avions vu cela en 2012 lorsque le Mouvement des associations générales étudiantes, le MAGE-UQAC, tentait par tous les moyens de pacifier et de faire cesser une grève combative hors de son contrôle, impulsée et animée de manière autonome par les membres de plus d’une dizaine de programmes d’étude. Nous l’avions ensuite vu dans les années subséquentes, lors du lock-out des employé-e-s de garage des concessionnaires du Saguenay-Lac-St-Jean. Campé-e-s sur le bord de la route durant près de trois ans, les syndiqué-e-s de la CSD étaient sommé-e-s par leur chef de se vautrer dans leur chaise, tout en essuyant passivement les provocations patronales. La nécessité de construire un rapport de force malgré l’arsenal légal et répressif à la disposition du patronat était une évidence pour bien des travailleurs et travailleuses de la base. Il y a eu des actions autonomes de la base et nous en avons également réalisé solidairement en dépit de la condamnation de ces gestes par le syndicat. Ces actions ont au moins nourri le moral des lockouté-e-s dans les temps durs et servi à augmenter la pression sur des patrons qui laissaient leurs employé-e-s geler sur le bord du chemin.

S’organiser de manière autonome dans une lutte ou un mouvement permet de dépasser la réduction de ceux-ci à une négociation dans laquelle les propositions de changement social sont dès le départ évacuées. Force est de constater les dommages qu’ont faits des décennies de concertation, de collaboration et d’affairisme au sein des mouvements sociaux et syndicaux : la priorité n’est plus du tout à la lutte et au pouvoir des travailleurs et travailleuses. Au-delà de quelques discours annuels, les chefs des centrales syndicales ont bien intégré leur position de cadres hauts placés dans la société capitaliste à la manière d’apparatchiks soviétiques. Par l’autonomie, nous pouvons reprendre du pouvoir collectivement et individuellement dans des actions que l’on décide et assume ensemble. Nous ne sommes pas des marchandises. De plus, nous n’avons pas besoin des moyens financiers des syndicats pour lutter. Eux se permettent de payer des publicités à coup de centaines de milliers de dollars, mais refusent de payer les contraventions des ouvriers et ouvrières trop rebelles pour leurs bureaucrates. La bataille contre GNL a bien prouvé qu’un projet de 14 milliards $ pouvait être battu sans grands moyens. Cela fait que oui, pour commencer, on pourrait bien s’organiser par nous-mêmes, sur nos milieux de travail ou de vie et dans la complicité avec les gens qui sont solidaires, pour passer outre l’attente et la pacification et faire des victoires. Créer des réseaux, des espaces libérés, des milieux alternatifs et relier tous ces archipels en lutte pour construire notre monde sur les ruines de celui des capitalistes. Enfin, c’est faire le constat de la nécessité de prendre des moyens en adéquation et en cohérence avec les objectifs : renforcer la capacité des individus et des communautés à assurer eux-mêmes leurs reproductions matérielle et symbolique, à se libérer collectivement des systèmes de domination, à faire la révolution sociale.

Collectif anarchiste Emma Goldman (Saguenay sur le Nitassinan)

[1] Samir Amin. « Le développement inégal : essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique », Éditions de Minuit, 1973, p.318.
[2] Pierre Madelin. « Après le capitalisme : Essai d’écologie politique », Éditions Écosociété, 2017, p.55.
[3] John Holloway. « Crack Capitalism : 33 thèses contre le capital », Libertalia, 2016.
[4] Marcello Tarì. « Autonomie! : Italie, les années 1970 », La Fabrique Éditions, 2011.

Le Verger au complet : la prison pour migrant.e.s

 Commentaires fermés sur Le Verger au complet : la prison pour migrant.e.s
Mai 122022
 

De la Convergence des luttes anticapitalistes

Le Verger au complet sors aujourd’hui le quatrième épisode de sa deuxième saison. Dans cet épisode, nous discutons avec une militante impliquée dans le Comité anti-détention de Solidarité sans frontière, un collectif basé à Tio’tia:ke/Montréal actif depuis 2003 dans le soutien des personnes migrantes et contre les injustices liés au système d’immigration. Le comité s’oppose particulièrement à la détention des personnes migrantes et supporte les personnes incarcérées et leurs luttes.

Musique

  • Guim Moro – “Laisse tomber”, tiré de l’album “Anthropocide”, 2021. https://guimmoro.bandcamp.com Utilisé avec la permission du groupe.
  • Dope.GNG – “Brûler des condos”, 2022. https://dopegng.bandcamp.com/ Utilisé avec la permission du groupe.

Ressources supplémentaires :

https://www.solidarityacrossborders.org/fr/

[Grève étudiante de 2012] La mobilisation dans les écoles secondaires au Saguenay

 Commentaires fermés sur [Grève étudiante de 2012] La mobilisation dans les écoles secondaires au Saguenay
Mai 102022
 

Du Collectif Emma Goldman

De nombreux ouvrages ont été publiés dans les mois qui ont suivi la grève étudiante de 2012. Toutefois, de notre côté, rien n’a été écrit outre les quelques entrées de blogue publiées dans le feu de l’action et une brochure. Nous, le collectif Emma Goldman, trouvons important de retracer et de garder bien vivante la mémoire de nos luttes. Nous avons donc réalisé une série d’entrevues que nous publierons sur le blogue dans les prochains jours et semaines.

J’étais en secondaire 5 en 2012. Ma première mobilisation a eu lieu avec le mouvement « Occupy » en 2011. J’avais déjà réseauté avec des ami.e.s militant.e.s. On avait vaguement participé à « Occupons Saguenay » et le parc de la solidarité. Cela a été mon premier contact avec le monde militant et nous nous sommes réseautés avec des ami.e.s qui étaient prêt.e.s à bouger un petit peu au secondaire. De ces ami.e.s, il y en a quelques-un.e.s qui sont partis au Cégep l’année où il y a eu la grève. Donc on avait un peu des contacts au Cégep de Chicoutimi et un peu à Jonquière aussi. Quand cela a commencé, on suivait ça avec quelques ami.e.s militant.e.s qui étaient aussi au secondaire et beaucoup à travers nos ami.e.s qui étaient au Cégep. Souvent, on allait dans les manifs. Moi mes parents motivaient mes absences, j’avais la chance d’avoir des parents qui étaient prêts à venir me chercher au poste de police (sourire). Ils me disaient que ce n’était pas grave mais de ne pas faire trop de grosses niaiseries. On nous avait donc accordé un peu de liberté pour pouvoir participer aux mobilisations malgré le fait que les profs et les institutions du secondaire étaient plus ou moins down pour ces affaires-là. Moi j’étais en  XXXX  avec un autre ami qui participait souvent aux manifs avec moi. J’avais des profs qui motivaient eux-mêmes nos absences. S’ils savaient qu’on était à une manif, ils écrivaient simplement qu’on n’était pas là… c’est quand même cool. 

Sinon, il y a un moment où on a commencé un peu plus à vouloir s’organiser pour faire des affaires. Quand on a vu arriver le 22 mars, là on a commencé à vouloir y aller. Il y a eu des gens qui sont venus nous porter des journaux. On avait d’autres ami.e.s, la sœur et le frère de militants à Montréal qui avaient été capables de nous obtenir des journaux écrits pour le secondaire par la CLASSE. On leur avait dit de nous en envoyer un peu et là ils nous ont envoyé des ballots et des ballots… genre 3000 journaux. On s’est dit :« qu’est-ce qu’on va faire avec ça? ». On a commencé à les distribuer à tout le monde. On arrivait le matin plus tôt à notre école et on les distribuait aux gens un à un. Même à la directrice, en mains propres lorsqu’elle est arrivée en lui souhaitant :  «bonne journée! ». Après ça, la journée même on s’est fait rencontrer par la direction. Elle nous disait : « ouais mais là, il faudrait premièrement arrêter de distribuer ça! Parce que ce n’est pas tout vrai ce qui est écrit là-dedans! Tout ce qui est hausse des frais de scolarité c’est correct. Mais c’est écrit que vous avez le droit de faire la grève, ça ce n’est pas vrai !». Le midi même ou la journée d’après, des gens de l’UQAC (sans doute les personnes du comité autonome) ont distribué des journaux à mon école et ça encore tombé sur notre faute, comme si l’on avait continué à distribuer les journaux nous-mêmes. Mais ce n’était pas nous, on s’est quand même fait chialer (rires). 

On était motivé, on a essayé de faire la grève pour le 22 mars. Finalement, la direction nous a renvoyé à notre gouvernement étudiant qui était plus ou moins chaud à l’idée. La direction a fini par dire : « tout ce qu’on va autoriser pour cette journée-là, ça va être un débat sur les frais de scolarité ». Moi j’étais comme ok, je vais aller pour le contre, ça ne me dérange pas de le faire, mais elle (la directrice) nous a dit : « non, on veut que ce soit quelqu’un d’impartial qui vienne vous donner des informations. » Leur suggestion,  c’était d’inviter Stéphane Bédard (député du Parti québécois à l’époque) pour qu’il vienne nous parler. On s’est dit : « franchement on ne passera pas par Stéphane Bédard ». Finalement, on a fait une mobilisation, on est sortie durant une pause et on a grévé pendant une heure de cours. On est sortie en avant de l’école pendant que les gens étaient en manif à Montréal. On a grimpé sur la grande statue devant l’école et on lui a mis un carré rouge. Sinon, c’était plus à titre individuel que l’on rejoignait les manifs lorsqu’elles passaient devant l’école. Les gardiens de sécurité nous disaient: « vous ne pourrez pas revenir! », mais on réussissait toujours à rentrer dans l’école d’une manière ou d’une autre. 

À lire :

[Grève étudiante de 2012] Il y a 10 ans débutait une longue série d’actions dérangeantes à Chicoutimi

[Grève étudiante de 2012] Il y a 10 ans, l’occupation du rectorat de l’UQAC

Bristol (UK) : Rejet de l’Ordonnance de prévention du crime contre l’anarchiste emprisonné Toby Shone

 Commentaires fermés sur Bristol (UK) : Rejet de l’Ordonnance de prévention du crime contre l’anarchiste emprisonné Toby Shone
Mai 102022
 

De Dark Nights, traduction de Attaque

Sous les acclamations déchaînées du public, le juge a rejeté la demande d’Ordonnance de prévention du crime (SCPO – Serious Crime Prevention Order) contre le compagnon anarchiste Toby Shone, en déclarant qu’il n’y avait aucune raison de l’appliquer, dans les circonstances actuelles. Aux cris de « Pas un pas en arrière ! » Toby a répondu en criant « La Révolution est inévitable ! ».

Le verdict du tribunal signifie que le compagnon Toby sera libéré au plus tôt en août de cette année, si sa demande de bracelet électronique est acceptée. Il est fort probable qu’elle soit refusée. En cas de refus, il sera libéré le 28 décembre 2022, avec la libération automatique une fois la moitié de la peine purgée. Cela, sans les conditions de surveillance et de contrôle extrême qui l’auraient conduit non seulement à être coupé de ses compas, mais aussi de sa famille, de ses amis et de sa compagne. Cela aurait limité sa façon de vivre, sa possibilité d’agir en tant qu’anarchiste, avec de nombreuses restrictions qui ont déjà été énumérées, qui auraient concerné par exemple son utilisation d’appareils électroniques ou l’auraient obligé à déclarer les personnes qui lui rendent visite chez lui. Cela aurait duré 5 ans et aurait pu être reconduit. Si Toby n’avait pas respecté ces conditions, il aurait purgé 5 ans dans l’enfer du système carcéral britannique.

Le SCPO était une attaque directe contre Toby en tant qu’anarchiste, contre son mode de vie alternatif et ses liens avec ses proches. Cela était clairement en lien avec la tentative des flics de l’antiterrorisme de mettre en place des mesures répressives à son encontre, après que les accusations de terrorisme sont tombées, lors de son premier procès.

Le coup des flics de l’antiterrorisme instaure une nouvelle atmosphère répressive sur cette île-prison, où désormais les anarchistes sont considéré.e.s par l’État comme des terroristes, comme cela arrive dans d’autres pays européens (nous l’avons vu avec les nombreuses opérations répressives contre des compas en Italie et en Grèce) et où quiconque ose contre-attaquer face à l’autorité sera soumi.e.s à une telle répression. Il est également clair que l’État britannique veut s’attaquer aux liens, aux affinités, aux amitiés, voire à l’amour de ceux/celles qu’il veut punir. Cela est une tactique de vengeance similaire à celle que nous avons vu utiliser aussi dans d’autres pays, comme le fait de prendre pour cible les partenaires et des membres des familles des compas de l’organisation révolutionnaire Conspiration des cellules de feu, en Grèce.

L’opération Adream, l’attaque répressive contre Toby, et contre 325, est aussi une attaque contre les milieux anarchistes et les modes de vie alternatifs dans leur ensemble. Les années de prison s’accumulent, pour ceux/celles qui ont osé se rebeller lors de la manifestation Kill The Bill de l’année dernière, qui a été attaquée par les flics et a tourné en émeute. Celles/ceux qui vivent « en autonomie », des roms/gitans/voyageurs irlandais aux habitant.e.s de camions, de caravanes ou de bateaux, en passant par les squatter.euse.s, ressentent eux/elles aussi toute la force de l’État britannique, des Tories, de Boris Johnson et de Priti Patel [politicienne du Parti Conservateur (les Tories), comme Johnson, elle est actuellement ministre de l’Intérieur du Royaume-Uni ; NdAtt.], qui façonnent un Royaume-Uni raciste et de droite, selon la formule Build Back Better [« reconstruire en mieux » ; NdAtt.].

Il y a effectivement « des tempête qui se rassemblent à l’horizon », comme l’a mentionné notre compagnon Toby ; il est temps pour nous tou.te.s qui nous en apercevons de contrer cela, de nous révolter contre la destruction de nos vies, de notre existence même.

Ce n’est que le début, « rien n’est fini, le conflit continue ! »

Quelques anarchistes solidaires du compagnon anarchiste Toby Shone

Prison de Parc (UK) : Deux déclarations de l’anarchiste emprisonné Toby Shone

 Commentaires fermés sur Prison de Parc (UK) : Deux déclarations de l’anarchiste emprisonné Toby Shone
Mai 062022
 

Du Anarchist Black Cross de Brighton, traduction de Attaque

1er mai 2022
Comme geste minimal pour marquer le 1er mai révolutionnaire et pour me joindre aux manifestations qui ont lieu dans le monde entier, je refuse de manger la nourriture de la prison, en utilisant ainsi mon corps comme un moyen pour exprimer ma solidarité et pour protester, car l’entreprise de sécurité G4S [qui gère la prison de Parc, où Toby est enferme ; NdAtt.] me refuse ma correspondance. Je ne resterai pas isolé de ma famille, de mes ami.e.s et de mes compas et mes convictions anti-politiques continuent à se préciser. Honneur et dignité à tou.te.s celles/ceux qui sont tombé.e.s.

Souvenons-nous de Haymarket square.

Toby Shone
prison de Parc, gérée par G4S, Royaume-Uni


Déclaration pour le 11 juin, Journée internationale de solidarité avec Marius Mason et tou.te.s les prisonnier.e.s anarchistes condamné.e.s à des longues peines

Nous allons devoir prendre la mer et nous embarquer pour un voyage vers l’inconnu. C’est à nous d’en choisir le cap. Nous sommes libres de faire des erreurs.
Gustavo Rodriguez, Bref rapport informatif sur le temps

Une accolade de vie, de feu et de complicité à tou.te.s les compas anarchistes emprisonné.e.s, à l’occasion de ce 11 juin. J’ai été invité à y participer par des compas d’Amérique du Nord, chose pour laquelle ils/elles ont tous mes remerciements et mon accord. Même si je ne suis pas condamné à une peine particulièrement longue, lors de mon procès pour l’opération Adream, en octobre dernier, j’ai risqué plus d’une décennie d’emprisonnement et la semaine prochaine je passerai à procès une nouvelle fois, à Bristol, le 6 mai. Cette fois, les procureurs de l’« antiterrorisme » demandent jusqu’à cinq ans d’assignation à résidence et une surveillance spéciale, chose qui pourrait me voir retourner fréquemment en prison. Si l’État gagne ce procès, cela constituera aussi un précédent contre le reste du milieu anarchiste au Royaume-Uni. Les mobilisations internationales sont essentielles pour en apprendre davantage et combiner nos luttes communes. L’ouverture d’un espace de discussion et de praxis nous permet d’échapper aux murs et aux barbelés qui nous divisent et nous isolent. Je suis enfermé 23 heures par jour, tout seul dans une cellule, soumis à une surveillance et à une censure renforcées, considéré comme « à haut risque » et placé sur la « liste des prisonniers susceptibles de s’évader ». J’en ai rien à foutre. Je quitterai cet endroit sans avoir reculé d’un millimètre.

Celui qui a un « pourquoi », dans sa vie, peut supporter presque n’importe quel « comment ».
F. Nietzsche

Il y a des tempêtes qui se rassemblent à l’horizon.

Toby Shone
écrit la veille du 1er mai révolutionnaire 2022
prison de Parc, gérée par G4S, Royaume-Uni

2012. P!NK BLOC : un « printemps érable » sexy et funky

 Commentaires fermés sur 2012. P!NK BLOC : un « printemps érable » sexy et funky
Mai 062022
 

De Archives révolutionnaires

Dans le cadre du dixième anniversaire de la grève étudiante de 2012, notre collectif revisite divers aspects de ce mouvement social. Après un article sur les grands moments de la grève puis sur les mobilisations en région, le présent texte offre la parole à trois militant·es du P!nk Bloc qui racontent leur participation au débrayage et partagent leurs réflexions politiques.

« Les P!nk Blocs des contre-sommets internationaux ont été de véritables laboratoires militants qui ont expérimenté des techniques d’actions directes non violentes, mais aussi de nouvelles pratiques d’organisation collective, de distribution de la parole, de prise de décision au consensus… en rupture avec un certain phallocentrisme latent dans les groupes militants – même les plus radicaux – plus classiques. »

Elsa Dorlin, Le queer est un matérialisme

Montréal, 2012. Entre les assemblées des associations étudiantes, les émeutes enflammées et le fracas des casseroles, une autre histoire se dessine. Le P!nk Bloc, inspiré par les Panthères roses et la Radical Queer Semaine, et façonné par les grandes mobilisations anticapitalistes des années 2000 (dont le contre-sommet du G20 de Toronto en 2010), prend d’assaut les actions étudiantes avec ses paillettes, ses pompons colorés et ses slogans percutants. Ces queers anti-autoritaires apportent une dimension festive à la grève, flirtant avec la procession activiste carnavalesque, dansant pour une éducation accessible et de qualité, occupant les rues avec joie et plaisir et articulant dans l’action anticapitalisme, queer et féminisme. Iels ont organisé des actions percutantes et avant-gardistes, se mobilisant notamment contre les slogans pro-viol qui fusaient dans les rues. Dix ans plus tard, retour sur cette zone méconnue de l’histoire de la grève étudiante de 2012 à l’occasion d’une conversation animée[1].

Qu’est-ce qu’il y avait comme mobilisation ou espace politique queer francophone au soi-disant Québec avant le P!nk Bloc?

Chacha Enriquez : Il y a eu PolitiQ et la Radical Queer Semaine. Moi je suis arrivé en août 2008 au Québec, et on a organisé la première Radical Queer Semaine en février-mars 2009. C’était assez désorganisé ! On était une batch de queers. C’était un espace bilingue avec une crew plus franco, une crew plus anglo. C’est drôle, il y avait une espèce de répartition des tâches où les anglos s’occupaient plus de l’art puis des partys, et les francos s’occupaient plus de faire des ateliers puis des manifestes puis des affaires du genre. Il y avait eu quelques événements queers avant ça, mais la crew queer était assez petite.

Pascale Brunet : Pour moi qui ai été impliquée vaguement dans les Panthères roses de Montréal, c’était une grosse différence entre les Panthères roses et la Radical Queer Semaine. Parce que même si c’était désorganisé, il y avait crissement beaucoup de monde soudainement. Les Panthères roses sont arrivé·e·s à un moment où est-ce que la majorité des gens des communautés LGBTQIA2S ne s’identifiait pas nécessairement comme queer. Rendu à la Radical Queer Semaine, soudainement il y avait une masse critique de personnes francophones qui avaient envie de s’organiser.

CE : Je pense que tu as un point, que les Panthères ont réussi à faire connaître le queer dans le monde francophone et à politiser toute une gang autour du queer. Et si la première Radical Queer Semaine était messy, après c’était beaucoup plus organisé.

PB : Il y avait Les Lucioles aussi, des soirées de vidéastes engagé·e·s, et c’était une gang des Lucioles qui étaient les Panthères roses à la base, donc ils documentaient leurs trucs. La première fois que j’ai entendu parler des Panthères roses, c’était pour un événement qu’on avait organisé, Anti-St-Valentine, avec Head & Hands, puis les Panthères avaient été invité·e·s pour projeter des films. C’est la première fois que je découvrais le mot queer. Et les Panthères, c’était des francos.

Le P!nk Bloc en manifestation. Toutes les photos de l’article proviennent du site web Artefacts d’un Printemps québécois, dédié à la préservation et la diffusion des archives de la grève étudiante de 2012.

Poursuivre la lecture sur le site de Archives révolutionnaires