Histoire de luttes : Des émeutes et des aigles – une brèche s’est ouverte

 Commentaires fermés sur Histoire de luttes : Des émeutes et des aigles – une brèche s’est ouverte
Mai 152018
 

L’histoire ci-dessous lance la série d’articles Histoires de luttes de MTL Contre-info. Cette série offre un espace de partage d’expériences de lutte anarchiste sur le territoire dominé par l’État canadien. Nous croyons à l’importance de la narration de ces histoires, cette pratique insufflant la vie à notre mémoire collective et nous donnant l’opportunité d’apprendre des expériences passées.
Si Des émeutes et des aigles est un conte de joie émeutière, de célébration et de magie, nous espérons tout autant créer un espace témoignant des petits échecs et des petites victoires du quotidien, ainsi que des profondeurs de l’isolation et du désespoir qui font intrinsèquement partie des luttes anarchistes. Nous voulons transmettre des histoires qui se raconteront autour d’un feu de camp. Des moments qui nous ont inspiré.es, qui nous ont fait sentir plus vivant.es que jamais, qui nous ont profondément confronté.es.

Ni Dieu ! Ni maître !

Ce classique et des plus fondamental slogan anarchiste est certainement sujet à interprétation : serait-ce simplement une vide itération de la philosophie des Lumières occidentales et du progrès scientifique, ou plutôt un cri de rage envers tout ce qui nous enchaîne, dans la vie comme dans la mort, au monde de l’exploitation et de la domination ?

J’ai été élevé avec la première interprétation fermement implantée dans ma conscience. Tout ce qui aurait pu se déployer de façon merveilleuse, selon une infinité de significations, était emprisonné dans une idéologie linéaire et progressiste voulant que « l’humanité » triomphe. Mon marxiste de père, avec sa foi dans le déterminisme historique, ne m’a pas outillé pour détruire d’un même élan à la fois le dieu et le maître. Au lieu du Dieu chrétien, enraciné dans une tradition autoritaire, contre lequel mes ancêtres anarchistes ont déclaré la guerre, ce furent l’État, la science (l’expérimentation contrôlée) et une soumission aliénante à la notion d’expertise qui entravèrent mon imagination et mon agentivité.

J’ai entrepris de rompre avec tout cela il y a plusieurs années. Tout en reconnaissant pleinement que je m’exprime de façon beaucoup trop semblable à celle de tous les autres hommes blancs qui se sont « trouvés » au contact de quelque religion ou culture exotique, je dirai que cette rupture résulte d’expériences de luttes vécues en proximité avec des personnes autochtones.

Parmi les expériences les plus profondes ayant créé une brèche dans mon esprit, une des premières dont je me souvienne s’est produite lors d’une manifestation pour la commémoration des femmes autochtones disparues et assassinées. Cette manifestation est un événement annuel, portant son lot de douleur, de deuil et de chaleur humaine. Cette fois-là, des milliers de personnes s’étaient rassemblées à une intersection, entourant un groupe de chanteur.ses et de joueur.ses de tambour.Si la taille de la foule varie d’année en année, les joueur.ses de tambour, les chanteur.ses, la fumée de sauge et les coquilles d’ormeau ne manquent jamais à l’appel. Il n’est également pas rare de voir des aigles tournoyer au-dessus de la foule. Le moment est toujours puissant. Cette fois-là, il y en avaient plus que je ne pouvais compter, traçant des cercles ascendant et descendant, loin au-dessus de l’intersection. Si loin que certains semblaient disparaître et réapparaître.

À ce moment-là, je me suis senti profondément insensé, de la plus libératrice des manières. Me reposerais-je sur la religion scientifique rationnelle dans laquelle j’avais été élevé ? Sur cette même vision du monde qui motive les horreurs contre lesquelles les gens rassemblés là étaient en train de manifester ? Comment pouvais-je expliquer la présence de ces aigles et la manière dont mes yeux les suivaient? Pourquoi nierais-je la signification spirituelle profonde de ce à quoi j’étais confronté ? Ce pourrait-il qu’il existe quelque chose de plus anti-autoritaire et rebelle dans le fait de réduire toute signification à une explication uni-dimensionnelle, de réduire l’entièreté du monde à un ensemble de choses mortes composant une équation mathématique ?

Cette expérience a mis longtemps à se produire. Et en l’espace d’un instant, j’ai senti que quelque chose chose s’était transformé en moi.

Quelques temps après, je me trouvais dans un quartier des finances, au centre-ville d’une importante métropole capitaliste, avec quelques ami.es. Nous y étions parce qu’une rencontre gouvernementale et financière mondiale allait s’y tenir dans les jours suivant. La police se rassemblait et se préparait, et nous aussi. Nous voulions nous familiariser avec les rues et leurs environs. Un.e de mes ami.es, à la demande d’un.e de ses camarades autochtones, nous avait demandé de répandre du tabac sur notre chemin, à l’intention des esprits. Nous prîmes soin d’en faire ainsi, alors que nous déambulions à travers la cathédrale de béton marchande. Ce geste me sembla juste. Bien que je ne moi-même sois pas autochtone, que je ne saisisse pas le contexte culturel portant la signification particulière de cette offrande, ce geste m’accompagna pour les jours qui suivirent.

Quelques jours plus tard, au coin d’une rue, je me retrouvai dans le plus grand black bloc dont j’avais jamais fait partie. L’atmosphère était évidemment inquiétante et intense ; la mobilisation de la police, déployée sur des kilomètres, semblait insurmontable. Malgré tout cela, une note de célébration flottait dans l’air.

Soudainement, nous fonçâmes dans une direction : la nuée se ruait sur une voiture de police, qui s’est vue fracassée alors que le porc était toujours à l’intérieur. Un peu plus loin sur la rue, porté.es par cet élan d’assurance, nous découvrîmes un amoncellement de roches. La camionnette d’un média de masse se prit quelques roches, une ligne d’anti-émeute se fit repousser contre un bâtiment par quelques autres et le reste fut gardé pour plus tard.

Outre ce que le bloc trouvait sur son chemin, il semblait que nous étions lamentablement mal préparé.es à confronter la police de front. Nous utilisâmes la meilleure arme à notre disposition : la mobilité. Cette dernière confère habituellement une longueur d’avance, mais cette fois, nous nous sentions résolument plus fort.es qu’à la normale, comme si une force invisible nous avait conféré de plus grands pouvoirs d’évasion et d’intimidation. Je me rappelai du tabac. Je pensai aux esprits.

Nous poursuivîmes notre chemin de destruction jubilatoire pour éventuellement nous arrêter à une autre intersection, entouré.es de gigantesques temples financiers et encerclant une voiture de police en feu, récemment abandonnée. Je me souviens m’être senti nerveux : j’avais l’impression que nous nous attardions beaucoup trop longtemps et qu’au loin, la police était en train de se préparer à bloquer toute possibilité de fuite.

Nous nous remîmes en mouvement, courant dans la même direction que la brise légère qui, soufflant l’épaisse fumée noire du brasier derrière nous, changeait presque la journée nuageuse en nuit. Pour me donner du courage, je criai vers la ligne d’anti-émeute qui bloquait notre route : « Vous allez tous crever aujourd’hui, criss de porcs ! ». Quand nous arrivâmes à vingt ou trente mètres d’eux, ils semblèrent reculer de peur et rapidement nous prîmes un tournant serré à gauche sur une autre rue commerciale achalandée.

Cependant que notre joyeux parcours de vengeance se continuait, un nombre incalculable de vitres de commerces et de banques furent fracassées, de multiples petits groupes de policiers furent forcés de s’enfuir en courant et l’une des principales stations de police se fit attaquer. Il semblait impossible de croire que nous avions été capables d’agir ainsi tout ce temps sans intervention policière significative. Encore une fois, je ne pu m’empêcher de me rappeler le tabac, et de penser aux esprits.

Nous nous volatilisâmes éventuellement comme si nous étions nous-mêmes des esprits, au bout d’environ quatre-vingt-dix minutes de désordre, au point où c’en était devenu presque ennuyant. Bien que cet événement demeurait profondément inexplicable pour plusieurs, des nombreuses explications émergèrent peu de temps après.

Les divers enthousiastes du contrôle de l’État, allant des gens de droite aux libéraux, des social-démocrates à certains communistes, préférèrent l’explication selon laquelle le black bloc était une opération secrète du gouvernement et/ou que la police avait intentionnellement laissé le tout aller, dans l’intention de justifier l’opération de répression brutale ainsi que le fait d’arrêter massivement autant des pacifistes que des quidams venus apprécier le chaos.

Certain.es anarchistes se faisant plus entendre que les autres, ainsi que certain radicaux.ales, adoptèrent l’explication fournie par la police, selon laquelle il y aurait eu un manque de communication et une confusion émanant d’une chaîne de commande centralisée ayant été incapable de gérer adéquatement une situation évoluant aussi rapidement.

J’avais personnellement ma propre explication.

Chaque explication corrobore la vision du monde de la personne qui la fournit. Je ne ressens plus le besoin d’une explication scientifique rigide pour tout ce qui se passe. Nous pouvons tous et toutes nous mettre d’accord sur le fait que certaines situations défient le sens commun tel qu’on le conçoit. Le sens est une notion puissante, et ma vie s’est considérablement enrichie depuis que mon interprétation du monde s’est décloisonnée.

De nombreuses années se sont écoulées depuis les évènements décrits ci-dessus, et ces derniers ont profondément marqué ma vie. Ils offrent deux exemples de la façon dont la spiritualité peut enrichir notre expérience. Il est également important de noter que ces histoires expriment comment le pouvoir de la spiritualité n’est exclusif ni aux moments paisibles de deuil, ni à l’usage comme arme d’une culture de lutte. Cela dit, ces deux exemples prennent place lors d’évènements larges, et je les ai vécu aux côtés de personne que je ne connaissais pas intimement. Il est possible que de mes proches aient été présent.es à ces événements, mais le contraire est tout aussi probable. Ce qui manque à ces histoires, c’est l’importance des plus petits événements : interagir avec un corbeau, un papillon ou une tempête, remercier les écosystèmes qui nous entourent, individuellement ou en petits groupes. Je crois que les moments de la vie quotidienne, tout autant que les grands événements cathartiques, sont essentiels à une vie spirituelle profonde.

Depuis ces moments, mon parcours spirituel s’est dessiné de façon beaucoup plus personnelle, se basant sur de petits évènements et rituels tranquilles. La façon dont je m’ouvre à ces instants est largement influencée par ce que j’ai pu voir chez des camarades autochtones, et par des bribes de pratiques européennes précédant le christianisme.

Bien sûr, je ne peux prétendre avoir aujourd’hui complété ce parcours, ni me trouver sur une sorte de voie vers la vérité. Soyons honnêtes, je proviens d’une culture proche de l’aliénation totale. Le fait que je doive, comme tellement de hipsters et de hippies new-age, être « éveillé » à d’autre façons de réfléchir à mon existence et à ce qui m’entoure, en est la preuve. Cela étant, je crois que les luttes se déroulant sur ces terres auront nécessairement à confronter les perspectives occidentales séparant et dominant la « nature » (le fait-même de pouvoir écrire le mot « nature » comme séparé de ma propre vie est un résultat de la pensée occidentale).

Évidemment, je n’oserais jamais revendiquer une spiritualité autochtone en particulier. Ce serait aussi absurde que de me revendiquer une identité autochtone. Ces pratiques spirituelles et ces façons de voir le monde proviennent de cultures vivantes et de communautés qui se battent pour s’établir à nouveau. Elles proviennent d’un contexte social concret dans lequel je n’ai pas été socialisé et duquel je ne fais tout simplement pas partie.

Étrangement, je me sens encore plus maladroit lorsque je tends vers des traditions païennes européennes. La façon dont je les vois mises en pratique, ainsi que les enseignements qu’elles transmettent et que je tente de comprendre, proviennent clairement d’un contexte social disparu depuis plus d’un millénaire. Je me doute également que la plupart de l’information disponible, que nous utilisons pour nous éduquer à ce propos, soit profondément teintée par une pensée occidentale chrétienne et patriarcale, celle des missionnaires qui ont couché sur papier les enseignements oraux de ces cultures avant qu’elles ne disparaissent.

Je n’ai non plus jamais été réceptif ou satisfait par l’astrologie occidentale, laquelle séduit tant de mes compagnon.nes de voyages aliéné.es (souvent citadin.es) qui sont ouvert.es à la spiritualité.

Je continue donc, ironiquement, à suivre ce chemin solitaire et aliénant. J’aspire ardemment au contexte, aux rituels collectifs et intergénérationnels qui créeraient un monde spirituel plus complet et épanouissant. Je pense à nos camarades autochtones qui utilisent le cadre de pensée des sept générations. Je pense à une mes citations préférées de À couteaux tirés, texte qui semble influencer tant de mes camarades :

« La vie ne peut pas être qu’une chose à laquelle s’agripper. Il existe une idée qui effleure chacun, au moins une fois. Nous avons une possibilité qui nous rend plus libres que les dieux : celle de nous en aller. C’est une idée à savourer jusqu’au bout. Rien ni personne ne nous contraint à vivre. Pas même la mort. Ainsi, notre vie est une tabula rasa, une page qui n’a pas encore été écrite et qui contient donc tous les mots possibles. On ne peut vivre en esclaves avec une telle liberté. L’esclavage est fait pour ceux qui sont condamnés à vivre, ceux qui sont contraints à l’éternité, pas pour nous. Pour nous existe l’inconnu. L’inconnu des ambiances dans lesquelles se perdre, des pensées jamais développées, de garanties qui sautent en l’air, d’inconnus parfaits auxquels offrir la vie. L’inconnu d’un monde auquel pouvoir finalement donner les excès de l’amour de soi. Le risque aussi. Le risque de la brutalité et de la peur. Le risque de finalement faire face au mal de vivre. Tout cela touche ceux qui veulent en finir avec le métier d’exister. »

… et je me questionne à savoir si toutes ces choses sont si mutuellement exclusives. Si ma vie est une page blanche, je dois pouvoir être libre de rompre avec l’aliénation que je suis censé reproduire. Afin de détruire ce que je déteste et de créer un monde absolument autre. C’est vers cette idée que tendent mes réflexions.

Si vous avec une histoire à partager, contactez-nous par courriel. Nous sommes disponibles pour faire un travail de commentaire éditorial.

Invitation à la dernière assemblée du RRAG7

 Commentaires fermés sur Invitation à la dernière assemblée du RRAG7
Mai 112018
 

Du Réseau de résistance anti-G7

Nous sommes déjà à près d’un mois du Sommet du G7 à La Malbaie, qui aura lieu au Manoir Richelieu du 7 au 9 juin prochain! Comme chaque année, les sept principales puissances impérialistes et coloniales de la planète se réuniront pour décider comment elles vont continuer à saccager nos communautés, tout en en tirant le maximum de profit.

Nous ne les laisserons pas tranquilles ! La mobilisation et la résistance au G7 avancent à grand pas…

Voici les actions prévues par le RRAG7 :

  • Le jeudi 7 juin, à 18h au parc des Braves: joignez-vous à nous pour une grande manifestation festive, populaire et unitaire, contre le G7, le capitalisme, le colonialisme, le racisme et les frontières!
  • Le 8 juin, dans la région de Québec : à 7h30, une activité de perturbation du sommet. Le RRAG7 appelle aussi à toute une journée de perturbation des activités du sommet du G7: soyez créatifs!

Nous sommes prêt.e.s à dénoncer ce système injuste tant qu’il le faudra!

Inscription : transport et hébergement

Vous pouvez dès maintenant vous inscrire! Oui, oui, s’inscrire. Parce que sans inscription il est difficile de réserver le bon nombre d’autobus et trouver du logement pour ceux qui en ont besoin. Pour vous inscrire, allez sur notre site et réservez vos places avant le 27 mai. Le site contient aussi les informations pour s’inscrire de manière  non-informatique.

Notez que la réservation ne sera effective que lorsque vous aurez confirmé votre inscription à une de nos assemblées générales, ou lors de l’un de nos événements. Sur place, il y aura une boîte decontribution volontaire et nous suggérons une contribution de 20$ pour le transport. Bien entendu, personne ne sera refusé pour manque de fonds. Toutes les informations recueillies seront conservées de manière confidentielle et détruites après le G7.

Dernière assemblée d’organisation du RRAG7: 12 mai

Le RRAG7 vous invite à sa dernière assemblée d’organisation, le 12 mai 2018 de 13h à 16h au 1710 Beaudry (Centre social Centre-Sud). Passez le mot autour de vous, soyons nombreux et nombreuses pour cette dernière assemblée !

Ce sera l’occasion d’échanger sur les actions à venir ou de participer à leur organisation en joignant un des comités (légal, mobilisation, logistique, étudiant.e.s, éducation populaire). Cette assemblée sera aussi le moment de confirmer votre réservation d’autobus et d’hébergement ainsi que les derniers détails logistiques.

**Le local est accessible en fauteuil roulant.
**Traduction chuchotée disponible.

Retour sur la manifestation de la CLAC du 1 mai 2018

 Commentaires fermés sur Retour sur la manifestation de la CLAC du 1 mai 2018
Mai 082018
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

La CLAC amorçait cette année la manifestation annuelle du 1er mai sur le thème du G7. Les plus puissants de la planète se réuniront le 8 et 9 juin pour une réunion d’ampleur dans la région de Charlevoix.

Cette année, le 1er mai avait une allure particulière, les syndicats acceptant de s’accommoder au calendrier du patronat ont décidé de faire une manifestation le samedi 28 avril en réunissant plusieurs milliers de personnes.

La journée du 1er mai, trois manifestations étaient appelées à Montréal soit celle de la CLAC au parc Lafontaine, celle du Parti Communiste Révolutionnaire dans le Golden Square Mile et celle des IWW dans Parc-Extension.

Environ 200 personnes se sont rassemblées vers 18h au coin sud-ouest du parc Lafontaine pour la manifestation de la CLAC. Un dispositif policier impressionnant était déployé tout autour avec les poussins à vélo ainsi que de nombreux bus d’anti-émeute. Le SPVM était bien décidé à ne laisser personne manifester en ce 1er mai. La foule s’agglomérant peu à peu, on a pu observer la présence d’une quarantaine d’individus qui ont commencé à se vêtir en noir pour former un black bloc plus conséquent que lors des dernières manifestations à Montréal. L’anti-émeute a donc décidé de se rapprocher pour ne laisser aucune marge de manœuvre à la petite foule.

Juste avant le départ, quelques discours ont eu lieu sur les ravages du capitalisme ici et ailleurs. La marche s’est alors élancée vers 18h30 sur la rue Sherbrooke en direction ouest. Les flics ont alors décidé de prendre le trottoir côté nord afin de mettre en cage la manifestation. Un petit black bloc bien déterminé ne voulait pas leur laisser cet espace si chéri par la Brigade urbaine qui lui donne un avantage tactique considérable. En prenant le trottoir, la Brigade urbaine arrive à contrôler l’ensemble de la manifestation, car elle peut décider où se dirige la foule et cela limite grandement l’attaque contre des symboles du capitalisme, telles les banques. Prendre le trottoir devrait être un réflexe collectif de la manifestation, car avoir une manifestation encagée par le SPVM est un problème pour tout le monde. Si tasser les flics du côté se limite à une petite portion de la manifestation, il sera alors toujours très difficile de tenir la rue à Montréal de façon plus combative.

Protégé par des bannières le black bloc a donc décidé de vider un extincteur, lancer des briques, des roches des feux d’artifice sur les policiers afin de les contraindre à battre en retraite. Bien que les flics aient reculé un peu, certains à l’avant ont du se cacher derrière des voitures par peur, la stratégie ne fut pas aussi efficace qu’escompté et la manifestation s’est retrouvée scindée en deux avec l’arrivée d’une deuxième brigade urbaine de l’autre côté qui a repoussé l’arrière de la manifestation vers l’est et a fait une arrestation. À ce moment les policiers ont pu rapidement reprendre le contrôle de la situation en déployant l’anti-émeute sur les rues au nord et au sud de Sherbrooke. Les gens n’ont eu d’autre choix que de se disperser ou de retourner vers le parc Lafontaine à peine 5 minutes après le départ. Ce n’est pas le conflit avec les flics qui a forcé la dispersion, mais bien une arrivée massive de flics de tous les côtés.

Les liens entre les gens dans la manifestation n’étaient pas assez denses ce qui a facilité la dispersion. Arriver à garder une unité beaucoup plus compacte aurait pu limiter les dégâts causés par l’intervention des flics. Garder un rythme plus lent et s’assurer que personne ne soit isolée à l’arrière ou à l’avant aurait peut-être permis de manifester un peu plus longtemps. Les manifestations annuelles comme le 1er mai sont préparées des mois à l’avance par les flics et ils cherchent à nous disperser le plus rapidement possible. Arriver à joindre les intentions de chaque personne qui vient manifester est difficile, mais reste la clé de la solution pour continuer à tenir la rue.

Ceci est un texte qui en appelle à d’autres pour savoir comment les gens ont perçu ce 1er mai et comment faire pour continuer à se retrouver dans la rue.

12 au 19 mai : Appel international à une semaine d’actions contre les infrastructures pétrolières et gazières

 Commentaires fermés sur 12 au 19 mai : Appel international à une semaine d’actions contre les infrastructures pétrolières et gazières
Mai 062018
 

De It’s Going Down

Bloquez les flux des capitaux et des énergies fossiles. Construisez de nouvelles relations et de nouveaux mondes à travers la lutte. Combattez où vous le pouvez. Rencontrez-vous. Du 12 au 19 mai et à chaque jour.

Dans notre vie quotidienne, dans les écosystèmes que nous habitons, dans les conditions météorologiques toujours plus étranges et violentes auxquelles nous sommes sujet.te.s, et même dans les médias capitalistes les plus mainstream, nous sommes bombardé.e.s par la preuve terrible d’une certitude que nous avions depuis longtemps : les changements climatiques catastrophiques n’iront qu’en s’aggravant à mesure que plus de combustibles fossiles sont extraits et brûlés. Parallèlement, une multitude d’autres crises, écologiques et humaines, nous affectent. Face à cette situation, on prétend qu’il n’existe que trois options: le déni, le désespoir et la délégation à des ‘experts’, à ceux qui sont ’employés’ à régler ces problèmes – par les moyens mêmes qui nous ont mené.e.s. ici.

Cependant, autour du monde, des esprits braves et compatissants ont montré qu’il est aussi possible de choisir la résistance. De l’opposition à la défiguration minière des Appalaches à la rébellion contre Shell Oil dans le delta du Niger, des blocages d’oléoducs à travers l’Île de la Tortue (‘l’Amérique du Nord’), à toutes les personnes qui ont tenu tête à ceux qui menacent leurs terres, contre le pillage et la dévastation, nous avons des milliers d’exemples de communautés qui se mobilisent sans l’État et contre lui pour défendre et prendre soin de ce qu’elles aiment et ce dont elles dépendent.

À travers la résistance, nous renforçons les liens humains et non-humains qui nous tiennent vivant.e.s et puissant.e.s. Aux soi-disant ‘États-Unis’, nous avons vu une génération ressurgir à travers l’opposition au Dakota Access Pipeline à Standing Rock. Au ‘Québec’, le blocage du point d’extraction Galt de Junex quelques mois plus tard a créé l’enthousiasme et a développé de nouvelles relations aux territoires. L’État cherchera toujours à nous diviser et à nous affaiblir par la peur et la cooptation – pour déjouer leurs stratégies, nous devons nous rappeler nos forces : l’attention et le soin que nous nous portons, le courage de nos actions.

Ceci est un appel à une multitude d’actions contre les infrastructures de l’économie des énergies fossiles. Le projet capitaliste de destruction et de dépossession apparaît souvent comme tout-puissant. Il revient à nous de montrer la vulnérabilité des connexions du système. Ceci est donc une invitation à agir de la manière la plus sensée en regard des expériences et situations des communautés et des individus. Il n’existe aucune limite quant aux possibilités de résistance.

Quelques idées pour s’orienter :

-Quelles infrastructures d’énergie fossile sont actives dans votre région? Oléoducs, mines, raffineries, puits, machinerie, matériel, chaîne d’approvisionnement, capital…

-Quels sont les points critiques et les zones vulnérables? Dans un rapport avantageux entre perturbation et risques : qu’est-ce qui peut être fait?

-Quel est le contexte social dans lequel vous vivez? Qu’est-ce qui affecte directement la vie de la communauté, qu’est-ce qui fait sens pour elle? Quel est votre rapport au territoire et aux gens qui l’habitent?

-Toute lutte nécessite une large variété de tâches pour survivre, s’amplifier, se généraliser. L’organisation, la publication, la cuisine, l’écriture, l’art, le réseautage, la réflexion, l’action directe clandestine ou ouverte de plusieurs natures, la fête, le soutien technique… Quels sont les luttes actives et leurs besoins dans votre région? Qu’êtes vous capables de faire et qu’est-ce qui vous attire?

-Quelles sont les formes de vie et de résistances autochtones autour de vous présentement et historiquement?

Contre leur monde, renforçons-nous en inventant les nôtres et en s’inventant nous-même.

Montréal… fais la connaissance de tes ordures néonazies

 Commentaires fermés sur Montréal… fais la connaissance de tes ordures néonazies
Mai 052018
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Au cours de la dernière année, des antifascistes de Montréal ont réussi à identifier un certain nombre d’individus, et finalement un petit groupe plutôt pitoyable d’hommes dans la vingtaine et la trentaine, surtout actifs en ligne mais s’efforçant d’établir une réaction néonazie « en personne » dans notre ville. Évoluant parfois sous la bannière « Alt-Right Montreal », ou ARM, ou ARM & Hammer, ces individus sont également liés à Generation Identity (qui a depuis changé son image de marque et pris le nom de ID Canada), le groupe fantôme Northern Order, et d’autres groupes d’extrême droite actifs à Montréal.

Cet article est le premier d’une série portant sur ce milieu de la « droite alternative » néonazie à Montréal. Il comporte des captures d’écran tirées d’un forum de discussion privé. Plusieurs éléments de ces discussions sont traumatisants.

Ceci est un avertissement que de nombreux éléments de racisme, d’antisémitisme et de misogynie extrêmes inclus dans cet article pourraient (re)déclencher des traumatismes.

Vous pouvez lire l’intégralité du contenu du forum de discussion
« Montreal Storm » en visitant montrealnazileaks.net

Vous pouvez aussi télécharger l’archive ici pour consultation hors-ligne


Gabriel Sohier-Chaput, aka Zeiger

À l’automne 2016, plusieurs trolls d’extrême droite de la région de Montréal ont convergé sur un forum de discussion hébergé par l’application Discord dans le but explicite d’organiser des rencontres en personnes et de consolider un réseau Alt-Right néonazi local pour éventuellement planifier des actions directes à Montréal. Ce forum Discord s’appelait « Montreal Storm », et une récente fuite des discussions privées de ses membres révèle le caractère absolument antisémite, raciste, misogyne, homophobe et transphobe de ces ordures nazies, mais aussi, dans certains cas, plusieurs indices permettant d’identifier quelques uns des personnages les plus influents de ce milieu, dont un important propagandiste néonazi du nom de Gabriel Sohier-Chaput, lequel n’était jusqu’à présent connu du monde que sous le pseudonyme Zeiger.

« Partys de piscine » et « clubs de lecture » pour les nazis d’à côté

Le Daily Stormer (DS) et The Right Stuff (TRS) sont deux des principaux sites Internet lié à la résurgence actuelle du néonazisme au sein de l’extrême droite nord-américaine. Le fondateur, premier administrateur et principal rédacteur du Daily Stormer, Andrew Anglin, est d’ailleurs particulièrement fier de la rhétorique violente qui a fait de sa plateforme haineuse « le site Internet le plus censuré au monde ». Les deux sites comportent un forum de discussion où toutes sortes de troll Alt-Right convergent (souvent à partir d’autres forums, comme 4Chan, 8Chan et Reddit) pour partager des mèmes racistes, antisémites et misogynes, commenter l’actualité politique, échanger des conseils misogynes sur la manière de traiter leurs copines, et répandre des commentaires haineux depuis le confort de leur sous-sol.

En 2016, des leaders de facto ou autoproclamés de ce mouvement, jusque là essentiellement virtuel, ont commencé à promouvoir l’idée d’organiser des rencontres en personne (IRL – In Real Life) localement afin de bâtir un réseau décentralisé de noyaux néonazis un peu partout sur la planète (quoique principalement répartis aux États-Unis). Les réunions de TRS étaient appelées « Standards Pool Party » (ou partys de piscine) et ceux du Daily Stormer, « Stormer Book Clubs » (ou clubs de lecture). Depuis les forums de DS et TRS, les plus motivés des utilisateurs ont migré vers une multitude de forums distincts sur le serveur Discord. (Discord a originellement été conçu pour servir d’application de clavardage et de système vocal sur Internet à l’intention des amateurs de jeux vidéos, mais ses fonctionnalités particulières en ont fait une plateforme attrayante pour les organisations suprémacistes blanches cherchant à s’organiser discrètement à très grande échelle. Notons d’ailleurs au passage qu’une grande partie de la base de l’Alt-Right provient justement des milieux gamers.)

En surveillant de près les forums du Daily Stormer et d’autres discussions privées, il est vite devenu apparent qu’un certain nombre de « Stormer Book Clubs » ont été implantés au Canada au cours de la dernières année. (Note : la section « Book Clubs » des forums DS a récemment été fermée par prétexte de sécurité). Le forum de discussion « Montreal Storm » a été l’un des premiers à y apparaître. En passant en revue l’archive de ces discussions, il est immédiatement évident que l’une des principales figures de ce projet est l’individu qui se cache derrière le pseudonyme Zeiger.

Mais qui est donc ce schmuck de Zeiger?

De son propre aveu, Zeiger a été initié à l’extrême droite par les idées de William Pierce, la tête dirigeante de l’organisation néonazie National Alliance, aux É.-U., de 1974 jusqu’à sa mort en 2002. Zeiger allait par la suite mettre en place ou soutenir activement un certain nombre de projets médiatiques néonazis, contribuant ainsi à reconsolider une réaction néonazie révolutionnaire au sein de l’extrême droite qui correspond davantage à la culture politique des trolls de 4chan et du « Gamergate » qu’à celle des skinheads racistes et du KKK des générations précédentes. À cet égard, Zeiger est au cœur de la sous-culture qui deviendrait le volet explicitement néonazi du mouvement que l’on classe aujourd’hui sous la bannière Alt-Right (droite alternative).

Zeiger s’est avéré un propagandiste extrêmement actif et prolifique pour le Daily Stormer au cours des dernières années, en écrivant des centaines d’articles pour le site. Il semble par ailleurs être l’un des principaux administrateur du site ainsi qu’un important idéologue, tout juste derrière Anglin et le principal technicien du projet, Andrew « Weev » Auernheimer, dans cette hiérarchie étroitement contrôlée.

Zeiger était également l’un des principaux collaborateurs et administrateurs du site Internet et du forum IronMarch.org (aujourd’hui fermée), aux côtés du fasciste russe Alexander Slavros. IronMarch a réussi à fédérer des néonazis de partout sur la planète, mais principalement des États-Unis, sous la bannière « Gas the Kikes! Race War Now! 1488! Boots on the Ground! » (Gazons les Juifs! Guerre raciale maintenant! 1488! Passons à l’action!) IronMarch s’est arrogé une position révolutionnaire au sein de l’extrême droite, une position fortement inspirée du néonazi James Mason et de sa publication Siege, un appel à la guerre raciale propagé dans les années 1980.

Un certain nombre de participants au forum IronMarch ont formé l’AtomWaffen Division, un réseau néonazi révolutionnaire dont plusieurs membres ont plus tard été impliqués dans des meurtres et un attentat à la bombe raté. (Dans un récent reportage de ProPublica on apprend que des documents internes dont les journalistes ont obtenu copie indiquent qu’Attomwaffen « compte des membres répartis dans 23 états américains ainsi qu’au Canada »). Selon le Southern Poverty Law Centre, une organisation antiraciste libérale américaine qui collabore étroitement avec la police :

« Ironmarch a servi d’incubateur pour divers groupes haineux aux États-unis, dont American Vanguard, créé en 2015, qui est devenu Vanguard America en 2017. James Fileds, avant de tuer Heather Heyer et de blesser plusieurs autres personnes, a été aperçu avec un bouclier marqué du logo de Vanguard America, à Charlottesville. »

L’avatar de Zeiger sur plusieurs forums et plateformes de médias sociaux est un totenkopf rouge, l’emblème universellement reconnu des Waffen SS, marqué d’un Z. Le totenkofp est aussi adopté par les membres d’Atomwaffen.

Zeiger est aussi lié à un magazine en ligne intitulé Noose, hébergé sur RopeCulture.org et décrit comme « faisant partie du réseau IRONPRIDE des projets virtuels d’IRONMARCH ». Le projet se décrit ainsi :

« Nos cœurs demandent l’aventure et notre sang exige le châtiment. Que le Jour de la Corde arrive le plus tôt possible, mais d’ici là, #tiethenoose (préparez le nœud coulant) et amusez-vous. Participez à promouvoir le mode de vie fasciste avec #ropeculture. »

Le Jour de la Corde est une référence au roman de William Pierce, The Turner Diaries, où les « traîtres à la race », en particulier les femmes ayant eu des relations sexuelles avec des Juifs ou des personnes de couleur, sont pendu.e.s par les insurgés fascistes.

Sous le nom de plume Charles Chapel, Zeiger a aussi cosigné avec Alexander Slavros un livre intitulé A Squire’s Trial (Le procès de l’écuyer), qui est une espèce de variation fasciste sur la dialectique entre Don Quichotte et Sancho Panza. Zeiger est l’auteur d’un autre livre, Hammer of the Patriots, dont l’objectif avoué est d’entraîner les fascistes à gagner des débats contre les gauchistes et les libéraux en se passant d’arguments rationnels.

« Il ne suffit pas de l’emporter sur nos ennemis, il faut les humilier totalement pour les empêcher d’employer la même rhétorique ailleurs. Le gagnant n’est pas celui qui met de l’avant les meilleurs arguments, parce que nous sommes des ennemis, quoi qu’il en soit. Le gagnant est celui qui domine. Ton but est de convaincre le public que tu es son défenseur et que le marxiste est faible et stupide. La stratégie du marteau a été élaborée autour de cet objectif et repose entièrement sur une simplification des enjeux : simplifier jusqu’à ce que le public soit forcé d’être d’accord avec ce que tu dis. »

De fait, outre ses efforts de réseautage en ligne, Zeiger s’est principalement consacré à réfléchir à l’utilisation efficace de la propagande.

La stratégie médiatique de Zeiger consiste notamment à provoquer une réponse exagérée de la gauche de manière à désensibiliser le public et la société aux dangers que pose l’extrême droite. À cet égard, il est cité dans un récent article du Rolling Stone :

« Si nous causons une tempête médiatique chaque fois que nous apposons quelques collants, nous sommes en contrôle du discours. » « [Et] s’ils arrêtent de relayer notre propagande, nous gagnons quand même, car ça signifie que le système est maintenant désensibilisé au nazisme pur et dur. »

L’archive des discussions sur le forum « Montreal Storm » montre que Zeiger a mis cette idée en pratique lorsque les stratèges du Daily Stormer ont fait circulé l’idée d’utiliser Pokemon pour recruter des enfants. Les administrateurs du site se sont évidemment réjouis que certains médias grand public reprennent cette histoire fabriquée de toutes pièces.

Zeiger n’a pas seulement été prolifique sous la forme écrite. Il a sa propre chaîne Youtube, sous le nom Hammercast, et a fait de nombreuses interventions sur d’autres podcasts néonazi, comme This Hour Has 88 Minutes, Late Night Alt-Right et Mysterium Fasces, ainsi que sur le Krypto Report, le podcast de Robert Warren Ray (alias Azzmador), un associé particulièrement disjoncté du Daily Stormer. En septembre 2016, Zeiger a aussi donné une longue entrevue (fort instructive) à un podcast français au sujet de sa collaboration avec le site fasciste Blanche Europe. Il a aussi un compte Twitter , qui est tombé silencieux à peu près au moment où le site Medium a publié un article sur lui, au début de décembre 2017.

Le forum « Montreal Storm » sur Discord était la première étape de la mise en place d’un groupe « dans la vraie vie». Plus tard, à l’été 2017, Zeiger a été l’un des principaux organisateurs d’un rassemblement Alt-Right pancanadien dans la campagne québécoise sous le nom de « Leafensraum » (un jeu de mots combinant la feuille d’érable et le concept hitlérien de Lebensraum). Il a organisé cet événement avec deux autres membres du groupe Alt-Right Montreal, connus sous les pseudonymes « Passport » et « Date/Late of Dies ». Leafensraum a attiré des néonazis de partout au Canada, dont un certain « professeur » anonyme qui a donné une conférence aux participants, suivi d’une longue séance de questions et réponses « sur l’avenir du Canada et de notre mouvement, ainsi que sur son expérience du monde universitaire ». (Des chercheurs.euses antifascistes croient que ce professeur est probablement Ricardo Duchesne, l’homme derrière le Council of European Canadians, qui enseigne la sociologie et l’histoire à l’Université du Nouveau-Brunswick à Saint-John, et qui est devenu au cours des dernières années l’un des plus influents universitaires fascistes au Canada. Des membres de ce même groupe ont d’ailleurs organisé une conférence privée de Ricardo Duchesne à Montréal en juin 2017, dans un dans un lieu gardé secret.)

À partir de ses nombreuses apparitions sur les podcasts, il est manifeste que Zeiger est un Canadien-Français vivant à Montréal. Il nous est alors apparu important de débusquer ce trou-du-cul qui se cache à la vue de tous dans notre propre ville.

C’est alors qu’est survenu la débâcle de Charlottesville.

Mettre un visage sur le pseudonyme…

Nous savons qu’une vingtaine d’individus d’extrême droite de la région de Montréal et d’ailleurs au Canada ont fait le voyage jusqu’à Charlottesville, en août 2007, pour participer au festival suprémaciste blanc « Unite the Right ». Cet événement de deux jours se voulait une démonstration de force par l’extrême droite dans cette ville universitaire de Virginie. Mais le 12 août, des douzaines de personnes ont été blessées et une femme, Heather Heyer, a été tuée lorsqu’un suprémaciste blanc a lancé sa voiture à grande vitesse dans une foule de contremanifestant.e.s. Ceux des braves guerriers du milieu Alt-Right local qui n’avaient pas pu faire le voyage en Virginie se sont empressés de célébrer l’attentat en publiant des mèmes répugnants sur le forum « Montreal Storm ».

 

Zeiger avait été très actif dans la promotion de l’événement de Charlottesville, et son coadministrateur du forum « Montreal Storm », Late of Dies (ou Date, de son vrai nom Athan Zafirof, sur qui l’on se penchera plus tard…) avait organisé le transport à partir du Canada. Le reportage réalisé par Vice dans la foulée de « Unite the Right », mettant en vedette Christopher Cantwell (lequel allait bientôt passer à la postérité comme le Nazi pleurnichard, et plus tard comme le Nazi-qui-collabore-avec-les-flics) a déclenché une réponse antifasciste immédiate sur les réseaux sociaux, lorsque des camarades ont cherché à identifier les montréalais aperçus dans le reportage. Shawn Beauvais-MacDonald et Vincent Bélanger-Mercure (deux autres membres actifs du forum de discussion « Montreal Storm ») ont vite été identifiés par les administrateurs de la page Facebook Anti-Pegida Québec.

De gauche à droite : Shawn Beauvais-MacDonald, alias FriendlyFash, Gabriel Sohier-Chaput, alias Zeiger, (inconnu), (inconnu), Vincent Bélanger-Mercure, alias, Le Carouge à épaulettes

Le seul personnage qui s’entretient avec Cantwell à la caméra, cependant, n’a été que plus tard identifié comme Zeiger, lorsqu’Azzmador a publié sa couverture complète de la débandade de Charlottesville sur sa chaîne Youtube. À un certain point de sa diffusion en direct, Azzmador présente Zeiger par son nom, après quoi ce dernier prononce un mauvais discours sur la « force et l’unité de l’extrême droite », tellement pitoyable qu’Azzmador lui-même l’interrompt finalement pour reprendre ses propres simagrées antisémites (considérablement plus spectaculaires).

De gauche à droite : “Lee Rogers”, Gabriel Sohier-Chaput, alias Zeiger, Robert Warren Ray, alias Azzmador, (inconnu), tous du Daily Stormer

Le projet de découvrir qui est notre néonazi local devenait soudainement d’autant plus intéressant. Non pas que Zeiger se soit particulièrement caché… Malgré sa participation de haut niveau à certains des plus abominables projets de propagande néonazie déployés au cours des dernières années, on pouvait facilement trouver au moins une vidéo de lui en ligne, et il maintenait un certain nombre de comptes de médias sociaux. Il est d’ailleurs étonnant de constater que sa liste d’amis Facebook est toujours publique .

Lorsque les antifascistes ont finalement mis la main sur les archives du forum de discussion « Montreal Storm », tout est vite devenu plus clair. Ça n’était alors qu’une question de temps avant que nous puissions mettre un nom sur ce visage…

Mettre un vrai nom sur le visage…

Avec l’adresse que Zeiger avait lui-même affichée sur le forum de discussion pour inviter ses petits camarades à regarder le débat Trump/Clinton, en septembre 2016, nous avons vite déterminé que la personne qui habite à cette adresse (à ce jour) est un professeur de guitare de 30 ans répondant au nom de Laurent Chaput. Sur le compte Instagram de Chaput, nous avons trouvé quelques images d’un autre jeune homme dont nous avons conclu qu’il devait être son frère ou une proche connaissance. En menant d’autres recherches, nous avons trouvé que son nom de famille complet est en fait Sohier-Chaput. À partir du profil d’utilisateur de Zeiger sur IronMarch, nous savions que son compte Skype était gabriel_zeiger. Une simple recherche sur Google pour « Gabriel Sohier-Chaput » a révélé un compte Soundcloud et un compte Google+ à son nom, lesquels comportaient la même image de profil. Cette image avait exactement le même décor en arrière-plan que dans l’entrevue que Zeiger avait donnée en septembre 2016 pour Blanche Europe.

La recherche Google a aussi permis de trouver une vidéo d’une « prestation » (vraiment mauvaise, disons-le) que Sohier-Chaput avait donnée en 2011 dans le cadre d’un concours oratoire. En comparant la voix et la prestance physique des deux, à partir du discours de Zeiger à Charlottesville, il est évident que Zeiger et Gabriel Sohier-Chaput sont une seule et même personne. En comparant l’image de profil de Sohier-Chaput avec les photos de l’étranger dans le compte Instagram de Laurent Chaput, il est aussi évident que Gabriel et Laurent sont probablement frères.

Ok.

Mais qu’est-ce que ces ordures mijotent?

En lisant ces discussions il est devenu clair que les membres de ce petit groupe était derrière l’apparition d’affiches et d’autocollants racistes près de l’Université McGill en 2016, qu’ils avaient collaboré avec les Soldats d’Odin dans la tentative ratée de perturber une conférence antiraciste en 2017, et que certains étaient aussi présent à la manifestation organisée par Georges Hallak le 4 mars 2017 devant l’Hôtel de Ville de Montréal, à laquelle différents groupes d’extrême droite avaient aussi participé.

Même si l’ancien modérateur anglophone de La Meute, Shawn Beauvais-MacDonald, était actif dans le forum de discussion sous le pseudonyme FriendlyFash (anciennement “Bubonic”), il est évident que ces néonazis n’ont rien d’autre que du mépris pour des groupes comme La Meute et Storm Alliance, qu’ils perçoivent comme des dupes (« cucks ») souhaitant réformer un système qui selon eux doit être complètement abattu. Des deux côtés du fossé idéologique, des tensions surviennent lorsque les militant.e.s qui aspirent à la révolution doivent composer avec une majorité de personnes, perçues comme réformistes, qui ne reconnaissent pas la gravité du problème. Ici, par exemple, MacDonald déplore l’annulation d’une manifestation anti-immigration prévue devant le Stade olympique en août 2017, suite à l’annonce par les dirigeants de La Meute qu’ils retiraient leur soutien à l’événement :

Dans le même ordre d’idée, deux autres membres du forum « Montreal Storm » discutent ici de Storm Alliance :

Au cours de la dernière année, les groupes comme La Meute et Storm Alliance ont été décrits par les antifascistes québécois comme des projets d’extrême droite « nationalistes-populistes »; ils sont racistes, mais s’en défendent publiquement; prétendent être en faveur de la démocratie, mais tolèrent pourtant la présence de fascistes dans leurs rangs. Ce que nous avons constaté au cours de la dernière année, est une augmentation en popularité des tendances fascistes au sein même de ce milieu « nationaliste-populiste ». Quoi qu’en disent les porte-parole de La Meute, de Storm Alliance et d’autres groupes de la même farine, de nombreux membres du milieu Alt-Right Montréal ont été aperçus dans leurs manifestations en 2017.

Shawn Beauvais-MacDonald (au centre) et ses acolytes de ARM & Hammer, lors d’une manifestation du Front patriotique du Québec (FPQ), le 23 avril 2017

DSC_7675.JPG

Shawn Beauvais-MacDonald lors du rassemblement de La Meute à Québec, le 20 août 2017

sbm_makefascismgreat.jpg

Shawn Beauvais-MacDonald à la manifestation de Storm Alliance à la frontière Canada/É.-U., le 30 septembre 2017

mercurelacolle.jpg

Vincent Bélanger-Mercure à la manifestation de Storm Alliance à la frontière Canada/É.-U., le 30 septembre 2017

Mais les fascistes ne se contentent pas de réseauter dans ce milieu plus populaire, ils s’organisent également au sein de leurs propres groupes. Depuis que sa présence à Charlottesville a été révélée publiquement, Beauvais-MacDonald a quitté La Meute et s’est publiquement rallié à Atalante , un groupe néofasciste basé à Québec. D’autres membres du groupe Discord « Montreal Storm » sont clairement impliqués dans la création de Generation Identity Canada (maintenant ID Canada).

genid

Les membres de ce groupe sont tous des hommes dans la vingtaine ou la trentaine, et semblent tous obsédés par la sorte de racisme et de misogynie assumée dont les groupes nationalistes-populistes disent vouloir se distancer. Ils parlent ouvertement de créer des « camps de viol » et de mettre en vigueur la « charia blanche » pour réduire les femmes à l’esclavage.

(Avertissement : ces captures d’écran sont extrêmement racistes et misogynes: 1, 2, 3, 4, 5; d’autres captures d’écran misogynes, dans l’ordre: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8;  et celle-ci évoquent le viol de féministes et celle-ci la mise en vigueur de la « charia blanche » — le terme Alt-Right « thot » signifie for « that ho over there » – « cette pute-là »).

Ils se moquent ouvertement du génocide et du meurtre de Musulmans, de Juifs et de personnes de couleur. Après le massacre perpétré par Alexandre Bissonnette à Québec, un participant dit que cette ville s’en voit « culturellement enrichie ».

bissonnette

fagbashing

vinigambini

omar

whiteguilt

ethnostate

It doesn’t take a genius to see that they’re likely involved with the Northern Order Charles Manson Nazi posters that have been turning up across Canada.

NG.jpg

L’archive du forum « Montreal Storm » sur Discord révèle toutefois que ce groupe est encore petit et désorganisé. Mêmes leurs plans les plus modestes semblent dépasser leurs capacités réelles. En même temps, la plupart de ces hommes en sont encore à leurs premiers pas en politique militante; ils pourraient tout à fait renforcer leurs capacités si nous leurs laissons la chance d’apprendre et de grossir.

Compte tenu des fantasmes violents auxquels s’abandonnent les membres de l’Alt-Right de Montréal, et leurs désirs avoués de violer et de tuer celles et ceux qu’ils considèrent comme des traîtres et des ennemis, les risques que ces individus posent ne se limitent pas nécessairement à leur capacité de s’organiser efficacement. Des jeunes hommes blancs avec des fantasmes violents sont responsables de pratiquement tous les événements de violence de masse en Amérique du Nord. Comme le montre la récente tuerie de masse perpétrée à Toronto par Alek Minassian, qui semble être directement influencé par la sous-culture « Incel »,  en soit un milieu misogyne étroitement lié à l’Alt-Right, les risques que posent ces jeunes hommes sont bien réels et concrets. (À cet égard, il n’est pas fortuit que Shawn Beauvais MacDonald, sur son compte Facebook actuel, « Hans Grosse » désigne l’école Colombine comme son école secondaire, ou qu’il considère comme un gag désopilant le fait de coller le visage d’Adolf Hitler par-dessus le visage d’une copine…)

hansgrosse

Le Stormer Book Club de Montréal n’est qu’une section locale d’un réseau amorphe (et dont nous ne savons encore que peu de choses) de jeunes néonazis convertis relativement récemment partout en Amérique du Nord. Ce réseau est principalement situé aux États-Unis, et il semble que le groupe de Montréal soit la section locale la plus grosse au Canada.

Cela étant dit, il est tout de même déstabilisant d’apprendre que l’un des personnages ayant joué un rôle central dans la construction de ce nouveau réseau néonazi international, et ayant été un pionnier de son approche propagandiste, est un hipster de Montréal qui a pu vivre paisiblement dans cette ville jusqu’à aujourd’hui.

Il était grand temps que cela change.

Vous pouvez lire l’archive complète du forum Montreal Storm sur montrealnazileaks.net

Si vous avez des renseignements qui pourraient nous permettre d’identifier un ou plusieurs membres de ce groupe, ou n’importe quel de leurs associés, veuillez écrire à doxxlesnazis@riseup.net.

 

party1123 - Copy.JPG

Appel à l’action : Ouvrez les frontières

 Commentaires fermés sur Appel à l’action : Ouvrez les frontières
Avr 302018
 

De Solidarité sans frontières

L’année dernière, plusieurs dizaines de milliers de personnes sont arrivées à pied au Canada à partir des États-Unis, cherchant un refuge sécuritaire, et chaque jours plus de personnes arrivent. Ce phénomène est souvent attribué à Trump, mais il faut le comprendre dans un contexte global: à travers le monde, plus de 21 millions de personnes ont été obligées de quitter leurs foyers en raison de guerres, d’oppression politique, de violence militaire, de l’extractivisme, des changements climatiques, etc. – conditions créées par l’impérialisme d’États tels que le Canada et les États-Unis. Alors qu’il est directement impliqué dans la dévastation économique et sociale de pays du Moyen Orient, d’Amérique Latine, des Caraïbes, d’Afrique et d’Asie, le gouvernement canadien cherche à limiter qui peut entrer et qui peut rester légalement.

Rejetant le discours raciste et islamophobe ainsi que la couverture médiatique grand-public concernant les migrant-e-s, Solidarité sans frontières appelle à l’ouverture des frontières; une solidarité radicale avec et l’aide mutuelle entre migrant-e-s; des “cités sans frontières”; la fin des déportations, des détentions des migrant-e-s et de la double peine ; la régularisation des sans-statuts (un statut pour tou-te-s maintenant!).

Apartheid Global

Les frontières jouent un rôle crucial pour le système capitaliste et sa « crise des migrants ». Le Canada et les États-Unis sont fondés sur le vol des terres autochtones, ainsi que sur le génocide en cours et le déplacement des peuples autochtones. Ces frontières, établies à l’origine par des guerres coloniales au bénéfice des colons européens, sont également un moyen de contrôle migratoire. Elles empêchent les personnes de sortir de la violence, de la pauvreté et de l’exploitation. Elles poussent des familles de pays en pays, les forçant à monter à bord de bateaux dangereux, ou à faire de longs voyages à travers la neige ou le désert. Les frontières poussent les personnes à vivre dans une précarité sans statut légal, ce qui mène à leur criminalisation. Les frontières maintiennent le système d’apartheid global en place.

Plus de Cas par Cas

Les réfugié-e-s traversant des États-Unis vers le Québec et le Canada n’ont pas d’autre choix que de traverser de manière irrégulière à Roxham Road ou à d’autres points d’entrée depuis que l’entente sur les tiers pays sûrs a été implémentée en 2004. Cette entente entre le Canada et les États-Unis empêche les migrant-e-s de faire une demande de statut de réfugié aux postes frontaliers réguliers canadiens lorsqu’illes arrivent des États-Unis (et vice-versa). C’est-à-dire que les migrant-e-s traversant des États-Unis vers le Canada ne peuvent faire une demande de statut de réfugié que s’illes traversent de manière “irrégulière”. Cette politique a déjà coûté la vie à des migrant-e-s – nous rendons hommage à Mavis Otuteye qui est décédée en juin 2017 – et elle est responsable de la perte de statut légal et de la déportation de plusieurs autres.

Celles et ceux qui arrivent au Canada sont encouragé-e-s à mettre leurs efforts et leurs espoirs sur leur cas individuel, en tentant de prouver qu’illes sont de « véritables réfugié-e-s » ou de « bons migrant-e-s ». Cette longue lutte bureaucratique isole et épuise l’énergie de la lutte collective. De plus, depuis quelques années, environ 40 % des demandes de réfugié (faites à partir du Canada) ont été refusées. Il se peut que le taux de refus soit encore plus élevé pour les migrant-e-s traversant de manière irrégulière puisque plusieurs d’entre elleux ont peu ou aucun soutien pour faire leur demande, ou encore parce qu’illes ont quitté leur pays d’origine depuis de nombreuses années. Bientôt, plusieurs seront refusé-e-s comme réfugié-e-s et devront faire un choix : rester au Canada sans statut ou être déporté-e-s vers leur pays de citoyenneté. Le système de réfugié canadien gérera donc en catimini ce « problème », loin des projecteurs médiatiques : juger les personnes individuellement, et ensuite, un.e à un.e. et discrètement, les déporter ou les criminaliser par milliers.

Rejetons les Divisions Racistes

Le discours public et la couverture médiatique génèrent des divisions au sein de groupes sociaux qui devraient être des alliés contre une distribution injuste de la richesse et du pouvoir. En présentant, au mieux, la situation comme étant d’ordre humanitaire plutôt que politique, le discours dominant cache le rôle que jouent les frontières dans le maintien de cette distribution inégale. La façon dont le Canada a contribué à pousser les gens à quitter leur foyer initialement n’est que rarement mentionnée.

Les discours des groupes d’extrême-droite, tels que La Meute et Storm Alliance, sont encouragés par la normalisation d’attitudes islamophobes et racistes relayés par les médias corporatistes, les politiciens et l’État. En déclarant qu’illes ne sont opposés qu’aux “immigrant-e-s illégaux” ces groupes d’extrême-droite tentent de convaincre l’opinion que les migrant-e-s qui traversent de manière irrégulière sont des “criminel.les”. En jouant sur la vieille peur européenne, raciste et islamophobe, envers les hommes de couleur, les groupes d’extrême-droite à travers l’Europe, les États-Unis, le Canada et le Québec propagent la confusion et la peur à l’égard de l’ ”invasion” et du “terrorisme”, tout en encourageant l’État à augmenter la surveillance aux frontières et le profilage des migrant-e-s.

De toutes ces façons, au lieu de définir le conflit par une division entre les riches/puissants et les pauvres/opprimées à l’intérieur et à l’extérieur de Canada, le conflit est défini par une division entre des personnes à l’intérieur des frontières du Québec ou du Canada (luttant pour la sauvegarde de programmes sociaux, mais réservés à « nous » ; pour la défense de “nos” valeurs etc.) et des personnes arrivant au Québec ou au Canada (perçues comme concurrent.es pour des ressources limitées ; des gens qui coupent les files d’attentes ; des menaces à la sécurité, etc.)

Appel à l’Action!

NOUS SOUTENONS LA LIBERTÉ DE TOU.TES LES MIGRANT-E-S DE RESTER, DE CIRCULER ET DE REVENIR. SPÉCIFIQUEMENT, NOUS SOUTENONS LES MIGRANT-E-S AUX ÉTATS-UNIS, QU’ILLES DÉCIDENT DE LUTTER POUR RESTER AUX ÉTATS-UNIS, OU DE TRAVERSER VERS LE CANADA DE QUELQUE MANIÈRE QUE CE SOIT.

FACE AU TRAITEMENT AU CAS PAR CAS IMPOSÉ PAR L’ÉTAT, NOUS DEVONS AGIR COLLECTIVEMENT ET SE SOUTENIR MUTUELLEMENT.

TOUT EN NOUS OPPOSANT À LA PROPAGANDE ANTI-MIGRANT-E-S ET À CES DIVISIONS FABRIQUÉES DE TOUTE PIÈCE, NOUS DEVONS CONSTRUIRE UNE SOLIDARITÉ CONCRÈTE.

Voici quelques actions que nous pouvons entreprendre dans nos communautés

Partout au Canada:-Organiser ou se joindre aux mobilisations demandant au Canada d’abandonner sa politique du cas par cas et, au contraire, d’implémenter immédiatement un programme de régularisation pour celleux ayant traversé la frontière ET tout-e-s les personnes sans statut qui sont déjà au Canada (pour plus d’informations, contacter Solidarité sans frontières);

-Défier le gouvernement à propos de sa politique des Tiers Pays Sûrs à l’aide de campagnes de mobilisations, forums, dans les médias, etc..

-Si votre organisme offre des services: joignez-vous à votre campagne locale de ville sanctuaire/cité sans frontières pour que les services soient offerts à tou.tes, quelque soit leur statut, sans jamais que les services frontaliers n’y aient accès (à Montréal, signez la déclaration de Solidarité sans frontières pour une cité sans frontières ici.

Pour ceux et celles habitant près des frontières:

-Organisez-vous avec vos voisin-e-s (des deux côtés de la frontière); posez des affiches démontrant votre appui et votre solidarité (“bienvenue aux réfugié-e-s”, etc.); si vous voyez des personnes traverser, offrez-leur du soutien de la manière qui leur convient et n’appelez PAS la GRC, à moins que les personnes ne vous le demandent!

-Explorer les chemins aux alentours de la frontière et mettre en place l’infrastructure pour aider les gens à traverser en toute sécurité et librement

Au Québec:

-Joindre les mobilisations contre la manifestation raciste et anti migrant-e-s du 19 mai au Chemin Roxham, à l’appel des groupes d’extrême-droite (contactez les groupes locaux antiracistes ou antifas, ou attendez pour plus de détails prochainement);

-Appuyer les mobilisations pour l’obtention automatique d’un permis de travail pour tou.tes les migrant-e-s ET pour tou.tes les sans statut au Québec (à Montréal, contacter le Centre de travailleurs et travailleuses immigrantes);

-Joindre les activités contre le sommet du G7, y compris le Contingent Anti-Frontières lors de la marche principale du 7 Juin (les détails concernant le contingent seront postés sur la page facebook et la page web de Solidarités sans frontières);

-Joindre la Caravane Anti-Frontières organisée par Solidarité sans frontières du 29 Juin au 1er Juillet (les détails seront postés sur la page facebook et la page web de Solidarités sans frontières);

Pour les Montréalais.es:

-Offrez votre temps aux groupes qui offrent du soutien de première ligne aux migrant-e-s traversant les frontières et assurez vous que ces groupes respectent la dignité humaine des migrant-e-s. et leur offrent tout le soutien légal et quotidien dont illes ont besoin.

-Soutenez les mobilisations autour de la création d’une Cité Sans Frontières, y compris pour l’accès aux soins de santé, au logement, au refuge, à l’éducation, à la nourriture (communiquer avec Solidarité sans frontières pour plus d’information); joignez-vous aux revendications demandant à la mairesse Plante de donner suite aux promesses non tenues de Coderre de faire de Montréal une ville sanctuaire, en cessant toute coopération entre le SPVM et les agents des services frontaliers du Canada.

-Joignez / soutenez la mobilisation pour ramener au Canada Lucy Granados, Montréalaise, organisatrice communautaire sans-papiers, déportée le 13 avril (les détails seront postés sur les pages facebook et les page web de Solidarités sans frontières et du Centre des Travailleurs et Travailleuses Migrants), et soutenez plus généralement le courageux Collectif des femmes sans statuts ((fb: Collectif des femmes sans statuts / Non-Status Women’s Collective)

– Soutenez la mobilisation pour la marche Ouvrez les frontières ! Un statut pour tou-te-s ! le 16 juin.

En général, nous appelons à l’organisation de manière effective, non-hiérarchique, inclusive et initiée par les membres de la communauté, basée sur l’aide mutuelle et la solidarité radicale, l’emploi d’une diversité des tactiques et l’action directe, pour renforcer la résistance des communautés contre les contrôles frontaliers dans nos villes, combattre les déportations et les détentions, vaincre le mouvement fasciste et soutenir activement les luttes anti-coloniales et la souveraineté des peuples autochtones.

Pas de quartier pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers

 Commentaires fermés sur Pas de quartier pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers
Avr 302018
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Les saletés de fachos croient pouvoir instrumentaliser le féminisme et envahir nos espaces.

Nous avons volé leur bannière

Et nous, féministes en criss, l’avons fait disparaître

Nous sommes tentaculaires

Nous sommes partout

PAS DE QUARTIER POUR LES FACHOS
PAS DE FACHOS DANS NOS QUARTIERS

À ce jour : l’arrestation de Cedar

 Commentaires fermés sur À ce jour : l’arrestation de Cedar
Avr 232018
 

Du Hamilton Anarchist Support

Cliquez ici pour faire un don au Fond de Défense de la Communauté d’Hamilton

Le dernier mois a été chargé à Hamilton. Pour mettre en contexte l’arrestation de Cedar, on peut commencer par souligner le Salon du livre anarchiste qui s’est tenu au début du mois de mars, le premier salon du livre à s’être tenu en 7 ans. L’événement a eu un succès retentissant et a rassemblé des gens venu-es de tout le continent pour explorer des possibilités de changement radical, pour dessiner une vision d’un monde sans hiérarchies ni domination, pour simplement se rencontrer et apprendre les un-es des autres. La fin de semaine a été particulièrement marquée par une petite émeute ayant eu lieu à travers un des quartiers les plus aisés d’Hamilton sur une des rues les plus commercialement toxique. L’ « Émeute de Locke Street » était une expression collective de rage, non seulement contre la gentrification accélérée d’Hamilton, mais contre le capitalisme et le monde violent d’aliénation qu’il nourrit. Elle a mené à beaucoup de conversations productives par rapport à l’inévitable inconfort que produit la lutte pour de nouveaux mondes, et l’importance de clarifier et d’articuler nos politiques. Un nuage toxique de sédiments a aussi été brassé par l’émeute à Hamilton, on a pu voir un déversement massif de chaudes larmes pour les petits commerces, les conseiller-ères municipaux-ales ont crié au « terrorisme », et une ferveur anti-anarchiste des trolls locaux de l’alt-right ont vu là une opportunité pour prendre place sous les feux des projecteurs.

Dans les semaines qui ont suivi, plusieurs de ces réactions ont été dirigées contre le seul espace social anarchiste d’Hamilton, The Tower, qui est defacto devenu une cible avant même d’avoir eu la chance de se positionner pour appuyer l’émeute. Premièrement, ses fenêtres ont été fracassées, ensuite la porte a été défoncée et la librairie saccagée, puis les serrures ont été collées, et plus récemment sommes témoins d’une vague de graffitis amateurs incluant le mot « gay » écrit en colle de farine émiettée sur les fenêtres de plexiglas. À la fin mars, alors que les supporters du Tower étaient occupé-es à nettoyer l’espace aux suites du saccage, une coalition de trolls nationalistes blancs, misogynes et homophobes a organisé un rally en soutien aux commerces de la rue Locke. Leur triste rally a été largement confronté et déjoué, mais pas avant que certain-es d’entre eux n’aient eu la chance de se mêler aux propriétaires des commerces de la rue Locke et de discuter autour de beignes citron-pistache. Une fuite d’information a révélé que les Soldats d’Odin et les Proud Boys espéraient se rendre à The Tower après le rally pour confronter les « mâles beta de 120 lbs » qu’ils espéraient y croiser. La première fois qu’ils s’y sont pointé ils ont trouvé 40 anarchistes prêt-es à défendre l’espace. Ils ont crié leurs droits démocratiques et ont fini par utiliser une escorte policière pour se rendre de l’autre côté de la rue. Quelques heures plus tard, un plus petit groupe d’entre eux ayant l’air saoul s’est pointé en cherchant la bagarre et malgré nos nobles efforts pour désescalader la situation nous avons fini par les renvoyer chez eux ce jour-là avec des nez cassés et sanglants.

Pendant ce temps la pression publique s’est accru pour retrouver les responsables de l’action émeutière sur la rue Locke. La police a été incapable d’appréhender quiconque la soirée de l’action et a répondu aux lamentations publiques avec des promesses de justice et des appels désespérés invitant la coopération du public. Finalement, le 6 avril, un mois après l’émeute, la police a monté un spectacle pour satisfaire un public assoiffé de sang. Mandats en main, ils ont défoncé la porte d’une maison collective à l’aube et ont lancé une grenade assourdissante dans le salon. Avec des fusils d’assaut en main ils ont envahi la maison et menotté les gens, et ont arrêté Cedar (Peter) Hopperton avec des charges de complot visant à commettre un acte criminel (rassemblement illégal et port de masque). Les autres ont été relâché-es et ont dû passer quelques heures dans l’allée de la maison pendant que les flics mettaient la maison sans dessus dessous en cherchant quoi que ce soit pouvant être utile à leur enquête. Ils ont saisi les ordinateurs, les téléphones, des papiers, des zines et des livres, qu’on mettra des années à pouvoir récupérer de leurs pattes graisseuses.

L’audition pour la remise en liberté sous caution de Cedar, qui n’a eu lieu que cinq jours après son arrestation et après que la Cour ait manoeuvré de manière particulièrement sournoise pour la retarder, était un supplice méticuleux. Quatre heures de déblatérations d’imbécilités ont rendu évident que non seulement Cedar était jugé, mais bien aussi l’anarchisme au grand complet. Au final, Cedar s’est vu refusé une libération sous caution et a été renvoyé-e dans l’enfer de la prison Barton où des hordes de personnes kidnappées attendent leur procès dans des conditions misérables. Iel pourrait demeurer à Barton pour un an ou plus tandis que l’État traîne des pieds à monter un dossier contre eulle.

À Hamilton, nous avons organisé une solide équipe de soutien pour nous assurer que Cedar ait une défense légale fiable et autant de conseils et de communication que possible. Nous souhaitons poursuivre les projets auxquels iel tient, et soutenir toute forme d’organisation qu’iel pourraient mener en prison. Nous avons commencé ce blog à titre d’espace où fournir des nouvelles par rapport à la situation de Cedar, leur situation légale, et comment iel se porte. S’il y a plus d’arrestations par rapport à l’émeute de Locke Street, ce site offrira un espace similaire pour ces mesures de soutien. La prison n’est pas la ligne d’arrivée pour les anarchistes, ce n’est qu’une des dimensions du monde contre le quel nous nous battons. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour résister à l’isolement qu’ils essayent d’imposer à ceuzes qu’ils capturent, et continueront notre bataille ensemble contre ce monde de police, de tribunaux et de prisons.

Le Festival International de Théâtre Anarchiste de Montréal

 Commentaires fermés sur Le Festival International de Théâtre Anarchiste de Montréal
Avr 212018
 

 

Du Festival International de Théâtre Anarchiste de Montréal

Le FITAM est le seul festival au monde consacré au théâtre anarchiste. S’inscrivant dans le mois de l’anarchie de Montréal, le FITAM offre une tribune à des troupes et artistes aux propos radicaux. Après avoir reçu le Living Theatre (2009), Pol Pelletier (2011) et le Bread and Puppet (2014), nous avons cette année l’honneur de présenter sept compagnies en provenance de France, des États-Unis et de Montréal,

Billets en avance disponible en ligne. 11$ chaque soir ou 20$ spécial pour les deux soirs. Billets à la porte: $13. Admission générale.

La 13e édition du FITAM réunit des pièces originales, avec entre autres une adaptation d’En attendant Godot, qui met en scène deux femmes de couleur dans les rôles de Didi et Gogo; l’histoire d’une bergère inspirée des lettres de trois prisonnières dissidentes; Tought Experiment Productions nous revient une deuxième année avec une pièce sur la pédale Wah Wah, les fréquences radio et le pouvoir de l’individu sur les canaux de communication mainstream; une pièce de marionnettes sur la gentrification violente et ses effets sur les populations marginalisées; et l’histoire inspirante de six femmes anarchistes qui ont résisté au fascisme entre 1920 et aujourd’hui.

Mardi, 22 mai 19h30
• Pisser dans l’herbe…, Théâtre du Sable (France)
• Chansons anarchistes, Gwenael Kivijer (France)
• Trashlaga Puppet Crew, Trashlaga Puppet Crew (Mtl)
• No way! No way! (part I), Trees that Talk (Mtl)

Mercredi, 23 mai 19h30
• Didi and Gogo, MC Theatre Troupe (USA)
• Chansons anarchistes, Gwenael Kivijer (France)
• The Wah-Wah Pedal, Thought Experiment Productions (Mtl)
• Darwin avait raison, Dire, encore (Mtl)
• No way! No way! (part II), Trees that Talk (Mtl)