Juin 212012
 

Télécharger 11″x17″

LE TRAVAIL, C’EST L’ESCLAVAGE SALARIÉ

LA PROPRIÉTÉ, C’EST LE VOL

L’histoire de l’économie est l’histoire du vol. Regardez le morceau de terre sur lequel vous êtes debout. Il fut autrefois travaillé par des gens qui savaient comment satisfaire leurs propres besoins et ceux de leurs communautés sans détruire l’environnement. La possibilité de vivre et de travailler dignement a été tuée par les États et les propriétaires terriens qui ont organisé des armées colonisatrices et amené comme main d’œuvre des immigrant.es européen.nes endetté.es ou des esclaves africain.es kidnappé.es.

Dans les deux cas, nous y voyons un modèle de dépendance forcée. Des gens qui réellement travaillaient de façon digne, c’est-à-dire pour eux-mêmes, pour leurs communautés et à leur propre rythme, ont été empêchés de le faire par la violence organisée de la colonisation. Des terres qui avaient appartenu à tout le monde furent divisées et usurpées par l’élite, les ancêtres de beaucoup de ceux/celles qui sont encore riches d’aujourd’hui. Même après la colonisation, le travail était juste un peu plus qu’une taxe. Donnez un certain montant, plus si vous étiez noir.e et moins si vous étiez blanc.he, et gardez le reste pour vous nourrir. Tu pouvais au moins encore voir les fruits de ton travail et t’en nourrir.

Mais alors quelque chose s’est passé. L’esclavage a progressivement pris fin – pas dans un moment soudain de libération, comme le disent les livres d’histoire, mais par un glissement progressif vers un système plus rentable d’esclavage salarié. Tandis que nous ne sommes plus forcé.es de travailler à la pointe d’un fusil, le résultat final est le même avec tous les moyens de survie hors de portée si nous n’avons pas d’argent. Les gens sont obligé.es de travailler, passant leur temps au service du Capital. La prison et la police attendent ceux/celles qui désobéissent. Personne n’a été libéré. Plutôt, les noir.es et les blanc.hes ont été transformé.es en machines.

Où est l’utilité de l’esclavage pur et simple quand la banque peut posséder votre maison, le patron peut posséder votre temps, les huissiers sous contrat de la compagnie de crédit ou le Centre national de prêts aux étudiants peuvent posséder votre avenir, les entreprises de mode peuvent posséder vos insécurités, les producteurs d’Hollywood peuvent posséder votre cœur et les journaux peuvent posséder votre esprit? Constamment se démener pour apaiser les besoins de leur propriétaire, c’est ça la vie quotidienne d’un.e travailleur(euse)-consommateur(rice).

Le système de l’usine fait des travailleur(euse)s une partie du processus. Le secteur des services d’aujourd’hui va encore plus loin, commandant chacune de nos humeurs. Nous ne devons plus simplement à nos boss une certaine quantité de produit, ou même un certain laps de temps, mais une quantité mesurée d’enthousiasme. Servir avec le sourire. Qui peut imaginer une forme plus intime de violence ? Nous ne sommes même pas autorisé.es à être déprimé.es par notre manque total de pouvoir sur nos propres vies. Déjà à l’âge de 5 ans, les plus maussades et les impatient.es se font prescrire du Prozac et du Ritalin. Des enfants diagnostiqué.es avec des «désordres» sont souvent soudainement «guéri.es» quand ils/elles sont autorisé.es à organiser leurs propres vies ou à déterminer leurs propres rythmes. Mais une fois que les besoins de l’économie les renvoient au travail, à l’école, tout à coup ils/elles rechutent et doivent retourner sur les pilules.

Le «désordre» est la société qui envoie les corps dans un hachoir à viande, qui exige que nous devenions des pièces interchangeables. Le chantage, c’est la société qui exige tout de nous – pas seulement notre temps, notre obéissance et notre énergie, mais aussi notre convivialité et notre bonne foi – et nous donne rien d’autre en retour que les moyens d’y participer plus pleinement, selon ses termes, dépensant nos maigres salaires sur les ressources volées à travers la planète entière, la garde-robe adéquate, le régime adéquat, la collection de musique adéquate. En fait, cet assemblage minutieux de produits de masse est la seule façon légale que nous avons d’exprimer notre individualité.

À la base, ceux/celles qui exaltent les vertus du travail sont les mêmes vieux maîtres chanteurs: travaillez pour nous ou mourez de faim dans les caniveaux. Mais quand nous avons commencé à négocier avec ceux et celles qui se font appeler les dirigeant.es, ils/elles n’ont commencé qu’à nous faire plus de demandes. Ne négocions pas avec le monde du travail et de la misère dont nous ne désirons que la fin, mais attaquons-le afin de le détruire…

Tant que la misère existe, nous choisissons la rébellion.

Juin 212012
 

Télécharger 11″x17″

GUERRE SOCIALE

Une guerre est déjà menée contre nous quotidiennement par l’État et le capital, par les rôles misérables de soumission qui nous sont imposées, par la police et leurs prisons. Une paix sociale pourrie est maintenue pour dissimuler que les gens se battent contre l’exploitation et la domination. Guerre sociale est la riposte à cette guerre déjà existante.

Guerre sociale veut dire nous contre l’État. L’existence de cette guerre est le plus grand secret gardé de notre civilisation. La nommer est le premier acte de rébellion, la première étape vers la reprise du contrôle sur nos propres vies.

Nous avons pensé.e qu’il s’agissait d’une guerre unilatérale; menée par l’Autorité, contre nous. Nous avons pensé.e que nous n’avions aucun autre espoir que de l’ignorer, de rendre cette misère un peu plus tolérable. Nous espérions que ça passerait. Mais seulement ça nous encercle, de plus en plus serré, surveillant chacun de nos mouvements tout en nous offrant un million de façons de plus d’acheter notre place dans le système, de participer à notre propre domination. Et la plupart participent, tout d’abord en évitant d’admettre que cette guerre existe. Ils/elles parlent de changement, de politique, de réforme, de la corruption, mais elles/ils ne parleront jamais de la guerre à moins qu’ils/elles parlent de quelque chose qui se passe loin. Parce que d’admettre l’existence de la guerre menée contre nous est d’admettre qu’il y a une ligne qui divise entre agir pour la liberté ou collaborer avec le système et que les deux ne peuvent être réconciliées. Si nous voyons que nous ne ripostons pas, alors nous devons admettre que nous avons capitulé. Que nous avons déjà été vaincu.es. Que nous ne sommes pas libres ne signifie pas que nous sommes impuissant.es. En fait, la surveillance généralisée envoie un message évident: l’État a peur de notre capacité à le percevoir comme ennemi et d’agir par notre désir d’y mettre un terme. Parce que nous ne serons jamais impuissant.es. Nous avons le pouvoir, la responsabilité, de riposter.

La guerre menée contre nous tous/toutes peut devenir une guerre sociale lorsque nous nous joignons ensemble pour lutter contre ceux/celles qui ont volé nos vies, rompu nos communautés, empoisonné notre monde. En déclarant la guerre, l’humanité peut s’élever de sa tombe. Parce que pendant trop longtemps, nous avons fui la catastrophe de notre défaite originelle, à travers la ruine de générations empilées assez haut pour bloquer le soleil; exilé.es dans un avenir devenu cauchemardesque par le manque de possibilité. L’état des choses qui fait semblant d’être quelque chose de complet – une civilisation perfectionnée où nous ne pouvons que prendre un siège et accepter – exige en fait de nous de faire un choix: se battre contre elle ou se rendre.

Beaucoup de gens combattent déjà, dans le monde entier. Nous luttons de toutes les manières qui s’offrent à nous. Détruisant le système morceau par morceau, que ce soit par l’incendie d’une banque ou le sabotage d’un oléoduc. Surmonter l’aliénation qui constitue les barreaux d’une prison invisible en prenant la rue en émeute ensemble ou en parlant avec nos collègues et en organisant ensemble une force collective contre le pouvoir des patron.nes. Désertant et désobéissant à toutes les règles écrites contre nous, en squattant et en volant pour notre survie, par le refus du service militaire, rejetant les rôles auxquels nous sommes assigné.es, comme bon•ne travailleur.euse, bon.ne élève, bon.ne citoyen.ne. Réécrire les fins habituelles en soutenant les prisonniers(ère)s plutôt que de les laisser disparaître dans l’isolement, en battant les violeurs et les homophobes plutôt que de subir leur violence, en créant des formes d’amour qui nous renforcent plutôt que de nous contenir et nous limiter. Prendre le contrôle de notre environnement par le graffiti sur les murs ou en occupant l’espace et en plantant des jardins, en s’armant avec la capacité de créer un monde nouveau et de détruire celui qui nous a été imposée.

Nous ne nous attendons pas à ce que vous commenciez cette bataille, pas tout de suite, car être honnête au sujet de votre place dans le monde et agir, c’est déclarer la guerre contre le système qui supporte votre vie, attaquer les chaînes qui vous confinent, mais aussi vous gardent en sécurité, balançant au-dessus de l’abîme que le système a creusé à partir de nos vies. Choisir votre propre camp dans la guerre sociale, c’est sauter dans l’abîme. Mais à moins que nous voulions une existence basée sur la servilité, c’est notre seul choix, il y a une différence entre la vie et la survie. Et dès que vous franchissez le pas, vous pourriez y trouver d’autres qui surveillent vos arrières, d’autres qui se battront à vos côtés. Vous pourriez peut-être alors savoir ce que cela signifie que de briser l’aliénation qui définit cette société, d’enfin avoir un certain contrôle sur votre vie.

Jusque-là, gardez les yeux ouverts. Ne croyez pas les mensonges qu’ils racontent sur nous. Vous pouvez penser qu’en ripostant nous sommes irresponsables, mais nous connaissont très bien les conséquences de nos actions. Chacun d’entre nous fait face à la possibilité de la répression de l’État; d’une cellule de prison ou, dans l’avenir, d’un camp de concentration qui nous attend. Nous continuons à lutter, parce que nous sommes en amour avec tous les mondes possibles qui ne sont pas autorisés à fleurir. Vous pouvez penser que nous sommes idéologiques, que nous sommes des monstres de sang-froid comme ils/elles disent, mais entendez comment le sang se précipite bruyamment dans nos cœurs. Des gens calculés n’entreraient pas dans ce combat, parce que nous avons apparemment une si minime chance de gagner. Les froid.es, les calculé.es sont celles/ceux qui deviennent des politicien.nes. S’il y a un choix entre le cynisme et le désespoir ou une attaque déterminée et axée contre le présent système de domination, en tant qu’anarchistes, nous choisissons ce dernier…

Nous continuons la lutte parce que nous détestons toute autorité et aimons la liberté, qui ne peut être donnée mais doit être prise.

Juin 212012
 

Télécharger 11″x17″

FEU AUX PRISONS ET AU MONDE QUI EN A BESOIN

La prison n’est rien de plus qu’un reflet de la société dans laquelle nous vivons. Notre société ressemble à une grande prison à ciel ouvert; avec la menace de mourir de faim si vous ne dépensez pas votre énergie pour le capitalisme dans un travail dépourvu de sens, avec des caméras à chaque coin de rue, avec la police intimidant et assassinant dans la rue comme les screws font pour ceux et celles enfermé.es dans des cages et avec des frontières tracées en tant que murs par nos dirigeant.es. L’intérieur et l’extérieur de la prison ne diffèrent que par leur degré d’intensité, mais les deux sont basés sur la domination, l’aliénation et le contrôle.

L’État n’est pas intéressé à réduire le crime, mais à augmenter le contrôle social. L’emprisonnement décent, comme un capitalisme humain, n’existe pas. L’emprisonnement – être pris en otage par l’État – est une raison en soi pour se rebeller contre les screws et leurs barbelés. Tout comme dans la rue, il y a des gens dans les prisons, les établissements psychiatriques et les centres de détention qui ne sont pas en paix avec leurs conditions, qui n’ont pas enterré un certain goût pour la liberté simplement parce qu’un.e juge a décidé qu’ils vivraient dans une cage. Au sein de ces murs, il y a celles qui refusent le quotidien d’humiliation d’obéir aux gardes, dont les murs et les barbelés ne sont pas encore gravées dans leur cerveau, et qui plutôt les observent comme des obstacles qui doivent encore être surmontés. Le châtiment que le juge leur impose est une conséquence d’un monde qui est basé sur l’exploitation et l’obéissance, un monde qui ne pourrait pas fonctionner sans la menace constante de prison pour ceux qui choisissent de ne pas se soumettre à la misère qui les entourent.

Des vagues de révoltes, d’émeutes et de rébellions sont très répandues dans le système pénitentiaire. En se soulevant, en brûlant les infrastructures de la prison, en attaquant les gardes et en s’échappant, certains prisonnier(ère)s ont redécouvert ce que le système a essayé de leur enlever: le courage, le désir de liberté et la volonté de mettre un terme à au moins une partie de cette société de domination par la rébellion contre elle.

Notre désir de vivre libre de l’exploitation est sans valeur si nous ne sommes pas disposés à agir. La machine de la prison n’est pas aussi bien huilée qu’elle le semble, et celles à l’extérieur peuvent retrouver ses engrenages à chaque coin de rue – des architectes de prisons aux banques qui financent les prisons. Notre passion pour la liberté est plus forte que leurs prisons!

« C’est la plus terrible institution de notre époque que cette justice, fatiguée de surenchérir sur le crime qu’elle prétend punir; ne crucifiant plus, n’écartelant plus, de dépeçant plus, n’empalant plus, ne brûlant plus et, même, ne décapitant plus. Il n’y a plus ni fer, ni roue, ni gibet, ni bûcher, ni rien. Ce qui remplace tout, c’est le temps. La vie amputée du temps! C’est ça la prison : du temps infligé dans sa nudité. On ne tue pas, on laisse mourir. » – Serge Coutel

« Même si les prisons étaient transformées d’entrepôts d’humain.es en hôtels de luxe, même si les prisonnier(ère)s de toutes les prisons recevaient des «réductions de peine», même si le passage à tabac à tous les jours des prisonnier(ère)s était remplacé par des accords sournois et assimilés par les politiques correctionnelles, conformément au modèle des «droits humains», même si les cellules blanches étaient peinturées en rose et que la méthadone remplaçait l’héroïne, nous resterions à jamais les ennemi.es de toute structure qui nous prive de notre liberté. Nous serons les rebelles à l’intérieur de vos hôtels de luxe et les incendiaires de la justice légale. Nous serons combattant.es éternel.les en amour avec la liberté. Des meilleures conditions de détention ne signifient rien de plus que l’amélioration des conditions de captivité. Pour nous, la question reste dans son essence, l’état de captivité en soi. » – Yiannis Dimitrakis, anarchiste brigand de banques emprisonné en Grèce

« La prison n’est pas simplement un endroit, c’est aussi une condition : l’antithèse de ce qu’est la liberté. Par la même, l’absence de liberté est la prison et c’est seulement lorsque cette dernière est perçue comme condition propre qu’il devient possible d’entrer dans la dimension destructrice, sans mesure. » – Jean Weir

Juin 212012
 

Télécharger 11″x17″

FLICS, PORCS, ASSASSINS

La police dit que son but est de «servir et protéger», mais les 60 personnes que le SPVM a tuées depuis 1987 nous rappellent que ce n’est pas nous que la police sert et protège. On nous dit que nous avons besoin de la police, que leurs actions sont excusables et nécessaires à notre protection, que sans eux nous allons toutes/tous nous entretuer. La vérité est que nous n’avons pas besoin d’eux. Nous savons trop bien qui sont les assassins.

La police existe pour maintenir l’ordre social au service du capitalisme et de l’État; elle n’est pas intéressée à réduire le crime, mais plutôt à augmenter le contrôle social. Ils sont ceux qui lancent des gaz lacrymogènes et qui tirent des balles de plastique à toutes les fois qu’une manifestation échappe à leur contrôle, qui attaquent les travailleur(euse)s et les étudiant.es en grève. Ils sont ceux qui séparent les affamé.es des étagères pleines de bouffe des marchés, les sans-abri.es des immeubles vacants, les immigrant.es de leurs familles de l’autre côté de la frontière. La police est celle qui met les gens en cage. Ils sont ceux qui en convainquent plusieurs de vivre en cage selon leurs propres volontés, mû.es par la peur. Ils sont ceux qui protègent les riches, les patrons, leurs propriétés – pas nous.

Le capitalisme est un système qui nous est imposé. Aussi longtemps que des gens pourront défier la hiérarchie de l’élite gouvernante, la police sera nécessaire pour réguler, discipliner, contrôler. La violence policière n’est pas un accident – c’est notre quotidien. Elle ne peut pas être séparée d’un contexte plus large où les mesures d’austérité s’accroissent et où le contrôle social s’intensifie avec les nouvelles prisons, des lois plus sévères, avec l’omniprésence des technologies de surveillance. Le problème n’est pas juste la violence de la police, mais la police elle-même tout comme les tribunaux, les lois et les prisons, qui maintiennent la misère que le capitalisme nous impose.

La police ne peut nous dominer que si nous demeurons isolé.es. Si tous ceux/toutes celles qui l’haïssent se soulèvent ensemble, ils seront impuissants à nous arrêter. En Égypte, cela n’a pris qu’une semaine pour faire brûler tous les postes de police et pour obliger les départements de police à s’évaporer. C’est pourquoi notre colère doit se transformer en action comme quand les gens ont pris la rue pour y vivre l’émeute après le meurtre de Freddy Villanueva par les cochons à Montréal-Nord, quand les Mohawks ont érigé des barricades armées à Kanehsatake et à Kahnawake en 1990 ou encore plus récemment durant les manifs confrontationnelles qui ont fleuri du terrain de la grève étudiante, où les gens attaquent régulièrement la police avec tout ce qu’ils/elles peuvent, des roches aux cocktails molotov, brisent leurs chars ainsi que leurs équipements et détruisent leurs postes.

La police est un des plus importants obstacles à la réalisation de l’anarchie – une situation qui requiert des gens qui vivent selon leurs propres initiatives, seulement mettant en application ce qu’elles/ils sentent comme étant dans le meilleur intérêt. Les conflits devront être résolus dans un but de satisfaction mutuelle pour toutes les parties impliquées, pas supprimés par un gang qui s’est approprié le monopole de la force.

JUSQU’À CE QU’IL N’Y AIT PLUS DE POLICES PATROUILLANT LES RUES, ARRÊTANT CELLES/CEUX QUE NOUS AIMONS ET NOUS HARCELANT À TOUS LES COINS DE RUE, LA POLICE SERA ATTAQUÉE TOUT COMME LEURS CAGES ET LES SYSTÈMES DE DOMINATION QU’ILS ESSAIENT DE PROTÈGER.

Juin 212012
 

Télécharger 11″x17″

CONTRE LA LOI, LA POLICE, LES PRISONS ET LES ‘BON.NES CITOYEN.NES’

La police, les juges, les riches et leurs prisons défendent le monde actuel du travail et de la misère et seulement à travers le conflit ec elles/eux, nous créons un monde où ces systèmes de domination n’existent pas. Un monde où nous sommes libres de poursuivre nos besoins en commun avec les autres en absence de la rareté imposée du capitalisme et la police occupant nos rues, enfermant la menace de la liberté partout où elle commence à fleurir. Jusque-là, nous nous trouverons de l’autre côté des lois qu’ils maintiennent. Nous savons que l’égalité devant la loi est un mythe, construit par les puissant.es afin de dissimuler que ces lois s’appliquent à une réalité de profondes inégalités maintenues grâce à la domination. La loi, dans un grand souci d’égalité, interdit aux riches comme aux pauvres de coucher sous les ponts, de mendier dans les rues et de voler du pain.

Pour les dirigeant.es de ce monde, nous sommes, en effet, tous des criminel.les – du moins potentiellement. Nous sommes capables de menacer le sommeil tranquille du pouvoir parce que nous pouvons voir à travers le voile de la loi, choisir de l’ignorer et reprendre les moments de nos vies, quand nous le pouvons, en nos propres termes. Après tout, nous sommes qu’ils policent et surveillent. On peut se demander si ce n’est pas parce que c’est trop évident que les gens y sont aveugles.

Si les banques sont attaquées, c’est parce que l’argent est la cause principale de la misère. Si les vitres sont brisées, ce n’est pas parce que la vie est chère, mais parce que l’existence de marchandises empêchent de vivre à tout prix. Si les machines sont sabotées, ce n’est pas à cause d’un désir de protéger le travail, mais pour attaquer l’esclavage du salaire. Si la police et les prisons sont attaquées, ce n’est pas juste pour les faire sortir de nos quartiers, mais pour les faire sortir de nos vies. Les anarchistes sont ceux et celles qui mettraient le feu à un bulldozer ou une maison de luxe plutôt que de laisser une forêt être rasée, qui préfèrent entendre le bruit du verre qui se brise plutôt que le discours d’un politicien. Les criminel.les sont ceux et celles qui s’en soucient. Et le plus grand crime est de sympathiser avec eux et elles. Le plus grand acte de servitude est de faire semblant qu’ils sont des monstres.

Dans les yeux des puissant.es, nous sommes à domestiquer. Quelle meilleure façon de prouver que nous sommes bien dressé.es que de nous faire nous prosterner devant l’absurdité? Nos patron.nes tuent des gens chaque année dans ce pays par des accidents de travail facilement évitables, par des maladies liées aux professions et en libérant des poisons dans l’air et l’eau. Pourtant, on nous enseigne à avoir peur des plus faibles que nous et de nous accrocher plus fortement à nos dirigeant.es pour se protéger. Les bon.nes citoyen.nes collaborent avec l’autorité, rapportent les activités suspectes, suivent les règles et travaillent fort pour rendre plus facile la protection du gouvernement contre les supposées menaces qui ne peuvent pas, ne doivent pas, être comprises.

Le bon citoyen ne remarque pas quelque chose de suspect lorsque les politicien.nes et les PDG prennent crédit pour «la création d’emplois» et reprochent aux immigrant.es les «emplois volés». La bonne citoyenne peut se plaindre quand les banques volent des millions, mais elle sera d’accord que c’est du terrorisme si quelqu’un brûle la banque et aura peur de la personne qui la vole. Le bon citoyen va à la guerre pour les ambitions des politicien.nes et les profits des corporations.

Le bon citoyen oublie d’où il vient.

La bonne citoyenne s’identifie à ses propriétaires.

Le bon citoyen suit les règles qui sont contre lui.

La bonne citoyenne n’a rien à cacher et est prête à être fouillée pour le prouver.

Le bon citoyen est un délateur, un mouton, un vendu.

Les grands empires ne se sont pas seulement construits dans l’oppression. Ils ont également été construits sur le consentement des masses les applaudissant dans les stades romains intemporels de chaque dictateur. Le bon citoyen est l’exécuteur de la loi et de l’ordre où la police n’a pas le nombre pour être présent.e et sans lui nous serions plus près de déterminer nos vies dans la liberté totale. La bonne citoyenne trahira ceux et celles qui se rebellent. Surtout, elle se trahit elle-même, parce que le système qu’elle protège n’offre rien d’autre que des mensonges pour inspirer la loyauté

FAISONS DE NOUS DES CAMARADES DANS LA LUTTE CRIMINELLE POUR LA LIBERTÉ –

CONTRE TOUTE MENTALITÉ QUI EST EN PAIX AVEC LE POUVOIR ET CHAQUE CONSCIENCE QUI LE TOLÈRE.

TUONS LE FLIC DANS NOS TÊTES ET REFUSONS DE PORTER UNE PRISON À L’INTÉRIEUR DE NOUS-MÊMES.

«Dans ma vie, j’ai appris à ne pas ramper à gauche et à droite comme un délateur et un informateur, j’ai appris à ne pas trahir mes ami.es et camarades, à ne pas les abandonner, à ne pas les dénoncer en face de mes persécuteur(rice.s pour me sauver. Dans ma vie, j’ai appris à garder la tête haute, à être une personne fière et à ne pas ramper, même si cela a un prix. Si certaines personnes agissent comme des délateurs, j’ai vraiment honte pour eux.» -Vaggelis Stathopoulos, prisonnier anarchiste en Grèce

Juin 212012
 

Télécharger 11″x17″

SEULE UNE INSURRECTION GLOBALE PEUT ARRÊTER LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE GLOBAL

C’est un testament à l’horreur infinie du capitalisme qu’après des décennies de son immuabilité, de la fin de l’histoire, d’une famine d’autres avenirs possibles même dans l’esprit des enfants, que ceux et celles d’entre nous vivant aujourd’hui qui verrons ce monde changer à tout jamais ne pouvons nous compter chanceux(se)s.

La dévastation écologique est présente à une échelle encore jamais vue, avec la misère, le travail, la famine, l’esclavage et la guerre. La destruction de notre écosystème tout entier est intégrée dans la logique du capitalisme. Les émissions de carbone et les changements climatiques sont simplement un symptôme de la dégradation écologique causé par le capitalisme. Pris comme un problème isolé, le changement climatique est ridicule. Même si la combustion de combustibles fossiles n’aurait pas causé le changement climatique, elle serait encore cancéreuse pour les humains, en polluant l’océan et l’atmosphère, en carburant automobiles et missiles de guerre et créant les matières premières de tout, de sacs en plastique jetables à des jouets inutiles. Tout comme la coupe forestière réduit la capacité de la planète à stocker le carbone, elle détruit également d’innombrables espèces, détruit les formes de vie indigènes et les expulse de leurs terres, jusqu’à détruire la possibilité même de la joie que de nombreux.ses humain.es ressentent en étant à l’extérieur. Même si un capitalisme «vert» zéro carbone était seulement plausible, il s’agirait quand même de transformer les «ressources naturelles» vivantes en capital mort. Si ce n’est pas la production de carbone, ce sera la destruction de l’eau, des sols, de nos vies, tous sacrifiés pour le capital.

Chacun.e d’entre nous désire secrètement la fin de ce système. La grande illusion de la civilisation occidentale a toujours été le mythe du progrès, à savoir que le présent industriel s’étendra vertueusement dans un futur infini. Cela donne un certain confort malade, avec une sensation d’emprisonnement.

Ceux et celles auto-désigné.es pour nous «sauver» de cette crise – les gouvernements, scientifiques, activist.es semblent incapables d’autre chose que de slogans: développement propre, les bourses de carbone, le développement durable, la justice climatique, le capitalisme vert. Les gouvernements règnent en monopolisant la prise de décision, en saisissant les terrains centraux de la société et en se faisant l’arbitre des conflits sociaux et l’exécutant des solutions. L’État est le chef défenseur et l’administrateur du capitalisme basé sur les combustibles fossiles. Rejeter les solutions de l’État, refusant de dialoguer avec les puissantes institutions – en fait, d’essayer de les perturber et finalement les détruire – est un élément crucial de notre lutte pour sauver notre place sur cette planète. Puisque de la façon dont le capitalisme fonctionne et la façon dont fonctionnent les écosystèmes, il n’y a pas de solution axée sur l’approvisionnement contre le changement climatique. Le capitalisme vert ne nous sauvera pas.

La crise climatique tue déjà des gens et conduit des espèces entières à l’extinction tous les jours. Elle sera utilisée par l’État pour fermer les frontières et augmenter le contrôle social, la guerre et la police. Nous pouvons accepter plus du même en faisant confiance aux solutions des leaders qui, comme nous le savons, nous mentent ou nous pouvons prendre nous-mêmes les choses en main…

Les manifestations, trop souvent, demande simplement à l’État d’arrêter poliment. Le point n’est pas de demander que quelque chose arrête, mais de le faire cesser. Le sabotage est une forme fondamentale de l’action directe contre le capitalisme et de même est également fondamental pour la prévention du changement climatique catastrophique. Le sabotage est un acte qui détruit la reproduction du capitalisme. Comment bloquer le flux du capitalisme afin d’arrêter la dégradation écologique et l’exploitation humaine ? On peut y mettre fin avec l’insurrection généralisée, mais elle commence avec un groupe d’ami.es. Des réseaux d’ami.es peuvent s’auto-organiser pour stopper le flux de matières premières et de carbone. Alors que l’État et le capital entrent dans l’irréversible crise écologique, les possibilités de la révolution sociale décentralisée fleurissent par mille. L’insurrection est le début de la réalisation de l’idée des anarchistes que nous pouvons vivre sans l’État.

La continuation du changement climatique entraînera l’approfondissement de la misère au-delà de ce que chacun.e de nous pouvons imaginer. S’il y a un choix entre le cynisme et le désespoir ou une attaque déterminée et ciblée contre les institutions actuelles de domination qui assassinent notre avenir, nous choisissons cette dernière. Bien qu’il est peut-être vrai que les chances sont contre nous, il y a des milliers de cas de résistance, de révolte et d’aide mutuelle qui démontrent qu’il est possible de subvertir l’ordre social actuel et de se relier de manière radicalement différente.

LE TEMPS D’AGIR POUR LA LIBERTÉ EST MAINTENANT. VIVRE, C’EST RÉSISTER. OBÉIR, C’EST MOURIR.

Juin 212012
 

Télécharger 11″x17″

BLACK BLOC : attaquer l’autorité, le capital et l’État dans les rues pour que toutes et tous nous joignent

C’est vrai que l’État n’est pas une vitrine, mais ce n’est pas non plus qu’un concept abstrait. Briser des vitrines n’est pas une action révolutionnaire. En fait, aucune action prise hors contexte et présentée en tant qu’abstraction n’est révolutionnaire. Nous ne pouvons ignorer les intentions et la stratégie de ceux et celles qui brisent des vitrines. L’État et le capital ne peuvent être attaqués en tant qu’abstractions. Ils peuvent être attaqués seulement dans leurs manifestations matérielles, leur existence sociale et leurs institutions. Il est impossible d’attaquer toutes les manifestations matérielles du pouvoir en même temps, elles doivent donc être attaquées une pièce à la fois.

Lorsque l’intention d’être dans les rues est simplement de revendiquer poliment plus de liberté à nos dirigeant.es, les manifestations deviennent des événements contrôlables et ultimement symboliques. Passivité et obéissance sont de règle du début à la fin lors de ces marches qui ne posent aucune menace à la continuité des systèmes de pouvoir. Nous devons nous débarrasser du rôle du dissident et de la dissidente démocratique qui demande la réforme du système qui doit être détruit. Le but n’est pas de demander à nos ennemi.es d’arrêter, mais de les forcer à arrêter.

Les personnes reconnaissant l’État et le capital en tant qu’ennemis jurés de la liberté – et qui veulent les détruire plutôt que de faire des compromis ou de dialoguer avec eux – utilisent parfois la tactique du « black bloc » dans les rues. Les « black blocs » sont des groupes de personnes portant des hoodies, pantalons, souliers et masques de la même couleur pour préserver leur anonymat et empêcher la police d’identifier et d’isoler qui commet une action particulière. Tout ce que vous avez besoin pour participer est un esprit de combat, des ami.es en qui vous avez confiance et divers vêtements pour se changer. Un « black bloc » n’est pas une gang – à moins qu’une gang soit un groupe partageant un désir d’agir ensemble pour la liberté. Ce n’est pas une organisation, mais une tactique pouvant être utilisée par toutes et tous voulant attaquer ce monde de misère, de travail, de dévastation écologique et de domination dans lequel ils et elles doivent vivre. Un bloc est uni par des intention communes de se révolter et non par adhésion à un groupe ou allégeance à un.e dirigeant.e; parce que les anarchistes s’organisent eux- et elles-mêmes et n’ont pas de dirigeant.es.

Depuis leur popularisation en Allemagne dans les années 1980, les black blocs ont été utilisés par des anarchistes pour réaliser leurs désirs d’attaque tout en minimisant les risques de répression des prisons et des tribunaux qui utilisent leurs lois pour protéger la propriété et les système du pouvoir. Cet ordre social qui nous emprisonne, nous exploite et nous domine peut être déstabilisé par des attaques et les black blocs permettent d’attaquer et de développer des forces communes. C’est pendant ces moments, où le pouvoir perd le contrôle que des points de références sont créés pour les révoltes qui viennent, que nous pouvons mettre le cap sur les insurrections.

C’est la police qui est la première ligne de défense de cet ordre social et le mythe de leur invincibilité est promulgué partout. Il y a un effort constant pour nous convaincre que les attaquer est tout simplement du voyoutisme. Nous savons mieux. Nous pouvons réclamer nos vies ensemble et nous rapprocher de la liberté en agissant contre les ennemi.es de notre liberté : la police et leur société-prison, les banques et autres institutions du capital ainsi que les bon.nes citoyen.nes délateurs.

Ceux et celles qui se révoltent sont souvent presenté.es en tant que voyous. Les autorités disent que nous sommes violent.es parce que nous sommes ceux et celles qui veulent vivre en liberté, qui refusent de reproduire les rôles oppressifs, qui veulent l’abolition des propriétés, du capital et de l’autorité pour un monde de liberté totale et de solidarité. Tout cela est pour nous distraire de l’immense et constante violence systématique par laquelle les pouvoir du capitalisme et de l’État maintiennent leur contrôle. En luttant pour mettre fin à cet ordre social, qui nous décrira toujours en tant que « violent.e », nous pouvons récupérer nos vies et notre dignité.

Dans une société qui priorise la propriété à la place de la vie, la propriété doit être détruite pour que nous puissions vivre.

Juin 202012
 

Télécharger 11″x17″

ANTI-AUSTÉRITÉ SIGNIFIE ANTI-ÉTAT

«Sous les pavés, la plage.» – graffiti à Paris, mai ‘68

aus·té·ri·té

Les politiques gouvernementales qui coupent systématiquement l’aide sociale, la santé, les prêts étudiants et autres services sociaux.

Il est évident pourquoi nous devrions être contre les mesures d’austérité. Certain.es d’entre nous sont des étudiant.es, certain.es d’entre nous sont sur l’aide sociale et beaucoup d’entre nous dépendent du système de santé provincial. D’une manière ou d’une autre, la plupart d’entre nous dépendent de l’État-providence; sa destruction menace notre survie. Mais c’est seulement parce que le capitalisme et le colonialisme ont arraché nos connaissances collectives de comment nous nourrir et prendre soin de nos connexions à la terre sur laquelle nous vivons, nos liens les un.es aux autres. L’État-providence a été créé à une époque où le mode capitaliste de production avait besoin de travailleur(se)s obéissant.es et fidèles pour produire des biens, construire des bâtiments, mourir dans des guerres et fournir du travail intellectuel. Mais dans un monde de raréfaction des ressources, de croissance démographique et de machines toujours plus efficaces, nous devenons chaque jour moins nécessaire à l’entretien de ce système. Nous sommes, en fait, une menace pour lui – au moins potentiellement.

La situation est trop dangereuse pour nous permettre d’être dirigé.es par des valets bureaucrates qui négocient avec l’État que nous devrions chercher à détruire. Nos ennemi.es ont la pleine intention de protéger les privilèges que leur offre le capitalisme et maintenant la survie du capitalisme dépend d’une exploitation plus profonde et plus efficace. Les gens vont résister, bien sûr, et en conséquence le gouvernement fédéral élargit le système carcéral (il y aura cinq expansions fédérales et sept provinciales au Québec seulement) et renforce l’appareil de contrôle social avec des patrouilles de police et la surveillance routinière dans les rues de chaque ville. Bien sûr, ce malgré la chute des taux de criminalité déclarée par la police et une diminution de la gravité de ces crimes à travers le pays.

Déjà beaucoup d’entre nous ne pouvons pas payer la nourriture ou le loyer, d’autres arrivent à peine à s’en sortir. Déjà beaucoup d’entre nous sommes structurellement empêché.es d’améliorer nos vies de manière significative. Ceci est la vie sous le capitalisme. Et pour que le capitalisme puisse survivre à la présente crise, le cercle des personnes qui en bénéficient doit être réduit. L’âge du New Deal, de l’État-providence et de la classe moyenne est terminée.

Nous n’allons pas mendier pour aucune réforme de l’État qui fasse de nous de bons travailleur(se)s, de bons citoyen.nes et de bons producteur(rice)s pour le capital. Nous allons libérer toute la fureur et la peur qui se sont construites à l’intérieur de nous au cours des jours et des années que nous avons perdus dans nos rôles de servitude passive. Lorsque nous attaquons les structures qui quotidiennement nous rendent misérables et nous humilient, nous trouvons une force unique qui brise notre solitude et détruise l’identité de travailleur(se) ou d’étudiant.e, de bon.ne ou mauvais.e citoyen.ne. Nous avons choisi de lutter contre l’infrastructure d’aujourd’hui plutôt que d’exiger sa maintenance.

C’est la guerre contre le capital et l’État, l’austérité et l’autoritarisme – qu’ils soient explicites ou médiés par la démocratie. Lorsque les rebelles de Paris en 1968 ont inventé leur fameux slogan de jeter les pavés, ils impliquaient que le monde de leurs rêves était enterré sous les générations de défaites qui composent l’histoire du capitalisme – mais que tout ce qu’il faut pour commencer à dévoiler ce monde est de résister.