Juin 032019
 

Soumission anonyme à North Shore Counter-Info

Depuis 1873, le gouvernement canadien utilise la GRC et tous les services de police à leur disposition pour envahir par la force les territoires autochtones, aidant à voler leurs terres pour leurs ressources et les assimiler.

Dans l’ouest, sur le territoire de Wet’suwet‘en, dans le nord de la Colombie-Britannique, la GRC continue d’harceler les individus qui rentrent chez eux et en partent, s’emparant de leurs voitures et larguant mères et jeunes dans la nature.

De plus, la police continue d’empêcher les Wet’suwet’en d’avoir librement accès aux zones de chasse et de pêche et, durant la période de dégel printanier, aux zones où il est possible de cueillir des fruits rouges et des médicaments pour soigner les maladies organiser les cérémonies. Tout cela au nom et au profit de TransCanada/TC Energy.

A l’est, sur les rives du Sipekne’katik (rivière de Shubenacadie), en territoire Mi’kmaq occupé, nous voyons la GRC satisfaite une fois de plus une autre société d’énergie destructrice : Alton Gas. En avril dernier, la GRC a investi par la force et sans autorisation sur le territoire, arrêté et inculpé trois grand-mères micmaques. Ces arrestations interviennent après deux ans de lutte de la communauté autochtone visant à empêcher l’accès au chantier d’un projet qui va dévaster le fragile écosystème du Mascaret.

Les autorités du maintien de l’ordre colonial continue à intervenir et à empiéter les territoires où elles ne sont pas les bienvenues, toujours en faveur des profits de l’industrie et de l’État. Le 8 mai, nous avons même vu la police provinciale de l’Ontario (OPP) arrêter et inculper un individu de Wahta Mohawk pour « intrusion », et ce sur son propre territoire, après s’être affronté à la bande du conseil du gouvernement pour « corruption ».

Nous voyons ces moments et ces luttes pour l’autodétermination autochtone et la remise en état du territoire pour ce qu’ils sont : courageux et nécessaires.

Nous soutenons celles et ceux qui revendiquent ce qui leur a été volé et corrigent ce qui leur paraît injuste en faisant ce que nous pouvons faire maintenant, en attaquant les appareils de l’État qui harcèlent sans cesse, entravent et criminalisent les peuples autochtones.

Dans la nuit du 12 mai, un groupe de gens ordinaires a tenté d’être courageux.

En ciblant pour la deuxième fois le bâtiment de Stoney Creek dans l’histoire récente de la GRC, des individus ont trouvé le moyen d’atteindre les véhicules privés de la GRC et d’en mettre le plus grand nombre possible hors-service.

Nous avons repeint leurs véhicules avec des bombes de peinture, mis de la crème de gravure pour causer des dégâts plus conséquents puis verser de l’eau de javel dans les réservoirs d’essence qui étaient accessibles.

Il nous plaît à penser que nous avons rendu pour une courte période les choses un peu plus sûres ici.

Un petit geste de gratitude pour ceux et celles qui font réellement honneur à notre mère, à l’occasion du jour des mères.

Nous lançons un appel à l’implication et à l’action. Un appel à prendre au sérieux ces luttes, autant que sont pris aux sérieux des engagements envers la famille, le travail, l’école ou la communauté. Nous faisons appel à chaque personne s’étant déjà considérée comme une « alliée » : commencez à vous organiser et à vous mobiliser en prévision de ce qui est inévitablement à venir. Que serez-vous prêt.es à faire quand les Mi’kmaq and les Wet’suwet’en devront une fois de plus défendre physiquement leurs territoires contre la violence coloniale ? Comment vous préparez-vous pour les événements qui se trament depuis deux ans, depuis dix ans ? Les communautés autochtones continuent de mener leur bataille de 300 ans contre le colonialisme et le contrôle étatique. Les colons peuvent (et devraient) maintenir le second front.