Jan 062016
 

10375872_520404181454886_1068636850_n

Au jour de l’an, plus de 100 personnes se sont rassemblées pour une manif de bruit devant les prisons hors de Montréal à Laval : Le Centre de surveillance de l’immigration, l’unité à sécurité minimale du Centre fédéral de formation, et la prison Leclerc. Sur les bannières, on lisait en anglais : Happy New Year, Free All Prisoners et Our passion for freedom is stronger than prison (Joyeuse année, Libérez tous les prisonnierEs et Notre passion pour la liberté est plus forte que la prison)

Au Centre de surveillance de l’immigration, nous n’avons pas pu établir de contact visuel avec les personnes à l’intérieur mais nous savons grâce aux années précédentes que les feux d’artifices et les chants peuvent être entendus au-delà des murs. La caméra vidéo de la police qui suivait la manifestation à pied a été bloquée par des bannières, et les manifestantEs ont marché dans leur chemin pour entraver leur file. À Leclerc et au Centre fédéral de formation, on pouvait voir les prisonnierEs faire clignoter les leurs lumières, envoyer la main et crier par les fenêtres. Des feux d’artifice ont été déclenchés en abondance à chaque prison, et des discours ont été lus par système sonore contre les prisons et sur leurs liens avec les systèmes de colonialisme, de suprémacie blanche et de capitalisme. Des mots d’encouragement et de solidarité avec les prisonnierEs ont été transmis en français, en espagnol et en anglais.

Nous sommes heureux que trois manifestations de bruit aient eu lieu au Québec ce jour de l’an. On espère que cette tradition puisse servir de moment pour saluer une année de lutte continue et variée contre le système carcéral et contre les personnes, institutions et infrastructures qui le maintiennent.

Extrait de l’appel :

«Nous voulons célébrer la résistance à l’intérieur des prisons. En avril 2015, 70 mères du Karnes County Detention Center au Texas ont fait la grève. Ces femmes migrantes ont fait la grève de la faim pour demander leur libération tout en demandant l’asile aux États-Unis. En août, des prisonniers détenus en isolement à long terme en Californie ont gagné un recours collectif fédéral, stoppant efficacement l’isolement à long terme indéfini. En octobre, Amazon, une femme trans anarchiste présentement emprisonnée en Californie, a fait une grève de la faim, demandant d’être transférée dans une prison pour femmes. À Lindsay, en Ontario, des détenus de l’Agence Frontalière du Canada au Centre correctionnel du Centre-Est sont en grève depuis deux ans, demandant la fin des détentions pour immigrants. Ce ne sont que quelques exemples de résistances prisonnières qui se sont produites cette année. Nous sommes solidaires avec celles et ceux qui luttent contre les murs des prisons de l’intérieur.

Les prisons ont été créées pour isoler les gens de leurs communautés. Les manifs de bruit sont un moyen concret de combattre la répression et l’isolation. Nous voulons étendre notre message de solidarité aux gens à l’intérieur, et leur souhaiter bonne année. Par contre; une bonne année en serait une sans prison et sans ce monde qui nourrit leur existence.»

12394016_1739503742939179_1412852100_n_002

CXl3ybZWwAAg4Ky

CXlxIZVU0AAuW7x