Oct 302021
 

De It’s Going Down

Dans un vidéo publié le soir du 27 octobre, la porte-parole du Gidimt’en Checkpoint Sleydo’ a rapporté que suite à la montée de tensions dues à la présence d’autorités canadiennes, le chef Dtsa’hyl du clan Likhts’amisyu et Kolin Sutherland-Wilson du clan fireweed Gitxsan ont été arrêtés par la gendarmerie royale. Depuis les derniers jours, des blocus contre les travailleurs de Coastal GasLink ont empêché le travail de se poursuivre, et des machines ont été désactivées.

Sleydo’ a signalé que plus de policiers étaient en route pour potentiellement faire d’autres arrestations, et que des renforts étaient nécessaires. « Nous avons besoin de tout le monde ici. S’il vous plaît venez au campement. Les Likhts’amisyu ont besoin de soutien. Soutenez la nation Wet’suwet’en qui lutte depuis plus de dix ans maintenant. Nous avons besoin que tout le monde montent aux barricades et organisent des blocus. Où que vous soyez, faites ce que vous pouvez pour contribuer. Si vous ne pouvez pas venir ici, faites du bruit, dérangez! » 

MISE À JOUR 29/10/21: Dtsa’hyl et Kolin S-W ont été relâchés.

Le journaliste Michael Toledano, qui couvre le sujet de l’invasion du Yintah par CGL et la GRC, a rapporté:    

Après que les travailleurs de CGL aient utilisé de la machinerie lourde pour bloquer l’accès des Wet’suwet’en à leur propre territoire, Dsta’hyl du clan Likhst’amisyu a désactivé ces équipements, retournant le blocus de CGL contre eux. Les Likhts’amisyu ont désactivé plus de 10 machineries lourdes.

Nous en sommes à plus d’un mois d’une troisième vague de blocus contre le pipeline Coastal GasLink. Des membres du clan Gidimt’en ont bloqué le site de construction où CGL planifie creuser sous la rivière Wedzin Kwa depuis la fin du mois de septembre 2021. Des membres du clan Likhts’amisyu ont aussi utilisé de la machinerie lourde pour contrôler l’accès à un campement de travailleurs de CGL.

Le clan Likhts’amisyu a publié:

C’est #LandBack. Il n’y a pas d’autre cadre d’interprétation occidental qui aille, car le colonialisme ne sait pas comment retourner les terres. Les colonisateurs savent seulement qu’une réinterprétation du mouvement LandBack va en changer la nature. On ne laissera pas faire ça.

Hier, Toledano a rapporté que des barricades autochtones ont fermé l’accès à un campement de travailleurs (man camp) de pipelines:

Après avoir traversé un blocus de machinerie lourde par CGL, des chefs héréditaires Likhts’amisyu et leurs supporters ont occupé des régions éloignées du territoire Wet’suwet’en. Ils contrôlent le traffic routier vers le campement. L’équipement de CGL empêche les Wet’suwet’en de se rendre plus loin. 

Ce blocus a été érigé après que des chefs Likhts’amisyu et leurs supporters ont été empêchés d’accéder à leur territoire le dimanche 24 octobre 2021. Ils ont rapidement organisé un barrage en réponse à cet affront. Lisez plus sur Instagram (via proxy anonyme).

Ces événements surviennent après l’ouverture officielle par le chef dinï ze Woos de la cabine au camp du coyote, installé sur le site du bloc de forage. Il invite tous les ancêtres à venir se tenir debout avec eux:

« Avant le contact avec les Européens, nous étions des centaines de miliers ici. Nous coexistions avec les animaux et protégions la rivière Wedzin Kwa depuis les temps immémoriaux. Nous défendrons toujours la rivière». Dinï ze Woos livre un message à CGL et ses investisseurs: « CGL a dit qu’ils allaient creuser sous la rivière, mais ça n’arrivera pas. Nous ne laisserons pas ça passer ». 

Il y a deux semaines, des images de défenseurs du territoire pourchassant des policiers de la GRC ont tourné dans les médias sociaux, alors que des barricades de bois étaient protégées contre le harcèlement constant et l’invasion des forces policières.

Pour plus de nouvelles, suivez @likhtsamisyu @gidimten @m_tol et Yintah Access