Fév 172022
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Le 15 février 2022, le gouvernement de Trudeau annonce la mise en vigueur de la Loi sur les mesures d’urgence (ancienne loi sur les mesures de guerre dont le nom a changé en 1988). Pendant 30 jours, de nombreux privilèges seront accordés aux corps policiers et de nombreuses restrictions sur notre liberté sont désormais applicables. Que nous soyons d’accord ou non avec les mesures sanitaires, les convois de la liberté ou l’occupation à Ottawa, l’usage de cette loi est inacceptable et extrêmement dangereux.

Bien que son application vise, selon le gouvernement, à accorder de nouveaux privilèges à la GRC afin de contrecarrer le mouvement des camionneurs, la loi sur les mesures d’urgence accorde des privilèges partout au pays et n’empêche aucunement les corps policiers d’utiliser leurs nouveaux privilèges dans d’autres dossiers que ceux liés aux « convois de la liberté ». L’histoire démontre bien qu’accorder de nouveaux privilèges à la police mène nécessairement à des dérives aux conséquences catastrophiques.

Désormais, et pour un minimum de trente jours, « il est spécifiquement interdit d’organiser des rassemblements publics, qui prévoient nuire à la circulation des personnes et des biens, de perturber le commerce ou d’entraver les infrastructures essentielles ». Participer à de tels rassemblements peut se valoir une amende de 5000$ et une peine allant jusqu’à 5 ans de prison. Les personnes avec des statuts permanents pourraient aussi voir leur statut révoqué.

Il est nécessaire de réfléchir sur les motifs ayant mené à cet exercice de force. La police n’a pas eu besoin de l’usage de cette loi pour réprimer violemment toute mobilisation sociale de gauche depuis sa création, en 1988. La police n’a pas eu besoin d’une telle loi pour intervenir en escouades militaires dans les communautés autochtones résistant contre le colonialisme. Pourquoi maintenant? D’autant plus que les occupations à Ottawa ne semblent pas favoriser des tactiques de destruction de bien privés.

Il semble capital ici de souligner que le Canada est actuellement aux prises avec de nombreuses résistances face à son colonialisme, et que cette loi pourrait permettre une répression supplémentaire.

L’usage de cette loi crée un précédent que nous ne pouvons pas nous permettre de sous-estimer. L’occupation à Ottawa pourrait être faite par des écolos. Énormément de raisons nous permettent d’espérer un jour voir Ottawa et le parlement ravagés par les flammes. Nous ne pouvons ni accepter ni nous permettre que cette loi soit appliquée sans conséquence. Organisons-nous.