Mar 252020
 

De Grevedesloyers.info

Voir aussi Enjeux légaux

Faire une grève du loyer est risqué. Pour amenuiser les risques, nous devons être nombreux-ses.

  • Faire collectivement la grève des loyers permet d’établir un rapport de force avec le gouvernement pour qu’il intervienne afin d’annuler hypothèques et loyers pour tous et toutes.
  • Se regrouper entre locataires d’un même propriétaire peut faciliter une grève des loyers et rendre plus complexe l’usage de recours légaux (comme l’éviction) par votre propriétaire.

Étapes que nous vous conseillons de suivre:

  1. Informez-vous en lisant la section Enjeux légaux et Ressources.
  2. Discutez de la grève avec vos colocataires, vos voisins, les gens qui vivent dans le même immeuble, mais aussi avec les gens qui ont le même propriétaire si vous les connaissez ou parvenez à entrer en contact avec eux/elles.
  3. Accrochez un drap blanc devant chez vous pour montrer que vous exigez un gel des loyers et des hypothèques, et que vous ferez la grève des loyers si le gouvernement n’agit pas.
  4. Imaginez des stratégies adaptées à vos différentes situations. Voici des exemples:
    • Si vous avez les moyens de payer votre loyer, pensez à mettre l’argent de côté pour pouvoir payer tous les loyers non-payés une fois la crise terminée.
    • Si vous habitez à plusieurs, parlez avec les autres habitants pour voir comment faire la grève collectivement.
    • Si votre propriétaire a beaucoup de logements, essayez d‘échanger à propos de la grève dans le plus de ses logements possible. Une situation où beaucoup de locataires d’un même propriétaire se mettent en grève des loyers vous permet d’avoir un meilleur rapport de force. Votre propriétaire doit ainsi envisager plusieurs recours légaux auprès de la Régie et risque de perdre tous ses locataires d’un coup.
  5. Signifiez à votre propriétaire votre incapacité de payer votre loyer. Nous proposons des modèles de lettres à envoyer dans cette section.

Vous vous posez des questions?

Est-ce qu’on va avoir des ennuis? Quelles sont les conséquences?

Faire une grève n’est jamais sans risque, mais il s’agit aussi d’un moyen permettant de faire entendre ses besoins et ses droits. En collectivisant les risques, on collectivise aussi l’organisation de la défense. Plus de gens participent, plus les chances d’éviter ces risques sont grandes. Il est toutefois important de vous informer sur ces risques potentiels en vous référant à la section Enjeux légaux.

Pourquoi encourager/participer à cette grève malgré tout?

Dans le contexte d’état d’urgence sanitaire, avec la fermeture de toutes les entreprises non-essentielles, si nous ne nous organisons pas collectivement, des milliers des personnes ne pourront de toute façon pas payer leur loyer et leurs factures.

  • Plus il y a de gens impliqués, moins il y aura de chances que les conséquences soient graves pour les grévistes. Les enjeux sont semblables à ceux d’une grève en milieu de travail ou d’une grève étudiante, mais pour les locataires.
  • Le mouvement des droits civiques utilisait des grèves du loyer pour protester contre la discrimination et pour assurer un contrôle des loyers. C’est une forme de désobéissance civile non violente et l’une des seules tactiques qu’il nous reste en temps de pandémie.
  • Vous ne pouvez pas être légalement evincé-e tant que l’état d’urgence sanitaire est décrété. C’est seulement après la crise, si le gouvernement n’a pas répondu à nos demandes, que vous pourriez être évincé-e. Mais nous continuerons à faire la grève tant qu’une annulation des loyers ne sera pas accordée. Nous maintiendrons la pression pour faire entendre nos revendications et pour nous assurer que les propriétaires ne pourront pas prendre de mesures contre leurs locataires.
  • La situation présente est sans précédent et nous devons être solidaires entre personnes précaires et marginalisées.

Les propriétaires n’ont-ils pas des factures et une hypothèque à payer eux aussi?

Oui, mais ce n’est pas aux locataires de se responsabiliser pour les propriétaires. C’est au gouvernement d’agir pour s’assurer que les propriétaires n’ont pas à payer leurs factures non plus. Les locataires doivent prioriser leur santé et leurs besoins immédiats, comme se nourrir.

  • Les Locataires paient aussi des frais abusifs depuis de nombreuses années.
  • Les propriétaires qui ont des hypothèques devraient exiger des banques qu’elles suspendent sans intérêt les remboursements hypothécaires.
  • En temps de crise sanitaire, il est du devoir des propriétaires de refuser de collecter les loyers de leurs locataires. Nous devons tous et toutes faire pression sur le gouvernement.
  • Les locataires ne sont pas responsables de la crise sanitaire en cours. Ils et elles ne sont pas responsables des emplois perdus, des heures coupées ou d’être tombé-es malades.
  • Les temps sont incertains, on ne sait pas jusqu’à quand va durer cette crise ni comment elle va évoluer. Ce sont les personnes précarisées – ceux et celles qui en arrachaient déjà pour payer épicerie, loyer, factures et dettes – qui seront touchées de plein fouet. C’est aux mieux nantis de la société d’encaisser le coup, pas aux locataires.

Je peux payer mes factures et mon loyer, pourquoi devrais-je participer?

  • Plus il y a de gens qui participent, plus ce sera difficile pour les proprios et le gouvernement de briser la grève et plus nous aurons de chance que le gouvernement réponde à nos demandes.
  • Il est possible que vous n’ayez pas de problèmes financiers maintenant, mais que d’ici un mois ou deux la situation de vous contraigne à ne plus pouvoir payer votre loyer, comme elle contraint aujourd’hui des milliers de personnes.
  • Les demandes que nous faisons au gouvernement visent à sauver des vies. Nous voulons que le gouvernement prenne des mesures d’urgence pour éviter le plus de morts possible et que les gens continuent à prendre soin de leur santé pour mieux résister à la COVID-19. Personne ne devrait avoir à faire le choix entre se loger, se nourrir et être en santé.
  • Tout le monde doit être solidaire en temps de crise et on doit répondre collectivement aux problèmes actuels. On sait déjà que beaucoup d’entre nous seront incapables de payer leur loyer dans les prochains mois. Participer à une grève des loyers est geste nécessaire pour que le gouvernement prenne acte des besoins de la population et décrète l’annulation des loyers tant que l’état d’urgence sanitaire sera en place.

Le gouvernement n’offre-t-il pas des aides financières aux gens?

Les mesures qui ont été mise en place par les gouvernements fédéral et provincial ne s’adressent pas à tout le monde : actuellement, ceux et celles qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi (travailleurs autonomes ou à contrat, étudiant.es, travailleurs précaires, etc.) et qui ne sont pas malades n’ont plus de revenus et n’ont droit à rien du gouvernement.
Bien que l’assurance-emploi ait été bonifiée, le temps d’attente pour l’obtenir n’a pas disparu, bien au contraire. Les mesures proposées par les gouvernements provincial et fédéral ne permettront pas à ceux qui en ont besoin pour survivre de payer leur prochain loyer.

Ne devrait-on pas concentrer notre énergie à combattre le COVID-19?

C’est précisément ce que nous faisons. Nous exigeons que les propriétaires, les banques et les gouvernements prennent des mesures qui nous permettent de nous concentrer à combattre la COVID-19. Si nous cessons de nous alimenter ou de nous soigner pour pouvoir payer notre loyer, ou si nous devons trouver des moyens de gagner des sous alors que tous les emplois ont disparu, nous ne pourrons pas contribuer le plus efficacement à combattre la pandémie.

Combien de gens sont impliqué-es? Je ne participerai qu’à condition que nous soyions nombreux.

C’est difficile de compter le nombre de gens qui font la grève des loyers. Déjà, un grand nombre de personnes affichent leur solidarité et leur intention leur intention de ne pas payer leur loyer en accrochant des draps blancs devant leur demeure. D’autres se coordonnent sur les réseaux sociaux pour diffuser le recours à la grève des loyers. Plusieurs regroupements autonomes de citoyen-nes organisent actuellement la grève des loyers dans leurs communautés.