Jan 042020
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

31 decembre 2019

Vers 19h00, un groupe de personnes s’est rassemblé dans les boisés en périphérie du Centre de Détention de Québec dans le but d’afficher leur support aux personnes détenues. L’établissement accueille des détenuEs qui purgent des sentences de moins de deux ans et des prévenus en attente de leurs procès. L’établissement peut accueillir plus de 710 détenus masculins, il est le deuxième plus grand établissement de détention provinciale au Québec, après la Prison de Bordeaux. La prison comporte également une section féminine qui comporte 56 places régulières. Au moment de la visite nocturne, une quinzaine de prisonniers se trouvaient dans la cour extérieure lorsque des feux d’artifice et des fusées de détresse ont été allumés, leur offrant un lumineux message de bonne année. Des souhaits et des cris enthousiastes furent échangés de part et d’autre des grillages avant que la sécurité ne tente de prendre la situation en charge. L’action s’est conclue sans arrestations.

Parce que nous vivons toujours dans un contexte colonial et raciste où les Premiers Peuples sont incarcérés par le gouvernement Canadien de façon disproportionné comparé au reste de la population, nous voulons réaffirmer notre solidarité en dénoncant la juridiction du “Canada’’ sur ces terres et sa main mise sur la vie et la détermination des peuples qui y vivent.

On ne peut plus nier l’impact du colonialisme !

Nous voulons aussi saluer le courage de Shanet Pilot, une autochtone guerrière, qui est toujours incarcérée 3 heures par semaines à la prison de Québec pour avoir défendu son territoire, le Nitassinan, et s’être opposée à un développement hydroélectrique d’Hydro-Québec. Depuis 2012 que le Gouvernement la fait payer par la prison le prix de ses dettes, quand en ce moment même, Hydro-Québec ne paie que des miettes en retour pour le vol de ses territoires. SOLIDARITÉ AVEC SHANET PILOT!

La pratique de mettre des détenu.es dans le “trou” de façons excessives est une pratique récurrente, qui se passe ici même au centre de détention de Québec et qui doit être abolie tout comme les prisons. Le rappeur Souldia raconte son expérience du “trou” alors qu’il avait 24 ans: « On m’a emmené au trou pour 21 jours. Ça sent les restants de nourriture de la veille, ça sent la pisse, ça sent la marde. Les murs sont sales. Y a du sang séché, de la bave. En moins de 10 jours, tu délires. »

La prison de Québec a aussi reçu l’indice “E” de la part de la société québécoises des infrastructures du Québec, ce qui signifie qu’elle a eu la note la plus basse et qu’elle est en très mauvaise état.

Un recours collectif est intenté contre le gouvernement du Québec pour dénoncer les préjudices vécus par les détenus vivent dans cette prison. La requête qui est mené par Samuel Cozak, un ancien détenu, révèle une mesure nommé le « camping » où les détenus doivent dormir à même le sol dans la cellule d’une autre personne incarcérée et ce à moins de 20 centimètres d’une toilette. M. Cozak dénonce aussi la sous-alimentation des détenus, l’insalubrité des cuisines et les interventions des agent.es qui sont teintées d’intimidation, d’utilisation de la peur et de mise en isolement excessive. On déplore aussi qu’un seul médecin soit présent par semaine pour répondre aux problèmes de santé de quelque 800 détenus incluant les services de santés mentales.

Un autre recours collectif est en cours en lien avec le suicide de Gaétan Laurion qui était incarcéré dans le secteur de l’infirmerie de la prison sous surveillance accrue après plusieurs tentatives de s’enlever la vie. Au moment de son décès, le gardien avait travaillé 45 heures dans les trois jours précèdent et dormait au poste de surveillance. La famille réclame réparation pour négligence.

Les prisons au Québec sont en général surpeuplées, il est estimé que le taux d’occupation de la prison de Québec est de 104%. Cette situation crée beaucoup de répercussions sur la vie des personnes criminalisées et se traduit notamment par d’importants transferts de détenuEs, soit l’équivalent d’une prison entière déplacée par jour dans la province.

Finalement, nous tenons à affirmer notre solidarité avec les personnes trans et la communauté LGBTQIA2 qui vivent d’autant plus de discriminations dans le milieu carcéral genré et qui font face aussi à des humiliations quand vient le temps de devoir se plier à des fouilles à nues. Un réseau est en place et se développe de plus en plus pour soutenir ces personnes en prison par l’entremise de correspondances écrites qui servent à créer des liens et même créer une certaine sécurité pour ces détenu.es, nous vous invitons donc à contacter le Prisoner Correspondance Project pour plus d’infos.

ENCORE UNE FOIS BONNE ANNÉE ET SOLIDARITÉ!
LE POING EN L’AIR PARCE QU’ON EST TOUS ET TOUTES NÉES POUR ÊTRE LIBRE!
NI PRISONS! NI ÉTATS! NI QUÉBEC! NI CANADA!