Compte-rendu d’une manif contre le couvre-feu

 Commentaires fermés sur Compte-rendu d’une manif contre le couvre-feu
Jan 212021
 

De No Borders Media (Facebook)

Plus d’une centaine de manifestant-es se sont rassemblé-es dans l’est de Montréal le samedi 16 janvier, pour exprimer leur opposition au couvre-feu imposé par le gouvernement et pour mettre en avant des mesures de lutte contre la pandémie fondées sur la solidarité et le soutien aux plus marginalisé-es de la société. La manifestation, qui a défilé avec succès dans les rues d’Hochelaga, a souligné les impacts cruels du couvre-feu et du harcèlement policier qui en découle sur les sans-abri, les travailleur-ses du sexe, les consommateurs de drogues, les travailleur-ses sans papiers et autres.

Les organisateurs de la manifestation – un groupe ad hoc appelé Pas de solution policière à la crise sanitaire – ont souligné que la manifestation était en faveur des mesures d’atténuation du COVID-19, mais ont rejeté le couvre-feu comme étant autoritaire et nuisible à une réponse efficace à la pandémie. Les organisateurs ont également tenu à rejeter l’implication et la présence de toute personne associée à l’extrême droite ou les mouvances anti-science et conspirationnistes, mettant plutôt de l’avant une approche pro-science et de justice sociale face à la pandémie (illustrée par une pancarte : “pro-science, pro-masque, pro-vaccin, anti-couvre-feu”).

Il y avait une forte présence policière lors de la manifestation, notamment la police anti-émeute qui a été déployé malgré le fait que la manifestation était familiale et respectait les mesures sanitaires. Les organisateurs de la manifestation ont fourni des masques aux participant-es, et les manifestant-es ont pratiqué la distanciation physique. Pourtant, au début de la manif sur la place Valois, la police anti-émeute a arrêté à tort un homme qui ne portait pas de masque. Cet homme ne faisait pas partie de la manifestation et était manifestement en détresse alors qu’il attendait un ami sur la place publique. Au Québec, les masques ne sont pas obligatoires à l’extérieur pendant la pandémie, à moins de participer à une manifestation, ce qui est une ironie pour de nombreux manifestant-es qui préfèrent de toute façon porter un masque en manif. Un autre homme a été détenu par les flics anti-émeute pour ne pas avoir porté son masque correctement (il était brièvement sous son nez), et n’a pas eu la possibilité de le corriger avant d’être emmené par un entourage d’anti-émeutes.

Ces deux détentions (et les contraventions qui en ont probablement résulté, au coût de plusieurs centaines de dollars) ne sont que des exemples de plus de l’incapacité structurelle du SPVM à exercer la “discrétion” et le “bon jugement” que la mairesse de Montréal Valérie Plante, la ministre de la Sécurité publique du Québec Geneviève Guilbault et le premier ministre François Legault leur accordent. Pendant la pandémie, le SPVM a émis des contraventions à des sans-abri pour des infractions sanitaires, et pendant le couvre-feu, des flics ont demandé à fouiller illégalement des travailleur-ses essentiel-les, en plus de refuser à d’autres travailleur-ses essentiel-les des documents clairs leur permettant de se rendre au travail et d’émettre des contraventions de plus de 1 000 $. La police anti-émeute a également expulsé un campement de sans-abri à Hochelaga (Campement Notre-Dame) en décembre dernier. Il est probable que de nombreux autres cas d’abus policiers pendant le couvre-feu, et la pandémie en général, n’ont pas encore été signalés. Les abus structurels de la police soulignent à nouveau la nécessité de définancer la police et d’allouer plutôt des ressources et des fonds à la santé, à l’éducation et aux services sociaux.

Malgré les actions de la police, la manifestation de samedi a été un succès. Conjointement aux déclarations publiques d’organismes montréalais en opposition au couvre-feu et à une conférence de presse pour dénoncer le couvre-feu lundi dernier regroupant plusieurs organismes communautaires, la manifestation était un premier pas modeste vers l’occupation d’un espace public plus important – en tant que mouvement en faveur de la justice sociale et de la science – pour s’opposer aux mesures autoritaires comme le couvre-feu tout en promouvant des solutions solidaires pour atténuer la pandémie. C’est un pas positif pour s’éloigner des conspirationnistes d’extrême droite, anti-science, qui ignorent la justice sociale et la solidarité, et peut-être un petit pas vers une future désobéissance stratégique du couvre-feu, si celui-ci est prolongé plus tard en février.

Lettre d’un ex-prisonnier

 Commentaires fermés sur Lettre d’un ex-prisonnier
Jan 132021
 

Nous avons reçu le message qui suit par courriel. Nous le publions avec la permission de l’auteur.

Bonjour,

Je ne sais pas si c’est votre organisation qui était passée devant le centre de détention Centre Fédéral de Formation (CFF600) sur la montée St-François le 31 décembre 2019 mais si c’est le cas, je tiens à vous remercier.

En effet, j’étais en prison à ce moment là, dans les condos qui donnent face sur la montée St-François. Je pouvais vous voir depuis la fenêtre du salon et de ma cellule. Pendant ce moment, vous m’avez fait oublié que j’étais incarcéré et je me suis senti important et vivant. Savoir que du monde de l’extérieur pensait à moi et se déplaçait pour moi m’a fait du bien.

J’aimerais être informé de tout autre manifestation concernant les centre de détention ou pour l’immigration (ou je travaillais en tant que détenu)

Je regrette de ne pas m’voir présenté cette année car j’aurais aimé y participé, j’aurais du me présenté quand même.

Merci beaucoup de votre temps!!

Yannick, enfin presque libre!!!! (je suis en maison de transition mais bientôt chez moi)

Pas de solution policière à la crise sanitaire !

 Commentaires fermés sur Pas de solution policière à la crise sanitaire !
Jan 092021
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Montréal, le 9 janvier 2021

Aujourd’hui à 20 heures, pour la première fois de notre histoire, un couvre-feu sera mis en place à l’échelle de la province. Après dix mois de crise sanitaire, notre gouvernement a encore une fois opté pour la solution policière. Alarmes, sirènes et gyrophares à l’appui, la police nous annoncera l’heure de son règne tous les soirs, et ce, au minimum pour le mois prochain. Il s’agit là d’une véritable stratégie d’intimidation et de peur mise en œuvre pour camoufler l’amateurisme et l’inefficacité de la méthode caquiste de gestion pandémique.

Ce « gouvernement des banlieues » a encore une fois décidé de procéder à de sombres calculs de rentabilité plutôt que d’instaurer des mesures basées sur la justice sociale et la science. La mise en place du couvre-feu dans un tel contexte n’est pas une mesure sanitaire. C’est un choix qui pourrait s’avérer non seulement inefficace, mais carrément dangereux. L’effet disproportionné de la décision nuira aux personnes les plus vulnérables de notre société, celles qui subissent déjà régulièrement la violence et la brutalité de nos forces de l’« ordre ».

Sans surprise, ce gouvernement suit la stratégie adoptée presque partout ailleurs, celle qui cadre parfaitement avec la logique du capitalisme néolibéral. On manque toujours de ressources pour les services publics, mais les coffres ne sont jamais vides pour le renforcement de l’appareil de répression d’État.

Plusieurs intervenant.e.s l’ont déjà mentionné : le couvre-feu aura tout au plus un effet symbolique. En réalité, c’est à une poursuite de la dégradation du filet social et à l’installation d’un climat de peur que l’on assiste. En lieu et place de la solidarité, et alors que notre santé mentale est déjà fragilisée par près d’un an d’incertitude, le gouvernement encourage la délation, la recherche de bouc-émissaires et la culpabilisation individuelle, se dédouanant ainsi de toutes responsabilités. À Montréal, nous aurons près d’une centaine de flics de plus. Or, ce que nous demandons, ce sont des psychologues et des intervenant.e.s. Quel effet aura cette surveillance accrue sur notre paranoïa collective ? N’y a-t-il pas une autre alternative ?

La gauche radicale ne doit pas laisser ce combat entre les mains de la droite et de son discours anti-scientifique et individualiste. En temps de crise sanitaire, nous n’avons pas le luxe de respecter aveuglément les mesures répressives et contre-productives tout en se contentant de demi-mesures préventives. Nous avons déjà trop tardé, il est maintenant plus que nécessaire d’agir afin qu’un discours critique se fasse entendre. Nous ne pouvons pas nous permettre la complaisance. Face à la surenchère sécuritaire, nous avons le devoir de proposer un autre projet politique, qui ne laisse personne derrière et qui se base sur des données scientifiques rigoureuses.

Dans tous les quartiers, par tous les moyens, il faut qu’on se fasse entendre. Aucune solution policière à la pandémie n’est acceptable. Résistons à l’autoritarisme en place et à venir, luttons contre le couvre-feu ! Nous ne devons rien attendre d’un gouvernement mené par un sinistre comptable paternaliste aveuglé par le pouvoir et ne parlant qu’à sa base.

N’acceptons pas le défaitisme ambiant, préparons le printemps !

Manifestation annuelle de bruit à soi-disant Montréal 2020

 Commentaires fermés sur Manifestation annuelle de bruit à soi-disant Montréal 2020
Jan 032021
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Bien qu’aucun appel public n’ait été lancé, quelque 50 personnes se sont rassemblées pour la manifestation annuelle de bruit à soi-disant Montréal. Nous poursuivons ainsi la tradition de faire résonner la nouvelle année aux côtés de nos proches incarcérés. Cette année, nous avons seulement visité la prison fédérale à sécurité minimale pour hommes à Laval, Québec – appelée Centre fédéral de formation à sécurité minimale. Il s’agit de la prison où nous pouvons toujours apercevoir des personnes aux fenêtres et où nous savons qu’on peut nous entendre et voir nos feux d’artifice. Nous avons cogné contre des casseroles, hurler nos souhaits et établi un nouveau record d’explosion de feux d’artifice.

Cette année a été difficile pour plusieurs, mais encore plus pour ceux et celles en prison. Il n’y a pas eu d’éclosion de SARS-Cov2 au Centre de formation à sécurité minimum, mais il y en a eu dans l’institution jumelle – Le Centre de formation multi-niveaux, où un prisonnier est mort de la Covid-19 durant l’été. Les prisonniers des deux institutions ont subit des mois de confinement, sans aucune visite, activité de groupe et un accès limité ou interdit au gym et à la bibliothèque. C’est pourquoi nous trouvions encore plus important de nous rassembler pour le Nouvel An. Nous voulions que les prisonniers sachent qu’on ne les oublie pas.

Solidarité avec tou.te.s les prisonnier.e.s, y compris dans les prisons de migrants! #liberezlestous

Solidarité avec toutes les personnes qui font face à la répression dans la foulée des insurections en réaction à la mort de George Floyd, de Breonna Taylor, de Rayshard Brooks, et d’autres encore! #amnistiegenerale #BlackLivesMatter 

Pour un monde sans prison et sans système qui en profite.

C.-B. : Sabotage de lignes électriques alimentant des installations de GNL — Déclaration de quelques personnes qui veulent fermer le Canada

 Commentaires fermés sur C.-B. : Sabotage de lignes électriques alimentant des installations de GNL — Déclaration de quelques personnes qui veulent fermer le Canada
Déc 082020
 

Soumission anonyme à North Shore Counter-info

Nous entendons les appels à l’aide qui traversent cette fausse nation. Nous voyons les guerriers et les matriarches Wetsuweten, Secwepemc et Mohawk tenir bon contre l’État fasciste qui tente sans relâche de voler leurs terres par le biais de projets industriels subventionnés par la milice d’État. Nous voyons des guerriers et des matriarches Mikmaqs et Algonquins défendre fermement leur droit de vivre à l’abri des infrastructures de ce faux État.

Nous voyons également de la complaisance sur ces terres. Du vide des territoires qui ne sont pas contestés, nous n’entendons rien. L’hydre industrielle payée par l’État ne connaît aucune limite, aucune ligne territoriale, et pourtant celles et ceux qui n’ont pas été physiquement confronté.e.s à cette bête continuent de se taire. Nous constatons cette passivité militante aussi bien de la part des “allié.e.s” que des “complices”, et c’est pourquoi nous avons décidé d’agir en conséquence.

Il y a quelques nuits, pendant la soi-disant semaine d’action, dans un endroit isolé, quelque part entre Prince George et Prince Rupert, nous avons pris quelques boulons et coupé les haubans d’un pylône de ligne électrique à haute tension. La ligne en question va directement de Fort St. John à Kitimat, et distribuera efficacement l’électricité du barrage du site C à l’installation LNG Canada quand les deux seront terminés.

Nous considérons qu’il s’agit là de points d’attaque critiques, car les deux installations sont encore en phase de construction. Ce n’est ni la première ni la dernière fois que vous entendrez parler de nous, et nous ne cesserons d’agir tant que toute l’industrie pétrolière et gazière qui décime les terres sur lesquelles nous et nos camarades vivons et dont nous sommes originaires – une industrie entièrement construite sur le dos des populations autochtones de l’île de la Tortue – ne se sera pas effondrée à la base. La prochaine grande tempête verra s’effondrer cette représentation monolithique de tout ce que nous visons à détruire.

Nous sentons que le vent du changement commence à souffler, et nous espérons que celles et ceux qui liront ceci feront tout leur possible pour aider les éléments à faire tomber tout ce qui les entoure.

C.-B. : Des actions directes empêchent Coastal GasLink de forer sous la rivière Wedzin Kwa

 Commentaires fermés sur C.-B. : Des actions directes empêchent Coastal GasLink de forer sous la rivière Wedzin Kwa
Déc 082020
 

À l’écart des projecteurs médiatiques, la lutte continue sur le terrain pour protéger le territoire Wet’suwet’en face à Coastal GasLink et la GRC. Nous avons traduit le communiqué suivant, ainsi que celui-ci, en espérant qu’ils rechauffent les esprits dans ce coin du soi-disant Canada.

Soumission anonyme à North Shore Counter-info

La résistance est une pratique vivante qui s’étend à travers le temps et l’espace. Des toiles entrelacées connectent les peuples et les communautés – propageant le feu d’un endroit à l’autre. Dans ses formes les plus subversives, la résistance échappera à la capture de la rationalisation ou de la quantification. Les tentatives de relayer ce qui se passe dans un endroit spécifique seront au mieux des histoires incomplètes, biaisées par les jugements de celui ou celle qui les raconte.

Ce qui suit est une histoire de moments de résistance récents contre la construction du gazoduc Coastal GasLink. Ceci n’est qu’une histoire et ne tente pas de parler au nom de la grande variété d’individus impliqués dans cette lutte. Nous partageons ces histoires afin d’ajouter du carburant pour alimenter le feu. Nous espérons que cette contribution avive les flammes et aide à ce qu’un jour, les entrepreneurs impliqués dans la construction du projet soient poussés à y mettre un terme. Pour en savoir plus sur les entrepreneurs impliqués, consultez seedsofresistance.noblogs.org

Au début de novembre, le pré-forage sous la Wedzin Kwa (rivière Morice) devait commencer. Alors que les travailleurs de CGL se préparaient à construire les plates-formes de forage, ils ont été harcelés, des drapeaux d’arpentage ont été arrachés et un barrage de deux kilomètres a été construit sur la route. Des dizaines d’arbres y ont été abattus, des barricades y ont été érigées, des fils barbelés ont été enfilés partout et une tranchée y a été creusée. Une fois que les plates-formes ont été construites et que la foreuse est arrivé sur place, un arbre est tombé sur la foreuse, ce qui a entraîné le retrait de la machine du territoire.

En même temps, des chantiers ont été détruits et une cache de chasseur ou une plateforme dans un arbre est occupé dans cette zone. Avec des températures sous zéro, occuper des arbres n’est pas facile à long terme – une occupation d’arbre fortifiée à 40 pieds de haut entourée de barricades est un défi. De plus, pour bloquer l’accès au site du projet, des barricades ont été érigées et enflammées avec des bannières au sommet qui disaient: Shut down Canada, Solidarité avec Six Nations, les pêcheurs Mi’kmaqi et les défenseurs des terres de Secwepemc.

Plus récemment, 3 à 4 kilomètres de barricades en bois ont été construites, empêchant les travailleurs d’accéder au site pendant des jours. Pour rendre les choses plus difficiles, de la machinerie lourde a été utilisée pour creuser la route et détruire un pont.

Un jour, nous espérons nous retrouver assis.e.s entre ami.e.s et proches à nous reposer et à nous réchauffer les mains autour d’un grand feu. Un feu constitué de tous les projets qui détruisent la terre et celles et ceux à qui on tient – deux choses que nous savons inséparables. Jusqu’à ce que ce jour arrive, nous continuerons d’allumer des petites flammes même si elles nous gardent seulement au chaud pour la nuit. Nous espérons que la chaleur de ces braises vous rejoindra et réchauffera votre cœur.

Sabotage ferroviaire contre le Canada

 Commentaires fermés sur Sabotage ferroviaire contre le Canada
Déc 072020
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Cette île est sillonnée de voies ferrées : ce sont des artères qui permettent la circulation des capitaux à travers le continent, des conduits pour le transport du bitume et d’autres produits d’exploitation des ressources, de colonisation et de mort. Les rails ont toujours été l’instrument de l’expansion coloniale. Dans tous ces territoires, les premiers chemins de fer ont déplacé les peuples autochtones, transporté les troupes qui ont réprimé les soulèvements et cimenté l’identité nationale d’un État colonisateur naissant.

L’hiver dernier, en réponse à l’incursion de la police en territoire Wet’suwet’en et à l’arrestation de défenseurs de la terre, il y a eu des blocages de voies ferrées à travers tout le soi-disant Canada. L’année suivante, cet État colonisateur avide de ressources a poursuivi ses attaques contre les peuples autochtones. Des territoires Wet’suwet’en et Secwepmeculew à l’ouest, aux territoires Six Nations et Algonquins plus près de nous, en passant par les Mi’kma’ki à l’est, les peuples autochtones ont été victimes d’un assaut de répression de la part de la police, des tenants de la suprématie blanche et d’autres colons violents.

Suite aux récents appels à fermer le Canada (Shutdown Canada), et pour une semaine de solidarité avec les luttes territoriales des autochtones, nous avons décidé d’agir contre les rails. À l’aube du lundi 30 novembre, plusieurs groupes autonomes ont interrompu la circulation des trains sur l’île de Montréal. Nous avons utilisé des câbles de démarrage pour imiter le passage des trains de marchandises, bloquant ainsi le réseau ferroviaire à plusieurs points de jonction clés. Au début d’une nouvelle semaine de travail, nous espérons que nos actions auront au moins mis un obstacle à la progression ordonnée de l’économie coloniale.

Avec tout notre amour à tou.te.s celles et ceux qui se battent pour défendre la terre contre le Canada.

— Des anarchistes

Joliette : Blocage ferroviaire pour un monde sans pipeline

 Commentaires fermés sur Joliette : Blocage ferroviaire pour un monde sans pipeline
Déc 072020
 

Du Collectif Emma Goldman

Le 28 novembre dernier, des défenseurs de la terre du peuple Innu et leurs allié.e.s ont bloqué un chemin de fer passant dans la ville de Joliette dans la soi-disant région de « Lanaudière ». Cette action s’inscrit dans un appel lancé par des autochtones défenseurs du territoire à bloquer les lignes ferroviaires partout au KKKanada pour un monde sans pipeline. Les défenseurs de la terre présents à Joliette ont aussi mis en place le blocage en solidarité avec les luttes que mènent les Atikamekw contre les coupes forestières sur leur territoire ancestral, le Nitaskinan, et pour réclamer justice pour Joyce Echaquan, une Atikamekw décédée à l’hôpital de Joliette après la négligence du personnel hospitalier raciste qui l’a dénigré au lieu de l’aider et de l’écouter. 

Partout au KKKanada, les premiers peuples résistent contre les gouvernements coloniaux (fédéral et provincial) et l’extractivisme qui engendre un écocide. Plus que jamais, les luttes de décolonisation continuent de se multiplier. Les Mi’kmaq, les Wetʼsuwetʼen ou encore la communauté algonquine de Lac Barrière, qui impose un moratoire sur la chasse à l’orignal dans la réserve faunique La Vérendrye afin de stopper le déclin de l’espèce sur ce territoire, démontrent bien que les premiers peuples s’organisent et qu’ils ne laisseront pas les gouvernements et les multinationales détruire le territoire comme bon leur semble pour y soutirer des profits. Finalement, rappelons que le 5 novembre dernier, des défenseurs de la Terre du peuple Innu ainsi que leurs allié-e-s ont bloqué pendant près d’une heure la voie ferrée Roberval-Saguenay, obligeant le Canadien National (CN) à suspendre ses opérations. Solidarité avec toutes les Premières nations en résistance! À bas nos sociétés coloniales érigées sur le meurtre et l’exploitation!

Expérimentations et perturbation solidaire d’un chemin de fer de Canadian Pacific et de l’AMT

 Commentaires fermés sur Expérimentations et perturbation solidaire d’un chemin de fer de Canadian Pacific et de l’AMT
Déc 072020
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Tôt dans la soirée de vendredi le 27 novembre à Tio’tia:ke/Montreal, la circulation des trains du Canadian Pacific (marchandises) et de l’AMT (trains de banlieue) a été interrompue en réponse à l’appel à une semaine d’action Coast to Coast* contre l’invasion violente continue de territoires Autochtones non-cédés par des forces de police coloniale militarisée.

Un fil de cuivre épais (environ l’épaisseur d’un crayon de bois) long de 4m a été enroulé très serré entre et autour (deux fois par rail, juste pour être certainEs) des rails de manière à compléter un circuit qui imite la présence d’un train, bloquant temporairement cette section de la voie ferrée jusqu’à ce qu’une équipe d’entretien soit appelée, le fil trouvé, les rails inspectés, etc. L’activation des lumières de signalisation au loin, d’un côté et de l’autre du point d’obstruction, nous a permis de confirmer le succès de la technique. Toutefois, les barrières de la traverse routière ne sont pas tombées pour bloquer le trafic routier comme prévu. Notre compréhension actuelle de la chose est que compte tenu de la direction du prochain passage planifié, l’obstruction créée a probablement été comprise par leur système comme étant un train ayant déjà passé la traverse routière. Il reste aussi a déterminer si cela aurait fonctionné sur une portion plus isolée du chemin de fer, loin d’infrastructures électriques où le courant électrique sur les rails est plus faible.

Plus d’expérimentation – et le partage des découvertes – est certainement nécessaire, mais nous croyons que cette méthode est rapide et assez simple pour être reproduite sans trop d’expertise ou de pratique. De plus, la répression policière est plutôt difficile considérant l’ampleur du réseau ferroviaire à l’intérieur et à l’extérieur des villes. Assurez-vous de planifier le tout avec le même niveau de sécurité que n’importe quelle action similaire. La préparation et les discussions devraient se limiter aux personnes impliquéEs et avoir lieu loin de téléphones et d’autres objets électroniques équipés de microphones et de systèmes de géolocalisation. Assurez-vous aussi qu’il n’y a aucune façon de vous identifier pendant vos recherches (par l’utilisation de Tor Browser ou d’un VPN pour la navigation en ligne), votre acquisition du matériel nécessaire, votre fuite et finalement la diffusion de l’action si nécessaire. Gardez en tête les caméras, les empreintes digitales, l’ADN, les empreintes de pas, et les risques spécifiques au contexte (p.-ex. le courant électrique, la police, les chutes) en tout temps avant, pendant, et après l’action.

Comme nous avons vu maintes et maintes fois, le seul langage compris par l’état colonial est celui de la perturbation de la circulation des biens, de la main d’œuvre, et du capital. L’hiver dernier, les défenseurEs des terres Autochtones et leur complices allochtones ont démontré que le projet colonial canadien n’est autre que quelques centres de population liés à des puis extractivistes par des infrastructures de transport vulnérables. Les lois coloniales sont illégitimes en territoire Autochtone et seront toujours ignorées dans le combat contre le génocide des Premiers peuples.

Semer la résistance : une nouvelle ressource pour la défense des territoires

 Commentaires fermés sur Semer la résistance : une nouvelle ressource pour la défense des territoires
Déc 072020
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Alors que le monde s’effondre autour de nous, plus que jamais, nous nous tournons vers la terre.

Ce site est conçu comme une ressource pour résister aux pipelines et autres projets d’exploitation industrielle. Il regorge d’idées et d’actions à mettre en œuvre lorsque les processus ont échoué, que les permis ont été accordés et qu’il ne reste plus que nous-mêmes pour protéger la terre.

Visitez https://seedsofresistance.noblogs.org/ (avec TOR ou un combo VPN/navigateur sûr !) et trouvez toutes les sources d’inspiration de vous cherchiez pour passer à l’action !