Colonial et écocidaire : le capitalisme c’est la guerre!

 Commentaires fermés sur Colonial et écocidaire : le capitalisme c’est la guerre!
Mai 022022
 

De la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC)

Le 1er mai 2022, suite à l’appel de la Convergence des lutte anticapitalistes (CLAC), plus d’un demi-millier de personnes ont pris la rue pour la journée des travailleuses et des travailleurs. Le thème mis de l’avant cette année était : “Colonial et écocidaire, le capitalisme c’est la guerre !”. La manifestation a débuté à 17h30 à la Place du Canada, dans le centre-ville, après plusieurs discours de militantes autochtones Anishnabées/Ojibwe et Kanyen’kehà:ka.

Sans surprise, le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) a déployé sa pourriture pour venir réprimer, battre et empêcher les militant-e-s d’exprimer leur haine envers un système colonial nous menant tout droit vers le précipice écologique. Le dispositif policier inutilement disproportionné nous a empêchés de terminer notre trajet, générant colère et indignation. Des symboles du capitalisme et du colonialisme ont été légitimement pris pour cibles par des manifestant-e-s, comme Google, le Palais des congrès et plusieurs banques. Ensemble, nous leur avons prouvé que la peur doit changer de camp. Nous on se bat pour l’avenir, pour mettre fin aux systèmes d’exploitation qui plongent toujours les mêmes dans la misère et on se butte à des poivres, des gaz et des coups de matraques. C’est vraiment signe que le système est pourri et qu’il le sait.

Les bureaux de Google

Cette année, les militant-e-s anticapitalistes ont envoyé un message clair : il n’y aura jamais assez de flics, assez de lois crasses ni assez de prisons pour cacher les crimes commis au nom de l’économie capitaliste suprémaciste blanche. Nous continuerons de nous battre et de solidifier notre solidarité avec les communautés autochtones des environs. Comme le disait plus tôt cette année Sleydo, militante wet’suwet’en luttant pour la protection du Yintah contre le forage du pipeline de Coastal GasLink : “There is a huge opportunity here, this relationship & allyship between indigenous warriors and anarchists. Combining those two groups particularly is a really powerful move against the State and a really powerful voice that we can have together”.

Fuck le capitalisme, fuck le Canada, land back osti !!!

Le Palais des congrès

Réclamation territoriale à Kanehsatake

 Commentaires fermés sur Réclamation territoriale à Kanehsatake
Avr 272022
 

De No Borders Media

Les défenseur.e.s des terres autochtones de la communauté de Kanehsatake ont planté le drapeau de la Confédération Haudenosaunee sur un terrain contesté pour faire savoir au public que la terre sera récupérée.

L’action a été entreprise le matin du 27 avril sur une parcelle de 200 acres au milieu de Kanehsatake, près de Little Tree Gas. Ce terrain fait l’objet d’une controverse depuis six ou sept ans, surtout depuis qu’au moins un acre de broussailles a été coupé.

Le terrain était censé être vendu au Conseil Mohawk de Kanehsatake (MCK), mais cette vente n’a jamais eu lieu, et les membres de la communauté ont appris que le terrain avait été vendu à une entreprise privée : Vegibec Inc.

La pose du drapeau et la présence des membres de la communauté sont un message pour faire savoir au public que les terres seront récupérées. Pour l’instant, les membres de la communauté surveillent la situation, mais un appel à la solidarité extérieure pourrait être lancé dans un avenir proche.

Reportage de @NoBordersMedia, basé sur les informations de première main d’un membre de la communauté locale sur place. Voir le fil Twitter pour plus de photos.

Promenade à Westmount

 Commentaires fermés sur Promenade à Westmount
Avr 252022
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Depuis environ 2 mois, les personnes qui font vivre la lutte contre CGL sur le Yintah et au camp du km 44 en territoire du Clan Gidimt’en subissent l’harcelement et l’intimidation continue de la GRC. Dans les derniers jours les flics ont décidé d’arreter quelqu’un au camp sous le prétexte minable de « mauvaise identification ».

On pense que la solidarité active est toujours nécessaire et encore plus quand la répression frappe nos camarades. Cette solidarité peut entre autre s’exprimer par des attaques faciles a pratiquer, de façon a briser l’isolement et la peur dans lesquels l’état cherche a nous enfermer. Ce n’est pas toujours simple, mais on pense que certains de nos ennemi.e.s sont bien identifiables. Généralement ils et elles ont des grandes maisons et une petite paix qu’ils et elles cherchent à garder à l’abri de la guerre sociale qui les implique.

C’est avec ça en tête et avec notre rage qu’on a décidé de faire une sortie dans les rues de Westmount dans la nuit de mercredi dernier. A l’aide d’un extincteur plein de peinture, on s’est amusé.e à vandaliser la façade de la maison (situé au 734 avenue Upper Lansdowne) da la présidente de RBC Québec, Nadine Renaud-Tinker.

Solidarité avec les Wet’suwet’en et avec toutes celleux qui défendent le Yintah contre CGL.
Solidarité avec les camarades au KM 44!
FUCK la GRC, RBC et CGL!!

Des anarchistes

RBC : Désinvestissez de CGL

 Commentaires fermés sur RBC : Désinvestissez de CGL
Avr 122022
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Lundi le 11 avril
Tiohtià:ke/Montréal

En début d’après-midi, un petit groupe d’anarchistes s’est faufilé à l’intèrieur des bureaux de la RBC a la Place Ville-Marie. Armé.es de tracts, de collants et de cannes de peinture, iels ont laissé un message à la banque: DÉSINVESTISSEZ DE CGL. Depuis l’automne 2021, les Wet’suwet’en mènent campagne pour que RBC cesse de financier la destruction de leur territoire, mais RBC continuer d’ignorer leurs demandes.

Tant et aussi longtemps que RBC financera des projets extractifs, elle nous trouvera sur sa route.

– des anarchistes en criss

Réflexions sur la solidarité anticoloniale actuelle

Menace imminente: Coastal Gaslink (CGL) est décidé à forer sous le Wedzin Kwa ce printemps 2022. Tout du peuple Wet’suwet’en: les personnes, la langue, la culture et la terre ainsi que les animaux vivant sur ce territoire sont confrontés à l’anéantissement de leur mode de vie. Si vous avez entendu l’appel à l’action, cette année à venir sera cruciale pour l’autodétermination et la souveraineté des Wet’Suwet’en.

Les actions de solidarité visibilisent le combat des Gidimt’en et protègent les personnes en première ligne de la repression policière et du harcelement de CGL. (https://twitter.com/Gidimten/status/1450808498833473549) Rien qu’au cours du dernier mois, la GRC a effectué 54 visites au point de contrôle de Gidimt’en, réveillant les aînés à toute heure de la nuit et les menaçant d’arrestation. Ces actes continus d’intimidation et de répression policière font partie d’une stratégie plus large de l’État canadien visant à utiliser les resources légales et les systèmes juridiques pour continuer à nier la souveraineté des Wet’suwet’en, malgré le fait que le système judiciaire canadien a reconnu la souveraineté des Wet’suwet’en dans la décision Delgamuukw c. Colombie-Britannique.

Lutte à long terme: L’engagement est un souffle long constamment menacé d’épuisement. Cette lutte contre la CGL comprend plusieurs dimensions : décoloniale, environnementale, anticapitaliste et féministe. Les nombreux « camps d’hommes » qui envahissent le Yintah intensifient et facilitent la capacité des hommes d’enlever, de violer et d’assassiner des femmes, des filles et des personnes bispirituelles autochtones (voir le rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, p. 593). Tant que CGL et la GRC demeurent sur le territoire, il en va de même pour les niveaux accrus de violence sexiste coloniale.

Nous continuons d’appuyer la position des Gidimt’en au point de controle face à Coastal GasLink et les entreprises extractives parce que la lutte pour l’autodétermination autochtone est une lutte longue et ardue. L’organisation solidaire est plus efficace lorsqu’elle est cohérente et stratégique. Nos efforts continus contribuent à la force et à la visibilité de leur lutte pour l’autodétermination, la souveraineté et la liberté.

Imaginez la force et la capacité du travail de solidarité si les personnes qui s’engagent dans ce type d’organisation avaient des enjeux personnels et collectifs dans le conflit? Par exemple, de nombreux Autochtones se battent à travers l’île de la Tortue pour se libérer de l’État colonisateur et pour être libres de se gouverner eux-mêmes comme ils le jugent selon leurs propres méthodes. Il y a aussi beaucoup de non-Autochtones qui se battent pour être aussi libres que possible de l’institutionnalisation et de la reglémentation de leur corps, de leurs relations et de leurs communautés. Ces expériences et histoires de lutte variées fournissent une base pour des points de connexion profonds.

L’imagination est un atout si elle permet de visiliser ce combat de différentes façons. Adaptez les tactiques et les stratégies d’organisation à vos capacités et à vos ressources. Plus important encore, agissez. Il est temps.

Hamilton : Des filiales de RBC attaquées

 Commentaires fermés sur Hamilton : Des filiales de RBC attaquées
Avr 122022
 

Soumission anonyme à North Shore Counter-Info, traduction de Attaque

Nous avons perdu le compte des filiales de la Royal Bank of Canada qui ont été la cible d’attaques et de perturbations, cette semaine, dans le sud de l’Ontario et du Québec (nous pensons qu’elle sont plus d’une dizaine). Dans les villes auto-nommées Toronto, Hamilton, Montréal… des ami.e.s aussi dans des endroits si petits qu’Orillia [ville de 33000 habitant.e.s, à quelques 130 km au nord de Toronto ; NdAtt.] et si éloignés que Nanaimo [ville de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique, sur la côte pacifique ; NdAtt.]. Ces actions répondent au besoin de prendre pour cible les investisseurs du projet de gazoduc Coastal Gaslink – qui est actuellement en retard grâce à l’attaque directe qui a eu lieu en février et aux campagnes, couronnées de succès, qui ont été menées jusqu’à présent par le clan Gidimt’en pour bloquer le projet – mais qui est toujours en cours de construction à un rythme rapide sur le territoire non cédé de la population Wet’suwet’en.

La RBC est l’un de ses plus importants partenaires financières et, pendant la semaine dernière et les mois précédents, elle a fait l’objet de tactiques de pression allant de l’action directe contre ses filiales, à la pression exercée sur les élites/ses clients pour qu’ils retirent leur argent des comptes de la RBC, à la perturbation de l’assemblée générale annuelle de la RBC, à Toronto. Le message est clair : la Royal Bank of Canada doit se retirer immédiatement des investissements dans le CGL.

A Hamilton, d’où nous écrivons, des filiales de la banque ont été vandalisées, ont eu leurs serrures collées et les distributeurs automatiques de billets endommagés. Nous avons choisi ces méthodes pour interférer directement avec les opérations de la banque, lui faire du tort financièrement et au niveau de son image auprès du grand public, ainsi que pour contribuer à la propagation d’actions anonymes facilement reproductibles.

RBC était la cible centrale cette semaine, mais elle n’est pas la seule à être complice de ce perojet. Nous pouvons également porter notre attention sur d’autres grandes banques, sur TC Energy, sur de nombreux entrepreneurs et promoteurs liés au projet, sur la Gendarmerie Royale du Canada et l’État qui s’auto-nomme Canada.

Cela ne fera qu’empirer. CGL et ses alliés financiers, comme la RBC, prolongent la situation en poursuivant leurs projets d’exploitation et leurs attaques violentes sur le territoire Wet’suwet’en. Le Wedzin Kwa [un des territoires habités par la population Wet’suwet’ene, dans la province canadienne de Colombie-Britannique ; NdAtt.] reste sous la menace imminente d’être détruit pour effectuer des forages. Les anciens, les matriarches, les soutiens, les camarades et les défenseur.euse.s de la terre font face à des agressions quotidiennes. Nous devons tou.te.s nous préparer à plus, à répondre avec plus d’audace, à faire plus de dégâts. S’ils insistent, alors nous insisterons en retour, mais plus fort. Avec seulement un peu de planification et de courage, nous pouvons agir de manière à nourrir nos esprits et à maintenir en vie la lutte. Restez en sécurité – et nous avons hâte de voir votre travail, quelque part, dans les jours à venir.

Retour sur l’action de solidarité avec les évincéEs du squat de l’auto-gare

 Commentaires fermés sur Retour sur l’action de solidarité avec les évincéEs du squat de l’auto-gare
Avr 122022
 

Du Collectif Emma Goldman

Samedi dernier, 9 avril, le Colletcif anarchiste Emma Goldman a réalisé une action de solidarité avec la trentaine de personnes qui ont été évincées du squat de l’auto-gare au centre-ville de Chicoutimi. En plus de la soupe et du pain gratuits, des tracts ont été distribués aux passant.e.s afin de discuter de la situation des plus démunis dans ce secteur de Chicoutimi. Nous avons aussi installé un lit, des couvertures et un canapé dans l’ancien squat, une action symbolique qui vise à mettre de l’avant l’entraide et la solidarité plutôt que la répression et la stigmatisation. Les agents répressifs vont sûrement jeter cette installation dans les plus brefs délais puisque des gardes de ” sécurité ” guettent les lieux 24 heures sur 24 afin de s’assurer que personne ne revienne s’y réfugier. Des milliers de dollars d’argent public pour financer la répression des plus vulnérables. Un portait loin d’être reluisant pour la nouvelle administration municipale qui continue dans la même lignée que ses prédécesseurs. 

Mireille Jean, nouvelle conseillère du district 8 dont fait partie le centre-ville, martèle le discours sécuritaire. La sécurité pour qui? Les commerçants et leur clientèle? Mais que fait-on de la sécurité des personnes itinérantes qui se font jeter dehors par temps froid? Elle veut assurer la sécurité des gens qui sont que de passage au centre-ville. Celles qui viennent consommer dans les restaurants et les boutiques ou y travailler pour ensuite retourner dans leurs quartiers périphériques. La sécurité dont les gens à la mairie parlent n’inclue pas les plus démunis qui eux vivent dans ce quartier, mais sont effacés. Entre le quartier ” des affaires ” devenu le quartier ” numérique ” et l’augmentation de la répression, il ne fait pas bon vivre au centre-ville pour les pauvres. Les politiciens et politiciennes qui siègent à la mairie veulent un quartier lissé où règnent les commerces, les restaurants et les compagnies du numérique à la sauce Ubisoft alors que les pauvres sont repoussés dans les quartiers limitrophes, comme s’ils allaient disparaître. La pauvreté va seulement changer de place mais elle sera encore bien existante. 

Pour terminer, voici le texte du tract qui a été distribué lors de l’événement: 

« S’il y a des miséreux dans la société, des gens sans asile, sans vêtements et sans pain, c’est que la société dans laquelle nous vivons est mal organisée. On ne peut pas admettre qu’il y ait encore des gens qui crèvent la faim quand d’autres ont des millions à dépenser en turpitudes. C’est cette pensée qui me révolte! » – L’anarchiste Louise Michel (1830-1905) 

C’est bien beau les places à l’européenne et les bateaux de croisière développés à grands frais par les administrations qui se sont succédé à Ville Saguenay, mais derrière ces idées de grandeur, il se cache une triste réalité. Une réalité peut reluisante où l’administration municipale, un palier de gouvernement supposément de proximité, n’est même pas en mesure de fournir les besoins élémentaires de toutes les personnes qui vivent sur son territoire. En effet, la ville peine à assurer que tous et toutes aient un toît et des installations sanitaires disponibles peu importe les moyens ou les conditions des gens. Pire, elle détourne le regard lorsqu’elle est confrontée au problème, voire l’amplifie. 

Il ne faut donc pas s’étonner lorsque les ressources sont insuffisantes ou ne répondent pas aux besoins des individus, que des personnes décident de s’organiser et de prendre ce qu’elles trouvent à proximité. C’est une chose que tous et toutes envisageraient de faire dans la même situation. L’occupation de la cage d’escalier de l’auto-gare du Havre par une trentaine de squatteurs et de squatteuses venait donc combler un besoin d’hébergement près des différents services au centre-ville (soupe populaire, groupes communautaires, la Maison des sans abri, etc). Rappelons que les femmes n’ont pas accès à la Maison des sans-abri. Elles doivent alors être hébergées dans les maisons pour femmes victimes de violence conjugale. Toutefois, ces dernières n’acceptent pas les femmes sous les effets de la consommation (drogues, alcool, etc.), donc plusieurs se retrouvent à la rue sans ressource. Cependant, la ville préfère détourner le regard et faire dévier le débat sur la question sécuritaire. 

Vil Saguenay: cachez ses itinérants et ses itinérantes que je ne saurais voir 

Si la ville n’a toujours pas débloqué les fonds pour repeinturer l’endroit, elle a  cependant rapidement trouvé le budget pour l’embauche d’une agence privée de sécurité afin d’empêcher le retour des squatteurs et squatteuses. Un petit détail que la nouvelle  administration Dufour a omis de mentionner au public lors de son opération de communication. Par le fait même, elle avoue que le problème de l’itinérance demeure entier et que la ville n’envisage pas d’y remédier en d’aucune manière à l’exception de la chasse au pauvre qu’elle effectue au centre-ville. Mission accomplie selon la mairie! Ils ont rassuré les commerçants et les consommateurs et consommatrices félicitent sans doute les bureaucrates municipaux confortablement assis derrière leur bureaux ainsi que leur bras armé, la police de Saguenay. 

Ne nous méprenons pas, ce n’est pas une fatalité, encore moins une question de moyen, car rappelons qu’au plus fort de la pandémie de COVID-19, la ville avait ouvert les portes de ses installations au vieux-port de Chicoutimi pour accueillir des personnes en situation d’itinérance. La ressource a fermé, mais les besoins demeurent toujours aussi criants. Notons l’immense besoin de logements de qualité et abordables. Est-ce qu’il faudra attendre la grande guignolée des médias ou les grands froids de l’hiver pour se pencher sur la question de l’itinérance et trouver des solutions? C’est maintenant que la ville doit s’y pencher afin de trouver une solution durable pour que personne ne soit laissé en reste. 

Cela pourrait commencer par l’ouverture de haltes chaleurs l’hiver et l’investissement massif dans le développement d’habitations de qualité à coût modique.

À Montréal tout le monde déteste encore la police

 Commentaires fermés sur À Montréal tout le monde déteste encore la police
Mar 202022
 

De subMedia

Tôt dans la soirée du mardi 15 mars, anarchistes et anti-autoritaires ont convergé dans le quartier ouvrier historique de St-Henri, à Montréal, pour la 26e Journée internationale annuelle contre la brutalité policière. Cette année, en plus d’exprimer la haine du SPVM (service de police de la ville Montréal), un des thèmes central de la marche était la répression coloniale, à laquelle sont confronté.e.s les défenseur.e.s des terres Wet’suwet’en et leurs allié.e.s, aux mains de la GRC.

#ACAB #1312 #FTP

15 mars 2022 – 26e manifestation annuelle pour la Journée internationale contre la brutalité policière

 Commentaires fermés sur 15 mars 2022 – 26e manifestation annuelle pour la Journée internationale contre la brutalité policière
Mar 172022
 

Du Collectif opposé à la brutalité policière

Le soir du 15 mars se tenait la 26e édition de la manifestation annuelle contre la brutalité policière. 26 ans de marche, 26 ans de répression systématique à son endroit, comme une tradition annuelle de mauvais goût. Les manifestant-e-s ont décidés de garder le contrôle des trottoirs plutôt que de se faire chasser de la voie publique par des policiers violents et méprisant, et ont attaqué des entreprises nuisibles du quartier: Dollarama et la Banque Nationale. Rappelons que si Dollarama est une épicerie de dernier recours pour les pauvres, ça reste qu’ils vendent de l’ostie de marde pas bonne pour la santé et que l’entreprise est une des pires entreprises au Québec pour les abus envers ses travailleur-euse-s. Et de son côté, la Banque Nationale investit à coup de milliards dans plusieurs projets pétroliers importants. Face à cette autodéfense des pauvres face à leurs oppresseurs, les policiers se sont attaqués violemment à la manifestation: matraques, gaz et coups étaient au rendez-vous.

Nous avons manifesté dans St-Henri, un quartier pauvre, ouvrier, et massacré de plus en plus par la gentrification, comme plusieurs autres à travers la ville. L’arrivée de nouveau commerces de bobos a chassé les vieux espaces abordables, et les loyers montent maintenant en flèche. Mais St-Henri, c’est aussi ce haut lieu du colonialisme, à proximité des voies de chemin de fer, du canal Lachine … bref de tout ce qui sert à piller le territoire autochtone. Les ouvrièr-e-s de St-Henri le savent bien, elleux qui ont travaillé très longtemps dans les “sweatshops” du secteur pour transformer ce pillage en cochonneries trop chères pour elleux. Et si la plupart des “sweatshops” sont parties, le pillage a toujours lieu, que ce soit à travers la construction de condos en territoire Kanien’kehá:ka ou, la construction d’un pipeline en territoire Wet’suwet’en, où la coupe de bois en territoire Pacheedaht.

La police c’est colon en crisse, effectivement. C’est colon, parce que c’est à ça que la police sert, défendre les colons. C’est le bras armé de l’état israélien qui défend les colons en Palestine. C’est le bras armé de l’arabie saoudite qui envahi le yémen. Et c’est le bras armé de la russie qui a envahi l’ukraine. Et si le canada supporte l’ukraine — et c’est tant mieux — il n’hésite pas en même temps à armer le bras de la répression, autant en israël qu’en arabie saoudite. Et le canada arme sa GRC, sa police coloniale, pour intervenir en territoire autochtone, que ce soit chez les Wet’suwet’en ou chez les Pacheedaht.

Nous n’avons rien à perdre que nos chaînes. Toutes les attaques envers l’État et le Capital sont justifiés.

Pour terminer, nous faisons un appel à témoins : si vous avez été arrêté·e, brutalisé·e ou si vous avez été témoin d’une arrestation ou d’un cas de brutalité policière, svp communiquez avec le COBP à : cobp@riseup.net
Nous vous rappelons également de faire attention à ce que vous publierez comme photos et vidéos sur les médias sociaux.

* Nous remercions André Querry pour les photos

LE COBP

Blocage des coupes forestières sur le Nitaskinan

 Commentaires fermés sur Blocage des coupes forestières sur le Nitaskinan
Mar 082022
 

De Mobilisation Matawinie

Appel à la solidarité en soutien aux Atikamekws pour la protection des territoires ancestraux non-cédés !

Mobilisation Matawinie Ekoni Aci est un mouvement populaire autogéré qui a vu le jour très récemment, en Juin 2020.  La protection des forêts, les enjeux d’extraction des ressources et les enjeux coloniaux sont au coeur de nos inquiétudes. Les peuples autochtones sont les premiers à subir les conséquences de cet extractivisme colonial. Entre autres, dans la région de ‘’Lanaudière’’ les Atikamekw n’ont jamais cédé le territoire ancestral Nitaskinan, qu’ils habitent depuis toujours. C’est pourquoi il est primordial d’accorder une grande importance à leurs enseignements et revendications. Au sein de ce mouvement, nous apprenons humblement à travailler ensemble, autochtones et allochtones, afin d’aller vers la justice sociale et climatique.

Visite en soirée à la maison de la présidente de RBC Québec [vidéo]

 Commentaires fermés sur Visite en soirée à la maison de la présidente de RBC Québec [vidéo]
Mar 012022
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Le soir du 23 février, une vingtaine de militant.e.s ont fait une visite surprise à la maison de la présidente de RBC Québec, Nadine Renaud-Tinker, au 734 avenue Upper Lansdowne dans Westmount. Pendant que les défendeur.eresses.s autochtones et leurs complices résistent aux vagues d’assauts coloniaux pour défendre le Yintah Wet’suwet’en et la rivière Wedzin Kwa, des investisseur.e.s tels que la RBC profitent confortablement des présents génocides des Premiers Peuples et de la destructions des territoires non-cédés pour des projects capitalistes extractivistes. Rappelons-nous que la Banque Royale du KKKanada est à la tête d’un groupe de 27 banques qui avancent les 6,8 milliards de dollars nécessaires à la réalisation du Coastal GasLink Pipeline et a généreusement contribué, depuis 2016, plus de 200 milliards de dollars à l’industrie des énergies fossiles.

Bien qu’il ne soit ni possible ni souhaitable de recréer la cruauté financée par la présidente Renaud-Tinker en territoire Wet’suwet’en, les militant.e.s ont souhaité lui donner une idée du sentiment qu’engendre une visite impromptue à son domicile. Iels sont resté.e.s plus d’une heure sur place, scandant des slogans et dansant sur la musique. L’ambiance fut festive et les camarades n’ont pas mâché leur mots pour démontrer leur indignation, puis ont quitté les lieux sécuritairement.

Suite au récent sabotage d’un site de forage de Coastal GasLink, une répression et surveillance accrue de la GRC en territoire Wet’suwet’en est en branle et notre solidarité est plus nécessaire que jamais! Restons à l’affût, la lutte continue! #AllOutForWedzinKwa