Quelques notes sur notre 15 mars

 Commentaires fermés sur Quelques notes sur notre 15 mars
Mar 182019
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Je veux me souvenir du sentiment d’être ébranlé.e par la beauté de la foule. La peur et l’anxiété se dissipent quand un black bloc d’une centaine de personnes prend la rue, réalisant sa force collective qui oblige les flics à rester loin. C’est maintenant que ça se passe. On peut y arriver.

D’attaquer des voitures de luxe, des hôtels, et des banques quand la police est incapable de les défendre est une attaque contre la police, qui doit montrer son habileté à défendre la loi et l’ordre pour être respectée par les bon.nes citoyen.nes et crainte par les exclu.es. Des échos de vitrines fracassés se font entendre sur la rue Peel, alors que des rafales de projectiles volent en direction des banques. Pas besoin de s’inquiéter, des roches, des flares, et au moins un feu d’artifice de qualité sont aussi réservés pour le SPVM.

La spontanéité, ça fonctionne bien parfois. C’est cool quand des gens sortent un dumpster d’une ruelle, que d’autre y balance un flare allumé pendant que quelqu’un y tag un “ACAB”, et que finalement, plusieurs personnes utilisent le tout pour charger les flics devant la manif, presque comme une chorégraphie. Notre temps ensemble est limité, mais riche en possibilités.

Des anti-émeutes sont arrivés par derrière sur Maisonneuve et nous ont rapidement balancé des lacrymos, ce qui a eu l’effet escompté sur cette manif relativement petite. Deux arrestations ont eu lieu, et des gens ont été blessé.es. Ce qui nous amène aux suggestions tactiques pour la prochaine fois:

Rendre la dispersion dangereuse (pour les flics) : quand une manif se sépare après que les flics l’aient attaqué, on devrait essayer de rester calme, de voir qui est encore avec nous et où nous sommes rendu, et de voir si on peut se regrouper avec ceux et celles qui ont pris le même chemin. On a beau être moins nombreux.euses, mais l’attention des flics est divisée, et ils auront moins de chances d’être en position pour nous attaquer encore immédiatement. On peut même croiser un groupe de flics isolé qui ne sont pas prêts à faire face à une foule hostile. L’état utilise des armes chimiques et des coups pour anéantir une initiative qui diverge joyeusement de la routine dévastatrice d’une société-prison, et ça, en blessant nos ami.es. Répliquons à la hauteur de leur aggression.

Des fluides combustibles : amenons-en/utilisons-les? Le dumpster dont on a parlé plus tôt aurait pu être un meilleur bélier si il avait été complètement en feu.

Retour au Manuel du black bloc, 13e édition, chapitre 12 : Choisir les bons outils. Tout objet n’est pas forcément une alternative pour un bon marteau. Deuxièmement, mettre un masque ne suffit pas pour être anonyme. Si votre masque ou d’autres vêtements sortent de l’ordinaire par rapport aux autres casseurs, ça pourra aider la police à vous trouver (soit par des agents en civil, des livestreams, ou des vidéos accessibles après les faits), ce qui peut être dangereux pour vous vers la fin de la manif ou par après.

L’arrière de la manif : Les tactiques de dispersion de vendredi et du soir de la dernière élection étaient identiques: les anti-émeutes arrivent un coin de rue derrière la manif et balancent des lacrymos. La panique qui s’en suit leur donne l’opportunité de foncer dans la foule avec leur véhicules, et d’accélérer la dispersion. Qu’est ce qui serait possible si il y avait un crew combatif à l’arrière de la manif? Pas de propositions spécifiques ici mais nous pensons que c’est une question à se poser pour la prochaine fois.

Salutations chaleureuses à tous les autres groupes affinitaires et individus qui sont venus, et à tout le monde qui était là en esprit. Prenons soins les un.es des autres et détruisons toutes les formes d’autorité. On aimerait bien entendre d’autres récits de ce 15 mars.

Une petite pensée pour tou.tes les rebelles qui sont derrière les barreaux. Feu aux prisons.

Finalement, on se souvient du sacrifice de Anna Campbell, une anarchiste qui a combattu avec le YPJ au Rojava et qui a été tuée avec quatre camarades par l’armée fasciste turque il y a un an, le 15 mars 2018.

On se voit le premier mai ou plus tôt! Nique la police.

Montréal Antifasciste : Déclaration de solidarité avec les victimes de l’attentat de Christchurch

 Commentaires fermés sur Montréal Antifasciste : Déclaration de solidarité avec les victimes de l’attentat de Christchurch
Mar 162019
 

De Montréal-Antifasciste

Montréal Antifasciste tient à exprimer sa solidarité avec tou.tes les musulman.es et toutes les personnes de couleur, ainsi qu’avec tou.tes les antiracistes et antifascistes de Christchurch et d’Aotearoa.

C’est avec un profond sentiment d’horreur que nous avons pris connaissance du massacre qui a eu lieu à Christchurch ce 15 mars. Un sentiment d’horreur qui n’a fait que s’approfondir à la lecture du « manifeste » que l’assassin a publié en ligne, et en constatant que des racistes de partout dans le monde, y compris en Aotearoa, y compris au Québec, partageait sans honte sa vidéo de pornographie meurtrière en applaudissant la tuerie.

Ce sentiment est insupportable, car nous nous souvenons du massacre perpétré à Québec le 29 janvier 2017, lorsqu’un autre jeune raciste fanatisé s’est introduit dans le Centre culturel islamique dans l’intention de tuer autant de musulman.es que possible.

Six personnes ont trouvé la mort ce soir-là; au moins 49 autres personnes ont été tuées aujourd’hui à Christchurch.

Les mots nous manquent.

Nous savons que le nom du meurtrier de Québec, Alexandre Bissonnette, était inscrit sur un chargeur que Brendon Tarrant a photographié et publié en ligne avant de passer à l’acte. Nous reconnaissons les idées que Tarrant expose dans son manifeste; nous les avons déjà entendu exprimées ailleurs, bien trop souvent. La combinaison de peur d’un éventuel ressac policier et d’admiration pour le tueur et son « humour », sur des plateformes comme 4Chan, Facebook et autres, s’exprime partout dans le monde, y compris chez-nous. Nous nous rappelons que l’année dernière, vous nous avez donné un bel exemple de résistance, lorsque deux de « nos » racistes, Lauren Southern et Stefan Molyneux, ont voyagé jusque chez vous pour y répandre leur poison. Nous nous rappelons aussi que l’un de « vos » militants d’extrême droite, Trevor Loudon, a été bienvenu au Canada lors d’événement organisés par « nos » islamophobes. Et bien sûr, nous avons entendu parlé des zilionnaires d’extrême droite comme Peter Thiel, qui ont décidé que la Nouvelle Zélande était l’endroit idéal pour se mettre à l’abri du cauchemar qu’ils projettent, et peut-être même mettre à l’épreuve certaines de leur propres visions dystopiques.

Il est clair que votre situation et la nôtre ne sont pas étrangères; nous sommes engagé.es dans une seule et même lutte plus large pour débarrasser le monde de l’exploitation et du racisme.

Nous le savions déjà, comme vous sans doute. Nous n’avions pas besoin de ce nouveau rappel, mais nous l’avons eu quand même.

C’est avec colère et une profonde tristesse que nous honorons le souvenir de ceux et celles qui ont été tué.es à Christchurch, et que nous renouvelons notre engagement à combattre la montée de la violence raciste et misogyne perpétrée par l’extrême droite partout dans le monde.

Solidarité avec Wheao ā-Ihirama
Solidarité avec celles et ceux qui sont la cible de violences islamophobes, racistes et d’extrême droite, à Aotearoa et partout ailleurs
Solidarité avec les antifascistes et antiracistes d’Aotearoa et du monde

Kia kaha.

Lettre ouverte aux grévistes du climat

 Commentaires fermés sur Lettre ouverte aux grévistes du climat
Mar 152019
 

Soumission anonyme à  North Shore Counter-Info

Préface: Nous avons écrit ce texte pour le distribuer à la manifestation de la grève du climat ce vendredi 15 mars. C’est un travail en cours, mais nous désirons le partager à l’avance au cas où d’autres aimeraient s’en inspirer pour d’autres villes. Adaptez ce texte à votre contexte.

Premièrement, Merci. Merci d’en avoir quelque chose à foutre. Merci de décider qu’il y a des futurs pour lesquels ça vaut la peine de se battre, même quand le futur qu’on nous propose semble de plus en plus sombre. La bonne nouvelle c’est que vous êtes ici, avec votre corps, en même temps que tellement d’autres à travers le monde. Aujourd’hui, nous avons l’occasion de reconnaître que nous sommes connectés les un.es aux autres et aux autres êtres vivants et non-vivants de cette planète, d’une manière beaucoup plus complexe et belle que ce que n’importe quel #hashtag pourrait exprimer.

Plusieurs fois par semaine, une nouvelle histoire d’horreur ou une ­autre prédiction catastrophique nous rappelle que nous sommes face à une menace existentielle. Les expert.es n’étudient plus comment prévenir les changements climatiques, mais bien comment nous pourrions en atténuer les effets. Nous savons déjà que tout va changer. La question pour 2019 et pour cette génération est : changer vers quoi ?

Les vautours tournent déjà en rond au-dessus de nos têtes.

Les corporations demandent : « Comment pouvons-nous en profiter ? » Leur but sera toujours le profit, que ce soit en forant un nouveau puits de pétrole sous les glaciers qui fondent ou en commercialisant un nouveau produit « vert » pour nous apaiser.

Les gouvernements demandent : « Comment gardons-nous le contrôle ? » Leur but sera toujours de consolider leur pouvoir, que ce soit en augmentant leurs programmes de surveillance ou en encourageant le « dialogue démocratique », tant que celui-ci ne devienne pas hors contrôle bien entendu. Les gouvernements les plus adaptés feront ceci au nom de la lutte contre les changements climatiques. Ici au so-called Canada, le gouvernement n’est pas aussi subtil et pousse encore pour une expansion massive de l’exploitation des hydrocarbures et des projets miniers, les imposant de force aux communautés autochtones par la force des armes si ils et elles ne peuvent pas être acheté.es.

Les politicien.nes, incluant les carriéristes qui se définissent comme activistes, demandent : « Comment exploiter la peur grandissante et l’insatisfaction générale à notre seul avantage ? » L’histoire nous démontre clairement que si ces personnes parviennent à prendre le leadership d’un mouvement, ils et elles récupéreront le pouvoir exactement au moment où nous devenons une véritable menace pour l’ordre établi. Ceux et celles au pouvoir dépendent de cette récupération, dépendent du fait que notre rage soit dirigée vers des cul-de-sac. Organisons-nous, mais pas derrière ces politicien.nes qui tentent de nous vendre la version de l’Espoir™ la plus tendance.

Nous ne savons pas exactement de quoi un « monde meilleur » aurait l’air. Mais comme vous, nous avons le sentiment qu’il faut essayer. Nous ne voulons pas simplement être du « bon côté de l’histoire », ce piège narcissique. Nous voulons être efficaces dans un cadre éthique qui met en valeur la liberté, l’autonomie et la solidarité. Commençons à prendre au sérieux l’idée que nous pourrions avoir un impact. Pour ce faire, nous proposons une résistance joyeuse, stratégique et féroce qui pourrait inclure ces ingrédients :

Des transformations, pas des réformes. Le capitalisme tue la planète. C’est un système basé sur une croissance infinie, et ne sert que les riches et les puissant.es. Aucun changement de mode de vie et aucune réforme gouvernementale ne parviendra à changer cela. Le capitalisme doit partir. Ceux et celles au pouvoir ne seront pas simplement persuadé.es de changer leurs façons de faire ou d’abandonner leurs pouvoirs et richesses accumulés à travers les siècles grâce au patriarcat, au pillage colonial et à l’exploitation des masses.

La police nous bloque le chemin. Peut-être retenez-vous déjà votre souffle quand vous croisez la police. Si ce n’est pas le cas, rappelez-vous que même la police la plus sympathique devra suivre des ordres pour éviter d’être renvoyée. Les policier.ères sont les chiens de garde violents de ce système pourri. Pour faire une simple brèche, beaucoup de gens devront briser de nombreuses lois, et pas simplement dans le style symbolique du « arrêtez-moi devant les caméras ».

Construisons des vies qui en valent la peine. Nous sommes cyniques, mais pas dépourvu.es d’espoir. Lorsque nous refusons d’abdiquer et construisons plutôt des vies qui valent la peine d’être vécues maintenant, nous avons un aperçu d’un futur différent et le désir grandissant de nous défendre. Nous voulons des vies collectives remplies d’empathie, de créativité et d’ouverture.

Merci encore d’être ici, d’être venu.es. Ceci est le début d’une longue route ou encore d’une corde raide. Marchons ensemble, et tentons d’éviter les pièges qui nous guettent.

-quelques anarchistes

Déploiement de bannière en solidarité avec Unist’ot’en

 Commentaires fermés sur Déploiement de bannière en solidarité avec Unist’ot’en
Mar 152019
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

14 mars 2019
Tiohtiá:ke, sois-disant Montréal

Ce matin à 7h34 au coin des rues Papineau et Saint-Grégoire une bannière portant l’inscription « Solidarity with Unist’ot’en » (Solidarité avec Unist’ot’en) a été accrochée et tendue sur un viaduc.

Cette action se veut un geste symbolique pour annoncer la journée du 15 mars, au cours de laquelle sont prévues deux importantes manifestations, soit la manifestation étudiante pour le climat ainsi que la manifestation anuelle contre la brutalité policière.

Il est important de rappeler qu’alors que débutera cette journée chargée d’implications, des personnes autochtones se trouvent tous les jours sur la ligne de front et se défendent contre le colonialisme environnemental exécuté par les institutions policières et étatiques.

Le 7 janvier dernier, des agents de la Gendarmerie Royale Canadienne ont démantelé par la force le point d’accès Gidumt’en du territoire non-cédé de la nation Wet’suwet’en, où se trouve le camp Unist’ot’en. Les personnes autochtones qui gardaient le point d’accès ont été violement arrachées à leur territoire par les forces armées de la GRC pour permettre le début des travaux de construction du gazoduc (projet Costal GasLink) de la compagnie TransCanada.

Le camp Unist’ot’en, établi sur le territoire Wet’suwet’en depuis 2009 est un milieu de vie comportant un centre de guérison par la reconnection au territoire. Un des buts du camp est d’assurer une présence sur le territoire afin de le protéger des multiples projets à hauts risques environnementaux qui sont planifiés sans le consentement des premières nations. Jusqu’à maintenant, leur présence a mené à l’abandon de plusieurs projets de gazoduc.

L’affichage de cette bannière se veut aussi une dénonciation de l’hypocrisie du gouvernement Trudeau alors que le Premier Ministre feint des mesures de réconciliation avec les Nations Autochtones tout en demeurant muet face aux récents évènements d’Unist’ot’en. De plus, son appui aux nombreux projets destructeurs pour l’environnement témoigne d’un immobilisme opportuniste qui défie toute logique dans la crise environnementale actuelle.

« L’invasion du territoire des Wet’suwet’en par TransCanada n’est qu’un des nombreux exemples prouvant l’étroitesse des liens entre les violences climatiques, la brutalité policière et les luttes autochtones. L’affichage d’une telle bannière se veut un rappel de la convergence de ces luttes et un message de solidarité avec les personnes qui se battent présentement en territoire Wet’suwet’en. » affirme une participante de cette action.

Appel à un contingent anticapitaliste et décolonial pour la manifestation Crise climatique: sonnons l’alarme

 Commentaires fermés sur Appel à un contingent anticapitaliste et décolonial pour la manifestation Crise climatique: sonnons l’alarme
Mar 122019
 

Des Comités de défense et de décolonisation des territoires (Facebook)

Vendredi 15 mars 13h00
Coin Duluth / Parc

La crise écologique, c’est rien de nouveau: ça fait plus de 50 ans que les cris d’alarme des scientifiques se succèdent, que les ravages du capitalisme et du colonialisme sur l’environnement et les populations crèvent les yeux. Ce que les médias annoncent aujourd’hui comme une catastrophe n’est que l’aboutissement d’une économie fondée sur l’accélération et la croissance, qui fonctionne par l’entremise de la dépossession et la destruction. L’urgence est là, partout autour de nous. On l’observe depuis des années, on l’a intériorisée. On nous presse de modifier nos comportements individuels -en consommant moins, en recyclant ou en réduisant notre empreinte écologique- comme si ça pouvait changer quelque chose, alors qu’on sait au fond qu’on a besoin de bien plus, qu’il n’y a rien à espérer de ces gouvernements et de ce système. Y’a pas de réforme qui puisse l’améliorer, pas de compromis possible avec l’organisation étatique de l’exploitation et du désastre.

Malgré le sentiment d’impuissance généralisé, on voit poindre des foyers de résistance: des blocages de pipelines, des communautés autochtones qui s’organisent contre des projets miniers, des étudiant-es du secondaire en grève. Toutes ces manifestations de notre colère témoignent d’une même volonté de défendre nos mondes. De briser la bulle qui enferme chaque individu dans sa petite case, ou seules les actions individuelles font sens. Les luttes pour la défense et la décolonisation des territoires se présentent maintenant comme des manières de s’organiser contre ce qui nous détruit. Contrairement à l’écologie bien-pensante et au greenwashing, elles seules peuvent mettre un frein au saccage.

Le 15 mars prochain, alors qu’on sera des milliers dans les rues lors de la manifestation pour le climat, profitons de l’occasion pour mettre en évidence la nécessité de transformer ensemble nos façons de penser et de composer avec ce qui nous entoure et nous constitue, de bousculer l’ordre établi et de défendre nos mondes!

Il manquait juste l’étincelle

 Commentaires fermés sur Il manquait juste l’étincelle
Mar 102019
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

On était tous et toutes là, à la manifestation Défonçons des portes ouvertes que des gens avaient organisée pour la rémunération des stages. C’était drôle. Le monde pétait les portes que les gens avaient sorti un moment dans la manif, beau coup! Pis là on a commencé à les entasser faire une petite pile. Y’a même une couple de personnes qui ont roulé en petites boules les tracts qu’illes avaient pis les ont pitché dans le tas de morceau de bois qui avaient été y’a 5 minutes des portes. Les bons vieux trucs de camping.

On était tous et toutes là, autour de la pile de bois, avec nos clopes, à regarder nos ami.es pis le potentiel incendiaires de ce qu’il y a avait devant nous. Mais personne a rien faite. On était pas tant aussi, pis la police était pas loin. Mais je nous ai déjà vu pas mal plus audacieux et audacieuses. Je nous ai déjà vu pas mal plus excité.es par une situation comme ça.

On était tous et toutes là, mais il manquait l’étincelle. L’étincelle qui manque d’ailleurs à cette grève depuis le début. En même temps c’est toujours notre premier réflexe au début de chaque mouvement social. On veut pas avoir l’air méchant.es. On veut bien paraître pis à un moment donné à force de se faire mépriser on s’en calisse pis on mets toute en feu. La rémunération des stages c’est genre la revendication la plus légit de l’histoire du mouvement étudiant. Arrêtons d’essayer de faire les beaux pis les belles pi devenons réellement combatif.

L’étincelle va sûrement venir sous peu. Il faut juste que la prochaine fois qu’on croise le regard de nos ami.es on se transforme en complices. Pis qu’on mette ensemble le feu au poudre !

Je nous souhaite une grève enflammée !

Appel à la manifestation contre la brutalité policière 2019

 Commentaires fermés sur Appel à la manifestation contre la brutalité policière 2019
Mar 062019
 

Du Collectif opposé à la brutalité policière

Comme à chaque année, le COBP organise une semaine contre la police et sa brutalité débutant le 8 mars jusqu’au 16 mars 2019.

La dénonciation de la brutalité étatique doit se poursuivre, que cette brutalité soit policière, judiciaire ou politique. Surtout que la dernière année a encore été marquée par la même répression.

  • Y a-t-il eu une justice pour Nicholas Gibbs, assassiné en pleine rue à Montréal par des soi-disant “gardiens de la paix” ?
  • Y a-t-il eu une justice pour les personnes migrantes à qui on refuse de donner le niveau de vie que les compagnies canadiennes leur ont volé dans leur pays d’origine ?
  • Y a-t-il eu une justice pour les peuples d’Unist’ot’en et de Wet’suwet’en, arrachés à leurs terres une énième fois de suite ?
  • Y a-t-il une justice pour les écologistes d’ici et d’ailleurs, emprisonnés pour avoir bloqué des projets qui mènent à notre propre destruction ?
  • Y a-t-il une justice pour toutes les minorités, qu’elle soit racisée, religieuse, queer et/ou autochtone, alors qui ces personnes sont constamment profilées, judiciarisées et emprisonnées par un système qui cherche à effacer leur existence ?

Une lutte active contre la police est d’abord une lutte anticoloniale, antiraciste, féministe, queer, et inter sectionnelle.

Parce que le système judiciaire, le système politique et ses chiens que sont la GRC, la SQ et le SPVM n’ont rien à faire des minorités. Ils n’existent que pour satisfaire aux besoins des mieux nantis. Leur rôle n’a rien à voir avec la justice, et tout avec la défense de la forteresse des privilégiéEs. Une forteresse qui, à chaque jour, est de plus en plus insoutenable, de plus en plus inacceptable.

Il ne peut y avoir de paix dans un système qui accumule les actes injustes et refuse de l’admettre. C’est un instantané de l’injustice construite en système. Et une société injuste est une société qui ne peut pas être paisible.

C’est pourquoi, nous vous invitons aux activités de la semaine contre la brutalité policière ainsi que celle de la journée du 15 mars débutant à 18h avec bouffe organisé par Bouffe contre le fascisme / Food Against Fascism – Montréal et prises de parole au Carré Normand-Bethune, suivi à 19h de la manifestation annuelle contre la brutalité policière et sa police au même endroit.

PAS DE JUSTICE ? PAS DE PAIX !

*En tant qu’organisation nous reconnaissons que tout les événements de la Semaine contre la brutalité policière ont lieu sur le territoire Kanien’kehá:ka non cédé Tio’tia:ke, ici sur l’île de la Tortue. En tant qu’organisation, nous exprimons notre solidarité envers les communautés autochtones locales et mondiales qui luttent pour leurs droits et nous honorons les gardien.ne.s de ce territoire.

**Les agresseurs-es sexuels-elles ne sont pas les bienvenus-es aux activités*

Vie ouvrière : Nouveau podcast de Dure Réalité

 Commentaires fermés sur Vie ouvrière : Nouveau podcast de Dure Réalité
Mar 062019
 

De Vie ouvrière

 

Dans ce premier podcast, l’équipe de Vie ouvrière vous présente:

-Reportage sur la grève qui a lieu en ce moment à la TÉLUQ.

-Chronique Kulture-Ouvrière, K-O avec Chloé. Sting et la solidarité entre travailleur et travailleuse.

-Chronique sur la parentalité dans la lutte des classes, un regard sur l’expérience cubaine.

-Entrevue avec 1 des 5 courrier à vélo, tous sauvagement mis à la porte par la compagnie QA courrier, à Montréal.

-Reportage sur sur une grogne populaire, contre l’embourgeoisement de leur quartier, Hochelaga.

-Vox Pop à Asbestos: ”70 ans plus tard, si je vous dit ”grève de l’amiante” ça vous dit quoi?”

Proprio sur la plage, travailleur-ses à la rue: Les ancien-nes employé-es du M. Mme réclament plus de 20,000$ en salaire impayé

 Commentaires fermés sur Proprio sur la plage, travailleur-ses à la rue: Les ancien-nes employé-es du M. Mme réclament plus de 20,000$ en salaire impayé
Mar 062019
 

Du SITT-IWW

Outre nos campagnes d’organisation, le SITT-IWW organise aussi des campagnes Réclame ta paye, où nos membres viennent en aide à des travailleurs et travailleuses qui se sont fait volé leur salaire après avoir été renvoyé.e.s. Ces campagnes concernent le plus souvent la restauration et des cas de quelques centaines de dollars. Lorsqu’une travailleuse est entrée en contact avec nous au sujet de quelques salaires impayés dans un restaurant qui venait de fermer, nous ne nous attendions pas à l’ampleur de la situation qui allait se présenter à nous.

Présentement, le SITT-IWW est sur un énorme cas pour sa campagne Réclame ta paye : plus de 20.000 $ en salaire et pourboires non payés et 11 personnes impayées, depuis au moins décembre dernier, plus pour certain-es. Certains-es des travailleurs et travailleuses ont été dans l’incapacité de payer leur loyer, d’autre ont dû demander de l’aide à des banques alimentaires ou bien ont eu des comptes de banque dans le négatif suite à  de nombreux chèques sans fonds de la part des boss. Toutes ces personnes ont travaillé au bar à vin M.Mme situé au 244 Laurier Ouest à Montréal, qui a fermé ses portes soudainement le 26 janvier dernier.

Les boss et l’historique: 

Les propriétaires sont John Hovannes Kalanjian, Asbed (ou Aspid) Istanboulian et Sevan Istanboulian. Les deux derniers sont aussi propriétaires du Café Mystique, un distributeur de produits du café à travers le monde et présent dans plusieurs commerces au Québec. Ils sont aussi propriétaires de la chaîne de café Toi, moi et café qui tente de s’implanter dans plusieurs stations de métro à Montréal. Basé sur les témoignages des travailleurs et travailleuses, nous voudrions vous en apprendre plus sur la façon d’agir d’Asbed avec ses employés-es. Asbed était le boss le plus présent des deux frères au M.Mme et au Toi, moi et café voisin du restaurant.

Comme ces deux commerces partagent un couloir arrière communiquant entre eux, il était facile pour les employés-es d’apprendre davantage sur les mauvaises habitudes d’Asbed Istanboulian, qui sévit depuis plusieurs années : d’autres histoires de vol de salaires, vol de pourboires, retard de payes, chèques sans fond… Asbed aurait aussi l’habitude de profiter des conditions précaires de travailleurs et de travailleuses en situation d’immigration pour les faire travailler énormément, les sous-payer ou bien tout simplement ne pas les payer à la fin.

De plus, Asbed Istanboulian a un historique de négligence et d’insalubrité dans la gestion de ses commerces. Afin d’économiser sur des coûts liés à la salubrité, il préférait utiliser des trappes à souris non réglementaire — clients-es et employés-es coexistaient avec des souris bruyamment agonisantes — au lieu de faire appel à un exterminateur, ce qui n’est pas conforme aux règles de la MAPAQ. Il a tendance à ne pas payer certains fournisseurs et des factures impayées au point où il a reçu plusieurs visites d’huissiers au restaurant. Il a aussi tendance à être très peu joignable par ses employés-es, laissant ainsi ces derniers et dernières sans les moyens minimums nécessaires au bon roulement d’un restaurant, comme par exemple négliger de passer des commandes à des moments névralgiques du restaurant (comme des réservations et des partys de bureau). Il avait aussi coutume d’accuser les employés-es d’être les causes des problèmes financiers du restaurant.

Asbed Istanboulian n’est pas à ces premiers vols de salaires puisque nous savons que l’ancienne équipe du restaurant M.Mme avait intenté des plaintes aux normes du travail et que nous avons retrouvé sur leur page Facebook un témoignage d’il y a 4 ans d’une travailleuse du Toi, moi et café sur Laurier qui s’était fait voler son salaire. Nous avons aussi appris que des employés-es d’autres Toi et moi café n’auraient pas été payé.e.s.

La situation en ce moment:

Le syndicat a déjà entrepris des actions syndicales envers les propriétaires du M.Mme. Deux travailleuses sur 11 ont été payées! Le comble? Nous avons appris qu’Asbed est parti en voyage dans le sud pour la semaine! Comme quoi le bonheur de certains se fait au profit de la misère de certain.e.s. Le syndicat n’a pas l’intention de laisser un boss faire l’autruche.

Pour conclure, sachez que le Café mystique, propriété de Asbed Istanboulian, se targue d’être le plus grand distributeur de café équitable au Canada, alors qu’il n’est pas du tout équitable avec ses employés-es. Sachez aussi que lui et ses partenaires prévoient d’ouvrir 26 nouveaux Toi, moi et café dans des stations de métro et à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. Nous vous invitons vivement à boycotter les Toi, moi et café et les produits de Café mystique et à dénoncer sur leurs pages Facebook et autres sites promotionnels de ces commerces les agissements des propriétaires, notamment des salaires et pourboires qu’ils ont été volés à plusieurs travailleurs et travailleuses.

Nous lançons ainsi un appel à tous et toutes: si vous aussi avez par le passé travaillé pour Asbed Istanboulian – au Toi moi & Café, au restaurant M.Mme ou autre – et que vous avez été victime d’un vol de salaire, contactez le SITT-IWW. Nous vous offrons notre solidarité et sommes prêt.e.s à vous venir en aide.

An injury to one is an injury to all!

Le 15 mars contre la police

 Commentaires fermés sur Le 15 mars contre la police
Mar 052019
 

Soumission anonyme à MTL Contre-info

Parce qu’une police moins brutale, c’est pas ça le point du tout, et ben voici une affiche qui réflète mieux l’intention de plusieurs d’entre-nous.

Imprimer | PDF 11 x 17