La Meute a tenté d’attaquer un campement contre l’embourgeoisement à Chicoutimi… et ce fut un échec !

 Commentaires fermés sur La Meute a tenté d’attaquer un campement contre l’embourgeoisement à Chicoutimi… et ce fut un échec !
Août 162018
 

Du Collectif Emma Goldman

Un chef narcissique qui réclame vengeance après s’être fait ridiculiser à répétition, un mouvement de radicalisation au sein d’un « clan » d’extrême-droite gêné par les échecs lamentables qui se cumulent, des membres de La Meute qui se sont rapproché-e-s de skinheads néonazis de la capitale et de la métropole, des « bonhommes » et des « bonnes femmes » bien gardé-e-s dans l’ignorance par la propagande de réseaux sociaux ouvertement racistes et islamophobes… Voilà brièvement pourquoi le 4 août, un campement militant organisé sur un terrain vague du centre-ville de Chicoutimi pour y réclamer l’aménagement d’un parc a été attaqué par une dizaine de personnes adhérant à l’extrême-droite. L’extrême-droite a historiquement été réactionnaire face aux mouvements populaires, cette attaque en bande organisée en est qu’une nouvelle illustration. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un nouvel échec risible de la part de nos fascistes locaux. Des « taupes » du Clan 02 (Saguenay-Lac-St-Jean), de plus en plus inquiètes d’une radicalisation du clan soutenue d’en haut par le chef de La Meute, Sylvain Brouillette, nous ont transmis un échange paru sur le groupe secret du Clan 02 dans lequel des membres préparent la tentative d’agression. Nous en faisons paraître plusieurs extraits, accompagnés de commentaires explicatifs.

Avant de décortiquer l’échange, voici les faits : le campement militant qui a été tenu à Chicoutimi dans la nuit du 4 août a eu lieu comme prévu et a duré toute une nuit, mais a subi de nombreuses bavures de la part d’extrémistes de droite. La veille, lors d’une séance d’affichage, des militants et militantes libertaires ont été pris à partie. Une militante témoigne : « Nous faisions de l’affichage autour du terrain vague pour l’occupation du lendemain quand nous avons d’abord remarqué que plusieurs de nos anciennes affiches antiracistes avaient été enlevées ou peinturées à la cannette. Nous avons ensuite aperçu deux individus louches se promenant sur le terrain avec une lampe de poche. N’en faisant pas un cas, nous avons continué notre travail. Quelques minutes plus tard, alors que nous constations que la peinture sur une de nos affiches était encore fraîche, nous avons vu les deux individus se rapprocher de nous. Ces derniers se sont ensuite masqués et, armés d’au moins une matraque télescopique, ont foncé vers nous. Heureusement, nous nous en sommes sorti-e-s indemnes ». De nouveaux gestes de provocation ont eu lieu à l’arrivée au campement le lendemain. Mais ce n’est que vers minuit trente que les fascistes ont tenté leur agression en bande. Des petits groupes de racistes, dont les deux personnages masqués de la veille, sont alors arrivés de différentes directions. Réagissant promptement à la tentative, les campeurs et campeuses, pour la plupart déjà assoupi-e-s, ont rapidement réussi à forcer le repli des petits groupes. Ceux-ci se sont alors regroupés et ont tenté de revenir sur le campement en grand groupe. Leur tentative a été vaine devant une autodéfense populaire bien organisée. Les petits loups ont crié un paquet d’âneries dont : « on va brûler votre Bar à Pitons ». Les réactionnaires se sont rapidement enfuis et les quelques moineaux qui ont souhaité continuer de provoquer ont fait pareillement au moindre mouvement. Humiliée, la bande d’agresseurs a tout de même eu l’audace de se plaindre à la police de Saguenay pour avoir été « intimidée » par les campeurs et les campeuses. Malgré les événements, le campement s’est maintenu jusqu’au matin.

L’échange issu du groupe secret du Clan 02 de La Meute est particulièrement riche en renseignements sur cette tentative d’agression en bande et permet d’identifier plusieurs de ses auteur-e-s. L’échange est initié par le chef national de l’organisation :

Les sourires et clins d’œil cyniques de Brouillette cachent bien mal un désir de vengeance contre un groupe qui a maintes fois dénoncé ses bassesses. Dernièrement encore, il pestait bêtement contre le Collectif Emma Goldman sur les pages de La Meute : « Le groupe Anarchiste Emma Goldman est comme une princesse qui rote et qui pète devant ses sujets, ils n’ont aucune classe ». Après avoir fait paraître plusieurs commentaires d’insultes sur la page du collectif, ce sombre idiot nommé chef affirmait y collecter des informations sur les participants et participantes du groupe anarchiste, tout en se gardant bien de détailler les intentions motivant une telle collecte…

Marie-Josée Dufour, alias Marie Louve, chef du Clan 02, prend part à la coordination de la tentative d’attaque en bande, dont bien sûr elle souhaite garder plus confidentielles certaines informations sensibles comme les points de ralliement. Sylvain Brouillette commente par des « smileys » de rire les commentaires de Marie Louve, d’Audrey Black et de Jacynthe Simard. Il se bidonne. Il se réjouit visiblement de la sordide provocation criminelle que ses pantins préparent. Jacynthe Simard est pour sa part désignée chef du secteur d’Alma et des environs pour le Clan 02. Elle affirmait participer à l’action « à moins d’un imprévu ».

“Audrey Black”

Audrey Black, membre de la section régionale de La Meute et dont l’adresse associée au compte Facebook indique le nom complet « Audrey Blackburn », se réjouit de la volonté de participer de « plein » de ses amis. En consultant sa page Facebook, nous pouvons constater qu’elle maintient des relations avec des militants très radicaux de la métropole, dont notamment le skinhead néonazi Philippe Gendron. Elle est mariée à un certain « Steeve Matys » (nom Facebook), qui sur sa page publie des symboles néonazis et des logos du groupe armé d’extrême-droite « 3% ». Pour répondre à la question d’Audrey, manifester est effectivement légal et c’est même un droit ; ce n’est certainement pas les provocations réactionnaires de ses « amis » nazis qui nous l’enlèvera!

En toute conscience des revendications populaires du campement militant, Brouillette invite ses membres à y aller… dans les intentions criminelles qu’il continue de cacher. Audrey s’emballe de ces desseins et se fait bavarde quant à ses participations dans l’affaire.

Une belle discussion pleine de « smileys » et de cynisme. On croirait presque à l’honnêteté du leader de ces imbéciles. Les enquêteurs de la police seront bernés.

Luc-Olivier Bélair

L’« anti-antifa », ou tout simplement le fasciste, Luc-Olivier Bélair n’est peut-être pas le crayon le plus aiguisé de la boîte. C’est en tout cas ce que laisse présumer l’avertissement de la chef de clan Marie Louve. Il n’y aura pas eu de poivre de cayenne, mais il y aura eu une matraque télescopique. Pour leur information, le Règlement désignant des armes à feu, armes, éléments ou pièces d’armes, accessoires, chargeurs, munitions et projectiles comme étant prohibés, à autorisation restreinte ou sans restriction du Code criminel canadien décrit « l’instrument communément appelé ‘Kiyoga Baton’ ou ‘Steel Cobra’ et tout instrument semblable consistant en un fouet télescopique à ressorts déclenché manuellement et terminé en pointe de frappe de fort calibre » comme étant une arme prohibée (voir le règlement). Pour plus d’informations sur les différents usages du poivre de cayenne, le fier ceinture jaune de karaté a laissé sur son profil une annonce de vente de son condo où son numéro de téléphone est inscrit : 418-540-1266.

De vrais bouffons. Selon ces aveux, Luc-Olivier Bélair est apparemment armé et préparé pour en découdre avec des militants et militantes qui dénoncent l’embourgeoisement, les groupes racistes et d’extrême-droite dans la région. Quel humaniste!

Ce n’est pas bon de cultiver ainsi de la rengaine. La mémoire est sélective et il y a de la perte de contact avec la réalité dans votre délire sectaire. Espérons que vous vous en rendrez compte avant de tenter d’autres gestes de violence.

Hugues Bonneau, portier du Clan 02 et membre de la garde de La Meute, en veut au Collectif Emma Goldman. Au mois de juin dernier, le collectif avait révélé dans un texte sur son blogue que Bonneau était le président de l’Association conservatrice de Rivière du Nord, dans les Laurentides. Les médias avaient alors questionné le Parti Conservateur du Canada sur le rôle de cet individu, après quoi il a été immédiatement révoqué de ses fonctions – le PCC refusant clairement d’être associé à un membre de La Meute.

Malheureusement, le Belge « Katana », remplaçant du sordide « Tit-loup-fourre-tout », alias Éric Proulx, au Conseil de La Meute ne nous a pas fait cet honneur. Le cynisme sur les réseaux sociaux n’aide pas à la compréhension des consignes ; Pineault, conseiller municipal du district 1 à Saint-David-de Falardeau, ne comprend toujours pas ce qui se trame.

Les messages qui suivent sont publiés alors que le campement s’installe sur le terrain vague. Certains provocateurs, dont Audrey Black, sont présents sur les lieux et tentent bêtement d’identifier des manifestants et manifestantes.

Magali Ringuette, une adepte de théories conspirationnistes, est ici très rancunière envers une personne qu’elle n’a en fait jamais rencontrée et qu’au fond, elle ne connait pas du tout, si ce n’est que son opposition médiatisée à La Meute. Sur sa page Facebook, elle se déclare ouvertement islamophobe et porte des propos haineux absolument délirants.

Live update!

L’agression se prémédite, clin d’œil, clin d’œil. C’est un peu plus tard, vers minuit trente, que la tentative d’agression en bande a eu lieu… tentative qui sera un autre échec lamentable pour eux malgré leur matraque télescopique.

Les provocateurs ont ironiquement appelé la police en prétendant s’être sentis intimidés par la réaction prompte des occupants et occupantes, même s’il n’y a eu aucun coup de porté. Ils ont porté plainte contre les gens dormant dans des tentes qu’ils ont tenté d’attaquer. C’est une noble cause pour des fascistes !

À l’heure des bilans : se féliciter d’avoir tenté d’attaquer un campement assoupi à 10 personnes. Sur place, les provocateurs affirmaient ne pas être de La Meute – voilà ce qu’Audrey qualifie d’« en civil ». Félicitations à Sylvain Brouillette pour la minable bande de petits criminels qu’il commande. En dépit de ses bouffons, le campement militant pour la revendication du parc a atteint plusieurs de ses objectifs dans le cadre de la campagne du Collectif contre l’embourgeoisement du centre-ville.

En terminant, nous souhaitons réitérer l’un des principes à la base de nos événements « Marmite autogérée » : l’autodéfense populaire. L’incident du campement illustre bien la mise en application efficace de ce principe.

« Nombre d’organismes vivants, dont les roses et leurs épines, développent leur propre système d’autodéfense – non pas pour attaquer, mais pour défendre la vie. Comme nous visons un changement sociétal et la libération, nous nous opposons bien sûr radicalement aux institutions sur lesquelles reposent plus de 400 ans de domination colonialiste, capitaliste et patriarcale, ainsi qu’au crime organisé. Puisque la police se positionne très clairement du côté de nos exploiteurs et de nos oppresseurs, nous ne pouvons compter que sur nos propres moyens pour assurer notre sécurité. Nous ne resterons pas les bras croisés devant les agressions racistes, homophobes, sexistes et de toutes autres natures. Nous sommes prêts et prêtes à s’organiser! »

Des résident.es de Parc-Extension et des militant.es pour le droit au logement bravent la violence aux mains du Groupe BSR pour lutter contre la gentrification

 Commentaires fermés sur Des résident.es de Parc-Extension et des militant.es pour le droit au logement bravent la violence aux mains du Groupe BSR pour lutter contre la gentrification
Août 102018
 

De Parc-Ex Contre la Gentrification (page Facebook)

Plus de 60 personnes se sont rassemblées en face du métro Parc hier après-midi pour une manif-action contre la spéculation immobilière et la gentrification. L’action avait pour but de rassembler des membres de Parc-Ex contre la gentrification, du POPIR, du Comité B.A.I.L.S., du Comité d’Action de Parc-Extension, du Comité Logement de Rosemont et du Comité logement du Plateau Mont-Royal pour maintenir la pression sur les développeurs immobiliers et envoyer un message clair que le développement de condos et d’appartements luxueux ne passeront pas dans nos quartiers.

Nous sommes ensuite allé.es au bureau du Groupe BSR – la compagnie de développement immobilier qui est derrière les scandaleuses évictions de la Plaza Hutchison – pour remettre une lettre et perturber leur journée de travail. Pendant les trente dernières années, la Plaza Hutchison a servi de lieu de rencontre pour Parc-Extension, abritant des groupes communautaires, des associations culturelles, des écoles de langue, des lieux de culte et des petits commerces locaux. Depuis que le Groupe BSR a acheté l’immeuble, ils ont intimidé sans relâche, menacé de multiples manières et évincé sans préavis ces locataires, les uns après les autres. Nous nous sommes rendu.es aujourd’hui à la Place Décarie pour apporter nos revendications à Ron Basal et ses collègues truands – notamment que les locataires puissent revenir dans leurs locaux et que l’immeuble soit remis dans les mains de la communauté.

Aussitôt entré.es dans les bureaux, nous nous sommes fait donner des coups de pieds à plusieurs reprises et avons été frappé.es au visage par Ron Basal et des employé.es du Groupe BSR. Des personnes ont été étranglées et plusieurs se sont fait arracher et briser leurs lunettes. Des employé.es ont fait des menaces de mort et plusieurs personnes ont subi du harcèlement sexuel quand un membre haut placé du Groupe BSR a menacé de se déculotter devant elles. Quand les manifestant.es ont essayé de quitter l’immeuble, les employé.es du Groupe BSR ont fait arrêter les ascenseurs, ont physiquement bloqué les escaliers, ont séquestré les gens sur l’étage et ont essayé de lancer violemment une personne dans la cage d’escaliers d’urgence. C’était fucking intense. Plusieurs d’entre nous, voisin.es et activistes confondus, ont visité des bureaux de développeurs immobiliers auparavant, pour apporter des revendications pour le droit au logement et pour s’opposer à la gentrification. Personne ne se souvient d’avoir rencontré autant de violence.

Nous voulons aussi réagir à certaines allégations faites dans la couverture média de l’action, notamment TVA qui récupère des photos de BSR Groupe, montant des images stagées de “grabuge”, et Radio Canada qui avance que nous avons “forcé la porte”. Ça vaut la peine de mentionner que le journaliste de Radio Canada Benoît Chapdelaine est entré dans les bureaux avec nous en ouvrant la porte débarrée des bureaux publics des promoteurs, a dû aussi éviter les coups et a été témoin de l’extrême violence du Groupe BSR, mais n’en fait aucune mention. Aussi, bien que trois personnes aient été brièvement détenues, elles ont été relâchées immédiatement sur place et il n’y a eu aucune arrestation.

Bien que dégoûté.es par les actions de ces gentrificateurs, nous demeurons inébranlables dans notre détermination à perturber le business as usual, à se mettre en travers des projets gentrificateurs où qu’ils se trouvent et à combattre la destruction de Parc-Ex. Nous refusons de supporter par notre silence le déplacement de personnes racisées de notre quartier au profit de nouveaux résidents plus riches, plus yuppies ou plus blancs.

Vous aurez de nos nouvelles, on ne bouge pas d’ici.

Loi 25 sur l’aide sociale : une guerre aux pauvres!

 Commentaires fermés sur Loi 25 sur l’aide sociale : une guerre aux pauvres!
Août 102018
 

Du SITT-IWW

Le 1er avril dernier est entrée en vigueur la loi 25 – « Loi visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi ainsi qu’à favoriser l’intégration en emploi » – qui a été intégrée à la loi actuelle sur l’aide sociale. Nous pensons qu’il s’agit de la fin anticipée de l’aide sociale parce que les principes fondateurs à l’origine de cette dernière, le droit de vivre de façon décente et l’accès à un revenu quelque soit la cause du besoin, ne sont plus pris en compte. Sa mise en place mettra en péril la vie des gens en leur imposant de tenter de survivre avec des miettes, ou d’embarquer dans le grand projet Objectif emploi, dont le but est de fournir un cheap labor aux entreprises.

Avec la loi 25, toute personne qui est arrivée à l’aide sociale après le 1er avril 2018 doit maintenant obligatoirement entrer dans le programme Objectif emploi. C’est aussi le cas pour les personnes déjà sur l’aide sociale avant cette date mais qui font partie d’une famille dont l’un des membres du couple est maintenant primo-demandeur ou primo-demandeuse*.

La loi 25 implique que, lorsqu’on se retrouve dans ces catégories, si l’on manque une convocation avec notre agente ou agent d’aide sociale, elle ou il pourra retenir complètement notre chèque. De plus, en cas de manquement à l’une de nos obligations sans motif « valable » (selon le plan fixé par l’agent-e d’aide sociale correspondant à notre situation : à faire des démarches en emploi, à suivre une formation ou à « développer ses habiletés sociales »), l’agent-e aura le droit de couper notre chèque le mois suivant ou le mois d’après.

  1. 56 $ pour le 1er manquement ;
  2. 112 $ pour le 2e manquement ;
  3. 224 $  pour le 3e manquement.

En gros, si l’on refuse de se conformer au programme d’intégration en emploi, on nous force à vivre avec un chèque de 409$ par mois. Il est donc clair que l’objectif de la loi 25 est d’obliger les personnes jugées sans contrainte au travail à s’en trouver un, selon les priorités de l’entreprise privée et selon les besoins du marché du travail (et aux conditions établies par l’agent-e d’aide sociale). Mais nous savons que le travail n’est pas la seule façon de se réaliser dans la vie ! Et nous revendiquons le droit de vivre décemment peu importe la façon dont on le fait. Dans les faits, cette loi renforce la notion de « bons et de mauvais pauvres » et les préjugés envers les personnes qui n’occupent pas un emploi. Le gouvernement les amplifie volontairement. C’est tout à son avantage de le faire, en brisant la solidarité dans la population, en suscitant la grogne contre les personnes assistées sociales qui l’ont « facile », qui sont « gras dur, parasites, fraudeurs, profiteurs » et qui méritent de vivre dans la misère.

Le plus ironique est que même le Conseil du patronat a émis des réserves quant aux mesures punitives du programme Objectif emploi. En commission parlementaire, M. Yves-Thomas Dorval, PDG du Conseil du patronat du Québec, disait : « […] Cela dit, je vais être honnête avec vous, M. le ministre : Le montant d’aide sociale, là, ce n’est pas grand-chose non plus, […]. C’est pour ça que j’étais très heureux de voir qu’on bonifiait l’aide sociale pour ceux qui veulent participer. Et là-dessus je peux vous assurer de notre complet appui de ce côté-là. Maintenant, c’est difficile pour un gouvernement de faire des mesures sans avoir une contrepartie. Et ça, je ne le sais pas si c’est la meilleure, on n’est pas spécialistes là-dedans, mais je peux juste vous dire : C’est sûr que ce n’est déjà pas élevé, là, le niveau d’aide sociale.» (27 janvier 2016).

L’objectif du gouvernement est clair : il souhaite discipliner le monde pauvre afin d’en faire une main-d’œuvre servile et captive, sans autre alternative que de participer activement aux programmes imposés par le ministère pour ne pas crever de faim. Ce qui est annoncé, ce n’est pas une lutte à la pauvreté, c’est une guerre aux pauvres! En nous maintenant dans des conditions abjectes, en agitant une carotte sous la forme d’ajustements éventuels sur leur chèque et un bâton sous la forme de grosses coupures de chèque ou de fermeture de dossier, le parti libéral vise un cheap labor, cadeau pour l’entreprise, et à long terme, la fin de l’aide sociale.

Au SITT-IWW, nous continuerons à nous opposer à tout projet qui crée une classe de travailleurs et de travailleuses précarisé-e-s et c’est pourquoi nous sommes solidaires de cette lutte contre le projet Objectif emploi!

* Un primo-demandeur ou une primo-demandeuse est une personne qui fait une demande d’aide sociale pour la première fois.

Bella Ciao – Épisode 1 (le podcast de Montréal Antifasciste)

 Commentaires fermés sur Bella Ciao – Épisode 1 (le podcast de Montréal Antifasciste)
Août 102018
 

De Montréal-Antifasciste

Et c’est lancé! Voici le tout premier épisode de Bella Ciao – le podcast de Montréal Antifasciste.

Nous lançons ce podcast pour marquer le 1e anniversaire des événements à Charlottesville, et aussi le 10e anniversaire de l’assassinat de Fredy Villanueva par le SPVM. RIP Freddy, RIP Heather Heyer! /// ACAB ///

Vous pouvez écouter le podcast ici, et aussi vous abonner:

*Soundcloud

*Stitcher

*Google Play Podcasts

Et bientôt sur d’autres plateformes aussi. Bonne écoute!

Bella Ciao! Le nouveau podcast de Montréal Antifasciste

 Commentaires fermés sur Bella Ciao! Le nouveau podcast de Montréal Antifasciste
Août 082018
 

De Montréal-Antifasciste

Nous avons désormais un podcast! Bella Ciao est le nouveau podcast de Montréal Antifasciste. Le premier épisode sortira ce vendredi pour marquer le 1er anniversaire des événements à Charlottesville. Mais en attendant, voici un aperçu!

Dans le premier épisode de Bella Ciao, nous vous proposons des chroniques sur Charlottesville, les différences entre le populisme et le fascisme, et un texte traduit en français de l’historien Mark Bray.

Le podcast sera disponible sur le siteweb de MAF, ainsi que sur Soundcloud:
https://soundcloud.com/podcastbellaciao

Vous pouvez déjà vous abonner au podcast sur Stitcher, et bientôt sur des autres plateformes comme Apple Podcasts et Google Play.

Restez à l’écoute!

Librairies radicales à Montréal dans les années 1930

 Commentaires fermés sur Librairies radicales à Montréal dans les années 1930
Juil 252018
 

Du Graphic History Collective

Affiche par Adèle Clapperton-Richard

Introduction par Andrée Lévesque

Durant la Crise économique des années 1930, le Parti communiste du Canada occupe une place prééminente dans l’organisation des mouvements de protestations, en particulier dans l’organisation des sans-travail. Parmi leurs outils de mobilisation, la presse, les tracts, les livres, souvent venus de Moscou, jouent un rôle important alors que les librairies qui les distribuent s’exposent à la répression des forces de l’ordre.

Depuis des siècles les écrits contribuent à la conscientisation des travailleuses et des travailleurs, et les librairies de gauche forment un lieu privilégié de politisation et de réseautage. Ce qui a souvent poussé les autorités, soucieuses de protéger l’ordre social, à tenter de contrôler la parole écrite et les endroits qui la disséminent. Au Canada, entre 1919 et 1935, l’article 98 du Code criminel est invoqué contre la sédition ainsi que la littérature et les paroles séditieuses.

Dans les années trente, Montréal connait deux librairies de gauche soutenues par le Parti communiste. En 1933–1934, le Hidden Book Shop sur la rue Sainte-Catherine Est, est gérée par Ann Feigelman, 20 ans, et son frère Sam (Sol). Leur commerce ne peut fonctionner longtemps en toute impunité et en juin 1933 la police procède à l’arrestation du frère et de la sœur accusés de distribuer de la littérature séditieuse. Ils seront jugés et condamnés. Parmi le matériel saisi dans la librairie, on remarque le journal communiste francophone Vie ouvrière, publié par Paul Moisan, Évariste Dubé et d’autres militants communistes.

Quelques années plus tard, le Parti communiste ouvre une autre librairie, le Modern Book Shop sur la rue de Bleury près de la rue Dorchester. La militante Léa Roback, le camarade Jack Gold et le futur député Fred Rose assurent la permanence. Comme Léa a confié des années plus tard :« On a discuté de l’ouverture d’une librairie marxiste. Alors on m’a dit : “Léa, tu le prends.” On avait non seulement des livres marxistes et léninistes, mais on avait aussi d’autre littérature pour que les gens puissent lire autre chose que des romans à l’eau de rose ». On y trouve aussi des journaux comme le Daily Clarion de Toronto et Clarté, l’hebdomadaire fondé par Stanley Bréhaut Ryerson et quelques autres. Même si l’article 98 avait été abrogé en 1935, la répression anti-communiste n’était pas moins virulente au Québec depuis l’élection, en 1936, du gouvernement de l’Union nationale dirigé par Maurice Duplessis. Peu après son arrivée au pouvoir, le gouvernement, de concert avec l’Église catholique, lance une vaste campagne anti-communiste. Les endroits qui distribuent de la propagande et du matériel communistes sont dans la mire des autorités.

Léa Roback a plus d’une fois confronté la police et subi l’intimidation des groupes anti-communistes encouragés par la passivité des autorités en place. Le 13 octobre 1936, la vitrine est détruite par des vandales. Sans doute enhardi par l’indifférence des policiers, le 27 octobre un quidam envoie une lettre de menace en anglais, telle que rapportée dans Le Devoir : « Dernier avis. On vous donne trois jours pour tout fermer sinon nous mettrons de la dynamite autour du Modern Book Shop. La police est avec nous et vous le savez. Nous serons là cette semaine. Nous sommes et resterons fascistes ». Il n’y eu pas de dynamitage mais quelques mois plus tard, en mars 1937, l’Assemblée législative vote, à l’unanimité, la Loi du Cadenas qui permet la mise sous scellé de tous lieux utilisés pour propager le bolchévisme, c’est-à-dire les salles d’assemblée, les librairies et même les résidences personnelles qui peuvent servir de lieu de réunion.

Les librairies de gauche sont plus que des endroits où on vend des livres, elles ont toujours eu une fonction sociale: on y lance de nouvelles publications, on y tient des réunions et on y croise des clientes attirées pas les mêmes écrits. C’est là que Léa Roback rencontre le docteur Norman Bethune pour la première fois. Pendant ses tournées, quelle que soit la ville, on peut y voir le chanteur Paul Robeson venu bouquiner et voir qui il pourrait y rencontrer. Ces librairies, tout comme les auteures et les maisons d’édition, contribuent de façon importante aux mouvements sociaux. Et souvent en payent le prix.

[PDF]

1 juillet : une victoire antifasciste

 Commentaires fermés sur 1 juillet : une victoire antifasciste
Juil 252018
 

De Montréal-Antifasciste

Le 1er juillet, La Meute, Storm Alliance et un nouveau groupe nommé « Independence Day » s’étaient donné pour but de converger au centre-ville de Montréal afin de marcher contre l’immigration « illégale ». La Meute promettait pour l’occasion une manifestation d’une importance historique, autant numériquement que symboliquement. Grâce à une réponse coordonnée d’antifascistes, d’antiracistes, de militante-e-s anarchistes et communistes, d’activistes autochtones et anticoloniales-aux, de groupes pour la justice migratoire et de résident-e-s de Montréal, ce fut plutôt un échec historique. C’était la première tentative de La Meute de manifester à Montréal depuis le 4 mars 2017, et cette fois-ci, ils n’ont pas été en mesure de prendre la rue et d’exprimer leur rhétorique haineuse.

Les antifascistes ont fait face à un certain nombre de défis logistiques. Les racistes avaient déclaré sur les réseaux sociaux qu’ils se réuniraient dans « l’est de Montréal » et marcheraient à partir de là, mais n’annonceraient les détails précis que le matin même de la marche. La manifestation antiraciste a été convoquée à la Place Simon Valois, non loin du métro Joliette, une zone considérée comme un « pilier de la gauche radicale » et dont on espérait qu’elle servirait de zone de rassemblement pour aller plus à l’est si nécessaire (on supposait alors que l’extrême droite se réunirait au métro Radisson). Il semblerait que les renseignements relatifs à « l’est de Montréal » n’aient en fait été qu’une désinformation de leur part, puisqu’ils se sont finalement donné rendez-vous au métro Bonaventure, à l’ouest du centre-ville. En très peu de temps, les forces antiracistes se sont arrangées pour avoir des tickets de métro, et après un rassemblement à la Place Valois avec des discours du Montreal Wolf Pack (une patrouille de rue autochtone) et des organisatrices antifascistes locales, elles se sont dirigées vers la station Joliette pour prendre le métro vers l’ouest.

Entre 200 et 300 personnes se sont rendues à la place Simon Valois, et environ 200 se sont dirigées vers l’endroit où les manifestant-e-s d’extrême droite se réunissaient. Il y a eu une certaine confusion (dont la faute incombe aux organisateurs-trices) sur la nature du rassemblement antiraciste. Sur les médias sociaux, il avait été annoncé que cela ne serait pas une contre-manifestation, mais celleux qui ont participé à l’organisation de l’événement et la plupart des personnes qui étaient présent-e-s au rassemblement voulaient confronter l’extrême droite. C’est pourquoi les gens ont choisi de se déplacer à Bonaventure. À tout-e-s celleux qui se sont présenté-e-s en espérant une manifestation distincte contre le racisme, et qui ont été déçu-e-s quand c’est devenu une contre-manifestation au centre-ville, nous offrons nos excuses. Nous tenterons de communiquer de manière plus cohérente et précise à l’avenir.

Il est également important de noter que, pour différentes raisons, nous étions très peu de personnes pour organiser et mobiliser en vue de cette manifestation. Le 1er juillet est une journée particulièrement difficile pour organiser une manifestation à Montréal, car beaucoup de gens déménagent ce jour-là. La gauche compte aussi beaucoup sur les forces étudiantes et leurs réseaux, lesquels sont absents durant l’été. Et enfin, les antiracistes se mobilisaient déjà cette semaine (et ce jour-là) pour visiter les communautés habitant près de la frontière dans une «Caravane de bienvenue aux réfugié-e-s à la frontière». Bien que nous ayons fait de notre mieux, considérant le très petit nombre d’organisateurs-trices, certaines tâches ont malheureusement été négligées. Une conséquence de ceci est que malgré notre victoire dans la rue, nous avons été incapables d’imposer ou même de mettre de l’avant nos propres idées dans les médias les jours qui ont suivi. La prochaine fois nous devons faire mieux.

Malgré ces défis, le jour même, une fois arrivé-e-s au centre-ville, il est devenu clair que nous étions nettement plus nombreux-ses que nos adversaires. Un peu spontanément, nos forces se sont séparées en deux, enfermant les racistes derrière les lignes de police qui les protégeaient. S’en est suivi plusieurs heures de siège sous une chaleur étouffante (le 1er juillet le plus chaud jamais enregistré à Montréal) alors que nous maintenions les manifestant-e-s d’extrême-droite immobiles. Un grand bravo à celleux qui sont resté-e-s sur place sous le soleil brûlant, à celleux qui ont pris l’initiative d’aller chercher de l’eau pour leurs camarades, une fois que l’eau apportée par les organisatrice-teurs a été épuisée, et à celleux qui ont pris la tête en criant des slogans antiracistes, antifascistes et anticolonialistes pour maintenir l’énergie de la manifestation malgré la chaleur.

Les dirigeants de La Meute a plus tard affirmé que leur marche a été un succès, malgré le fait qu’à peine une centaine de personnes s’y soient pointées, venues de partout au Québec, parce qu’elles ont réussi à marcher quelques mètres jusqu’à leur première cible (les bureaux d’Immigration Canada, qui étaient de toutes manières fermés ce jour-là!) avant que nous venions les bloquer. Un simple coup d’œil aux commentaires publiés dans leurs groupes privés, cependant, montre clairement ce qu’il en est de l’affaire, soit qu’ils avaient l’intention de marcher et ont été bloqués par nos forces, car ils avaient compté sur la police pour retenir ou attaquer les antifascistes (comme celle-ci l’avait fait en avril 2017 à Montréal et en novembre de la même année à Québec). Quand cela ne s’est pas produit, ils n’avaient aucun plan B, et dans ce qui est en train de devenir une tradition de La Meute, ils ont passé la plus grande partie de l’après-midi à échapper à la chaleur dans un parking de garage.

En ce qui concerne Storm Alliance, si peu de leurs membres se sont présentés que le « chef » Éric Trudel a fini par réprimander son propre groupe dans une vidéo post-manif sur Facebook en traitant ses membres de « jaseux » sans action. Nous ignorons ce que Trudel avait pris (notez le reniflement constant pendant la vidéo…), mais cette attaque décousue contre son propre groupe le fait ressembler de plus en plus, lui et son groupe, à une bande de clowns. Le groupe n’est certainement pas retombé sur ses pieds depuis que son fondateur Dave Tregget a quitté l’hiver dernier.

De nombreux facteurs ont contribué à notre succès à bloquer cette tentative de marche raciste. D’abord et avant tout, le succès n’était pas strictement le nôtre, mais était en fait le succès de la gauche radicale montréalaise, laquelle contient de nombreuses tendances divergentes et comporte de sérieux différends idéologiques, mais qui s’est néanmoins regroupée pour coopérer de manière exemplaire. Les antifascistes font partie d’un mouvement plus large avec une histoire profonde et riche dans cette ville; nous ne pouvons gagner que lorsque nous nous souvenons de ce fait et puisons dans ces forces. Deuxièmement, notre mouvement antifasciste lui-même a eu plus d’un an, depuis la première sortie publique de La Meute à Montréal, pour apprendre de ses erreurs. Alors que notre mouvement était il n’y a pas si longtemps un réseau nébuleux et désorganisé de groupes ayant peu ou pas de communication les uns avec les autres, nous sommes maintenant beaucoup plus efficaces dans notre capacité à coordonner les actions. Troisièmement, il faut mentionner que les forces de La Meute étaient incroyablement mal organisées ce jour-là, même sans tenir compte de la chaleur intense. Les meutards ont apparemment oublié leur eau et leurs pancartes dans les voitures, semblaient compter sur la police pour diriger leur manifestation à leur place, et un membre a même perdu une liste de tous les participant-e-s de leur Clan, puis n’a même pas averti leurs membres de cette bourde avant que les antifascistes aient trouvé ces documents et les aient publiés de sorte que tout le monde puisse les voir.

Un autre facteur important en notre faveur : les récentes interventions par des militant-e-s montréalais-e-s ont attiré l’attention médiatique sur le fait que la police a ouvertement pris le parti de l’extrême droite lors de nombreuses manifestations au cours de la dernière année; ceci a créé une situation où la police était sous pression de ne pas trop embarrasser leurs patrons en se rangeant trop ouvertement du côté de La Meute cette fois-ci.

Enfin, il faut aussi noter que les forces d’extrême droite étaient divisées le 1er juillet. Alors que Storm Alliance et Independence Day rejoignaient la marche de La Meute, une autre petite manifestation d’extrême droite se frayait un chemin à travers les rues de Montréal. Le Front patriotique du Québec – une petite étoile dans une plus grande constellation de forces racistes, et pour qui l’indépendance du Québec est primordiale – organise un « rassemblement pour une République du Québec » tous les 1er juillet depuis plusieurs années maintenant. Le FPQ n’a pas fait preuve de gentillesse envers La Meute, qui a choisi de convoquer un rassemblement anti-immigration en même temps que leur marche annuelle. Bien qu’il y ait eu des appels à « l’unité » dans la droite, les militant-e-s du FPQ ont ouvertement attaqué La Meute en dénonçant le caractère « fédéraliste » de ce groupe. Bref, de nombreux nationalistes, y compris des racistes et des extrémistes de droite dans le camp nationaliste, voient de plus en plus dans La Meute un groupe peu fiable et arrogant qui profite de l’attention des médias mais qui est incapable de mobiliser sur le terrain.

Parce qu’il faut donner crédit à qui de droit, l’image de « La Merde » que les antiracistes ont utilisé sur les médias sociaux et les posters pour le 1er juillet est en fait empruntée à Sylvain Lacroix, ancien membre du FPQ, proche du groupe 3 %, qui tente lui-même maintenant de créer une milice d’extrême droite au Québec. Celleux qui se sont plaint en ligne que cette image était « anti-Québec » devraient se regarder dans le miroir : l’image est venue de vos propres rangs, et de la section nationaliste de vos rangs, qui plus est! La haine de La Meute peut être assez intense dans d’autres groupes d’extrême droite, avec même parfois des menaces de violence (dont nous ne pouvons pas montrer les captures d’écran pour des raisons que les gens devraient pouvoir deviner).

Plus marginalement, les membres de la scène Alt-Right de Montréal (qui contient de nombreux néonazis) considèrent également La Meute comme un groupe de losers.

Nous avons peut-être gagné cette bataille, mais la guerre contre la montée de l’extrême droite, ici et ailleurs, continue. Ne nous méprenons pas : leur mouvement ne cesse de croître, leurs idées anti-immigrant-e-s, racistes, islamophobes et misogynes sont encore prises au sérieux, et leur rhétorique est toujours véhiculée par les partis politiques dominants, dont la CAQ, qui a de très bonnes chances de gagner les prochaines élections provinciales du Québec en octobre.

Il est important de célébrer nos succès, mais il est encore plus important, maintenant plus que jamais, que ces petites victoires nous motivent pour le long combat à venir!

Appel à rejoindre le Camp de la Rivière

 Commentaires fermés sur Appel à rejoindre le Camp de la Rivière
Juil 222018
 

Des Comités de défense et de décolonisation des territoires [page Facebook]

Tract [8.5″ x 11″]

L’été dernier, une barricade a mis un frein à l’extraction pétrolière de la compagnie Junex sur le site Galt près de Gaspé. Depuis, le Camp de la Rivière, établi non loin de ce blocage, persiste et veille sur les territoires. Nous appelons à le rejoindre et le faire vivre. La mainmise des pétrolières sur la région et le saccage qui s’ensuivra ne sont pas des fatalités. Seule une présence soutenue pourra arrêter la destruction des rivières, des forêts et de tout ce qui y vit. Il est possible de mettre en échec la dépossession des habitant.es et la spoliation du territoire Mi’kmaq non-cédé et invaincu.

Le Camp de la Rivière s’est maintenu pendant tout l’automne et l’hiver. En plus d’être un lieu de résistance, le campement est devenu un monde de rencontres, d’échanges et d’éducation populaire pour signaler la prédation des pétrolières sur le territoire Mi’kmaq du Gespegawagi.

Depuis la fin mai, le gouvernement du Québec fait savoir son intention d’expulser le camp installé sur des terres publiques. Cette menace ne nous fait pas peur, elle ne fait que mettre en lumière la volonté de Junex de reprendre ses forages. Toutes les personnes soucieuses de la protection des territoires et de la création de nouvelles solidarités entre allochtones et autochtones sont appelées à nous rejoindre pour continuer de bâtir la résistance contre les industries extractives.

La défense et la décolonisation des territoires nécessitent plus qu’une posture individuelle, morale ou théorique; elle implique la présence physique et la confrontation avec les forces destructrices du capital et de l’État. Toutes les critiques décoloniales ou écologistes qui animent nos mobilisations ne valent rien si elles ne peuvent se déployer dans des moments politiques significatifs. Ces moments sont l’occasion parfaite pour créer de nouvelles pratiques de lutte et inventer de nouveaux liens.

Devant l’imminence de la reprise du forage, la poursuite de notre solidarité avec les différents mondes et les courants qui les traversent pose la question de nos capacités à mener des luttes à la hauteur de la catastrophe en cours. Le fantasme des alliances entre tendances politiques, comme celles entre colons et autochtones, doit faire place à un engagement concret et continu sur le terrain. La machine coloniale ravageant les mondes se déploie comme économie extractive par un processus sans cesse renouvelé d’accumulation primitive. La lutte contre ce désastre, en solidarité avec les gardien.nes historique de l’eau et de la terre, permet de constituer une opposition significative à une dépossession qui dure depuis 500 ans. La mise en échec du projet moderne/colonial ne sera possible qu’au travers de gestes concrets menant à une transformation radicale de l’usage des territoires.

Le Camp de la Rivière en est un avant-goût.

L’appel est lancé ! Afin de persister et de construire une force réellement destituante dans la région, le Camp de la Rivière aura besoin d’énergies vives au cours des prochains mois. À celles et ceux qui voudraient y passer quelques jours ou y vivre pendant des mois, voire des années, la porte vous est ouverte. Toutes les contributions sont les bienvenues.

LE CAMP EST SITUÉ SUR LA ROUTE 198 À 20 KILOMÈTRES AU NORD DE GASPÉ ET 60 AU SUD DE MURDOCHVILLE

Apportez vos tentes, vos hamacs, vos ami.es et tout le nécessaire au maintien et à l’expansion du camp : nourriture, matériel et outils de construction ou de mobilisation ainsi que tout ce qui permet la reproduction quotidienne de votre forme-de-vie.

Pour nous joindre, vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante: campdelariviere@gmail.com ou sur notre page Facebook (Camp de la Rivière)

Pour de l’aide pour former des comités de défense ou de décolonisation dans votre quartier, votre réserve, votre ville, ou votre région vous pouvez nous rejoindre à l’adresse suivante : CDDT@riseup.net ou sur notre page Facebook (Comités de défense et de décolonisation des territoires).